Profile cover photo
Profile photo
Maureen Augras, Sophrologue Lille
18 followers
18 followers
About
Posts

Post has attachment
Sophrologie et migraines



Les maux de tête sont très difficiles à vivre pour les personnes qui en souffrent. Ils peuvent devenir chronique et invalidants, engendrant ainsi repli sur soi et isolement. De plus, les personnes souffrant de migraines subissent souvent une grande incompréhension de la part de l’entourage.

Les migraines sont souvent localisées sur une moitié de la tête. Elles se manifestent par crises d’une durée de quelques heures à plusieurs jours et pouvant s’accompagner de nausées. La personne ne supporte ni le bruit ni la lumière. Mais en dehors des crises, il n’y a pas de douleurs. La personne migraineuse sait qu’une crise sera suivie d’une autre. Entre deux crises, elle peut se sentir soudain remplie d’une énorme énergie qui lui permet de reprendre rapidement le cours de ses activités. Si les crises surviennent de façon régulière, la personne va les appréhender de manière constante ce qui va générer une tension supplémentaire dans le corps et dans le mental.

Contrairement à la migraine, la céphalée de tension s’installe à un moment donné et ne quitte plus l’individu qui en souffre. La douleur n’est pas unilatérale comme dans la migraine et elle est continue, elle peut durer des mois.
Elle apparaît suite à un évènement déclencheur et ne trouvera d’issue que lorsque la situation qui l’a engendrée sera mieux gérée. D’où l’importance d’un accompagnement par un psychologue spécialisé dans le traitement des céphalées.

Qu’il s’agisse de migraines ou de céphalées de tension, la sophrologie est une aide précieuse dans l’accompagnement des personnes souffrant de maux de tête.
Celles ci sont souvent dans un état de stress important lié à la douleur et à l’impossibilité de se débarrasser de ces maux de tête.


Dans l’accompagnement de la personne souffrant de migraines, la sophrologie vient en complément d’un traitement adapté. Elle ne remplace en aucun cas un suivi médical.
Elle permet à la personne de se sentir plus détendue par des techniques fondées sur la détente musculaire et la respiration. Elle lui apprend à mieux gérer les difficultés de la vie quotidienne dont certains facteurs sont souvent responsables du déclenchement des crises de migraine.

La sophrologie permet d’espacer les crises, les personnes constatent une diminution de l’intensité de la douleur, voire le soulagement des crises.

La sophrologie est également un moyen efficace pour faire face à la fatigue nerveuse, ainsi qu’au désordre et au stress qu’elle engendre. C’est aussi un moyen de prévenir ou soulager les douleurs dues aux tensions musculaires, et élever le seuil de tolérance à la douleur et au stress.

Le but des techniques spécifiques de gestion de la douleur est d’agir directement sur le cerveau en le reprogrammant au niveau du cortex, situé dans le lobe pariétal et d’apprendre petit à petit à analgésier les parties concernées. Avec ces techniques, il y a une augmentation de la quantité d’endorphines dans le cortex, ce qui a pour effet une inhibition assez forte des centres responsables de la douleur et de privilégier les sensations agréables.

Les douleurs peuvent être nettement diminuées. Les résultats sont variables en fonction du contexte de la personne, et aussi de la régularité de l’entrainement.

Cependant, les résultats sont impressionnants, les migraines deviennent soit un souvenir, soit elles apparaissent moins douloureuses ou plus espacées.

La sophrologie est un outil qui apporte un grand soutien aux migraineux.


Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Sophrologie et confiance en soi

La confiance en soi se construit et se développe tout au long de notre vie, et ce, dès le plus jeune âge. Elle fluctue en fonction de nos expériences, de nos réussites, de nos échecs, de nos succès, des épreuves rencontrées.

La confiance en soi, c’est le sentiment d’assurance envers nous-même, de foi en notre potentiel, en nos capacités et en nos compétences personnelles dans un domaine particulier.

La confiance en soi, ce n’est pas l’estime de soi. L’estime de soi est une évaluation de nous-même en rapport avec nos valeurs, un jugement ou une opinion favorable que l’on a de nous-même. La confiance en soi fait référence à nos capacités, alors que l’estime de soi fait référence à nos valeurs.


La sophrologie pour reprendre confiance en soi

Lorsque la confiance en soi est défaillante depuis longtemps, ou qu’elle a été bafouée, reprendre confiance n’est pas une chose facile. Cela demande du temps et de la volonté. La sophrologie offre des outils précieux qui faciliteront ce cheminement personnel.

Il s’agit d’une méthode accessible à tous et facilement réutilisable sous la forme d’exercices très simples.

La sophrologie favorise le changement de regard que l’on se porte à soi-même. Elle permet d’identifier les points forts et les points à améliorer. Pour lutter contre le manque de confiance en soi, il s’agit de développer ses idées positives, d’aller chercher le positif dans les éléments du passé, du présent mais aussi du futur et de faire remonter le potentiel qui est en nous pour l’utiliser dans notre quotidien. Tout en douceur, elle permet, au fur et à mesure de l’entrainement, d’ancrer les expériences réussies et de les transposer dans la vie présente.

Alors que le manque de confiance en soi nous conduit souvent à envisager les choses d’une manière négative, la sophrologie nous permet de diriger notre regard sur le positif. Elle nous conduit alors à sortir de la négativité et à combattre le sentiment d’échec.

La sophrologie aide également à lutter contre les symptômes physiques qui peuvent se manifester dans les situations anxiogènes : tremblements, maux de ventre, rougissement, palpitations, sensation de gorge nouée, etc.

La sophrologie nous permet de prendre conscience de nos capacités et nos ressources personnelles. Elle favorise le processus d’affirmation de soi par l’activation et le renforcement de la confiance en soi.



Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
La sophrologie et l’arrêt du tabac

Méthode d'harmonisation du corps et de l'esprit, la sophrologie constitue un allié efficace pour arrêter de fumer.

Les techniques qui la composent permettent de se recentrer sur soi afin de transformer son rapport à la cigarette.

Elle peut intervenir dans l'une des différentes phases d'arrêt du tabac : La préparation à l'arrêt du tabac ; La période de sevrage du tabac ; La période après le sevrage afin d’éviter la rechute.

La sophrologie est une méthode complémentaire pour arrêter de fumer mais ne constitue pas en elle-même un traitement. Elle ne dispense en aucun cas des conseils et de traitements dispensés par un tabacologue ou un médecin traitant.

Cependant, si vous avez décidé d’arrêter de fumer, elle vous apportera une aide précieuse.

Tout d’abord, la sophrologie vous permettra de vous motiver à commencer un sevrage. Elle vous permettra de prendre conscience des différents besoins que comble votre consommation de tabac. Vous pourrez alors identifier les moyens qui pourraient satisfaire ces besoins d’une autre façon. De cette façon, vous serez plus à même de savoir si vous vous sentez prête à entamer un sevrage.

Lors de ce sevrage, la pratique de différentes techniques basées sur la respiration, la détente, l’écoute du corps et la visualisation, vous apporteront les outils pour gérer le stress lié à l’arrêt du tabac. Vous allez, entre autre, apprendre à respirer, à nettoyer vos poumons, à remplacer le geste de fumer et à vous projeter dans un futur de non-fumeur.

Le plaisir de fumer va être remplacé par le plaisir de respirer pleinement. Les séances vous aideront à ne plus avoir besoin du tabac pour vous sentir bien. En pratiquant les exercices régulièrement, vous apprendrez à vivre votre nouvelle vie dans la plénitude et non dans le manque, pour enfin en finir avec la cigarette.

Plus détendu, et plein de vitalité, vous renforcerez jour après jour votre motivation. La sophrologie vous incitera ainsi à perdurer dans votre effort.

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com



Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
En 2017, je vous souhaite de remplacer le stress, l’anxiété, les angoisses... par la confiance en soi et la sérénité ; De vous accorder du temps pour vous et pour mieux vous connaître ; De vivre en harmonie avec vous-même et de trouver un équilibre entre vous et les autres qui vous permette de vivre et partager pleins de bons moments.
Très belle année 2017
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Soulager les acouphènes et l’hyperacousie grâce à la sophrologie

L'hyperacousie est une hypersensibilité de l'ouïe qui rend l'audition de certains sons douloureuse. Elle peut porter uniquement sur certaines fréquences sonores comme le bruit de métal, le bruit de verre, etc. qui sont alors insupportables et agressifs pour la personne. Le confort auditif de celle-ci est menacé en permanence.
Ce trouble de l’audition joue sur les repères familiaux et sociaux de la personne atteinte et peut la perturber en profondeur. Cela peut entrainer un repli sur soi de même qu’un enfermement chez soi pour éviter toute exposition au bruit. L’hyperacousie peut toucher toutes les tranches d'âge.

L’acouphène est une perception auditive (sifflements, bourdonnements, etc.) qui se manifeste en dehors de tout stimulus extérieur. Il peut être du à différentes choses et ne survient pas forcément chez les personnes exposées au bruit.

La prise en charge des acouphènes comme de l’hyperacousie nécessite un bilan orl et un suivi médical. La sophrologie intervient en plus, dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire. Elle ne dispense en aucun cas du suivi médical. L'accompagnement par la sophrologie permet à la personne de reprendre confiance en elle et d'accueillir différemment l'environnement sonore auquel elle est exposée au quotidien ou d'oublier les acouphènes.

La sophrologie propose des outils basés sur la respiration, le relâchement musculaire et la visualisation positive qui permettent d’atténuer les troubles et de mieux vivre « avec eux ».
La personne est accompagnée dans le but de devenir autonome et de retrouver progressivement un quotidien apaisé.
Cependant, cet accompagnement nécessite une adhésion volontaire de la personne. Il s'agit d'un travail sur soi qui amène la personne à modifier la façon dont elle appréhende ses symptômes. L’accès à un état de bien-être nécessite une pratique régulière au quotidien en plus des séances.

L’accompagnement sophrologique se fait à plusieurs niveaux :

Dans un premier temps, il s’agit de permettre à la personne de reprendre des repères corporels et d’apaiser les tensions qui entrainent des douleurs physiques, non seulement autour des mâchoires qui sont particulièrement crispées, mais aussi dans l’ensemble du corps. La personne redécouvre son schéma corporel de façon positive, apprend à calmer ses émotions, à relâcher ses tensions, à lâcher prise.

Ensuite, on peut agir sur le mental et aider la personne à modifier la perception qu’elle a du bruit en se détachant de sa connotation négative. Petit à petit, la personne est moins anxieuse, moins en hypervigilance, ses capacités d’adaptation sont renforcées, ce qui lui permet de ne plus focaliser sur le bruit et de mettre en place un processus d’habituation. Sa perception du bruit ou de l’acouphène est alors modifiée, les bruits parasites sont mis à distance. Elle apprend à se mettre mentalement en retrait de l’environnement sonore. Cela demande un peu d’entrainement mais peut être ensuite appliqué ensuite dans n’importe quel contexte. Elle apprend à se relâcher et à ne plus entendre le bruit.

Petit à petit, la personne retrouve du calme, de la concentration, un meilleur sommeil, et les bruits ou les acouphènes peuvent être associés à nouveau à un état de bien-être.

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Sophrologie / Méditation, quelles différences ?

Cette question revient souvent lors des séances, il est donc intéressant de faire le point sur les différences et les points communs de ces deux méthodes.

Un article est d’ailleurs paru récemment dans le magazine Elle concernant les différences entre méditation et sophrologie.
http://www.elle.fr/Minceur/Bien-etre-relaxation/Meditation/Meditation-ou-sophrologie-3146530

La méditation :
La méditation est une méthode accessible à tous. Elle propose en premier lieu de se concentrer sur le souffle. Cet exercice de base consiste simplement à porter son attention sur la respiration, sur l’air qui entre et qui sort d’une façon tout à fait naturelle et en toutes circonstances. On s’assied tout simplement en se concentrant sur soi et en étant à l’écoute de sa respiration. Au début, on peut tenir quelques secondes sans pensées vagabondes, puis en faisant cet exercice régulièrement, on se rend compte que l’on peut tenir quelques minutes, puis un quart d’heure… Au fur et à mesure de l’entrainement, la période pendant laquelle on se concentre totalement devient de plus en plus longue.

Il s’agit de se concentrer sur l’instant présent, d’écouter son corps, ses sensations internes, et d’accueillir les pensées et les perceptions d’une façon neutre, sans aucun jugement. Tout en augmentant petit à petit sa capacité à se détacher des perturbations extérieures ou des préoccupations.
Cette forme d’introspection conduit à faire le point sur son état d’esprit, à comprendre ses émotions et ses frustrations. Cette méthode peut par exemple permettre de prendre conscience de ce qu’il y a de négatif en nous et nous pousse à nous en débarrasser.
La pratique permet d’avancer progressivement.

La méditation permet de revenir à soi d’une façon profonde et peut-être de découvrir à l’intérieur, quelque chose qui nous dépasse. La méditation peut être perçue comme un pont entre nous et cette vibration supérieure. Présente dans toutes les religions, la méditation permet un développement spirituel certain.

La méditation permet également de se connecter à autre chose qu’à soi. La méditation bouddhiste propose par exemple de méditer sur l’amour bienveillant, nommé metta. Cette méditation consiste à faire naître en soi un sentiment d’amour, de compassion et de tendresse envers tous les êtres vivants. Méditer permet ainsi de développer et approfondir notre compassion.
La méditation se pratique généralement seul. Afin de se familiariser avec la méditation, il est possible de trouver des techniques simples dans les ouvrages spécifiques. Il est aussi tout à fait possible de se faire accompagner afin d’être guidé pour s’initier à la méditation, mais c’est à chacun, par la pratique et l’analyse de ses ressentis, de tracer son propre chemin et de développer ses propres techniques.
Même si la pratique se fait en groupe, il s’agit d’une méthode solitaire ou chacun progresse à son propre rythme.
Ainsi, cette méthode peut convenir à certaines personnes et être frustrante pour d’autres.

La sophrologie :
Profitons en pour revenir sur la différence entre la sophrologie et la relaxation, si souvent confondues.

La relaxation a pour but de provoquer un état de bien être. Elle comporte un ensemble de techniques qui permettent d'abaisser le tonus musculaire par la détente physique. Ce qui entraîne ensuite une détente mentale qui laisse la place à l’écoute des sensations corporelles. La relaxation amène la personne à se sentir plus détendue, plus libre et à augmenter sa résistance au stress.
La relaxation se pratique individuellement ou en groupe et est à la portée de tous.

Quant à elle, la sophrologie est une méthode qui intègre de nombreuses techniques et dont l’objectif est thérapeutique.
La sophrologie se sert de la relaxation comme outil en utilisant l’état de détente physique et mental qu’elle implique afin d’initier des changements. Le sophrologue amène la personne à se détendre afin d’accéder à un niveau de conscience appelé niveau sophroliminal qui permet d’effectuer un véritable travail sur soi.
A partir de techniques basées sur la respiration, sur des enchaînements de tension / détente musculaire et sur la visualisation positive, la personne prend conscience de son corps, de son mental et de ses émotions et peut alors volontairement procéder à des changements sur son corps ou son esprit. Elle apprend à se détendre physiquement et mentalement, mais aussi à avoir plus confiance en elle et à développer un regard plus positif sur elle-même, sur les autres et sur les situations rencontrées.
Il s’agit d’un travail personnel, propre à chacun, qui s’établit au travers d’une relation directe entre le sophrologue et la personne accompagnée. Il faut qu’une alliance se crée entre les deux. Le sophrologue adapte son travail et ses techniques à la personne qui se trouve en face de lui, en fonction de l’état et des besoins de celle-ci au moment de la séance.
A la différence de la méditation, la voix du sophrologue guide la personne, qu’il s’agisse de séances individuelles, en groupe ou que la personne s’entraîne seule au travers d’enregistrements.

La sophrologie et la méditation ont en commun la relation entre le corps, le mental et les émotions. Elles cherchent toutes deux à développer une relation harmonieuse entre notre corps et notre esprit.
Les deux méthodes utilisent la posture assise, le dos droit, ce qui permet à l’esprit de rester clair et vigilant et de développer la résistance, la détente ou d’autres capacités à l’intérieur du corps.
Dans ces deux disciplines, la respiration est très importante. En sophrologie, la respiration abdominale est utilisée pour détendre le corps et relâcher le mental. La respiration associée à d’autres outils permet aussi d’évacuer les tensions, de revenir à soi, de mieux gérer ses émotions et de faire le plein de sensations positives. En méditation, la respiration naturelle est utilisée comme support de concentration et pour se sentir plus présent dans son corps. Elle est importante mais elle ne sera en aucun cas modifiée.

La sophrologie s’inspire de la phénoménologie, un courant de pensée fondé par Husserl. Cette attitude mentale nous incite à regarder les choses comme si c’était la première fois, et donc à porter un regard neuf sur nos sensations internes. Nous accueillons ce qu’il se passe en nous sans jugement et avec bienveillance.
La méditation incite également à accueillir ce qu’il se passe en nous sans conditions, en lâchant prise sur nos à priori. Il s’agit d’accepter tout ce qui vient à nous en nous laissant traverser par nos ressentis pour aller voir au-delà ce qui est vraiment présent.

L’une des pratiques courante en sophrologie consiste à se concentrer sur un objet neutre, c’est à dire l’image d’un objet qui ne provoque pas d’émotions. Cette concentration sur un objet neutre favorise la focalisation et constitue un réel entraînement à la méditation, sur un temps très court, quelques minutes au maximum.

La sophrologie permet d’être plus présent à soi-même et de développer les perceptions corporelles et mentales. La sophrologie constitue ainsi une introduction à la méditation.

Ces méthodes demandent toutes deux une pratique régulière et s'intègrent dans la vie quotidienne. Elles permettent de développer et d'améliorer la conscience de soi, d'avoir un plus grand équilibre psychique et émotionnel, et de prendre du recul face aux différentes situations de la vie. Les deux sont complémentaires et peuvent être pratiquées en alternance.

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Soulager la spasmophilie par la sophrologie

Qu’est ce que la spasmophilie ?

On parle de spasmophilie pour désigner un syndrome ou un ensemble de signes neurovégétatifs fondés sur l'hyperexcitabilité neuromusculaire due au déséquilibre entre le système sympathique et le système parasympathique. La spasmophilie touche surtout les adultes mais peut aussi affecter les enfants et concerne plus de femmes que d’hommes.

Il existe de nombreux symptômes de la spasmophilie, variables selon les individus. Nous pouvons distinguer :

• Les symptômes spasmodiques :
- Des crampes, fourmillements, principalement dans les membres ;
- Une sensation de gorge serrée, de "boule" dans la gorge, des troubles de déglutition ;
- Des troubles digestifs : crampes et nœuds à l'estomac, aérophagie, ballonnement, spasmes intestinaux, colites ;
- Une tension du visage, principalement au niveau des mâchoires, des tremblements des paupières ;
- Des raideurs, douleurs musculaires et articulaires.

• Les symptômes divers :
- Une fatigue chronique qui apparaît le matin au levé et disparaît le soir ;
- Une tachycardie (accélération du rythme cardiaque) ou des extrasystoles (hyperexcitation et contractions prématurées du cœur) ;
- Des troubles de la vision et de l'ouïe, des bourdonnements d'oreille ;
- Une oppression respiratoire ;
- Une perte de la libido ;
- Des troubles du sommeil : difficulté à s'endormir, réveil nocturnes… ;
- Des symptômes d’anxiété généralisée : Irritabilité, crise d’angoisse, phobies, sensations de vertiges et de sol mou sous les pieds, anticipation de l'avenir de façon négative, crise de panique avec la sensation que l’on va mourir etc.

Le diagnostic peut être parfois long et délicat à poser en raison de la grande diversité des signes et de leur variabilité d’une personne à l’autre.
Il semblerait que certaines personnes aient un terrain anxieux favorisant l'apparition de la spasmophilie. Cette affection peut rester "en sommeil" chez certaines personnes durant plusieurs années et ne jamais se déclarer. Chez d’autres personnes, les symptômes apparaissent souvent à la suite d'un évènement traumatique. Le facteur déclencheur peut-être psychologique mais aussi d'ordre physiologique (perturbations alimentaires, allaitement, croissance rapide...).
Il existe des périodes d'accalmie où la personne atteinte de spasmophilie se sent beaucoup mieux. Les symptômes reviennent parfois durant des périodes plus délicates de la vie. Ceux-ci peuvent également varier en fonction des saisons, des aggravations se font notamment ressentir du printemps et en automne.

L'ensemble de ses symptômes peuvent générer une certaine anxiété, de la fatigue, de la déprime car la personne ne sait pas toujours ce qui lui arrive ni comment gérer les crises.
L’hyperventilation due à l'angoisse peut modifier les échanges entre calcium et magnésium au niveau cellulaire et ainsi provoquer des crises aigues ou crises de tétanie.
Cependant, tous les symptômes de la spasmophilie sont réversibles et ne mettent pas la vie de la personne en danger. La plupart du temps, la crise dure quelques minutes elle peut être écourtée par le traitement et par différentes techniques de relaxation et de respiration.

Il ne s'agit pas seulement d'un problème lié au psychologique, c'est pourquoi il est important de travailler aussi sur le corps dans son ensemble grâce aux médecines naturelles, en plus d’un suivi médical, afin de vous aider à aller mieux.

Comment la traiter ?

Les causes et les symptômes de la spasmophilie sont nombreux et variés d’une personne à l’autre. Le diagnostic est posé lorsque de nombreux symptômes sont réunis, pouvant aller du vertige à la crise de tétanie, en passant par les sensations d’oppression avec difficulté respiratoire et des palpitations etc. En plus de ces symptômes pouvant être parfois très impressionnants, les personnes atteintes de spasmophilie sont souvent hypersensibles à leur environnement et très vulnérables au stress.

La spasmophilie est donc un syndrome complexe faisant interagir des symptômes physiques réels et handicapants avec des dispositions psychiques. Une prise en charge globale de la personne est donc importante.

D’une part, le suivi médical indispensable permet le diagnostic et le traitement médicamenteux qui se fait en fonction de la symptomatologie.
Les symptômes étant parfois être liés à une carence en minéraux, notamment en calcium et en magnésium, le médecin peut être amené à prescrire une complémentation en minéraux. Dans certains cas, des anxiolytiques et antidépresseurs sont indiqués, ou parfois des bétabloquants en cas de troubles cardiaques.

D’autre part, la prise en charge globale de la personne spasmophile par des médecines complémentaires est très souvent conseillée. Par exemple, l’homéopathie, l’acupuncture et la sophrologie seront une aide précieuse dans la prévention et le traitement de cette pathologie.

La sophrologie dans le traitement de la spasmophilie

La sophrologie est depuis longtemps reconnue pour la gestion du stress, des émotions et des angoisses. Il s’agit d’une méthode psychocorporelle qui a pour intention de travailler sur la reconnexion aux sensations corporelles et sur la gestion du stress. Elle peut-être d’une grande aide pour prévenir et soulager les crises et est généralement recommandée aux personnes souffrant de spasmophilie.

Grâce à des pratiques simples et efficaces (exercices de respiration, de relaxation musculaire et de visualisation positive), la personne qui pratique la sophrologie va peu à peu apprendre à reprendre la maîtrise de son corps. Elle progressera dans la prise de conscience de ce qu’elle vit dans son corps à travers les sensations et les perceptions sensorielles, afin de mieux anticiper et agir sur la crise. Les petits signes avant-coureurs qui annoncent souvent la crise de spasmophilie seront reconnus afin de pouvoir installer les outils sophrologiques. Ceux-ci permettront à la personne, au fur et à mesure, de gérer les crises lorsqu’elles se présentent.
Elle sera ainsi plus sereine face à l’angoisse générée par les crises qui peuvent survenir à tout moment.

La sophrologie permet également d’apprendre à se concentrer sur le positif et d’augmenter la confiance en soi et l’harmonie entre le corps, le mental et les émotions, ce qui agit efficacement sur l’aspect psychologique de la maladie.
En apprenant à mieux se connaître, la personne souffrant de spasmophilie va découvrir qu’elle dispose de grandes richesses intérieures qu’elle va pouvoir peu à peu exploiter pour apprendre à être moins sensible à son environnement, plus solide et plus confiante.
La sophrologie est donc parfaitement adaptée au traitement de la spasmophilie.

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69
www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia


Photo
Add a comment...

Post has attachment
Une rentrée zen

Les vacances se terminent, la rentrée est déjà là… Il est temps de choisir les activités que vous allez pratiquer cette année. Pour gérer le stress de la rentrée et vivre une année sereine, rien de mieux que prendre tout de suite de bonnes habitudes :

Les cours collectifs de sophrologie reprennent le 10 septembre aux horaires suivants :
• Le samedi à 11h chez Sogood Nature
• Le dimanche à 17h30 au cabinet

Cours collectifs Préparation à la maternité :
• Le mercredi à 13h
• Le dimanche à 16h

Pour vous inscrire, vous pouvez me contacter par mail ou par le formulaire de contact.

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com


Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
J’améliore ma mémoire
avec la Sophrologie

La mémoire est la fonction biologique et psychique qui nous permet d’enregistrer et de conserver des informations venant d'expériences et d'événements divers, et à les restituer sous forme de souvenirs, de savoirs ou d'habiletés.

La mémoire n’est pas localisée dans une région précise du cerveau mais se trouve dans plusieurs zones situées dans l’ensemble de notre cerveau.
Les informations sont reçues par l’hippocampe qui renvoie ces informations vers une autre partie en fonction de sa nature par l’action des neurones.
Le processus de mémorisation se déroule en trois temps : L’encodage (les informations à retenir sont sélectionnées et codées pour les faire passer dans la mémoire) ; Le stockage (les informations encodées sont stockées en mémoire) ; La récupération (les informations sont récupérées et restituées lorsque nous en avons). Cette phase dépend de la qualité des 2 premières, c’est celle qui se dégrade en premier.

Il existe différents types de mémoire.
- La mémoire sensorielle : Elle conserve très brièvement les informations apportées par les sens. Elle est un passage obligé pour le stockage dans la mémoire à court terme.
- La mémoire à court terme : Elle porte sur les évènements récents. Elle permet de retenir plusieurs éléments pendant quelques secondes à quelques minutes. Elle nous donne, par exemple, la possibilité de nous souvenir d'un numéro de téléphone le temps de le noter avant de l'oublier. Elle permet d’accéder au stade de rétention suivant : la mémoire à long terme.
- La mémoire à long terme : Elle permet d'avoir des souvenirs à long terme. Elle est donc durable et de capacité illimitée.
La mémoire à long terme désigne plusieurs types de mémoires : Une mémoire déclarative ou explicite qui regroupe toutes les informations dont nous nous souvenons d’une manière consciente et que nous pouvons décrire avec des mots. Elle regroupe les mémoires sémantiques (savoir, culture) et épisodiques (histoire personnelle de l’individu) ; Une mémoire non déclarative ou implicite, qui nous permet de réaliser des taches automatiques de manière inconsciente (marcher, faire du vélo..). Elle comprend la mémoire procédurale (savoir-faire) et la mémoire émotive.

Les troubles ou pertes de la mémoire correspondent à la difficulté ou l’incapacité à mémoriser un fait actuel ou à retrouver un souvenir.
Les “trous” de mémoire, les oublis, sont souvent anodins et de plus en plus fréquents en vieillissant. Cependant, lorsqu'un traumatisme ou une pathologie sont en cause dans leur survenue, les troubles de la mémoire peuvent être invalidants.

Notre hygiène de vie a une influence importante sur notre mémoire.
Le stress, la fatigue, le bruit, les soucis, peuvent altérer notre mémoire et créer des oublis. La consommation d’alcool, de tabac, de drogue, l’utilisation du téléphone portable ou l’exposition au plomb, au mercure, aux pesticides ou encore à l’aluminium, sont autant de conditions défavorables à une bonne mémoire.

Pour préserver notre mémoire, il est important d’avoir une bonne qualité de sommeil, de pratiquer une activité physique régulière et des activités sociales.
L’alimentation a également un rôle important pour entretenir et stimuler la mémoire : il est conseillé de consommer des aliments riches en Omega 3 et 6, des protéines, des sucre lents, des vitamines C, E, B1, B9, B12, et de boire 1,5 d’eau par jour.

Pratiquer la sophrologie a également une action bénéfique sur notre mémoire.

Les différents outils qu’elle propose nous permettent de préserver et de stimuler notre mémoire :
- L’amélioration de notre état de détente et de relaxation diminue notre stress et augmente ainsi notre capacité de mémorisation.
- Notre sommeil s’améliore.
- Les techniques de respiration entrainent une meilleure oxygénation de notre cerveau.
- Des techniques spécifiques nous permettent d’affiner et de renforcer nos sens afin de mieux capter les informations.
- Les sophromnésies qui nous permettent de travailler nos souvenirs et les retrouver plus facilement.
- Nous prenons conscience et renforçons nos capacités de mémoire et de concentration.

La sophrologie est donc un très bon moyen d’améliorer et stimuler notre mémoire !

Maureen Augras Sophrologue à Lille | 06 30 26 83 69

www.maureenaugras.com

Crédit photo : Fotolia
Photo
Add a comment...

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded