Post has shared content
A CAUSE DE QUOI LES JEUNES AFRICAINS METTENT-ILS LEUR VIE EN DANGER EN EMPRUNTANT LE CHEMIN QUI EST COMME UNE LOTERIE POUR ACCEDER EN OCCIDENT ? MES CHERS AMIS, L’OCCIDENT N’EST PAS LE ROYAUME DES CIEUX, CE N’EST NON PLUS UNE CATASTROPHE ETERNELLE SI ON N' Y VA PAS

C’est le 549ème message

Jusqu’à quand les hommes de cette génération vont-ils comprendre que Dieu a créé l’homme avec deux corps : le corps physique ou charnel, tiré de la poussière de la terre qui est une motte de terre, et le corps spirituel, qui est l’esprit qu’il avait introduit au travers des narines de cette motte de terre? Voila pourquoi il est écrit : « L’Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant.» (Genèse 2/7). Etant donné que l’esprit de l’homme vit par l’obéissance à la parole de Dieu, et meurt par la désobéissance à cette parole, Dieu a donc mis une parole au devant des premiers hommes au jardin d’Eden qui les amenait à vivre s’ils s’abstenaient de manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, et ils mourraient s’ils désobéissaient en mangeant ce fruit ; voilà pourquoi il est dit : « L’Eternel Dieu donna cet ordre à l'homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2/7).

Adam et Eve avaient désobéi à cette parole en mangeant le fruit de cet arbre tel qu’il est dit : « La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.» (Genèse 3/6). Voilà donc comment le corps spirituel de l’homme avait perdu la vie ou le pain de vie à travers la désobéissance à la parole de Dieu au jardin d’Eden. Mais quant au corps physique ou charnel qui est une motte de terre, il consomme les choses de la terre jusqu’au jour où il va rentrer dans la terre d’où il provient. C’est pourquoi Dieu dit à l’homme : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.» (Genèse 3/19). Et Dieu n’avait pas trouvé bon de faire vivre à l’infini le corps physique ou de terre de l’homme, et a limité sa durée de vie à environ 120 ans tel qu’il le déclare : « Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.» (Genèse 6/3).

Ce qui fait que depuis la perte du pain de vie du corps spirituel par les premiers hommes au jardin d’Eden, l’humanité toute entière n’avait plus le pain pour faire vivre le corps spirituel ou l’âme, mais le pain de poussière pour manger et faire vivre le corps de terre. Donc il y avait le corps physique ou charnel qui vivait parce qu’il avait le pain de farine, et le corps spirituel ou l’âme qui n’avait rien du tout et était morte. Mais Dieu promettait et démontrait aux hommes qu’ils auront un jour le pain pour leurs corps spirituels ou pour leurs âmes venant du ciel, pain qui donnera aussi la vie à leurs corps restés longtemps sans nourriture. Ainsi, il avait fait preuve en faisant pleuvoir depuis le ciel le pain du corps physique ou charnel qui était l’ombre du pain à venir pour le corps spirituel. Voila pourquoi il avait fait savoir à Moise qu’il fera pleuvoir le pain, et le peuple le ramassera tel qu’il est écrit : « L’Eternel dit à Moïse: Voici, je ferai pleuvoir pour vous du pain, du haut des cieux. Le peuple sortira, et en ramassera, jour par jour, la quantité nécessaire…» (Exode 16/4). Et le pain du corps spirituel ou de l’âme est le seigneur Jésus, sa parole qui est esprit et vie, qui vivifie non le corps charnel qui ne sert de rien, mais le corps spirituel; c’est même pour cela qu’il dit : « C’est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.» (Jean 6/63).

Ce pain qui donne la vie au corps spirituel ou à l’âme est le seigneur Jésus ; voilà même pourquoi il dit : « Je suis le pain de vie.» (Jean 6/48). Ce pain est cette parole de Dieu apportée par le seigneur Jésus et qui est aussi lui-même. Celui qui vivra cette parole vivra dans son corps spirituel ou son âme ; c’est-à-dire, celui qui mangera ce pain vivra par lui. Le seigneur Jésus, cette parole ou ce pain nous vient du ciel pour donner la vie éternelle à notre corps spirituel qui n’avait plus la vie ; voila pourquoi le seigneur Jésus dit : « C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. » (Jean 6/50-51).

Le seigneur Jésus avait fait comprendre au peuple d’Israël que celui qui le mange aura la vie ; parce qu’il est le pain de vie, et que leurs pères avaient mangé le pain au désert et ils sont morts, mais qu’il est le pain qu’on mange pour ne pas mourir, et qui fait vivre éternellement ; voila pourquoi il dit : « Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement.» (Jean 6/57-58).

Le seigneur Jésus continue en disant au peuple que Moise ne lui avait pas donné le véritable pain, mais que le véritable pain a été donné par son père : c’est sa parole ; tel qu’il dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde.» (Jean 6/32-33). Voila pourquoi le seigneur Jésus, la parole, qui est le pain qui donne la vie au corps spirituel, avait également multiplié un jour le pain du corps physique ou charnel qui finit sa course dans le W.C ; et lorsqu’il avait demandé aux apôtres pourquoi ils ne le quittaient pas comme les autres, l’apôtre Pierre, reconnaissant qu’ils ne suivaient pas le seigneur pour le pain de la poussière mais pour le pain de vie qui est la parole de vie, avait fait comprendre au seigneur que cette parole qui est le véritable pain qui nourrit leur corps spirituel éternellement ne se trouve pas en une autre personne, ni en un autre endroit ou lieu, mais en lui seul tel qu’il est écrit : « Jésus donc dit aux douze: Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller? Simon Pierre lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.» (Jean 6/67-68).

Cette parole est un pain, et ce pain est une parole, et tous sont le corps de Christ ; voila pourquoi lorsque le seigneur Jésus était à table avec les premiers disciples, il prit le pain sans levain, c’est-à-dire le pain sans péché, le découpa et le leur donna tel qu’il est dit : « Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps.» (Matthieu 26/26). Sachant que Dieu a limité la durée de vie de la chair à 120 ans environ, et que de nos jours il est difficile d’atteindre 100 ans, l’homme devait s’empresser pour gagner abondamment ce pain ou cette nourriture qui pourra l’amener à vivre éternellement au royaume des cieux ; car il entre dans ce monde, c’est-à-dire sort du ventre d’une femme étant pauvre et mort dans son corps spirituel ou son âme, et le quitte lorsque son esprit sort et que sa chair regagne la terre.
Nous vivons les derniers jours où le seigneur Jésus est près de revenir chercher ceux qui ont mangé le pain de vie, le corps de vie, la parole de vie pour vivre éternellement avec lui au royaume des cieux. Depuis la venue physique du seigneur Jésus sur la terre, le royaume des cieux a commencé à être annoncé, et il faut un grand sacrifice et une grande souffrance pour y entrer tel qu’il dit : « La loi et les prophètes ont subsisté jusqu'à Jean; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer.» (Luc 16/16). Mais les jeunes africains ont confondu le royaume des cieux à l’occident où ils cherchent à arriver à tout prix ; ils empruntent le chemin de la mer et du désert, et cela est devenu comme une loterie où il est plus facile de mourir que d’arriver. Car ils se noient souvent dans la mer, d’autres meurent au désert par morsure de serpent ou de scorpion, quelquefois, ils tombent entre les mains des terroristes qui les dépouillent et prennent premièrement leur argent et autres biens matériels avant de les tuer.

Avec tous ces risques, les jeunes africains mettent leur vie en grand danger ; car ils veulent accéder en occident par tous les moyens et par n’importe quelle voie. Ces jeunes africains meurent souvent sans pain de vie ou Jésus-Christ, et pour eux, périr ou mourir parce qu’ils partaient en occident est préférable que de rester pauvres et mourir dans leurs pays ; ils pensent y gagner facilement beaucoup d’argent pour pourvoir aux meilleures conditions de vie du corps physique ou charnel. Mais ce que je voudrais dire aux jeunes africains qui nourrissent le rêve d’atteindre l’occident à tout prix, c’est que le plus important est de chercher les meilleures conditions de vie du corps spirituel, parce que c’est ce corps qui est éternel. Le corps charnel ou la motte de terre n’a que quelques années à passer sur terre avant de regagner la terre ; et il n’y a aucun danger pour le corps charnel ou la motte de terre de mourir sans gagner ni amasser les choses de la terre, parce que la terre ne pourra pas refuser le corps ou le cadavre qui n’est pas revêtu, emballé de drap, mis à terre sans cercueil, ou parce qu’il n’a pas laissé de nombreux biens matériels, une femme, un mari, un enfant. Donc la terre reçoit toute motte de terre qui est une partie d’elle ayant terminé son tourisme dans le monde. Mais par contre, Dieu ne reçoit pas l’âme qui n’a pas Jésus-Christ, car elle est sans valeur et ne peut pas vivre dans son royaume.

Jean Baptiste se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage tel qu’il est dit : « Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.» (Matthieu 3/4) ; mais il a été reconnu par le seigneur Jésus pour le plus grand parmi tous ceux qui sont nés de femmes tel qu’il rend témoignage de lui en parlant aux disciples en ces termes : « Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean Baptiste….» (Matthieu 11/11). Lorsque nous lisons la parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare que le seigneur Jésus nous a enseignée, nous comprenons beaucoup de choses (Luc 16/16). De même, Salomon à qui Dieu avait dit de lui demander ce qu’il voulait tel qu’il est écrit : « A Gabaon, l'Éternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit: Demande ce que tu veux que je te donne.» (1 Rois 3/5), est un enseignement pour nous.

Salomon n’avait pas demandé à l’Eternel les richesses de la terre ni une longue vie dans le corps charnel, mais plutôt le cœur de Dieu pour haïr le mal, aimer le bien et le devoir à son prochain tel que fut sa demande : « Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux?» (1 Rois 3/9). Et cette demande avait plu à Dieu qui lui avait donné même ce qu’il ne lui avait pas demandé tel qu’il est dit : « Cette demande de Salomon plut au Seigneur. Et Dieu lui dit: Puisque c'est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l'intelligence pour exercer la justice, voici, j'agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu'il n'y aura eu personne avant toi et qu'on ne verra jamais personne de semblable à toi. Je te donnerai, en outre, ce que tu n'as pas demandé, des richesses et de la gloire, de telle sorte qu'il n'y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton pareil. » (1 Rois 3/10-13).

Le seigneur Jésus nous recommande en disant : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.» (Matthieu 6/33). Lorsque le seigneur Jésus avait jeûné pendant quarante jours, il eut faim, et le diable lui demanda de transformer les pierres en pain de farine ; mais il lui répondit que l’homme ne vivra pas seulement de pain de farine, mais de toute parole qui sort de la bouche de l’Eternel, et c’est cela le véritable pain. Voila pourquoi il est écrit : « Le tentateur, s'étant approché, lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit: Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4/3-4). Mais, lorsque les jeunes africains mettent leur vie en péril à la traversée de la mer ou du désert, ce n’est pas pour aller chercher le pain qui donne les meilleures conditions de vie spirituelle ; ils sacrifient leurs corps et âmes pour des vanités car, la nourriture qu’ils vont manger de ce côté finira sa course dans les W.C, les vêtements et chaussures qu’ils vont porter, les voitures et autres matériels de casse qu’ils vont ramener en Afrique achèveront leur course dans les bacs à ordure, même les maisons construites par l’argent ramené de l’occident vieilliront et rentreront dans la terre comme leur chair. Voila pourquoi tout ce qui n’est rien est poussière et rentrera dans la poussière tel qu’il est dit : « Tout va dans un même lieu; tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière. » (Ecclésiaste 3/20). C’est pour fuir la misère charnelle que certaines jeunes africaines qui arrivent en occident, rescapées à la traversée de la mer et du désert, se livrent facilement à la prostitution avec les hommes ou avec les animaux.

Mais à Dieu seul, la volonté de sauver les jeunes africains qui rêvent et courent le risque de mourir dans la mer ou au désert, en partance pour l’occident à la quête des vanités pour les meilleures conditions de vie du corps charnel qui ne sert à rien, à travers son fils Jésus-Christ qui nous sauve en nous disant : « C’est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. » (Jean 6/63).

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

Site-Web: www.champidino.org
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo
Wait while more posts are being loaded