Profile cover photo
Profile photo
Yves BEAULATON
2 followers -
Kinésithérapeute à le Mée sur Seine. 0631304992. 123 allée de la gare
Kinésithérapeute à le Mée sur Seine. 0631304992. 123 allée de la gare

2 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

La maladie ou syndrome de Little est une affection neurologique de sévérité variable, entrant dans le cadre des encéphalopathies infantiles, et se caractérisant par une paralysie plus ou moins importante des deux membres supérieurs ou inférieurs (paraplégie) de type spasmodique, qui apparaît dès les premiers mois de la vie chez les enfants présentant une anoxie (difficulté respiratoire), et une ischémie (insuffisance d'apport sanguin) des tissus nerveux, lors d'un accouchement difficile.
Généralités
Les enfants atteints parla maladie ou syndrome de Little sont appelés infirmes moteurs cérébraux ou IMC.
Add a comment...


Sorti par Unai Emery à la 79e minute de jeu lors de la belle victoire du Paris Saint-Germain contre Bordeaux samedi (6-2), Marco Verratti est encore blessé. Ce dimanche soir, la fédération italienne annonce même que le milieu de terrain de 24 ans ne jouera pas avec sa sélection pendant la trêve.

En « raison d’un problème physique », le joueur parisien ne participera donc pas aux derniers matchs qualificatifs pour la Coupe du Monde 2018 de l'Italie contre la Macédoine et l’Albanie. Il soignera sa blessure alors que Nicolò Barella (Cagliari) le remplace.
Add a comment...

L’entorse ou la luxation acromio-claviculaire survient lors d’un traumatisme par choc direct sur le moignon de l’épaule dans la majorité des cas dans le cadre d’un traumatisme sportif (rugby, judo, cyclisme…) ou lors d’un accident de la voie publique.

L’articulation acromio-claviculaire est l’articulation située à la partie supérieure de l’épaule unissant la clavicule à l’acromion (partie de l’omoplate).

La luxation acromio-claviculaire correspond à la perte de congruence articulaire entre la clavicule et l’acromion.

La stabilité acromio-claviculaire est assurée par la capsule articulaire acromio-claviculaire et par les ligaments coraco-claviculaires.

L’articulation acromio-claviculaire ne joue qu’un rôle accessoire dans la mobilité de l’épaule, essentiellement lors de l’élévation du bras au-dessus de 90° (au-dessus du plan de l’épaule).
Add a comment...

En appui unipodal, le moyen fessier intervient dans le contrôle tridimensionnel du bassin et, indirectement, sur celui du genou et du pied. Il peut être aussi bien victime que responsable de pathologies. Son déficit, souvent méconnu, est notamment mis en cause dans les pathologies de surmenage du membre inférieur et les syndromes fémoro-patellaires.


Situation anatomique à risque et rôle stratégique

Le large éventail du moyen fessier s’insère par ses fibres charnues dans la partie haute de la face externe de l’os coxal, pour se terminer par un tendon sur la face latérale du grand trochanter. Une bourse séreuse s’interpose entre tendon et os. Michel Pillu définit le moyen fessier comme « d’abord et avant tout un anti-adducteur de hanche en chaîne fermée ». En effet, en charge, lors de la marche et, a fortiori de la course et du saut, sous l’effet du poids du corps et de l’accélération verticale dirigée du haut vers le bas, le bassin chuterait en latéroversion controlatérale s’il n’était retenu par la contraction du moyen fessier. Plus la longueur du pas et la vitesse de marche augmentent, plus ce muscle est sollicité.

Dans la déambulation, le moyen fessier sert non seulement à contrôler le bassin, mais également à absorber les contraintes. Le choc talonnier à l’attaque du pas est de 120% du poids du corps dans la marche et atteint 220% pendant la course. D’où l’importance de la qualité du sol et des chaussures pour le ménager. « La course, même à petites foulées, est source de surmenage du moyen fessier », souligne Michel Pillu. En raison de sa large insertion proximale, les fibres extrêmes du muscle débordent le plan frontal. En position de référence, ses fibres postérieures font donc de l’extension et de la rotation latérale, ses fibres antérieures de la flexion et rotation médiale. En appui unipodal, le moyen fessier est donc en mesure d’assurer la stabilisation tridimensionnelle du bassin. En revanche, en position assise, il perd son action d’abduction et devient entièrement rotateur médial.

Mais son action ne se limite pas au contrôle de la hanche et du bassin. Le fascia glutéal, qui part de la crête iliaque et se poursuit par le tractus ilio-tibial jusqu’au tubercule infracondylaire (tubercule de Gerdy), le recouvre. En se contractant, le muscle augmente de volume et met ainsi en tension ce système aponévrotique inextensible, comme le fait le vaste latéral en dessous, il a donc un effet indirect sur le genou.

Le nerf glutéal supérieur, qui innerve le moyen fessier par deux rameaux distincts, donne la possibilité d’une contraction différentielle entre fibres antérieures et postérieures. Le paquet vasculo-nerveux destiné au moyen fessier sort du bassin par le foramen supra-piriformien, dans la grande incisure sciatique, où « on ne trouve pas 1mm3 libre », souligne Michel Pillu. Cet encombrement explique que la moindre pathologie du piriforme retentisse immédiatement sur le moyen fessier via la compression de ses nerfs et de ses vaisseaux.

L’anatomie régionale ainsi que la biomécanique de la marche et de la course exposent à de nombreux maux dont le moyen fessier est victime ou responsable, selon les cas. Bursite, compression vasculo-nerveuse par le piriforme, douleurs du grand trochanter, du petit fessier et du tenseur du fascia lata avec lesquels il échange des fibres, de la face latérale du genou par tension du tractus ilio-tibial, de l’articulation de la hanche puisque les contraintes en compression sur la hanche augmentent de façon linéaire avec l’intensité de sa contraction.
Add a comment...

Comme Thiago Silva (avec Marcelo Pereira Da Costa) et Zlatan Ibrahimovic (avec Dario Fort) lors de leurs arrivées respectives à l'été 2013, le staff personnel qui accompagnait Neymar au FC Barcelone a suivi la vedette brésilienne au PSG. Un duo qui était déjà au service de Neymar lorsque le joueur évoluait encore à Santos au Brésil. Le premier, Rafael Martini, est un kiné très proche de Neymar (décrit par le journal Mundo Deportivo en 2014 comme son confident) et, s'il n'était pas un employé du club catalan, il accompagnait le joueur au centre d'entrainement, la Cuitat Esportiva.

Le second, Ricardo Rosa, est un physiothérapeute. Il travaillait en étroite collaboration avec le staff du FC Barcelone, sans en être lui aussi un employé. Il semble que ce ne sera pas le cas au PSG puisque les deux techniciens sont présents avec le groupe professionnel au Novotel de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Ils ont même eu le droit au petit bizutage traditionnel pour les nouveaux membres de l'équipe.
Add a comment...

En appui unipodal, le moyen fessier intervient dans le contrôle tridimensionnel du bassin et, indirectement, sur celui du genou et du pied. Il peut être aussi bien victime que responsable de pathologies. Son déficit, souvent méconnu, est notamment mis en cause dans les pathologies de surmenage du membre inférieur et les syndromes fémoro-patellaires.


Situation anatomique à risque et rôle stratégique

Le large éventail du moyen fessier s’insère par ses fibres charnues dans la partie haute de la face externe de l’os coxal, pour se terminer par un tendon sur la face latérale du grand trochanter. Une bourse séreuse s’interpose entre tendon et os. Michel Pillu définit le moyen fessier comme « d’abord et avant tout un anti-adducteur de hanche en chaîne fermée ». En effet, en charge, lors de la marche et, a fortiori de la course et du saut, sous l’effet du poids du corps et de l’accélération verticale dirigée du haut vers le bas, le bassin chuterait en latéroversion controlatérale s’il n’était retenu par la contraction du moyen fessier. Plus la longueur du pas et la vitesse de marche augmentent, plus ce muscle est sollicité.

Dans la déambulation, le moyen fessier sert non seulement à contrôler le bassin, mais également à absorber les contraintes. Le choc talonnier à l’attaque du pas est de 120% du poids du corps dans la marche et atteint 220% pendant la course. D’où l’importance de la qualité du sol et des chaussures pour le ménager. « La course, même à petites foulées, est source de surmenage du moyen fessier », souligne Michel Pillu. En raison de sa large insertion proximale, les fibres extrêmes du muscle débordent le plan frontal. En position de référence, ses fibres postérieures font donc de l’extension et de la rotation latérale, ses fibres antérieures de la flexion et rotation médiale. En appui unipodal, le moyen fessier est donc en mesure d’assurer la stabilisation tridimensionnelle du bassin. En revanche, en position assise, il perd son action d’abduction et devient entièrement rotateur médial.

Mais son action ne se limite pas au contrôle de la hanche et du bassin. Le fascia glutéal, qui part de la crête iliaque et se poursuit par le tractus ilio-tibial jusqu’au tubercule infracondylaire (tubercule de Gerdy), le recouvre. En se contractant, le muscle augmente de volume et met ainsi en tension ce système aponévrotique inextensible, comme le fait le vaste latéral en dessous, il a donc un effet indirect sur le genou.

Le nerf glutéal supérieur, qui innerve le moyen fessier par deux rameaux distincts, donne la possibilité d’une contraction différentielle entre fibres antérieures et postérieures. Le paquet vasculo-nerveux destiné au moyen fessier sort du bassin par le foramen supra-piriformien, dans la grande incisure sciatique, où « on ne trouve pas 1mm3 libre », souligne Michel Pillu. Cet encombrement explique que la moindre pathologie du piriforme retentisse immédiatement sur le moyen fessier via la compression de ses nerfs et de ses vaisseaux.

L’anatomie régionale ainsi que la biomécanique de la marche et de la course exposent à de nombreux maux dont le moyen fessier est victime ou responsable, selon les cas. Bursite, compression vasculo-nerveuse par le piriforme, douleurs du grand trochanter, du petit fessier et du tenseur du fascia lata avec lesquels il échange des fibres, de la face latérale du genou par tension du tractus ilio-tibial, de l’articulation de la hanche puisque les contraintes en compression sur la hanche augmentent de façon linéaire avec l’intensité de sa contraction.
Add a comment...

La rééducation physique et orthophonique

La rééducation désigne un ensemble de techniques médicales qui ne modifient pas le cours de la maladie, mais permettent de mieux faire face à certains troubles. Dans le cas de la maladie de Parkinson, elle a aujourd’hui largement fait ses preuves quant à l’amélioration des symptômes moteurs (kinésithérapie) et des troubles de la parole et de déglutition (orthophonie).

L’importance de la rééducation ne doit pas être minimisée. Elle permet un réel mieux-être en complément des traitements médicamenteux. Une pratique sportive est également importante. Des cures thermales et des stages de rééducation spécialisés existent aussi, joignant plusieurs techniques de rééducation utiles aux malades.

La rééducation est prescrite par le médecin traitant en fonction des symptômes de chacun; elle est donc prise en charge à 100 %, dans les limites du barème de la sécurité sociale.

La rééducation physique pour la maladie de Parkinson

La rééducation par la kinésithérapie est un complément essentiel du traitement de la maladie de Parkinson. Elle est ainsi une des clés du maintien de l’autonomie. Les traitements sont d’ailleurs plus efficaces si les capacités physiques sont entretenues au mieux.

La kinésithérapie est utile et importante dès la pose du diagnostic et durant les différents stades d’avancement de la maladie pour gérer au mieux les troubles des mouvements et leur impact sur la vie quotidienne.

Les deux domaines principaux de la prise en charge sont des exercices spécifiques et l’apprentissage de stratégies de mouvements. Les exercices peuvent minimiser les répercussions de la maladie sur la détérioration de la force, de l’endurance, de la souplesse et de l’équilibre. Quand la maladie progresse, le/la kinésithérapeute enseigne des stratégies applicables seul(e) ou par un(e) proche, pour surmonter les difficultés à générer des mouvements automatiques (exemples : visualiser des lignes sur le sol ou de compter mentalement en marchant.)

Au stade avancé, à l’hôpital ou en maison de retraite médicalisée, le/la kinésithérapeute peut encore aider à préserver la capacité physique résiduelle, à faciliter les soins et à réduire le risque de chutes.

Les programmes de rééducation physique

Depuis plus de dix ans, les expériences se sont multipliées pour montrer les bienfaits de l’exercice physique adapté à la maladie de Parkinson. Des équipes médicales, spécialistes de la maladie de Parkinson ont développé des programmes d’activité physique intensive sur des courtes périodes : de quelques heures par semaine à plusieurs semaines.

Hopital Albert-Chevenie 94000 Créteil – 01 49 81 31 31

Centre Zander 73100 Aix-les-bains – 04 79 61 41 33

Centre de réadaptation Bayard 69100 Villeurbanne – 04 26 68 67 00

Centre Héliomarin 06223 Vallauris – 0826 46 46 44

Centre de rééducation Divion 21000 Dijon – 03 80 42 45 45

Hôpital Hyacinthe Richaud 78000 Versailles 01 39 63 91 88
Add a comment...

La rééducation physique et orthophonique

La rééducation désigne un ensemble de techniques médicales qui ne modifient pas le cours de la maladie, mais permettent de mieux faire face à certains troubles. Dans le cas de la maladie de Parkinson, elle a aujourd’hui largement fait ses preuves quant à l’amélioration des symptômes moteurs (kinésithérapie) et des troubles de la parole et de déglutition (orthophonie).

L’importance de la rééducation ne doit pas être minimisée. Elle permet un réel mieux-être en complément des traitements médicamenteux. Une pratique sportive est également importante. Des cures thermales et des stages de rééducation spécialisés existent aussi, joignant plusieurs techniques de rééducation utiles aux malades.

La rééducation est prescrite par le médecin traitant en fonction des symptômes de chacun; elle est donc prise en charge à 100 %, dans les limites du barème de la sécurité sociale.

La rééducation physique pour la maladie de Parkinson

La rééducation par la kinésithérapie est un complément essentiel du traitement de la maladie de Parkinson. Elle est ainsi une des clés du maintien de l’autonomie. Les traitements sont d’ailleurs plus efficaces si les capacités physiques sont entretenues au mieux.

La kinésithérapie est utile et importante dès la pose du diagnostic et durant les différents stades d’avancement de la maladie pour gérer au mieux les troubles des mouvements et leur impact sur la vie quotidienne.

Les deux domaines principaux de la prise en charge sont des exercices spécifiques et l’apprentissage de stratégies de mouvements. Les exercices peuvent minimiser les répercussions de la maladie sur la détérioration de la force, de l’endurance, de la souplesse et de l’équilibre. Quand la maladie progresse, le/la kinésithérapeute enseigne des stratégies applicables seul(e) ou par un(e) proche, pour surmonter les difficultés à générer des mouvements automatiques (exemples : visualiser des lignes sur le sol ou de compter mentalement en marchant.)

Au stade avancé, à l’hôpital ou en maison de retraite médicalisée, le/la kinésithérapeute peut encore aider à préserver la capacité physique résiduelle, à faciliter les soins et à réduire le risque de chutes.

Les programmes de rééducation physique

Depuis plus de dix ans, les expériences se sont multipliées pour montrer les bienfaits de l’exercice physique adapté à la maladie de Parkinson. Des équipes médicales, spécialistes de la maladie de Parkinson ont développé des programmes d’activité physique intensive sur des courtes périodes : de quelques heures par semaine à plusieurs semaines.

Hopital Albert-Chevenie 94000 Créteil – 01 49 81 31 31

Centre Zander 73100 Aix-les-bains – 04 79 61 41 33

Centre de réadaptation Bayard 69100 Villeurbanne – 04 26 68 67 00

Centre Héliomarin 06223 Vallauris – 0826 46 46 44

Centre de rééducation Divion 21000 Dijon – 03 80 42 45 45

Hôpital Hyacinthe Richaud 78000 Versailles 01 39 63 91 88
Add a comment...

La scoliose est une déviation sinueuse de la colonne vertébrale dans les trois plans de l'espace : inclinaison dans le plan frontal, rotation des vertèbres dans le plan horizontal et inversion des courbures dans le plan sagittal. Il s'agit d'une déformation non réductible, contrairement à l'attitude scoliotique. Une déviation du rachis est considérée comme une scoliose quand l'angulation est égale ou supérieure à 10 degrés.
Add a comment...

Fracture du 5eme Metatarsien

fractura lesiones calzado botas apoyo deporte futbol Fréquemment, l'étude des lésions produites dans le domaine du sport, apporte des informations extensibles à une généralité de patients. La répercussion d'une lésion chez un sportif de compétition, empêchant son activité sportive et l'isolant de son mode de vie normal, peut être sans importance chez une personne sédentaire ou avec une activité modérée, qui néanmoins, peut bénéficier de l'expérience obtenue dans le domaine du sport de compétition, où le besoin de récupération précoce détermine une attitude différente chez le médecin à l'heure de choisir le traitement.

quinto metatarsiano fractura deporte futbol C'est ce qui se produit pour la fracture de la base du cinquième métatarsien. C'est une lésion qui, généralement répond bien au traitement conservateur, avec encore un certain pourcentage de complications (retards de consolidation et pseudo-arthrose), mais demande une période assez longue pour la consolidation. Probablement, l'attitude thérapeutique vers le patient sédentaire n'a pas été modifiée substantiellement, mais le traitement du sportif de compétition est devenu beaucoup plus agressif. Il nous offre une perspective à considérer chez des patients qui se trouvent à la frontière de ces deux catégories, qui nécessitent de part leur activité professionnelle un moyen plus rapide de récupération ou qui ont échoué dans leur essai de traitement conservateur.

La révision des hémérothèques résulte très instructive puisqu'ils apparaissent détachés, communiquant une baisse par fracture de la base du cinquième métatarsien et fréquemment chez les sportifs de haut niveau et dans les sports de grande transcendance médiatique. C'est une lésion qui se répète dans beaucoup d'activités et, malgré que nous disposons pas d'une statistique détaillée de l'incidence pour chaque sport, il semble assez évident que le football obtient le premier prix en voyant le nombre de blessés. On a pu lire, dans un rapport sur les informations sportives de l'année précédente, que des marcheurs, des basketteurs ou sauteurs se fracturaient aussi cet os.


Types de fractures

Parler de classifications des fracture est dificile à cause des ramifications que, sur le plan théorique peut atteindre la description prolifique des différents types possibles. Sur la base du cinquième métatarsien, nous croyons que l'essentiel est de parler de fractures complètes ou incomplètes, de fractures de l'épiphyse proximale ou de Jones et fractures métaphyses ou métaphyso-diaphyses.

Mécanisme de production

bota futbol apoyo fractura quinto metatarsiano La fracture peut être due à un seul accident, sans antécédents, suffisamment intense c pour casser l'os, mais il est plus fréquent que le patient décrive des gênes qui indiqueraient une fissure préalable. Il est lié avec l'appui plantaire altéré par le modèle de chaussure sportif, par les pointes et crampons irrégulièrement répartis sur la semelle. bota futbol apoyo fractura quinto metatarsiano Dans le crampon de football, avec des pointes en aluminium, par exemple, il existe une trame découverte entre celles de devant et celles du talon qui laisse la voûte plantaire déprotégée et favorise le traumatisme indirect, précisément sur la base du cinquième métatarsien. bota futbol apoyo fractura quinto metatarsiano Les crampons modernes répartissent mieux les charges en utilisant un modèle de pointes allongées qui couvrent la superficie plantaire. Elles ont une plus grande adhérence au terrain, mais l'inconvénient de favoriser la torsion du genou quand il tourne avec la pointe plantée dans le sol, mais cela est un autre problème qui devra être discuter dans le mécanisme de production des lésions ligamentaires.
Le mécanisme de rupture est une torsion de l'os lorsque le pied touve avec la pointe de la chaussure plantée dans le sol. La fracture se voit favorisée par la non protection de la zone moyenne du pied qui n'a pas de points d'appui dans les crampons de foot.

Diagnostic

quinto metatarsiano fractura deporte futbol Le diagnostic n'offre généralement pas beaucoup de doutes. Le patient décrit une douleur aiguë, parfois accompagnée d'un craquement, lié avec torsion du pied. Cet épisode peut être le culminant d'une période de gênes, sans se souvenir du point initial de celles-ci, la fracture s'est produite graduellement, en passant d'une fissure à une fracture complète. On peut vérifier avec une exploration radiographique quand les première gênes apparaissent ; l'image est celle d'une fracture incomplète qui affecte la corticale externe. Quand elle se rompt définitivement, le trait de la fracture encercle tout le contour de l'os.

Traitement

Il va dépendre de la condition du patient et de la nécessité de récupération précoce qui s'atteindra avec l'intervention chirurgicale si il assume les risques inhérents de celle-ci.
Traitement conservateur
Historiquement, on a toujours recommandé l'immobilisation avec un plâtre fermé pendant une période variable de 4 à 6 semaines et postérieurement, la rééducation. A notre avis, ce n'est pas un traitement adapté car:
l'immobilisation prolongée peut causer des lésions secondaires, depuis une atrophie musculaire ou une rigidité articulaire jusqu'à une algodystrophie.
l'immobilisation ne garantie pas la consolidation de la fracture. Nous ne croyons pas qu'elle puisse améliorer les possibilités de consolidation sur d'autres traitements qui ne l'utilisent pas.
Nous croyons que l'immobilisation en décharge pendant quelques jours peut être justifiée pour combattre l'inflammation et la douleur, produite uniquement par la fracture. Ensuite, nous pensons qu'il est mieux de conserver le pied libre, sans limiter les mouvements de la cheville. Nous recommandons de positionner des semelles totalement rigides, si possibles métalliques et doublées avec une feutre, pour offrir un appui ferme au pied qui évite la mobilité de la fracture dans chaque pas. Une des causes du retard de consolidation est la traction du tendon péronier latéral court qui s'insère dans l'épiphyse du cinquième méta et qui tracte le fragment détaché dans chaque pas, en rendant difficile le contact et la consolidation de la fracture. Ceci s'évite en maintenant fermement et constamment l'appui plantaire.
Bien que la période de consolidation radiographique soit très prolongée, le patient peut continuer son activité quotidienne sans douleur et éviter l'atrophie et la rigidité articulaire.

Traitement chirurgical.
Des techniques chirurgicales diverses ont été décrites dans le traitement de ces fractures. Actuellement, la plus utilisée est la synthèse intra médullaire avec une vis malléolaire.
quinto metatarsiano fractura deporte futbol C'est une technique difficile, qui peut se compliquer du à la forme de double courbature de l'os. La difficulté se réduit notablement si nous réalisons une incision ample qui nous laisse totalement exposé le foyer de la fracture, mais le chirurgien essaie normalement de positionner la vis par technique percutanée, avec une micro-incision qui permet l'introduction d'un guide métallique dans la lumière de l'os, en traversant la fracture, depuis l'épiphyse jusqu'au troisième distal de la diaphyse. quinto metatarsiano fractura deporte futbol A travers de ce guide, on peut introduire une vis perforée, qui reste enterrée dans la première corticale et produit un effet compressif de la fracture et une rigidité extraordinaire qui évite de nouvelles torsions de l'os.
Le traitement post-opératoire varie selon le critère de chaque chirurgien et de chaque patient. Une attitude conservatrice conseille une période de 3 semaines de marche en semi décharge, en attendant jusqu'à la sixième semaine pour commencer la course progressive. Il est possible de reprendre la compétition deux mois après l'intervention chirurgicale mais il est plus prudent d'attendre jusqu'au troisième mois, lorsque la pression de l'entourage du sportif le permet, et ça, c'est une autre question...
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded