Profile cover photo
Profile photo
Philippe SWL 14FDX555 14FRS1548
De formation électronique en fin des années 70 (et oui, je suis un vieux bidule), je m'intéresse à la technique en général même si en vieillissant on devient un peu paresseux pour la partie mécanique (la scie à métaux et les tubes alu, maintenant, c'est moins mon truc - je me limite au fer à souder, au grand désespoir de la nappe de la table du salon !).
De formation électronique en fin des années 70 (et oui, je suis un vieux bidule), je m'intéresse à la technique en général même si en vieillissant on devient un peu paresseux pour la partie mécanique (la scie à métaux et les tubes alu, maintenant, c'est moins mon truc - je me limite au fer à souder, au grand désespoir de la nappe de la table du salon !).
About
Posts

Post has attachment
Microphone Yaesu MH-48 (FTM-100, FTM-400...), suppression simple des "plop-plop" dans la modulation

Peut-être avec-vous remarqué que de nombreux possesseurs de Yaesu FTM-100 ou Yaesu FTM-400 avaient souvent des plop-plop au niveau de la modulation.
Certains conseillent même de tenir le microphone de côté...
Cela semble également être lié au timbre de voix des OM puisque certaines personnes ne génèrent aucun "plop-plop".

M’étant penché sur le problème, j’étais parti sur l’idée de faire un filtre coupe-bas pour affaiblir la portion 100 à 200 Hz (les plop-plop étant généralement là) ou de remplacer la pastille électret.
Avant de faire quoi que ce soit, j’ai quand même voulu regarder comment était conçu le micro MH-48, bien m’en a pris !

Ouvrons tout d'abord le microphone...

Dévisser les deux vis cruciformes en bas et à l’arrière du microphone.
Dévisser la vis au centre de l’attache en haut et à l’arrière du microphone.
Ouvrir « avec gentillesse » le microphone.
Enlever le connecteur blanc interne en bas du microphone, si possible, au lieu de tirer sur le fil, introduire un fin tournevis plat à la base de la partie amovible pour la soulever jusqu’à la déconnecter.
Une fois l’arrière du microphone enlevé si vous êtes du genre stressé, je vous conseille de prendre un photographie de l’intérieur, cela pourra vous servir bien qu’il n’y ait aucune difficulté dans ce qui va suivre.

Sortons le circuit imprimé de la face avant du microphone (un tournevis cruciforme de petite taille est nécessaire)...

Dévisser les deux vis à tête chromée qui se trouvent en bas du microphone.
Dévisser la vis à tête chromée qui se trouve en haut du microphone.
Dévisser la petite vis à tête chromée qui fixe l’interrupteur PTT sur un de ses deux trous (pour l’autre trou, c’est juste une sorte de ressort avec une patte qui dépasse qui vient fixer l’interrupteur – il faudra « gentiment soulever cette pièce pour enlever le circuit imprimé).

Soulever maintenant le circuit imprimé avec précaution pour ne pas arracher les deux fils noir et rouge qui vont vers la pastille électret.
Une fois le circuit imprimé dégagé, le poser de côté de manière à ne pas trop tirer sur les deux fils allant vers la pastille électret.
Avec un petit tournevis plat, faire levier avec douceur au niveau de la flèche orange (photo 1) afin de sortir la pastille électret et son entourage en caoutchouc.

En retournant le micro, faire tomber une sorte de cache (de forme circulaire avec une partie coupée) qui se trouve d’origine au fond du trou où se trouvait la pastille électret (photo 2).
En fait il n’y aucun élément de type tissu qui empêche les plop-plop d’origine, juste cet élément plastique qui détourne les ondes sonores, la pastille ne voyant pas directement l’avant du microphone, curieux…
Une fois cette pièce enlevée, vous voyez à travers les trous qui se trouvent sur le microphone (photo 3).

Voici maintenant la partie la plus ardue et la plus onéreuse...

Trouver un morceau de tissu assez fin et découper dans celui-ci une rondelle.
Pour ma part, allant à la piscine une fois par décennie, j’ai sacrifié un vieux bonnet de bain (une vieille chaussette fera aussi bien l’affaire, propre de préférence, hi).
Mettre cette rondelle de tissu au fond du logement de la pastille électret puis repositionner la pastille électret avec son entourage caoutchouc dans le logement (attention aux 2 fils, ne pas les arracher et les positionner pour qu’ils ressortent vers le haut du microphone, voir la photo que vous avez du prendre au départ pour les positionner correctement).
Revisser en premier les 3 vis à tête chromée pour fixer le circuit imprimé sur la face avant du microphone.
Revisser (mais pas à fond) la petite vis à tête chromé dans un des deux trous de l’interrupteur PTT (voir la photo que vous avez du prendre au départ pour utiliser le bon trou).
Repositionner ce qui ressemble à une sorte de ressort à son emplacement d’origine, la patte de cet élément allant dans le trou libre de l’interrupteur PTT.
Visser maintenant à fond la petite vis à tête chromé qui fixe l’interrupteur PTT.

Il ne reste plus qu’à remettre l’arrière du microphone pour refermer celui-ci...

Vérifier que la pédale du PTT est bien positionnée.
Positionner la partie arrière du microphone en regard de la partie avant.
Revisser les deux vis cruciformes en bas et à l’arrière du microphone.
Revisser la vis au centre de l’attache en haut et à l’arrière du microphone.

Voilà, si vous n’avez rien cassé, vous allez avoir une belle surprise, les plop-plop ont totalement disparu !

C’est à se demander pourquoi Yaesu n’a pas corrigé ce problème depuis des années.
Remplacer un bout de plastique par une pastille en tissu pour faire un coupe-vent, ce n’est pas bien compliqué.
Soit, il vous reste une rondelle en plastique en trop et un morceau de tissu ayant désormais perdu sa fonction d’origine, hi (photo 4) !

Pour finaliser...

Aller sur la partie réglage de sensibilité du microphone et tester différents niveaux en essayant à chaque fois avec des correspondants de préférence distants (plus le signal sera faible et plus ils noteront des différences de niveau audio en fonction du réglage).
Le bon niveau peut être différent en fonction du tissu que vous avez utilisé, de votre voix et de la distance que vous ménagez entre le microphone et votre bouche.

Bon trafic à tous sans "plop-plop"...
PhotoPhotoPhotoPhoto
10/09/2018
4 Photos - View album

Post has attachment
Simplification de l'accession au certificat radioamateur

Bien que la base des questions ne soit pas changée, le nouveau mode de notation augmente de manière significative la probabilité de réussir à cette épreuve !

Post has attachment
C'est quoi les usages d'un "circulateur" en radio ?

_______________________
Nota
Je vous conseille de cliquer maintenant sur l'image avec les croquis en bas de cet article afin de l'afficher en grand.
L'article pourra se lire à droite de celle-ci (ce qui sera plus simple pour votre compréhension de mes explications).
_______________________

Ayant eu à expliquer ce qu’était le principe d'un circulateur à 3 bornes dans un groupe FB, je me suis dit que cela pouvait intéresser d’autres radio-rigolos comme moi ici...

Je ne vais pas m’étendre sur le principe technique de l’intérieur d’un circulateur, on va juste voir ce qui se passe à l’extérieur de celui-ci.

Comme vous le voyez dans le dessin lié à cet article, cela se présente sous la forme d'une boite grise (ou de la couleur qui vous plaira) avec 3 connecteurs coaxiaux.

• le 1 pour la connexion à l'émetteur
• le 2 pour la connexion à l'antenne
• le 3 pour la connexion à la charge fictive 50 Ohms

En minimum requis, il faut juste que vous sachiez :

1 / ce qu’est une simple diode et comment elle réagit en continu (vous savez, le truc où dans un sens cela passe et dans l'autre non).
2 / que pour cette explication, on imagine que dans un circulateur on ne peut circuler qu'à travers une seule diode dans chaque sens.

Pour simplifier, je fais une analogie avec une tension continue ce qui me permet de mettre des diodes (c’est bien une analogie, il n’y a pas de tension continue ni de diodes dans un circulateur).

ON COMMENCE…

On va dire qu’un circulateur est une boîte avec trois prises, 1, 2 et 3 comme expliqué ci-dessus.

Supposons que je mette une tension + en 1, vu le sens des diodes elle ne pourra aller qu’en 2 (car comme je l'ai dit au dessus en axiome dans le cadre de cette explication simplifiée, dans un circulateur on ne peut circuler qu’à travers une seule diode).

Supposons que je mette une tension + en 2, vu le sens des diodes elle ne pourra aller qu’en 3.

GÉNIAL, VOUS SAVEZ DÉSORMAIS COMMENT FONCTIONNE UN CIRCULATEUR A 3 BORNES !

Voyons maintenant à quoi cela peut bien servir...

Il était une fois… (je suis très vieux !), on m’avait présenté ce système pour protéger l’étage amplificateur d’un émetteur (un relais GSM en l’occurrence).

Pour mémoire et toujours en simplifiant, quand ce qui est raccordé derrière un émetteur est adapté, toute l’énergie transmise part dans l’antenne.
S’il y a une désadaptation quelque part (généré par n'importe quoi de ce qui est raccordé à la sortie de l'émetteur, pas uniquement l'antenne), une partie de l’énergie transmise revient vers l’émetteur.
Il va sans dire que l’étage amplificateur de l'émetteur qui voit revenir quelque chose vers lui n’est pas très content, cette énergie étant dissipée en chaleur à son niveau.
Chaleur dégagée en fonctionnement normal plus chaleur liée à ce qui lui revient dans la tête, allo les pompiers !
Pour mémoire, si vous avez un ROS mètre à deux aiguilles, l’énergie qui revient vers l’émetteur est celle qui correspond à l’aiguille dont l’échelle est à droite.
Bon, c’est bien tout cela mais quel rapport avec le circulateur ?

Et bien la réponse est sur le dessin du milieu et sur celui à droite dans les schémas.
On va considérer que ce qui part de l’émetteur est une tension positive et que ce qui revient de l'antenne - quand il y a désadaptation - est aussi une tension positive (ce n’est pas la réalité, c’est juste une analogie pour comprendre).

• en 1 vous avez l’émetteur
• en 2 vous avez l’antenne
• en 3 vous avez une charge fictive 50 Ohms
(qui doit pouvoir supporter la puissance de
l’émetteur)

CAS D’UNE ANTENNE INADAPTÉE

Sur le dessin du milieu, on a du + (vert) qui part de l’émetteur et du + (orange) qui revient de l'antenne (antenne inadaptée avec un ROS supérieur à 1).
En vert c’est le + qui part de l'émetteur, en orange c’est le + qui revient de l'antenne.

En regardant simplement le sens des diodes, on voit que ce qui part, le + de l'émetteur (vert), va bien à l’antenne.
Le + (orange) qui revient de l’antenne, va vers la charge fictive, magique non ?
Ce n'est plus l'émetteur qui se prend le retour dans la tête, il est protégé.
C’est la charge fictive qui dissipe la puissance réfléchie (sous réserve que la charge fictive raccordée en borne 3 supporte cette puissance, tout est OK).

CAS D’UNE ANTENNE ADAPTÉE

Sur le dessin de droite, on a du + (vert) qui part de l’émetteur et aucun + (orange) qui revient de l'antenne (antenne adaptée avec un ROS de 1).

En regardant simplement le sens des diodes, on voit que ce qui part, le + de l'émetteur (vert) va bien à l’antenne.
Il n’y a aucun + (orange) qui revient de l’antenne et aucune puissance absorbée par la charge fictive.

On vient donc de voir qu’un CIRCULATEUR PEUT PROTÉGER A 100% UN ÉMETTEUR, que l’antenne soit inadaptée ou à l’extrême qu’elle soit même absente !

Vous savez donc maintenant quel est le principe général d'un circulateur, vous dormirez certainement mieux la nuit, hi !
Photo

Post has attachment
Quand vos têtes perdent de leurs couleurs !

Rassurez-vous, je ne parle pas d'aller faire des UV mais de l'aspect des têtes de vis de nos E/R.

Comme moi, je suppose que vous avez pu remarquer que l'anodisation ou la peinture noire qui est sur les têtes des vis a très souvent l'habitude de s'en aller toute seule avec le temps.
Avec certaines marques, cette couche de noir semble même peu présente dès l'origine sur du matériel neuf (c'est ce que j'avais remarqué sur mon ex FT-817).

Avoir un boitier noir avec des têtes de vis qui ressortent visuellement car elles sont plus claires que le boitier n'est pas très esthétique.

Solutionner cela est simple et peu onéreux en allant voir du côté du matériel proposé aux modélistes.

Il suffit d'acquérir un petit pot de peinture de la marque Revell, référence "noir satiné 302" avec en complément un pinceau fin et un nettoyant pinceau.

La technique "je ne travaille pas comme un sagouin" consiste à dévisser légèrement les vis afin que leurs têtes s'éloignent du boitier et de les peindre avec le petit pinceau.
Ne pas oublier qu'il faut faire une couche la plus fine possible sans charger.
Si nécessaire, attendre le séchage de la première couche et en appliquer une seconde.

Bien sur, ne pas revisser avant séchage complet.

Bonne peinture !
Photo
Photo
06/05/2018
2 Photos - View album

Post has attachment
Mesures pouvant être faites sur un transceiver

Un grand merci à ON4IJ Jean François pour cette série d'explications claires et précises.
La 3ème partie est à lire dans la revue de RAF à partir de la page 14 sur le lien en dessous (pour les partie précédentes consulter les revues RAF précédentes).
Si vous avez quelques bases techniques et un peu de matériel de mesure à lire absolument !

http://www.radioamateurs-france.fr/wp-content/uploads/n5-sem15-2018.pdf

Post has attachment
Triste réalité française

Voir mon commentaire sous l'article de Richard...

Post has attachment
De la "pas radio" communication via Zello avec un "faux" transceiver

Un Inrico TM-7...

😉

Post has attachment
Une analyse intéressante !

Post has attachment
Un mémo utile pour des termes souvent utilisés

Si comme moi au bout de 40 ans les neurones se relâchent (hi) ou si tout simplement vous voulez comprendre à quoi correspondent certains termes, un site bien fait...
Mesures usuelles en radio fréquence.
Mesures usuelles en radio fréquence.
portelatine.chez-alice.fr

Informations

EMAIL : 14fdx555@gmail.com
FACEBOOK : Philippe Radillot
YOUTUBE : https://www.youtube.com/channel/UC3KgyKqT0zknulo-cY9-tow
Wait while more posts are being loaded