Post has shared content
Amigos, poderiam ajudar nos comentários em relação a uns crentes fanáticos aqui? Basta clicar primeiro abaixo e comentar no local para onde for direcionado.

Post has shared content

amigos amigas les invito a www.muyculonas.blogspot.com es un blog de mi amiga Lili Argenta Hot espero puedan seguirla todas las chicas

Post has attachment

Les strophes d’un baiser

Ô ma Douce,
entends-tu
le chant du vent
qui nous récite des odes de liesse

dessus
nos fronts graciles,
dessus
les rimes de nos nudités ?

Il rapporte au monde
l’émoi de nos ébats
sur
la mousse des forêts

quand
les lys de mes lèvres
sacralisent
les fleurs de ton vagin si rose.

En me penchant,
j’ai déposé voilà peu
les
strophes d’un baiser

au
gré de ton corps,
le monde connaît
le lac de ta Beauté, et

le vin de nos cyprines
que nous buvons
à la sainte table
de nos orgies si douces et si féminines.

Demain,
comme chaque jour,
j’entrelacerai, nue,
mes jambes aux tiennes et

j’écrirai
au
fronton du zéphyr
les noces de notre passion.

Sophie Rivière

Les sanglots de ton rut

La nuit vient de tomber.
Nous sommes seules désormais,
dans ce boqueteau du Maine,
sous le dais étoilé,

éloigné de toute agitation,
l’offertoire du vent
cajole nos chairs nues,
alors que ton corps repose,

alangui,
contre la livrée d’une ramure.
Ta joliesse resplendit
aux châteaux des ivraies

que conte
la stance des colombes,
les boucles de ta chevelure
enlacent une rose.

Tu te lèves pour cueillir
l’haleine d’un soupir
et offrir à la Terre
le cantique d’un rêve,

mais, soudain,
tu deviens sauvage et terrible,
tu entâmes une danse rituelle,
un hymne à nos sœurs saphiques,

tu avances et tu recules,
tes orteils soufflètent les pâturages,
tes mains fines et lisses frôlent
ton buste menu qui tressaute,

tu câlines tes hanches
et tes jambes effilées,
tu lèves tes yeux vers moi,
fière et suppliante,

ton index droit s’égare
dans l’hermine de ton pubis,
hésite, effleure
le maître-autel de ta Grâce,

puis s’infiltre
en ta vulve
jusqu’
à ta matrice,

et continue
longtemps
son
manège si impatient et si ravissant,

ensuite, tu fermes
tes paupières langoureuses,
tes lèvres d’angelot
confessent

la
lave de ta lumière
et
la fougue de notre amour,

les sanglots de ton rut
transpercent
les murailles des fleuves,
des hameaux et des villes.

Le cœur battant la chamade,
je te berce maintenant,
mon
Impératrice de beauté,

dans
la crique de mes bras
où tu t’es réfugiée,
anéantie de bonheur.

Demain, quand le soleil
sera à son apogée,
je
mélangerai le miel de nos semences,

et je le suspendrai
aux faîtes des rivages du Loir
afin de montrer à l’Univers
la puissance de notre adoration !

Sophie Rivière

Alguém me chama no whats proucuro novas amizades 11995873276 é só chamar só mulheres e homens

Tes longs cheveux de soie

Parfois,
quand les soucis m’assaillent,
ou que la Nature s’éteint l’hiver
laissant les bocages désolés,

je te regarde,
ma Fée de liesse,
ta joie émeut
alors mon âme

parmi
la prée et les myosotis,

où vogue le Loir.

Quand
tu sortons,
le souffle éparpille
tes longs cheveux de soie,

nous errons
main dans la main,
au gré
des charmilles et des blés,

face
aux
cueillaisons
des comètes,

le cœur léger,
avec pour unique soleil
la
cathédrale de notre amour.

Chaque jour,
j’entraîne
parmi la musique du vent
les fleurs du bonheur nous virent

à
maintes reprises
nous étreindre et
échanger des baisers

derrière
les haies,
à l’abri des regards indiscrets
et des paroles de fiel.

Anuit*,
la tendresse baigne
toujours
le rosaire de clarté

et
de notre quiétude
face
aux pavois d’attente.

anuit* : terme dialectal manceau signifiant aujourd’hui

Sophie Rivière

Qui est mélopée de beauté

Qui y a-t-il de plus merveilleux
que l’extase de l’aurore
sur les flots du Loir,

que le dais des fleurs
quand survient
le sourire du printemps,

que l’hymne des bocages
se balançant
sur l’arche des nuées,

que les voûtes des cieux
où séjourne
la houle des splendeurs,

qui y a-t-il de plus beau
que la coupe du soleil qui ondoie
au Midi dans les champs consumés de joie,

qui est mélopée de beauté
parmi les émaux des fougères,
qui brode notre destin à la croisée des chemins,

qui édicte
la douceur des roseaux,
et la bénédiction de la clarté,

qui caresse de sa main menue
les enfants et les blessés de la vie,
qui est l’inspiration et l’hymne de l’Aède,

devant quel être si sublime les oiseaux
se prosternent-ils éblouis par sa grâce
au fronton du Monde, si ce n’est la Femme !

Sophie Rivière

Post has attachment
Que festa linda, o mulherada linda e gostosa.
Photo
Wait while more posts are being loaded