Profile cover photo
Profile photo
Daniel Thérien
4 followers
4 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

Post has attachment

Post has shared content
La joie est universelle à tous les humains...
En plus de se propager d'une personne à l'autre même en photo.
Add a comment...

Post has attachment
La GESTUELLE de Kim Jon Un est révélateur de son attitude dominante, il dirige Donald Trump vers l'intérieur d'une main ouverte qu'il appuie fermement dans son dos. Cette photo qui a fait le tour du monde, montre bien qui dirige entre les deux. Du moins, pour cet événement...
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Le NON VERBAL de Carlos Ghosn est bien représentatif de la situation ; avec le doigt rigide et fermement appuyé sur la bouche, il communique bien son mutisme et sa concentration à ne rien dévoiler.
Add a comment...

Post has attachment
QUI DIT VRAI ? LE POLYGRAPHE OU LES MICRO-EXPRESSIONS ?

Le polygraphe est une référence incontournable pour discerner le vrai du faux lors d’interrogatoire.

Le taux de réussite du polygraphe dans la population en général se situe de manière théorique à 90%, car 10% de la population ne sont pas détectable avec cette méthode, exemple : les psychopathes, les autistes, les traumatismes crâniens, les AVC, la médication, le contre-espionnage, etc.

De manière tangible, il faut ajouter un autre 10% de marge d’erreur de la part du technicien, ce qui nous donne un taux véridique d’environ 80% de réussite. Remarquez qu’il est invraisemblable qu’un technicien ait un taux de réussite de 100% en tout temps et avec tout le monde.

Ce qui est confirmé par Joe Navaro ex-agent du FBI et auteurs du livre intitulé : What every body say’s, situe le taux de réussite entre 75% et 80%.

Paul Ekman a collaboré avec la CIA au cours de sa carrière, il situe le taux de réussite du polygraphe, entre 78% et 80%. Cette référence se trouve dans son livre intitulé ; Telling lie. Parallèlement, les recherches sur les micro-expressions ont progressé au point d’en arriver à des résultats comparables avec le polygraphe.

Les micro-expressions se produisent à la vitesse de 1/25 à 1/30 de seconde. Ces spasmes musculaires se produisent inconsciemment lors que l’on tente d’inhiber nos réactions ou du moins, lorsque l’on essaie de les dissimuler.

Maureen O’Sullivvan qui a collaboré avec Paul Ekman mentionnait au printemps 2009 dans un article paru dans le USF magazine, « il y a seulement un petit groupe de personnes qui atteignait 80% de détection du mensonge lors de visionnement de vidéo ». Elle compare ce groupe privilégié à des sportifs de haut niveau qui s’entrainent quotidiennement pour se hisser à de tels degrés de détection.

L’université de Portsmouth au Royaume-Uni a produit plusieurs recherches sur différentes techniques de détection du mensonge. Parmi les résultats performants, le taux de réussite se situe aussi autour de 78% à 80%. Que ce soit avec le polygraphe, les micro-expressions, ou d’autres techniques éprouvées, le taux de réussite dans la détection du mensonge est de quatre fois sur cinq dans le meilleur des cas. Si les micro-expressions ne constituent pas une preuve en Cour, elles ont l’avantage d’être accessibles en tout temps, peu importe où, quand et comment.

Communiquez efficacement en tenant compte des réactions faciales de votre interlocuteur et testez votre capacité à détecter le vrai du faux.

Daniel Thérien https://visages.ca/blog/index.php/09/01/2019/visage-et-communication/qui-dit-vrai-le-polygraphe-ou-les-micro-expressions/
Photo
Add a comment...

Post has attachment
LE MENSONGE EST-IL INNÉ OU ACQUIS ?

Les recherches sur le mensonge faites par le Robert S. Feldman de l’Université du Massachusetts arrivent à la conclusion que dans nos conversations journalières, 60% des gens mentent en moyenne 2 à 3 fois par 10 min.

Il arrive aussi à la conclusion que les hommes et les femmes mentent aussi souvent, mais sur des sujets différents. La définition de mentir ici est : exagérer, minimiser ou en omette les faits, (selon le Code civil)

Si l’on ment aussi souvent, mais à quel âge commence-t-on mentir ?

Selon les psychologues Victoria Talwar, de l’Université McGill et Kang Lee de l’Université de Toronto, en 2008, ils suggèrent l’existence de trois types de mensonge en fonction de l‘évolution de l’âge :

Mensonges primaires: (vers 2-3 ans) : les enfants sont capables de faire des déclarations délibérément fausses, bien qu’il soit encore difficile de savoir s’il s’agit de véritables mensonges, c’est-à-dire avec l’intention de tromper autrui ;
Mensonges secondaires: (vers 4 ans) : les enfants mentent en sachant que leur interlocuteur ne connaît pas la vérité et peut donc être la proie de croyances fausses ;
Mensonges tertiaires: (vers 7-8 ans) : les enfants deviennent de plus en plus capables d’élaborer un discours cohérent avec leur mensonge.
Récemment, une autre étude menée par l’équipe de Diane Poulin-Dubois de l’Université de Concordia a fait des recherches sur des enfants de plus ou moins 18 mois.

Dans une mise en scène ou un comédien mime une émotion qui parfois est contradictoire à l’énoncé verbal. C’est à partir de 18 mois que les enfants changent de comportement lorsque la mimique faciale est contradictoire aux mots. L’attention visuelle de l’enfant s’intensifie en direction du comédien et alternait à plusieurs reprises en direction de la mère pour valider l’information et savoir comment réagir à cette situation incongrue. Donc, de manière générale les enfants détectent le mensonge à partir de 18 mois.

Dans un autre article paru en 2012, les recherches de Anita Kelly de l’université de Notre Dame, en Indiana, aux États-Unis. L’étude s’est échelonnée sur une durée de 10 semaines avec un groupe de 110 personnes dont la moitié devait réduire dramatiquement les mensonges et l’autre moitié, le groupe contrôle, devait être normale sans apporter de changement.

Les résultats de l’étude concluent que de diminuer nos mensonges ou nos exagérations améliore la santé physique et mentale. Ils ont constaté aussi une amélioration réelle des relations humaines durant la même période de 10 semaines. Après seulement 5 semaines, les participants avaient une meilleure estime d’eux et une perception plus positive d’eux-mêmes.

En conclusion, il est très difficile de passer une journée sans mentir, par contre, réduire consciemment les mensonges améliore considérablement la santé.

À l’avenir, lorsque l’on nous demande : « Comment ça va? » vaut mieux être véridique, particulièrement avec nos relations amicales ou familiales.

Daniel Thérien
https://visages.ca/blog/index.php/10/01/2019/micro-expressions/le-mensonge-est-il-inne-ou-acquis/
Photo
Add a comment...

Post has attachment
LE MENSONGE EST-IL INNÉ OU ACQUIS ?

Les recherches sur le mensonge faites par le Robert S. Feldman de l’Université du Massachusetts arrivent à la conclusion que dans nos conversations journalières, 60% des gens mentent en moyenne 2 à 3 fois par 10 min.

Illustration Daniel Thérien, expert en biométrie faciale
Il arrive aussi à la conclusion que les hommes et les femmes mentent aussi souvent, mais sur des sujets différents. La définition de mentir ici est : exagérer, minimiser ou en omette les faits, (selon le Code civil)

Si l’on ment aussi souvent, mais à quel âge commence-t-on mentir ?

Selon les psychologues Victoria Talwar, de l’Université McGill et Kang Lee de l’Université de Toronto, en 2008, ils suggèrent l’existence de trois types de mensonge en fonction de l‘évolution de l’âge :

Mensonges primaires: (vers 2-3 ans) : les enfants sont capables de faire des déclarations délibérément fausses, bien qu’il soit encore difficile de savoir s’il s’agit de véritables mensonges, c’est-à-dire avec l’intention de tromper autrui ;
Mensonges secondaires: (vers 4 ans) : les enfants mentent en sachant que leur interlocuteur ne connaît pas la vérité et peut donc être la proie de croyances fausses ;
Mensonges tertiaires: (vers 7-8 ans) : les enfants deviennent de plus en plus capables d’élaborer un discours cohérent avec leur mensonge.
Récemment, une autre étude menée par l’équipe de Diane Poulin-Dubois de l’Université de Concordia a fait des recherches sur des enfants de plus ou moins 18 mois.

Dans une mise en scène ou un comédien mime une émotion qui parfois est contradictoire à l’énoncé verbal. C’est à partir de 18 mois que les enfants changent de comportement lorsque la mimique faciale est contradictoire aux mots. L’attention visuelle de l’enfant s’intensifie en direction du comédien et alternait à plusieurs reprises en direction de la mère pour valider l’information et savoir comment réagir à cette situation incongrue. Donc, de manière générale les enfants détectent le mensonge à partir de 18 mois.

Dans un autre article paru en 2012, les recherches de Anita Kelly de l’université de Notre Dame, en Indiana, aux États-Unis. L’étude s’est échelonnée sur une durée de 10 semaines avec un groupe de 110 personnes dont la moitié devait réduire dramatiquement les mensonges et l’autre moitié, le groupe contrôle, devait être normale sans apporter de changement.

Les résultats de l’étude concluent que de diminuer nos mensonges ou nos exagérations améliore la santé physique et mentale. Ils ont constaté aussi une amélioration réelle des relations humaines durant la même période de 10 semaines. Après seulement 5 semaines, les participants avaient une meilleure estime d’eux et une perception plus positive d’eux-mêmes.

En conclusion, il est très difficile de passer une journée sans mentir, par contre, réduire consciemment les mensonges améliore considérablement la santé.

À l’avenir, lorsque l’on nous demande : « Comment ça va? » vaut mieux être véridique, particulièrement avec nos relations amicales ou familiales.

Daniel Thérien
https://visages.ca/blog/index.php/10/01/2019/micro-expressions/le-mensonge-est-il-inne-ou-acquis/
Photo
Add a comment...

Post has shared content
Cette latéralité se voit physiquement dans le regard, les expressions faciales ou dans le corps.

Une propriétaire de chevaux avec 40 années de carrière dans l'élevage me contait que pour savoir si l'étalon dominant acceptait le nouveau mâle qu'elle venait de se procurer, elle mettait les deux face à face, lorsqu'ils se croisaient du côté gauche (cerveau droit) le nouveau venu était accepté dans le troupeau. Les deux mâles restaient calmes.

Lorsque les deux mâles se croisaient du coté droit (cerveau gauche) il y avait un risque élever qu'un conflit explose ce qui représente la perte d'une bête, mais aussi une perte importante pour l'entreprise.
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded