Profile cover photo
Profile photo
Brice Armel ILETSI
61 followers
61 followers
About
Brice Armel's posts

Post has attachment
Présidentielle au Congo : Pouvoir et opposition réclament la victoire
Alors que les congolais attendent avec beaucoup d’impatience, les résultats du scrutin présidentiel, les premières tendances placent contradictoirement le président sortant et le candidat indépendant en tête. Selon la CNEI, la commission nationale électorale indépendante Denis Sassou Nguesso, le président congolais sortant, obtiendrait 61,4 % des voix sur environ 52, 7 % des suffrages exprimés lors de la présidentielle du 20 mars, selon une note de la CNEI sur les premières tendances du dépouillement, indique le journal pro-Sassou Jeune Afrique.
Dans le même esprit, la CTE, la commission technique électorale, mise en place par les opposants à Denis Sassou N’guesso, le candidat indépendant le général Jean Marie Michel Mokoko arriverait en tête avec un peu plus de 37 % de suffrages exprimés, suivi de Guy Brice Parfait Kolelas. A en croire, les résultats ventilés par la CTE, le président sortant Denis Sassou N’guesso ne devrait pas aller au deuxième tour puisqu’il a obtenu un gain bien plus inférieur à Guy Brice Parfait Kolelas et Pascal Tsaty Mabiala.
Le journal Jeune Afrique fait savoir que la CNEI, il se dégage une « forte tendance à la victoire du candidat Denis Sassou Nguesso au premier tour ».Le document renseigne également que, sur 52, 7 % des suffrages exprimés actuellement dépouillés, l’ancien ministre Guy Brice Parfait Kolélas a obtenu 97 110 voix, soit 16,2 % des suffrages contre 75 165 des voix (13,28 %) pour le candidat indépendant Jean-Marie Michel Mokoko.
Un climat malsain règne dans toutes les grandes villes du Congo
A quelques heures de la publication des résultats officiels du scrutin du 20 mars, les éléments de la force publique ont déployés dans toutes les grandes villes du Congo. Le pouvoir de Brazzaville a pris des dispositions, craignant des débordements dans le pays.
Les opposants congolais retiennent le souffle. Des appels aux manifestations pour réclamer des vrais résultats seront lancés si le pouvoir tente de tricher, en publiant des faux résultats, nous a indiqué un des responsables du Frocad-IDC.



Photo
Photo
21/03/2016
2 Photos - View album

Post has attachment
Présidentielle au Congo: affrontement politique vs confrontation armé après le 20 mars ?

Quelques 3 millions de congolais sont appelés à élire leur dirigeant le 20 mars prochain. Dans l'entre temps la campagne présidentielle anticipée lancée le 04 mars dernier bat son plein. Les candidats tentent de courtiser un électorat visiblement sceptique sur les chances d'aboutir à une élection libre et transparente. Quoi qu'il en soit les congolais devront se choisir un leader capable de replacer le pays dans la voie de la démocratie et relancer le développement économique du pays.
Les enjeux ?
Qu'est-ce qui va se passer le 20 mars prochain au Congo Brazzaville? Il y aura le vote et un président sortira des urnes, si non au terme d'un deuxième tour. Ce scénario est-il possible à l'heure actuelle? La réponse est incontestablement non! L'opposition congolaise soupçonne déjà le pouvoir en place de préparer un hold-up électoral. Elle dénonce une opération « raccourcie » de révision des listes électorales « ne permettant pas l’enrôlement exhaustif des électeurs », une loi électorale « précipitamment adoptée » par l’Assemblée nationale et une commission électorale qui demeure un « organe d’accompagnement du gouvernement ». Devant l'éventualité d'une tricherie qu’userait le président sortant, et n'ayant pas confiance en la CNEI (la commission nationale électorale indépendante), l'opposition à Denis Sassou N’guesso a créé sa propre commission technique électorale (CTE). Le Congo se retrouve alors avec deux institutions électorales. L’une légitime et l’autre légale. Les deux commissions publieront-elles les mêmes résultats ?
Le scénario de la côte d'ivoire est-il possible au Congo ?
Le cas Ivoirien pourrait se répéter au Congo. Si la transparence électorale n'est pas au rendez-vous, il n'est pas exclu que le Congo ait deux présidents au lendemain du 20 mars.
La confrontation vs l'affrontement
En octobre 2015, alors que les mouvements de contestation contre le référendum anticonstitutionnel prenaient une ampleur démesurée dans le pays, le pouvoir de Brazzaville a ordonné une répression sans égale des manifestants. De nombreuses personnes ont perdu la vie à Pointe-Noire, Brazzaville et plusieurs blessés ont été enregistrés. Dans la même foulée, des nombreuses personnalités politiques se retrouvent détenues illégalement à la maison d'arrêt. C'est dire que le Congo est au bord du chaos. Le président Sassou a réussi haut la main son coup d'État référendaire, va-t-il réussir à s'autoproclamer le 20 mars ?
Les observateurs internationaux
L’Européenne a décliné l’envoi d’observateurs électoraux en République du Congo, Bruxelles estime que la réforme de la loi électorale du 23 janvier ne permet pas d’assurer le caractère démocratique, inclusif et transparent de l’élection. En retour, ce sont les diplomates basés en République du Congo qui vont assurer l’observation du scrutin présidentiel. La secrétaire générale de la Francophonie a par contre annoncé sur Twitter qu’elle délègue une mission de la Francophonie en vue de la présidentielle au Congo Brazzaville, avec à sa tête Michel Kanfando, le président de la transition au Burkina Faso (2014-2015).
Tout porte à croire que l’élection présidentielle présage d’un grand conflit qui pourrait déboucher sur une transition.


Photo

Post has attachment
Présidentielle au Congo: affrontement politique vs confrontation armé après le 20 mars ?
Quelques 3 millions de congolais sont appelés à élire leur dirigeant le 20 mars prochain. Dans l'entre temps la campagne présidentielle anticipée lancée le 04 mars dernier bat son plein. Les candidats tentent de courtiser un électorat visiblement sceptique sur les chances d'aboutir à une élection libre et transparente. Quoi qu'il en soit les congolais devront se choisir un leader capable de replacer le pays dans la voie de la démocratie et relancer le développement économique du pays. 

Post has attachment

Arrestation du général Jean Marie Michel Moukoko à Brazzaville. 

Post has attachment
Les candidats potentiels à la présidentielle au Congo Brazzaville. 

Post has attachment
Congo : la présidentielle avancée au début de l’année 2016

Post has attachment
La concurrence déloyale à la saq 

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded