Profile cover photo
Profile photo
Dr Eric SIMON
Je sais que je ne sais rien
Je sais que je ne sais rien
About
Posts

Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment
Vigie-Ciel est un programme de recherche participatif, qui est animé par des chercheurs du Muséum National d’Histoire Naturelle, de l’Observatoire de Paris et des universités de Paris Sud et de Grenoble. Il propose à tout un chacun de participer à son niveau à la recherche scientifique sur les petits corps du système solaire que sont les astéroïdes, en se penchant sur leurs variantes qui parviennent jusqu’au sol de la Terre et qu’on appelle les météorites.
Add a comment...

Post has attachment
L’observation astrophysique la plus marquante de l’année 2017, la fusion de deux étoiles à neutron observées à 130 millions d’années-lumière en multi-longueurs d’ondes et multi-messagers (ondes gravitationnelles et photons) a permis de répondre à de nombreuses questions. Mais le suivi de l’émission radio du résidu de la collision depuis ce fameux 17 août 2017 indique une augmentation du signal au lieu d’une décroissance, une anomalie qui permet d’en savoir encore plus sur ce qui s’est passé et se passe encore.
Add a comment...

Post has attachment
J'ai du mal à me faire à l'idée que c'est devenu normal. Après Bételgeuse, après Antarès, voilà donc une nouvelle image de la surface d'une étoile, toujours une géante rouge bien sûr, mais quand même. Nous voyons aujourd'hui des détails à la surface d'étoiles qui sont situées à plusieurs centaines d'années-lumière... Celle-ci s'appelle Pi1 Gruis, et elle montre des motifs granulaires d'à peine 120 millions de km...
Add a comment...

Post has attachment
Des oscillations atmosphériques quasi quadriennales ont été observées sur Jupiter en infra-rouge dès les années 1980. C'est aujourd'hui par une étude approfondie, et sur la durée d'un cycle complet, que ces oscillations (nommées QQO) ont été étudiées. Elles révèlent que ces mouvements atmosphériques s'étendent en profondeur dans l'atmosphère jovienne et ont des points communs avec les phénomènes atmosphériques terrestres.
Climat tourmenté sur Jupiter
Climat tourmenté sur Jupiter
ca-se-passe-la-haut.fr
Add a comment...

Post has attachment
Il existe des types de galaxies très particulières, repérées récemment dans les images les plus profondes obtenues avec le télescope Hubble, souvent très petites, elles ont été appelées "Green Peas", "Blueberries", ou encore "Blue Nuggets". Aujourd'hui, une étude consacrée à des galaxies nommées "Little Blue Dots" (Petits Points Bleu) indique qu'elles pourraient être à l'origine de nos amas globulaires, dont les précurseurs sont toujours activement recherchés...
Add a comment...

Post has attachment
Les ceintures de Van Allen ont été découvertes en 1958. Elles sont constituées majoritairement de protons et d’électrons énergétiques capturés par le champ magnétique de la Terre. Depuis 60 ans, l’origine des électrons qui sont situés dans la partie interne des ceintures de Van Allen était incertaine. Aujourd’hui, la preuve de leur origine est apportée grâce à un micro satellite conçu et exploité par des étudiants de l’Université du Colorado…
Add a comment...

Post has attachment
La détection des ondes gravitationnelles est en train de voir apparaître un nouvel outil, très différent des interféromètres à lasers du type LIGO, VIRGO ou eLISA. Il s'agit d'objets astrophysiques, qui ont la particularité très intéressante de fournir une mesure temporelle naturelle : les pulsars.
Add a comment...

Post has attachment
Ce n’est pas une observation anodine que viennent de reporter une équipe d’astrophysiciens américains, européens et chinois dans la revue Nature : un quasar montrant par ses caractéristiques spectrales (et pour la première fois) qu’il se trouve dans l’Univers en cours de réionisation, à 690 millions d’années après le Big Bang. Ce quasar puise son énergie dans un trou noir supermassif de 800 millions de masses solaires, ce qui remet encore en question les processus de croissance de ces trous noirs.
Add a comment...

Post has attachment
L’observation de la croissance des premières galaxies qui a lieu entre 500 millions et 1 milliards d’années après le Big Bang est un véritable challenge pour les astrophysiciens, qui doivent pour cela utiliser des instruments très sensibles pour atteindre de très faibles luminosités et en même temps devant couvrir de grands champs, pour espérer en capturer de rares specimens. Une telle observation vient d’être effectuée par des astronomes américains, européens et chiliens, et a permis de trouver un couple de galaxies situées 777 millions d’années seulement après le Big Bang, des galaxies déjà très massives, et qui sont en train de former un nombre ahurissant d’étoiles.
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded