Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
La vie mérite d'être vécue même si ce n'est pas toujours facile...
Photo

Post has shared content
« Il n'est pire tourment que de perdre un enfant ; lui survivre est incommensurable souffrance. »
                                   Philippe Laplace

Crépuscule d'un sourire

Dès que le vent du cœur exhale ses éclats de vie,
Dès que l'aube du sourire illumine leurs cœurs épris,
Il n'est plus grand bonheur dans les yeux des parents
Que de bercer sur leur sein l'innocence d'un enfant.

Un jour une ombre pourtant sillonne leur chemin
Et dépose sur ses lèvres le froid silence du destin.
Une ombre épaissie d'un brouillard sans aurore,
Éteint à leur vie l'éclat si tendre de son sourire d'or.

Dans l'air alourdi exhalant une froide chaleur 
qui étourdit leurs fronts et exhibe leur pâleur,
Un voile d’airain enténèbre le flambeau du jour,
Les frimas hantent leurs veines et pleurent des larmes sans amour.

L'insidieuse fortune a épuisé le cours de ses printemps,
L'infélicité, fille de l'hiver, murmure à l'oreille du temps,
L'hoir ne souffre plus, la sagesse peut pleurer,
Mais ce mal enduré, jamais les parents n'ont souhaité.

Il n'est pire tourment que de perdre un enfant.
Alors comprenez que son sourire douloureusement absent,
que ses rires et ses pleurs silencieux infiniment,
ne sont que des sujets à pleurer éternellement.

Comprenez que l'imprévu trépas on ne peut surmonter,
Car pour l'aurore naissante il n'est que le giron maternel.
Comprenez que nul autre ne peut pire bourrèlement éprouver,
Sinon qu'un noir destin vous a plongé dans son sinistre tunnel.

Comprenez enfin que le deuil n'est point maladie
Dont on peut guérir au premier détour de sa vie,
Qu'ils n'en ont nul besoin, ni envie de soulager,
Qu'au lieu de comprendre, soyez simplement désolé.

Sous la nue argentée, aux confins de l'Empyrée,
Il est en un décor ou il ne pourra plus jouer ;
Alors, dites simplement que vous vous rappelez,
Dites-leur simplement que de lui vous vous souvenez.

Le soir venu, tous deux reclus dans la chambre muette, 
Ils prient de se souvenir, ils frissonnent et souhaitent ;
La nuit est noire, le silence profond, et au matin levant,
Figés devant la glace, ils ne sont qu'ombre et navrement.

Dans leurs yeux fatigués, cernés par l’ineffable chagrin,
où s'effrite l'avenir, ou suffoque leur destin,
Il n'est point de lieu qu'ils n'aient besoin de visiter,
De leur merveilleux enfant, laissez-les simplement parler.

Dans cet antre de douleur dans lequel toujours ils s'épuisent,
Laissez-les vous dire ses rires, ses pleurs et ses jeux sous la brise ;
Et lorsque le temps rassérène les pleurs, vivez le nom de l'enfant,
Souvenez-vous décemment, mais toujours soyez présent.

Survivre à son enfant est incommensurable souffrance,
Laissez-les simplement pleurer, affronter leur désespérance ;
Eux seuls savent que leurs larmes ont le goût étrange
D'un petit être qui dans le firmament est devenu un ange.

Philippe Laplace
Crépuscule d'un sourire copyright © Tous droits réservés.

#citation   #poème   #enfant   #enfants   #poésie   #poésiedevie   #citations   #citationdujour   #hommage   #Chloé   #vie   #vivre   #vivreensemble   #famille   #enfance   #parents   #papa   #maman   #triste   #tristesse   #coeur   #désespoir   #souffrance   #douleur   #deuil   #mort   #décès   #drame   #détresse   #malheur   #père   #mère   #malheureux   #émotion   #émotions   #emotions   #maltraitance   #maladie   #violence   #colère   #victorhugo  
Photo

Post has shared content
Tu pense juger quelqu'un mais tu te juge toi même...
Ils ne savent que critiquer, juger, insulter, rabaisser. Ils aiment te détruire, te regarder sombrer. Mais c'est finit tout ça, tu vas te relever et te battre l'ami(e)Quoi que tu fasses, ils trouveront quelque chose a dire, alors passe au dessus de tout ça. Fais ce que tu veux, parce que tu n'as qu'une seule vie. Sois plus fort(e) qu'eux, montre leur qu'ils n'ont pas gagné. Arrête de pleurer, arrête d'abîmer ton corps, ils n'en valent pas la peine. Reprend confiance en toi, et vas jusqu'au bout du combat. La roue tourne, ils payeront leurs erreurs, crois moi. Et si ils touchent a ton bonheur, explose les sans rancœur car les préjugés, les moqueries et les clichés sont plus qu'encrés dans notre société d'antipathique, de raciste, de pessimiste à temps plein, d'homophobe.. Tout est placé sous le regard d'autrui, où chacun de nos gestes doivent être réfléchis avant qu'on nous colle une saloperie d'étiquette pour appartenir à une classe sociale. Ils nous promet une liberté et une égalité pour tous, mais qui nous expose chaque jour à des lois, qui nous expose chaque jour à des discriminations qui dirigé par les politiques, spéculateurs et usurpateurs alors que ceux qui ont l'esprit le plus ouvert sont les moutons de ces dirigeants.
T.Serge
Photo

Post has shared content
"Je ne veux pas d'une vie parfaite , je veux une vie heureuse"
Photo

Post has shared content

Post has attachment
'Je ne suis pas celui qui est en faute.
Le monde l'est.'
- Lelouch Lamperouge
Photo

Post has attachment
<< Sanae-San m’a dit que les endroits où je peux pleurer sont les toilettes…et dans les bras de papa. >>

— Ushio à Tomoya / Clannad AS
Photo

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded