Profile cover photo
Profile photo
Pierre Fankhauser
69 followers
69 followers
About
Posts

Post has attachment

Post has attachment
J'aime beaucoup toi!
– J'aime beaucoup toi! – Moi aussi, Ineo, je t'aime beaucoup! Viens, on va faire le feu! – Pourquoi neige? – Parce que les montagnes sont très hautes et que quand la neige tombe, elle reste froide. Tu sais, aujourd'hui, c'est un jour spécial: c'est le premi...

Post has attachment
Le chantier de l'âme
–  Le corps est le chantier de l'âme où l'esprit vient jouer ses gammes.

Post has attachment
Je te regarde
– Oui? – Je te regarde, c'est tout. Je prends le temps de te regarder. D'habitude, on a tellement de choses tellement plus importantes à faire... – Attention, je pourrais me vexer là... – Je voulais juste dire que d'habitude je prends pas le temps de te reg...

Post has attachment
Le samsara et le nirvana
– Un sage indien parle du samsara et du nirvana. Le samsara, c'est le monde fait de changements, de désirs et de tourments dans lequel nous vivons. Le nirvana, celui auquel accède l'éveillé : délivrance, béatitude. Mais, dit le sage indien, « celui qui fait...

Post has attachment
Écrire le monde tel qu'il m'apparaît
Cette certitude intime que le monde ne sera pas complet tant que je ne serai pas parvenu à l'écrire tel qu'il m'apparaît.

Post has attachment
Ce qui est en toi
– Si tu fais advenir ce qui est en toi, ce que tu feras advenir te sauvera. Si tu ne fais pas advenir ce qui est en toi, ce que tu n'auras pas fait advenir te tuera.

Post has attachment
La distance des mots et du monde
Tu as toujours gardé avec moi la même distance qu'ont les mots avec le monde.

Post has attachment
Les lieux s'invitent les uns les autres
Une note, de 2007: "Le sentiment, avec ce soleil, ces odeurs, d’avoir tout aussi bien pu me balader dans le Lavaux: conscience extrêmement forte de la connexion de tous les lieux en moi. Ils s’invitent les uns les autres: pas besoin de les traverser pour y ...

Post has attachment
Le soleil lancé à travers mes yeux
Au sommet de la montagne, une vitre lance tout d’un coup le dernier soleil à travers mes yeux. Depuis ma rue de l’autre côté du lac, je suis un instant dans cette cabane au milieu de la neige, et puis je n’y suis plus.
Wait while more posts are being loaded