Post has attachment

Post has attachment
Photo

Post has attachment
“The interesting thing is that the love story between Dora and #Kafka did not end with either of their deaths,” Diamant says. “It continues. It continues with me, through me.”

Post has attachment
Audiolibro de "La metamorfosis" en español

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
in Turkish

Post has attachment


LES TERMITES DE FRAGNEAUVILLE

En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. Franz Kafka, La Métamorphose.

Résumons, le voyage (et le sort...) de ces meubles et objets, vers la rue Lespinasse de Fragneauville.

Dans l'après-midi du jeudi 4 et du vendredi 5 février 2010, après avoir mis le dépôt à notre disposition; au volant de sa voiture de couleur bleue, le Dr. nous accompagne à «75». Nous arrangeons, pêle-mêle quelques effets, dans des gros sacs en plastique, et les déposerons dans une pièce de la grande maison en construction. La porte, comme les barrières, est robuste; les serrures sont de la marque Yale authentique.

Trois semaines et quelques jours après le séisme, ce sont des temps complexes et difficiles pour tout le monde. Surtout, ceux qui doivent apprendre à cohabiter avec un nouvel entourage absurde. Les mentalement fissurés ne comprennent pas encore, que rien ne sera plus comme avant; dans la vraie vie, et dans les comportements.

Le lundi 8 février, Frantz met à notre disposition un «truck», au réservoir convenablement rempli; conduit par Boss Michaud, assisté de Jimmy. Nous ajoutons Boss St. Vil, expert manutentionnaire du quartier. Ce lundi, nous ferons 3 voyages, entre Faustin 1er de Turgeau et la rue Lespinasse de Fragneauville.

Une fois le dernier voyage réalisé, les objets et meubles bien arrangés, le gardien de la maison nous informe,«il y a beaucoup, beaucoup de voleurs à Fragneauville». Hypocritement et la voix incorrectement préoccupée, il lui sera « difficile de protéger ces objets, malgré le fer forgé».

Lorsque nous prîmes le soin de rapporter ses propos au Dr., ce dernier nous répondit «[...] il refuse de comprendre qu'il est bien payé pour le peu qu'il fait comme travail. Je correspondrai avec lui!».

Les termites ont commencé à soustraire des objets, le samedi 29 mai 2010, vers 12h35pm. A partir du moment que commencèrent les travaux de pose de carreaux de céramique. En déplaçant meubles et objets vers une grande pièce du rez de chaussée; un robuste chargeur, pour batteries Trojan, acheté à MATELEC, fond. Du verbe disparaitre, comme synonyme de fondre!

Ces mêmes termites, sans autorisation, utilisent notre télé; le ventilateur et le réfrigérateur, à partir d'une prise illégale. Une paire de chaussure noire, Florsheim imperial, cadeau de Puchy Lalane pour les grandes sorties, disparaît; rongée, je présume, sans aucune trace. A chaque visite, malgré tout, madame ne manque pas de gratifier les termites.

Visiblement, lorsque nous prenons le four et la machine à coudre, les termites grimacent en silence.

Le 12 juillet 2010, vers 9h30 du soir, nous laissons «83» vers un quartier de«75», situé à environ 1k et demi de la rue Lespinasse.

Un remarquable fait d'armes des termites mérite d' être souligné: la disparition d'un sac contenant une vingtaine de livres (ouvrages/bouquins). Contrairement aux termites classiques, qui transforment les objets attaqués en poudre, la variété de Lespinasse pulvérise avec une surprenante célérité et emporte les traces!
Le travail réalisé en moins de 36 mois (2011-14) est troublant !

Surtout lorsqu'on pense aux ustensiles, cadeaux de mariage de madame. Et même la base métallique d'un lit!
En renouvelant «nos excuses»; il s'agit d'une catégorie phénoménale, les termites de Fragneauville...

Gilbert Mervilus
Dimanche 17 avril 2016

Photo: gregor samsa, tumblr.com 
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
In the course of researching his acclaimed three-volume biography of #FranzKafka, Reiner Stach discovered numerous curiosities and idiosyncrasies about the writer that, taken together, complicate the image of Kafka as a tortured neurotic. 
Wait while more posts are being loaded