Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Billet Boursorologique du 12 février2018.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes MAIS ...
Il y a un grand consensus sur les perspectives 2018.
La macro économie va bien. L’économie Européenne se porte bien ainsi que les entreprises.
L’économie US se porte bien, avec un taux de croissance de 3.5%, un chômage au plus bas et une inflation qui repart signe de la bonne santé de l’économie.
La croissance de l’économie Chinoise ne sera plus de 7% par an, mais sera limité à 5%, d’autant qu’elle s’oriente de plus en plus vers son marché intérieur et que les statistiques chinoises sont peu fiables
Les autres pays émergents se portent également bien, tant pour les pays DE LA ZONE asiatique que les pays d’Amérique Latine.
Enfin La France se porte très bien, elle va rattraper son retard dans la reprise de l’activité.
Donc tout va pour le mieux dans le meilleur des Mondes.



Nous sommes en 2018, dans une boucle harmonieuse. Grâce aux différentes politiques monétaires, le cycle est solide et avance à une allure équilibrée.
Mais les raisons pour lesquelles elles pourraient se retourner sont également nombreuses et toujours les mêmes :
• Trop de monnaie en circulation ;
• Arrivée de fin de cycle pour le Marché Us avec une croissance régulière depuis 10 ans.
• Aux USA Le risque de surchauffe existe et on assiste à une remontée des salaires tant pour le personnel qualifié que les petits salaires, WALL MART a augmenté le salaire horaire de 10 à 11$ alors que le salaire horaire moyen n’est de 8$. Ce qui aura des effets sur l’inflation donc une remontée des taux aux US.
• En Zone Europe, Les obligations d’Etat ne rapportent rien, les investisseurs préfèrent se tourner vers les Obligations High Yield qui commencent à devenir risquées, à cause de la chasse au bon papier.
• La situation Européenne n’est pas identique partout. L’Europe du Sud est à la traîne par rapport à l’Europe du Nord, Le Brexit reste une inconnue, la croissance est là mais le chômage se maintient à plus de 10% en Italie, Espagne …
• Et ce qui est plus embêtant, c’est surtout que dans un monde euphorique, le risque n’est plus anticipé, et une déception dans les résultats des entreprises en 2018, entrainera une forte volatilité des valeurs.
Photo

Post has attachment
Avis de gros temps: L’hiver arrive.
Billet Boursorologique du 30 novembre 2017
Dans un mois c’est Noël et il ne faut pas être grand sorcier, pour deviner qu’avec Noël arrive le Père Noël et l’hiver.

En Bourse ce sera la même chose, mais reporté de 7 jours, au 31 décembre. Ce jour là, tout le monde de la finance passe devant le grand jury pour montrer sa copie et dire moi j’ai fait x%

Aujourd’hui le CAC flirte avec les 5.400 points et le consensus s’attend aux 5.500/5600 points pour le 31/12, soit +13% depuis le début de l’année. Par contre si on regarde le petit graphe ci-dessous sur 3 mois, on constate que les trois derniers mois ont été très volatils à la baisse, après une croissance euphorique. Je crains donc que certains ne décident de prendre leurs bénéfices après le 1 janvier.
Comme je suis trop prudent, je pense que je vais ranger la table de jardin pour quelque mois, le temps de passage du gros temps. Mais cela n’engage que moi.
Photo

Post has attachment
Bulletin boursorologie juin 2017.
L'anticyclone du BREXIT, pulvérisera un flux de nord bien froid sur les Iles Britanniques.

Le mois de mai 2017 s’est bien passé. Le vent du Grand Large s’est calmé pour nous permettre d‘apprécier le beau temps.
L’INSEE a revu à la hausse la croissance du PIB., les entreprises ont décidé de réinvestir, le moral des ménages remonte, les craintes de chômage sont à la baisse. Même l’inflation tente de relever la tête signe de bonne santé économique.

La grande peur liée aux élections françaises est derrière nous et les Français se remettent à discuter d’un sujet primordial que les multiples ponts du mois de mai ont mis en exergue : les vacances estivales.

Le CICE porte ses premiers fruits en augmentant la marge des entreprises, la politique des Grands travaux remplissent les cabinets d’étude, le BTP espère renouer avec ses années fastes (dixit Le Monde du 29 mai) et le prix de l’immobilier augmente. Tous les signaux sont donc au vert. Désormais les économistes se mettent à rêver à un taux de croissance de 2% pour l’Europe. Elle n’est que de 1.4% actuellement.


L’immobilier Parisien dans l’ancien est en hausse, et on voit revenir les acheteurs étrangers dont beaucoup de Londoniens, (Paris attend 20.000 retours) qui prochainement quitteront Londres.


Ils quittent Londres car de l’autre côté de La Manche, l’histoire n’est pas aussi belle. Baisse des investissements des entreprises à 8.8%du PIB, ce qui conduira à la réduction des embauches. Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, la dépréciation de la livre conduit au renchérissement des importations donc de l’inflation (2,7% en avril 2017). Ce phénomène est bien connu, dans un premier temps il y aura une baisse de l’épargne pour préserver le pouvoir d’achat ce qui aboutira à une réduction des dépenses de consommation donc de la demande. Et la spirale des catas sera enclenchée. Les entreprises se porteront moins bien et la bourse de Londres en pâtira.


En conclusion, si vous avez du temps avant vos vacances, commencez à réduire votre exposition sur les valeurs britanniques. La zone Euro est en pleine forme au moins pour ce mois de juin même si les actions Européennes sont devenues très chères.


Dès que vous aurez atteint 20 % de plus-values sur les actions, mettez votre récolte à l’abri. L’orage d’été risque de frapper.
Photo

Post has attachment
Bulletin Boursorologique , fin avril 2017.

Fin avril, nous sortons de l’hiver, le printemps s’est bien passé et nous préparons l’été.
Si on étudie l’évolution du marché boursier mars 2016, novembre 2016, le CAC 40 a été stable, il est resté sur une ligne horizontale.

Depuis novembre 2016, on assiste à une croissance, sans vraiment de baisse profonde. C’est le moment où votre conseiller cherche à vous rencontrer pour vanter ses qualités. En réalité il ne fait que prendre le sens du vent.
Personnellement je pense que cette croissance y est encore pour quelque mois, car les données économiques sont bonnes, les entreprises dégagent des bénéfices, le moral des consommateurs en hausse. Tout continuera à croître le temps pour que les plus pessimistes tant Français qu’Internationaux, soient convaincus pour un retour sur le marché actions.
A partir de maintenant, il faudra être vigilant. Les spectateurs sur la plage admirent vos prouesses et applaudissent. Mais vous connaissez vos limites. Vous savez que plus vous allez vite, plus le risque de chute est important.
Commencez à calculer vos bénéfices, s’ils sont conséquents commencez à les ranger dans votre panier. L’été ne fait que commencer, ne vous faîtes pas avoir par un orage.
Et profitez du moment présent, le vent souffle dans le bon sens pour au moins ce mois de mai.
Photo

Post has attachment
Mars 2017 : Printemps? Printemps Arabe, Printemps Américain, Printemps Economique en France.



Et si enfin on s’approchait même en France de notre printemps économique. On sort peut être d’un long hiver, où le moral des citoyens était au plus bas, mais aujourd’hui on entend de plus en plus, des « ça va bien pour moi ».
Les entreprises se mettent à réinvestir, le chômage diminue, la bourse remonte, les taux d’intérêt remontent. Les journaux n’arrêtent pas de citer de bonnes nouvelles : dixit le Monde du 28 février 2017 : « M. Warren Buffet sur la solidité de l’économie américaine, utilise cette expression : Chaque décennie ou presque des nuages noirs vont remplir le ciel de l’économie et brièvement, il va pleuvoir de l’or. Lorsque de telles averses se produisent, il est impératif de se précipiter dehors en portant des bassines, pas de petites cuillères ».
Nous subissons peut être trop de tempêtes pour que les plus défaitistes ne croient plus au rayon de soleil, mais surtout c’est tellement plus facile de commenter une inondation dans un village, qu’une plage de sable blanc un jour d’été
Tous les signes de la croissance sont là. Nous ne sommes qu’en mars, il faudra s’attendre aux giboulées de mars.
Mais la vie économique est comme la météo. Après la pluie le beau temps. Et il ne faudra pas attendre le mois d’août pour acheter son maillot de bain pour les vacances.
Il en va ainsi de la Bourse, les actions remontent, il ne faut pas attendre les prochaines tempêtes d’hiver pour réinvestir.

Photo
Wait while more posts are being loaded