Profile cover photo
Profile photo
Véronique Janneau
28 followers -
Agence de communication spécialisée dans la culture, les jardins et les loisirs
Agence de communication spécialisée dans la culture, les jardins et les loisirs

28 followers
About
Posts

Post has attachment
JEAN-MICHEL MEURICE, UNE RÉTROSEPCTIVE
LAAC, Dunkerque
14 octobre 2016 - 02 avril 2017

La présence de l’œuvre, Yzlment 2, au sein des collections du LAAC est à l’origine de l’exposition Jean-Michel Meurice, une rétrospective.
Cet événement est la première étape d’un cycle d’expositions présentées d’octobre 2016 à septembre 2017 à Dunkerque, à Béthune et au Touquet.
L’ambition de l’exposition du LAAC de Dunkerque est de présenter l’œuvre pictural et cinématographique de Jean-Michel Meurice. Elle réunit ainsi près de cent œuvres (peintures, œuvres sur papier, gravures) et une sélection de films qui retracent l’ensemble de la carrière de Jean-Michel Meurice depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui. Jean-Michel Meurice, une rétrospective s’organise en cinq salles correspondant à cinq familles d’œuvres qui structurent le travail de l’artiste, allant des années Supports/Surfaces et des peintures bayadères aux arabesques des années 1980-1990 jusqu’aux corolles de fleurs de ces dernières années. Parallèlement, une sélection de documentaires réalisés par Jean-Michel Meurice est diffusée dans l’auditorium du musée chaque samedi. Les films choisis croisent les portraits d’artistes contemporains et les enquêtes d’investigation menées sur des sujets d’actualité politique, sociale et économique. La programmation événementielle conçue autour de l’exposition, en partenariat avec le Studio 43, cinéma d’art et d’essai de Dunkerque, complète cette proposition.
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Anne Valerie Hash. Décrayonner
Cité de la dentelle et de la mode, Calais
1er avril - 13 novembre 2016

La Cité de la dentelle et de la mode invite Anne Valérie Hash, créatrice essentielle de la scène francaise, une des rares maisons à avoir obtenu le label prestigieux de la Haute Couture. Cette exposition, la première à lui être consacrée en France, retrace ses 13 premieres années de création.
Il ne s'agit pas tant d'une rétrospective que d’une exploration d'un univers en cours de fabrication.
Une centaine de modèles, pièces vestimentaires uniques, vidéos et documents exclusifs révèlent, à travers un parcours sensible, un vocabulaire stylistique et analyse le processus créatif. Les pièces sont, à l'exception de prêts du Palais Galliera - Musée de la Mode de la Ville de Paris, extraites des archives personnelles de la Maison Anne Valérie Hash.

Depuis « fillemâle », sa première collection fort remarquée en 2001, Anne Valérie Hash définit son identité. Elle débâtit entièrement un vestiaire masculin pour rebâtir un vestiaire exclusivement féminin. Ainsi un pantalon d'homme transformé en robe devient emblématique de son travail. Cette première expérience fait signature.
En 2013, elle décide de marquer un temps de pause. Elle assure depuis la direction artistique de la marque de prêt-à-porter Comptoir des Cotonniers. En 2016, la créatrice revient sur le devant de la scène avec l'exposition « Anne Valérie Hash. Décrayonner ». Elle nous livre ici tant une introspection qu'une projection vers une nouvelle expérience créative.
Déconstruire pour mieux reconstruire, tel est le précepte qui lui sied le mieux. Définitivement, Anne Valérie Hash coud les contraires et faufile les opposés. Les noirs et les ivoires, les pôles masculin et féminin, l'envers et l'endroit, les temps de l'enfance et l'âge adulte... Elle équilibre les notions de modernité et de tradition. Elle déséquilibre les symétries et les volumes. Et définitivement, elle chemine vers la féminité. La toile de coton et la laine sèche des costumes d'homme se marient aux tulles et aux mousselines de soie. Les paillettes et broderies réveillent la matité des étoffes. Quant aux dentelles, largement mises à l'honneur, elles se mélangent entre elles ou se confrontent à des tissus techniques réfléchissants. Ainsi Anne Valérie Hash assemble les opposés sans adversité.
Crayonner signifie « tracer un dessin au crayon ; couvrir une surface de coups de crayon, de dessins et en particulier de gribouillages ; écrire rapidement quelque chose ». L'exposition decrayonner détaille la création en action d'une couturiere qui n'aborde pas le travail de couture par le crayon mais par le ciseau et l'aiguille. Il ne sera pas question de croquis ou d'esquisse, mais de vêtements et de toiles. Et si trace de crayon il y a, ce serait celle de la craie de tailleur.
Photo
Add a comment...

Post has attachment
De la caricature à l'affiche, 1850-1918
Exposition présentée au Palais Lumière, Evian
du 5 novembre 2016 au 8 janvier 2017

Le Palais Lumière d’Evian, après le musée des Arts décoratifs, propose de mettre en lumière l’apport des caricaturistes à l’histoire de l’affiche entre 1850 et 1918.
Le début du XXe siècle marque la fin d’une génération, Toulouse Lautrec, Chéret et Mucha. Leur absence crée alors un sentiment de vide d’autant plus fort que leurs images étaient devenues omniprésentes sur les murs de Paris. Un vide qui a pu laisser s’installer l’idée que l’art de l’affiche était resté moribond jusqu’en 1918. C’est mal connaître le rôle joué par les dessinateurs de presse et les caricaturistes durant cette période car, très vite, les annonceurs repèrent leur trait acerbe, leur maîtrise du raccourci, leur art de l’ellipse, qui rejoignent admirablement les premières théories publicitaires. Ces dessinateurs prennent le relais et renouvellent le genre en profondeur : parmi eux Jossot, Sem, Barrère, Guillaume Gus Bofa, Roubille ou Cappielo, autant d’artistes qui ont inspiré Cabu ou Wolinski.
Réalisée à partir des collections du musée des Arts décoratifs, l’exposition retrace ce moment de l’histoire de l’affiche intimement liée à l’histoire de la presse, aux contextes politiques et économiques depuis 1850, un moment clé de l’histoire de la publicité.
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Le Domaine de Kerguéhennec célèbre cet été le trentième anniversaire du parc de sculptures, créé à l’initiative du ministère de la Culture et du Fonds régional d'art contemporain (Frac) Bretagne. C’est donc, très naturellement, avec ce même Frac Bretagne qu’il revisite, à travers un regard croisé sur les collections, la notion de Paysage.

Paysages contemporains
Les 30 ans du parc de sculptures à travers la collection du Frac Bretagne
Exposition du 26 juin au 6 novembre 2016
L'exposition présentée avec le Frac Bretagne questionne le paysage dans la diversité de ses dimensions – esthétique, économique, culturelle, politique... C'est l'un des axes forts de la collection du Frac Bretagne, depuis sa création, et de la programmation artistique du Domaine.
L'exposition investit la totalité des espaces (château, écuries, orangerie, parc). On y trouve, entre autres, des œuvres des artistes présents dans la collection du parc (Richard Artschwager, Élisabeth Ballet, François Bouillon, Jean-Gabriel Coignet, Ian Hamilton Finlay, Toni Grand, Étienne Hajdu, François Morellet, Maria Nordman, Jean Pierre Raynaud, Carel Visser). Une occasion, souvent, de mettre en regard pratique d'atelier et pratique d'in situ et de vérifier, s'il le fallait, combien ces pratiques sont indissociables et se nourrissent l'une l'autre, dans le continuum, pas forcément linéaire, d'un processus de création toujours complexe.
Photo
Add a comment...

Programmation automne/hiver
Mona Bismarck American Center, Paris
À partir du 08 septembre 2016
Si le printemps 2016 au Mona Bismarck American Center était consacré à la scène artistique de Los Angeles avec l'exposition collective "Wasteland : New Art from Los Angeles", en collaboration avec la Galerie Thaddaeus Ropac et Los Angeles Nomadic Division (LAND), la programmation de cet automne sera particulièrement riche et dédiée, entre autres, à la rencontre d’artistes, la performance et la musique. Le centre organisera une après-midi complète autour de "THE BITRH OF A CULTURE : SOUL TRAIN AND BEYOND" avec Shabba Doo et Patrick Bensard, retraçant l’histoire de la plus importante émission de télévision de culture noire aux Etats-Unis dans les années 1970. Vitrine du bouillonnement funk de cette période, cette émission connut un rayonnement sans précédent en présentant la culture populaire afro-américaine à un vaste public. Cet événement sera animé par l’artiste protéiforme Jean-Paul Goude qui a consacré une grande partie de son travail photographique à la communauté afro-américaine, en conversation avec Patrick Bensard, fondateur de la Cinémathèque de la danse, et Shabba Doo, ancien danseur de l’émission. En danse, le Mona Bismarck American Center accueillera pendant la FIAC la chorégraphe new-yorkaise DD Dorvillier qui présentera sa pièce "A catalog of steps". En résidence pour l’occasion au centre, l’artiste « réactivera » cette pièce sous forme d’installation, donnant à voir l’évolution constante de cette œuvre chorégraphique. Dans le domaine de la photographie, en partenariat avec la MEP, la galerie Nathalie Obadia et Paris photo, le Centre est heureux d’accueillir le photographe iconique Andres Serrano pour une conversation. La fin de l’année sera sous le signe de la musique avec HEAR NOW PARIS, un nouveau festival de musique de chambre contemporaine et de prestigieux invités à l’instar du Quatuor Diotima ou encore du compositeur Hugh Levick.
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment
Kerguéhennec sur France 5 ! Jean-François Feuillant présente la sculpture qu'il a créée et installée dans le parc du Domaine de Kerguéhennec dans Silence ça pousse du 24.09 : pour y accéder plus vite avancer jusqu'à 35 mn 50 sec !
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded