Post is pinned.Post has attachment
Parents, adultes, pourquoi devriez-vous venir débattre avec des enfants?


Le mot enfant vient du latin infans (in, privatif, et fari, parler) et signifiait, chez les Romains, « celui qui ne parle pas ».
Selon Kant, « Les hommes sont responsables de leurs actes dans la mesure où ils sont sujets d’une volonté autonome, qui leur permet d’agir moralement, et, éventuellement, de se complaire à agir de façon immorale ».
Ainsi, la responsabilité et la conscience ne pourraient être enseignées par des cours de morale et encore moins par des « il faut que », des « tu dois » où toutes autres injonctions. Il s’agit de dressages qui ont pour but de remplacer la volonté autonome. Pour être effectives, la responsabilités devraient donc découler d’une libre réflexion, seule garante d’une volonté autonome. Cette réflexion serait constituée alors d’une pensée critique, comparée, pesée et manipulant des concepts définis.
Si nous nous accordons sur le fait que le langage participe à la pensée et si celle-ci doit-être comparée. Il devient évident qu'il est urgent de rendre la parole aux enfants, de les écouter, comme nous écouterions des adultes et de leur répondre avec la plus grande honnêteté. Ceci pour qu'ils puissent simplement devenir des citoyens responsables.
Je rêve d’un jour où il n'y a plus d'enfants. Ils pensent, parlent et tous les écoutent et leurs parlent avec respect. On les appelle « citoyens ».
Christian Belbeze
Photo

Post has attachment
L'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine (2011) de Ruwen Ogien

Ogien est simple et efficace. Sans doute parfois, il est expéditif en écartant trop vite certains axes de recherches avec des arguments pour le moins déterministes. 
Cependant il reste de ce livre la pratique d'expériences de pensée dans la recherche de ce qui pourrait être l'éthique accessible à tous et les 4 règles suivantes :
« En tout, il y a donc quatre règles élémentaires du raisonnement moral, au moins.
Pour mettre un peu d’ordre dans le débat qui les concerne, je vais les désigner d’une lettre et leur donner un rang. Mais il n’établit aucune priorité :
R1 : De ce qui est, on ne peut pas dériver ce qui doit être.
R2 : Devoir implique pouvoir.
R3 : Il faut traiter les cas similaires de façon similaire.
R4 : Il est inutile d’obliger les gens à faire ce qu’ils feront nécessairement d’eux-mêmes ; il est inutile d’interdire aux gens de faire ce qu’ils ne feront volontairement en aucun cas. »

Des règles à intégrer dans le débats? Surement.
Photo

Post has attachment
Le club discussion de Noé était présent à Clermont-Ferrand pour la conférence sur les DVP. Il ressort du colloque « Les discussions à visée philosophique de 5 à 18 ans à Clermont-Ferrand les 2/3-4 juin 2014 » que les Discussion à Visée Philosophique ou DVP peinent à s’intégrer dans un cadre scolaire de manière officielle. Entre autres raisons invoquées, la nature de l’exercice qui place l’enseignant en pair par rapport à l’élève, reviennent aussi le manque d’enseignants formés en philosophie et l’insuffisante maturité des enfants. Mais le problème n’est-il pas ailleurs ?
Lire la suite : http://www.clubdiscussion.fr/p/la-raison-de-la-difficulte-implanter.html
Photo

La question de l'enseignement de la morale à l'école dans l'excellent article de philo-magazine Avril 2014  
Cathy Legros y est citée :
" L’enseignement de la morale est immoral»
« Il est indispensable qu’à l’école, en démocratie, soit institué un lieu de créativité éthique et citoyenne pour le temps présent. On est loin du catéchisme républicain et de sa matraque doctrinale ».

Post has attachment
Encore Françoise Dolto ...
Comment se fait-il que la lecture de Dolto soit une aussi forte révélation pour la plus part d'entre nous et que rien ne change ... 40 ans après on lit, on se dit : mais oui, bien-sûr! Puis, on oublie et rien ne change. 
p 55 : "Ainsi quand les instituteurs (institutrices) veulent que les enfants les regardent, ils perdent 50% de l'attention des enfants. Pour nous, adultes, c'est le contraire : nous aimons  regarder la personne qui parle. L'enfant, lui, s'il a les mains occupées à autre chose, c'est à ce moment-là qu'il écoute fantastiquement, tout ce qui se passe autour de lui. Il écoute "en vérité", et mémorise." "Il ne faut pas que les enfants regarde le maître et surtout, il leur faut, pour bien écouter, bruiter tout le temps. Sil les enfants ne bruitent pas, s'ils ne jouent pas à quelque chose, ils n'écoutent pas." 

p43 : "Voici une chose très importante à savoir : l'enfant ne sait pas qu'il est un enfant, il est le reflet de la personne dont il est interlocuteur. il s'imagine dans une activité qui le valorise tout le temps et qui soutient son allant-devenant grand."

p113: Car le sujet n'a pas d'âge, il est tout de suite autant adulte qu'à vingt ans... Il n'y a pas d'âge. C'est pour cela qu'un enfant ne sait pas qu'il est enfant, car il est désirant et le désirant ne sait pas son âge. D'ailleurs, nous le savons tous? Quand nous désirons quelque chose et que les gens nous disent : " A ton âge!"  Ce n'est donc pas notre âge? On s'en fiche pas mal!
Pour un enfant c'est pareil : il a l'âge de son désir et nous le connaissons pas toujours. Il peut l'exprimer et, dans la mesure où il l'exprime, et où c'est réalisable socialement, lui dire par exemple :" Travaille à le réaliser, je ne suis  pas contre; je ne t'aiderai pas parce que ce n'est pas mon avis, mais tu as raison, pourquoi pas ? Continue" C'est cela qui est Important."

Tout est langage Folio Essais isbn 976-2-07-042472-6
Photo

Post has attachment

Post has attachment
Evènement - Conférence :  Les discussions philosophiques de 5 à 18 ans en milieu scolaire.
2,3 et 4 Juin 2014 - Clermont-Ferrand. Conférence ouverte au public.
 
Réfléchir à l’école est incontournable. Mais, l’école est-elle un lieu favorisant la réflexivité ? 

Post has attachment
La discussion en éducation et en formation
un nouveau champs de recherches  

Ce livre est constitué d'un ensemble d'article dont la plus part sont des éléments de réflexion incontournables. 

En voici quelques citations  de quelques articles ...

Yveline Fumat déclare :
"Les recherches faites aussi bien par l'école d'E.Pikler (Loczy) que par les chercheurs du CRESAS montrent que ces échanges sereins n(ont lieu que si l'enfant peu avoir une motricité libre , et si l'intervention de l'adulte n'est pas continue, contraignante, incessante ...."
"Le point de vue de l'enfant n'est pas réellement, authentiquement recherché ... Ainsi ce perpétuel "d'accord" lancé après chaque ordre donné, qui semble en principe réclamer l'avis de l'enfant, et qui pourtant complètement sourd à tous désaccord"
"... les parents .... doivent vouloir ce sue l'enfant aurait voulu s'il avait était capable d'être libre.

Dominique Bucheron déclare :
"Le maître qui fait discuter ses élèves n'enseigne pas directement , il partage l'aventure intellectuelle du groupe qu'il accompagne dans ses apprentissage."
"Il s'agit bien là d'un accompagnement participatif. Dans ce cas de figure, le maître montre comment on apprend en donnant le spectacle-du-maître-qui-ne-sait-pas-mais-qui-cherche."

Michel Tozzi nous dit :
"Il n'est plus question ici d’interroger l'élève pour savoir s'il sait, ou de donner la bonne réponse à un élève qui interroge, maisde l'accompagner pour qu'il trouve lui-même sa propre réponse à sa propre question: du moins si l'objectif est de lui apprendre à penser par lui-même, à philosopher.

Richard Etienne et Monica Gather Thurler déclarent :
... nous avançons l'hypothèse que des professionnels de la parole éprouvent de grandes difficultés éprouvent de grande difficultés à modifier leur comportement pour entrer dans une situation de dialogue qui ne serait ni dirigé, ni régulée par eux .....
 
A lire bien sûr !
Photo

Post has attachment
La plus belle histoire du langage 

Si au départ était le verbe, comment le verbe? pourquoi le verbe ?
Le verbe est un lien entre notre cerveaux et les autres ainsi qu'un lien envers nous même.
Depuis Antiphon  (au moins) le verbe permet même de soigner le corps ... Mais en prenant les choses à rebrousse poil, dans l'autre sens, en scrutant directement le cerveau avec des scanners et en observant les effets du langage pourra-t-on comprendre l'homme. L'homme est créatif (la preuve des enfants sourds qui élaborent seuls une langue des signes) mais il est aussi un logiciel vierge à programmer et il va se programmer vite, très vite. Voici quelques extraits du livre :
" un bébé « francophone » de quelques semaines est censé réagir, « s’étonner », s’il entend s’exprimer dans sa langue l’ami allemand ou
chinois de ses parents par exemple ?
— Absolument. Une expérience classique consiste à placer deux haut-parleurs devant un bébé, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche, chacun diffusant de temps en temps des phrases dans une langue différente ; puis on mesure à quelle vitesse l’enfant tourne la tête vers la source du son. À 2 mois, les petits Américains se tournent résolument plus vite vers le haut-parleur « anglophone » que vers le « francophone » ; c’est l’inverse pour les petits Français du même âge. À 4 mois, on obtient le même type de résultat avec des bébés espagnols et catalans, et pourtant la prosodie des deux langues est très, très proche… Encore mieux, à 5 mois, les petits Américains distinguent l’anglais-américain de l’anglais-britannique !"

Nous sommes donc bien (pré-)programmés pour parler et pour penser. Mais pourquoi parle-t-on ? Un livre extraordinaire : qui se lit comme un roman et est écrit dans le respect de la mesure et du doute scientifique le plus total.  

A lire donc. 
Photo

Post has attachment
Le cas Dominique de F.Dolto 1974.
Le cas Dominique est l'ensemble des entretiens  entre F. Dolto est un des ses jeunes patients. Si l'ensemble du livre est passionnant, c'est sur une pensée qui clôt ce livre que je voudrais attirer notre attention. F. Dolto  déclare en conclusion de son ouvrage :" Une société civilisée comme devrait être la notre ne se doit-elle pas :
- de protéger et de former au langage et aux échanges créatifs chaque membre de sa population enfantine?
- de rendre possible l'accession à la conscience de soi et l'insertion par le libre travail rémunéré, effectivement utile au groupe .....
- de soutenir chez chaque jeune dès l'école primaire la conscience de sa responsabilité interpersonnelle, sexuelle, politique, et son émancipation libre hors des cadres de son enfance dés que le désir l'incite à s'assumer personnellement ? il faudrait de nombreux foyers pour enfants et adolescents .... "
Photo
Wait while more posts are being loaded