Post has attachment
Quand le lactose pose problème

Dix réponse claires à vos questions sur un sujet souvent confus: l'intolérance au lactose
1) Le lactose, c’est quoi au juste?
C’est le principal sucre du lait, présent dans une proportion de 5 %. En plus de fournir de l’énergie, il joue un rôle important dans l’intestin où il se transforme notamment en acide lactique, un antiseptique naturel. Le lactose se compose de deux sucres simples : glucose + galactose. Pour être digéré, il doit être scindé en deux par une enzyme intestinale appelée lactase.
2) Est-il vrai que la majorité des humains ne peuvent digérer le lait?
Il est vrai que la production de lactase intestinale diminue significativement après le sevrage. À un an, le niveau d’activité de la lactase chez le bébé ne correspond qu’à la moitié de ce qu’il était à sa naissance. Entre trois et cinq ans, la lactase diminue de 90 à 95 % chez les trois quarts des gens de la planète. Plusieurs personnes – notamment les personnes noires, asiatiques, amérindiennes ou hispaniques – sont considérées comme ayant une capacité réduite à digérer le lactose du lait. Il s’agit là d’un phénomène normal de la physiologie humaine. Cette condition est moins présente chez les populations nordiques d’Europe, d’Amérique, de même que certains peuples nomades, comme les Bédouins d’Arabie et les Touaregs ou hommes bleus du Sahara.
La nature étant bien faite, le corps s’adapte et réussit à tolérer une certaine quantité de lactose à la fois. Cependant, lorsque la consommation de lactose excède la capacité digestive, variable d’une personne à l’autre, des malaises gastro-intestinaux (crampes, ballonnements, flatulences, diarrhée) apparaissent de 30 minutes à 2 heures après la prise de lait ou de certains produits laitiers. Ces inconforts sont provoqués par la fermentation bactérienne des sucres qui ne sont pas complètement absorbés par le petit intestin, entraînant par la suite une production de gaz au niveau du côlon.

3) Que faire si l'on suspecte une intolérance au lait?
On peut faire confirmer ses doutes par un médecin qui fera passer un test d’hydrogène respiratoire ou de glycémie. « Pour ma part, ça fait plus de 20 ans que je ne fais plus passer ces tests! », affirme le Dr Patrick Godet, gastroentérologue à LaSalle. « Les personnes intolérantes au lactose n’ont pas vraiment besoin de subir ces examens, car elles ont déjà associé leurs malaises à la consommation de lait. En retirant les produits laitiers de leur alimentation durant quelques jours, les symptômes disparaissent complètement. »
Le médecin s’assurera toutefois qu’il n’y a pas d’autre problème sous-jacent.
En effet, beaucoup de gens – qui ne présentent pourtant pas de malabsorption – éliminent d’eux-mêmes le lait inutilement après une diarrhée ou une mauvaise digestion. Selon le Dr Godet, leur problème peut avoir été causé : 1) par d’autres aliments (ex. famille du chou ou des oignons, légumineuses, épices fortes); 2) par une maladie digestive comme la maladie cœliaque ou de Crohn; 3) par une intoxication alimentaire; 4) ou être secondaire à la prise d’antibiotique ou à une gastro-entérite de type turista. Dans ces cas, l’intolérance au lactose est temporaire et se rétablit progressivement chez la plupart des gens. D’autres conserveront une intolérance à long terme.

4) Pourquoi donc insister sur le lait?
Éliminer toute trace de lait dans son alimentation n’est pas sans conséquence. Le lait est un aliment économique, très polyvalent en cuisine (potages, sauces, crêpes, pouding, desserts...) et de grande valeur nutritive. Il fournit à lui seul 16 éléments nutritifs essentiels, dont des protéines de haute qualité, beaucoup de calcium assimilable et de la vitamine D.
En 2010, la plus haute instance américaine en santé, le National Institutes of Health, affirmait dans son consensus scientifique que les personnes ayant une intolérance au lactose (réelle ou perçue) qui évitent les produits laitiers ingèrent des quantités inadéquates de calcium et de vitamine D, deux nutriments extrêmement importants pour la santé des os. Fait intéressant, les personnes intolérantes au lactose qui consomment des produits laitiers présentent moins de symptômes que celles qui n’en consomment pas. Avant de bannir à tout jamais le lait et les produits laitiers de votre alimentation, lisez la réponse à la prochaine question.
5) Doit-on éliminer tous les produits laitiers de notre alimentation?
Non, tout dépend du seuil de tolérance de chacun. Contrairement aux rumeurs populaires, la plupart des personnes intolérantes au lactose peuvent consommer certains produits laitiers en présentant un minimum de symptômes et améliorent leur tolérance avec une consommation régulière de lactose.
o Lait : Même avec une activité enzymatique réduite, plusieurs personnes tolèrent bien le lait entier aux repas, une petite quantité à la fois (125 ml ou 1/2 tasse). Le lait à 3,25 % M.G. est préférable au lait écrémé, parce que le gras qu’il contient ralentit son passage dans le tube digestif. Si le lait vous crée des problèmes même à petites doses, optez pour le lait prêt-à-boire réduit en lactose comme Lactaid ® et Lacteeze ®, vendu dans la plupart des épiceries. Son goût est toutefois plus sucré que le lait ordinaire. Il existe aussi des gouttes de lactase que l’on ajoute au lait ordinaire 24 heures avant de le boire et qui coupent le lactose présent en fragments digestibles.
o Fromages : À l’exception des fromages fondus et des fromages frais (cottage, ricotta, fromage blanc…), les fromages affinés contiennent naturellement très peu de lactose. Selon l’agronome Jacques Goulet, professeur en Science des aliments et nutrition à l’Université Laval, 80 à 90 % du lactose est éliminé sous forme de lactosérum lors de la fabrication; le reste se décompose au cours du vieillissement du fromage. Un bon tuyau : plus le pourcentage d’humidité est bas, moins le fromage contient de lactose.
o Produits laitiers fermentés : Le yogourt est habituellement bien toléré, même dans les cas d’intolérance grave. Recherchez ceux avec probiotiques (toutes les souches, sauf Lactobacillus GG), des cultures bactériennes actives qui produisent les enzymes nécessaires pour digérer le lactose. Le lait fermenté probiotique comme BioK+ agit aussi à la manière d’un yogourt pour favoriser la digestion du lactose. Enfin, le kéfir, véritable consortium de plus de 30 espèces de microorganismes, constitue un autre bon choix, car il contient des ferments lactiques et des levures qui transforment le lactose en acide lactique et en alcool (d’où l’effet pétillant du kéfir).

6) Que faire lors de sorties au restaurant ou chez des amis?
Il est pratique d’avoir sous la main des comprimés de lactase, de l’enzyme artificielle, que l’on avale juste avant de consommer des produits laitiers. On les trouve en vente libre en pharmacie.
7) Chèvre, brebis, soya… qu’en est-il des autres laits?
Les laits de tous les mammifères, dont la chèvre ou la brebis, contiennent du lactose. Quant au soya, il s’agit d’une boisson préparée à base d’eau et de fèves de soya : par conséquent, cette boisson est exempte de lactose. Si vous en consommez, assurez-vous de choisir une boisson de soya enrichie en vitamine D et en calcium.
8) Est-ce que la cuisson détruit le lactose?
Non, le lactose ne disparaît pas à la cuisson. Potage, sauce béchamel, pouding au riz, crème caramel, tapioca, crêpes… tous ces aliments sont des sources considérables de lactose.
9) Quelle est la différence entre l’intolérance et l’allergie au lait?
L’intolérance alimentaire fait référence à l’apparition de symptômes digestifs qui surviennent après l’ingestion de certains aliments. D’un point de vue médical, elle ne nuit pas à la santé physique de l’individu qui en est atteint. Dans le cas du lactose, l’intolérance est reliée à un glucide du lait. L’allergie au lait est plutôt causée par une réaction anormale du système immunitaire aux protéines du lait. Elle débute chez le nourrisson, disparaît vers l’âge de trois ans et est plutôt rare chez l’adulte. L’allergie peut se manifester par des réactions telles qu’urticaire, rougeurs, eczéma, diarrhée ou constipation, congestion nasale, toux, difficultés à respirer et vomissements. Ce problème sérieux doit être pris en charge par le pédiatre de l’enfant ou par un allergologue.
10) Boire du lait est-il contre nature?
Pour certains individus, l’humain est la seule espèce à se nourrir du lait d’un autre mammifère. Ils prônent aussi qu’après le sevrage, le corps cesse de produire l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose, signe qu’il faut respecter en évitant les produits laitiers. D’autres personnes soutiennent que le côlon s’adapte à la présence de lactose et peut très bien le tolérer. C’est aussi ce qui se produit avec les légumineuses, le corps ne possédant pas les enzymes requises pour digérer leurs glucides complexes. Pourtant, il s’accoutume et, petit à petit, se débarrasse des inconforts digestifs. L’humain est aussi la seule espèce à cuire ses aliments, à porter des vêtements, à cultiver des légumes et à avoir mis le pied sur la Lune. Un débat qui perdure… Libre à chacun de tirer ses propres conclusions!

ALIMENT PORTION TENEUR EN LACTOSE (G)
Babeurre 250 ml (1 tasse) 12 grammes de lactose
Beurre 5 ml (1 c. à thé) trace
Cottage 125 ml (1/2 tasse) 2 à 4 grammes de lactose
Crème fraîche 15 ml (1 c. à soupe) 0,5 grammes de lactose
Crème glacée et lait glacé 125 ml (1/2 tasse) 5 grammes de lactose
Fromages (bleu, camembert, cheddar, à la crème, gruyère) 28 g (1 oz) trace
Lait (vache, chèvre) 250 ml (1 tasse) 11 grammes de lactose
Parmesan râpé 15 ml (1 c. à soupe) trace
Yogourt 125 ml (1/2 tasse) 6 grammes de lactose
Photo

Post has attachment
Voici LA vraie façons d’égoutter les pâtes alimentaires! Digne d’un resto, votre repas sera 10 fois meilleur! Vos convives en redemanderont!
Voici toutes les informations pour devenir un pro des pâtes!
À NE PAS FAIRE:
...
1- Ne pas égoutter les pâtes et les mettre directement dans l’assiette pour ensuite ajouter la sauce chaude.
2-Ne jetez pas l’eau des pâtes dans l’évier. Vous aurez besoin de l’eau de pâte plus tard.
3-Ne les rincez pas à l’eau froide! Vous perdez ainsi tout l’amidon, sans amidon, vous n’aurez pas la sensation de pâtes soyeuses en bouche.
4-Ne laissez pas les pâtes égouttées sur le comptoir pendant que vous préparez la sauce ou d’autres aliments. Elles deviendront collantes.
5-Et n’ajoutez surtout pas la sauce chaude sur les pâtes collantes!
CE QU’IL FAUT FAIRE:
1-Égouttez les pâtes au dessus de la casserole et déposez-les directement dans la casserole de sauce chaude.
2-Faites chauffer environs 1 minute, ainsi les pâtes absorberont un peu de sauce.
3-Ajoutez juste un peu d’eau de cuisson des pâtes à la préparation pour ajouter de la saveur de pâte.
4-Après que les pâtes et la sauce ont chauffés 1 minute, fermez le feu, ajoutez un peu beurre, un peu d’huile et un peu de fromage à la préparation.
5-Si vous ajoutez des fines herbes, ajoutez-les maintenant, c’est préférable à simplement les saupoudrez sur le dessus du plat.
Ça donne envie de manger de bonnes pâtes n’est-ce pas? MIAM!
Photo

Post has attachment
Hummmm Quelle Délice:

Les sardines -

Savez-vous d’où vient l’expression: « tassés comme des sardines »? Il paraît qu’à l’époque, l’huile dans laquelle on conservait les sardines était plus chère que les sardines elles-mêmes. Donc, on a...vait intérêt à bien serrer ce petit poisson qu’on disait « du pauvre ».

La sardine tire son nom de la Sardaigne, une petite île au large de l’Italie, où jadis elle fut pêchée en abondance. Il s’agit d’un poisson qui vit en banc dans la Méditerranée, l’Atlantique et le Pacifique.

Parce qu’elle compte plusieurs espèces différentes, on la retrouve sous d’autres appellations comme sardinettes, sardines de sprat, ou pilchard pour les Français.


Quant à la « sardine canadienne », pêchée dans nos eaux et principalement mise en conserve par la compagnie Brunswick, elle n’est pas véritablement une sardine. La « sardine canadienne » est en réalité un petit hareng. La loi canadienne sur l’étiquetage regroupe une vingtaine d’espèces de petits poisson sous le terme générique sardine, dont certains poissons de la famille des harengs.


Sardine-santé!

Pour Michel Lucas, chercheur à l’Université Laval et Gaspésien de surcroît, le poisson est un véritable passeport-santé! « Plus on consomme de poisson, plus la diminution de mortalité cardio-vasculaire est importante », explique-t-il. Selon lui, on peut arriver à des résultats similaires en consommant du poisson tous les jours qu’en ingérant tous les jours une pilule pour réduire son taux de cholestérol. M. Lucas croit qu’en combinant les deux, il est possible d’obtenir encore de meilleurs résultats.

Il est démontré que les oméga-3 de type DHA et EPA contenu dans la chair de certains poissons jouent un rôle important dans la prévention d’une multitude de problèmes cardiovasculaire, en plus de contribuer à atténuer les symptômes de la dépression et de l’arthrite. Ils favorisent aussi le développement du cerveau des bébés. Et bonne nouvelle: la sardine contient beaucoup d’oméga-3.

Sur le marché, on retrouve une grande variété de sardines en conserve. Sur certaines de ces conserves, la teneur en oméga-3 est indiquée. Il faut toutefois savoir que ces informations sont basées sur une moyenne.

Pour en savoir plus, l'épicerie a donc testé dans un laboratoire indépendant 6 échantillons des marques les plus courantes. Chaque portion de 100 gr de sardines, sans compter l’huile, contient entre 1,3 et 3,3 grammes d’oméga-3.

Selon Michel Lucas, la quantité minimum d’oméga-3 à consommer par jour est de 500 mg . Ainsi, consommer par exemple 100 grammes de sardines, une portion raisonnable, donne de l’oméga-3 pour 2 à 3 jours. « Donc, si vous en consommez 2 à 3 fois par semaine, vous êtes protégé de plusieurs problèmes de santé », conclut M. Lucas.

L’épicerie a aussi envoyé en laboratoire plusieurs échantillons de sardines fraîches et surgelées. On y retrouve des taux d’oméga-3 de 3 à 6 grammes, des taux exceptionnels, deux fois plus importants que la meilleure conserve de sardine.

Pourquoi de tels résultats? Plus un poisson est gros, plus il accumule de matière grasse, donc plus il contient d’oméga-3. Le moment de la pêche importe aussi: la portion de matières grasses dans les sardines est à son maximum dans la période d’août à septembre. Elle est au plus bas au mois d’avril, au moment où elle fraie.

Alors, si on recherche des oméga-3, la sardine mérite vraiment notre attention. La sardine en conserve est un choix pratique et a bon goût. Comme on mange les os du poisson, il s’agit aussi d’une bonne source de calcium. Mais si on décide de la manger grillée, vaut-il mieux l’acheter fraîche ou surgelée?


Sardine frâche et sugelée

Pour Antoine Ribeiro, de chez Poissonnier Antoine, il es préférable d’acheter la sardine surgelée. « Mieux vaut un poisson congelé frais qu’un mauvais frais qui a voyagé », soutient-il.

Un sac de près de 1 kilo de sardines surgelées coûte 3,50 $. La même quantité de sardines fraîches revient à environ 12 $. En conserve, on peut payer aussi peu que 89 ¢, et jusqu’à 6,99 $ la boîte, pour des produits dits haut de gamme.


La sardine est à la base un plat de tous les jours pour bien des gens, mais elle peut aussi se parer de ses plus beaux atours dans les restaurants portugais, comme le fait Héléna, du Portus Calle, à Montréal.

La sardine a un goût très prononcé. De plus, comme la sardine est généralement cuite entière, les abats lui donnent plus de goût. Héléna ajoute des poivrons grillés à son poisson, ainsi qu’un filet d’huile d’olive. Elle l’apprête également en filets pour ceux qui préfèrent ne pas voir la tête du poisson.
Photo

Post has attachment
ESSAYEZ-LE C'EST VRAI :
Photo

Post has attachment
Quel est ton fruit préféré :
Photo

Post has attachment
Une Bonne Ratatouille fait avec amour.
Photo

Post has attachment

Post has attachment
Manger de l’ail cru réduit le risque de développer un cancer du poumon
Une étude menée en Chine révèle que consommer cru et régulièrement de l’ail permettait de réduire le risque du cancer du poumon de moitié.
Dans cette nouvelle enquête, les scientifiques du Centre provincial de Jiangsu ont analysé les habitudes alimentaires et mode de vie de 1.424 patients atteints du cancer du poumon et de 4.500 adultes en bonne santé....
Les résultats publiés sur le site Internet de la revue de prévention Cancer ont montré que les patients qui ont mangé de l'ail cru au moins deux fois par semaine étaient beaucoup moins susceptibles d'avoir un cancer du poumon, même s'ils fumaient. En revanche, les scientifiques ne savent pas si l’ail cuit produit les mêmes effets.
L’ail lutte contre les cancers
Des études antérieures ont déjà suggéré que l'ail peut protéger les poumons contre les diverses agressions, et pouvait aussi conjurer d'autres tumeurs malignes, comme le cancer du côlon.
Une autre étude de l'Université de l'Australie du Sud a révélé que l’ail pourrait réduire de 30% le risque de tumeurs de l'intestin.
Cet effet de l’ail semble être lié à une substance chimique appelée l’aciline, libérée lorsque la gousse est écrasée ou hachée.
"En agissant sur certaines enzymes, l’ail frais ou macéré élimine les molécules carcinogènes au niveau du côlon et du foie", explique les chercheurs. «Sont appelées "carcinogènes", les molécules susceptibles d’endommager l’ADN des cellules et, par cette mutation, de provoquer un cancer. L’ail a également une action préventive sur d’autres tumeurs (estomac, col de l’utérus…), car il aide le foie à désintégrer ces molécules carcinogènes et à les éliminer».
L’ail un vrai aliment santé
L’ail agit aussi sur les principaux facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires et du diabète de type 2 : hypertension artérielle, taux de cholestérol et de sucre trop élevés. "Elle aide à dilater la paroi des vaisseaux sanguins", explique Franck Dubus, docteur en pharmacie. Le calibre des artères augmente, ce qui fait baisser la tension. Comme l’ail est aussi diurétique, il réduit le volume d’eau dans le corps, donc le volume sanguin et la pression artérielle ».
L’ail est aussi recommandé dans la prévention du diabète de type 2, car ses principaux actifs aident le foie à réguler l’excès de sucre dans le sang.
Photo

Post has attachment
Prière De La Bière :
Photo

Post has attachment
Bon Café
Photo
Wait while more posts are being loaded