Un deuxième revers pour les MOOCs : après l’échec de  «Fundamentals of Online Education Planning and Application» sur Coursera dont nous avions parlé http://goo.gl/3gj3I, c'est au tour d'Udacity d'être sur le grill.

Parlons du mini-scandale rencontré dernièrement par San Jose State University, qui a lancé en fanfare et un appui financier important de l'état de Californie et de la fondation Gates trois "MOOCs, un de remédiation en maths niveau universitaire, un d'algèbre pour les lycéens, un d'introduction à la statistique" (destinés aux étudiants en échec et hors université - 50% d'étudiants locaux ayant raté au moins une fois le module, 50% d'étudiants de lycées ou de retour de l'armée - http://goo.gl/L3MpCn, en gros "pour le tarif réduit de 150$, il ne s'agit pas d'un MOOC 100% à distance, mais de Formation hybride ( blended learning ) : les étudiants vont sur le campus pour les TD/TP).

Le taux de succès attendu était important, lors d'une expérience précédente le blended avait atteint un taux de réussite des étudiants de 91% au lieu de 59% pour les cours traditionnels.

Or, ces trois MOOC n'ont pas été à la hauteur des espérances et de l'investissement, avec des taux de réussite de 29%, 44% et 51%, alors que le cours en version classique faisait 74%. Une première analyse de raisons : pas de deadlines ou de planning précis, tuteurs pas mis à contribution, accès à internet difficile à certains étudiants, MOOC préparés à la hâte et lancés sans que tout le contenu du cours ne soit achevé, voir mon tweet https://twitter.com/R_Bachelet/status/365303311160721408.

Ajoutons à cela que la mise en place du dispositif à SJSU s'est faite dans un contexte troublé, le corps enseignant de l'université s'opposant par exemple à intégrer un MOOC d'edX sur la philosophie de la justice donné par un prof célèbre http://goo.gl/orTbew (La lettre  est http://goo.gl/CEY2WS, et à elle seule, elle mériterait un post).

Du coup, San Jose State University décide de suspendre le partenariat avec Udacity. Coup de tonnerre médiatique dans le monde des MOOCs...

Et d'autant plus délicat pour Thrun que Udacity se spécialise dans le MOOC "haut de gamme" avec notamment le master en computer science de Georgia Tech sponsorisé par AT&T.

Après tout cela, la question se pose, et c'est le thème de l'article, de savoir quelle est la "formule magique" pour faire un MOOC sinon "haut de gamme", du moins approprié
* non au public classique des MOOC (des étudiants plus volontaires, autonomes et motivés que la moyenne, avec une bonne littératie d'Internet).
* mais aux étudiants en difficulté, présentant à peu près les caractéristiques opposées à celles que je viens de décrire.

Maintenant, à regarder de plus près le dispositif, on peut se demander s'il s'agissait réellement de MOOCs, ou plus simplement de grosses sessions de blended learning, alternant cours à distances et TD/TP sur le campus.
Shared publiclyView activity