Profile cover photo
Profile photo
Cyrus Sibert
268 followers
268 followers
About
Cyrus's posts

Post has attachment
#GuyPhilippe Jeune Commissaire de Police, #GuyPhilippe Libérateur et #GuyPhilippe Homme Politique.- (Texte de Cyrus Sibert)

[ “La reconnaissance est le fruit d’une grande culture; on ne la trouvera pas chez les gens grossiers.” … si l’ex #JeuneCommissaireDePolice #GuyPhilippe doit répondre des faits qui lui sont reprochés, #LeLibérateur #GuyPhilippe reste et demeure celui qui a sauvé des centaines de milliers de militants, de sympathisants et de citoyens de la mort en 2004.]

La décision de Guy Philippe de plaider coupable met fin à une série d’accusations et de défenses sur un dossier que seuls les Etats-Unis et l’accusé connaissaient la vérité. L’homme a ainsi décidé de faire face à ce qu’il avait fait. Comme nous l’avons toujours dit, dès le début de cette affaire : “son avenir dépend de ce qu’il a fait et de ce qu’il n’a pas fait”; enfin, les deux concernés ont décidé de trouver une entente.

Il faut remarquer que, dans la note du Bureau du Commissaire du gouvernement de Miami, on fait référence à Guy Philippe comme officier de police. Durant son passage au sein de la PNH, l’homme menait la grande vie. C’est d’ailleurs toujours le cas au sein de la Police Nationale où ils existent des “Commissaires barons” menant une vie de Prince au dessus de leur salaire ou des frais mis à leur disposition et des “Commissaires carriéristes” qui font leur travail “Protéger et servir” dans la misère en évitant les réseaux mafieux.

J’en profite pour attirer l’attention des jeunes sur ce point : Les bêtises commises à l’aube de sa vie, peuvent hypothéquer toute une vie.

Ils sont nombreux les jeunes officiers de police des années 90s qui se sont laissés attirer par l’argent facile, l’argent sale de la drogue ou de la corruption qui coulait à flot dans un pays pauvre sorti d'embargo total. Il faut d’ailleurs reconnaitre cette tendance chez les membres de la force publique de succomber aux avances des trafiquants de drogue, des criminels et des corrupteurs.

Paradoxalement, les gens qui ont pris part à ces histoires étaient des privilégiés du moment. Contrairement à nous, jeunes étudiants traumatisés par le coup d’État militaire, appauvris par l’embargo, puis délaissés par l’administration Lavalas qui passait plus temps à piller, à profiter de son retour au pouvoir qu’à relancer le pays sur la voie du développement, les gens qui ont pris part à ces manoeuvres déloyales avaient le privilège d’être boursiers, d’étudier à l’Etranger et/ou d’exercer le pouvoir.

Le crayon de la justice américaine n’a pas de gomme. La crédibilité est comme la virginité; une fois perdue, c’est fini. Le caractère d’un homme se forme par sa capacité à refuser des avantages et des privilèges quand leur mode de jouissance viole les principes du droit universel et de la morale publique.

J’imagine, l’angoisse aujourd’hui de ces jeunes officiers de la Police et/ou de l’Armée d’Haiti qui avaient profité des millions de la drogue qui coulaient à flot et se retrouvent avec des inculpations bien documentées, hypothéquant leur avenir et leur carrière politique. C’est une leçon pour les jeunes qui observent.

A ce stade, il est impérative de faire une différence entre #GuyPhilippe #CommissaireDePolice et #GuyPhilippe #HommePolitique. C’est d’ailleurs ce qu’il aurait du faire comme stratégie de communication politique. Au lieu d’entrainer ses supporteurs et le Sénat dans une situation embarrassante, ce serait mieux pour lui d’établir le distingo entre le Jeune Policier fougueux qui pouvait commettre une bêtise de jeunesse et le Politicien mature, tout en affirmant qu’il attend de voir le contenu du dossier de la DEA.

Quand au Sénat de la République, il n’y a rien de catastrophique dans sa position. Car, en plus que sa résolution n’avait pas traité le fond du dossier mais plutôt la forme, à savoir la façon dont Guy a été arrêté puis transféré aux Etats-Unis, il est une réalité que partout dans le monde, les Assemblées parlementaires expriment souvent des positions catégoriques, non-diplomatiques que leur Pouvoir Exécutif ne peut pas se permettre. De plus, dans le cas de Guy Philippe, le Ministre de la Justice Camille Edouard Jr avait boudé toutes les convocations du Parlement qui pourrait servir à établir les faits et les détails du dossier.

En ce sens, si l'ex #JeuneCommissaireDePolice #GuyPhilippe doit répondre des faits qui lui sont reprochés, #LeLibérateur #GuyPhilippe reste et demeure celui qui a sauvé des centaines de milliers de militants, de sympathisants et de citoyens de la mort en 2004. Car, après le massacre de la Scierie dans la commune de Saint-Marc, les gangs Lavalas d’Aristide planifiaient activement d’attaquer les opposants du régime dans plusieurs villes du Nord, le 25 février 2004, soit à la fin des activités carnavalesques. D’ailleurs, le 17 décembre 2001, n’avaient-ils pas incendié les bureaux des partis politiques, les résidences de chefs de partis et assassiné plusieurs dizaines de militants à travers le pays? La police ayant été sous le contrôle des gangs criminels d’Aristide, les manifestations pacifiques ne pouvaient pas arrêter ce projet macabre.

Qu’on évite toute confusion entre les citoyens qui sont reconnaissants à l’égard de Guy Philippe pour son acte de bravoure dans la libération du territoire national de l’emprise des gangs criminels d’Aristide avec ceux qui ont bénéficié ou participé à ses activités de conspiration contre les Etats-Unis en termes de blanchiment d’argent et/ou de protection de trafic illicite des stupéfiants.
“La reconnaissance est le fruit d’une grande culture; on ne la trouvera pas chez les gens grossiers."

Ce tournant dans le dossier Guy Philippe ouvre la voie à d’autres arrestations d’anciennes autorités policières, politiques, judiciaires ou des personnalités la société civile, impliquées dans le trafic illicite de stupéfiants, dans le blanchiment d’argent et/ou dans le détournement des fonds publics. L’heure est venue de libérer les avenues électorales et/ou politiques de ces éléments embarrassants qui hypothèquent l’image et la réputation de notre État sur la scène internationale. Si des citoyens doivent être toujours prêts à mourir pour sa patrie, on ne saurait sacrifier un pays pour quelques individus. Il est temps d’envisager une loi Vetting capable d’épurer la police, la justice, le pouvoir politique, les processus électoraux, les partis politiques, de ces gens sur lesquels, de graves accusations crédibles, pèsent.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
25 Avril 2017
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle
WhatsApp: 509-3686-9669

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156170325589478/?type=3

Post has attachment
#GuyPhilippe Jeune Commissaire de Police, #GuyPhilippe Libérateur et #GuyPhilippe Homme Politique.-
[ “La reconnaissance est le fruit d’une grande culture; on ne la trouvera pas chez les gens grossiers.” … si l’ex #JeuneCommissaireDePolice #GuyPhilippe doit répondre des faits qui lui sont reprochés, #LeLibérateur #GuyPhilippe reste et demeure celui qui a ...

Post has attachment
A former high-ranking Haitian National Police officer pleaded guilty today in the United States to a money laundering charge in connection with an international narcotics scheme.

Acting Assistant Attorney General Kenneth A. Blanco of the Justice Department’s Criminal Division, Acting U.S. Attorney Benjamin G. Greenberg of the Southern District of Florida, Special Agent in Charge Adolphus P. Wright of the U.S. Drug Enforcement Administration (DEA), Miami Field Division, Special Agent in Charge Matthew G. Donahue of the DEA, Caribbean Division, and Special Agent in Charge Kelly R. Jackson Internal Revenue Service, Criminal Investigation (IRS-CI), Miami Field Office, made the announcement.

Guy Philippe, 49, of Haiti appeared before U.S. District Judge Cecilia M. Altonaga of the Southern District of Florida, where he pleaded guilty to one count of conspiracy to commit money laundering stemming from his receipt of cash payments derived from the proceeds of narcotics sales that occurred in Miami, Florida, and elsewhere in the United States in the late 1990s and early 2000s. The defendant is scheduled to be sentenced by Judge Altonaga in Miami on July 5, 2017.

“In addition to its other pernicious effects, drug trafficking corrupts public officials and important government institutions that form the foundation of every democracy. Philippe – a former high-ranking official in the Haitian National Police – was on the payroll of the drug traffickers for years, receiving more than $1.5 million in bribe payments for protecting drug shipments,” said Acting Assistant Attorney General Blanco. “The department’s investigation and prosecution of this case for more than a decade demonstrates its commitment to prosecuting all of those who facilitate the international drug trade, including the corrupt officials on the take, and that there is no place to hide from the U.S. justice system.”

“After evading law enforcement for over a decade, Guy Philippe's guilty plea demonstrates the unrelenting commitment of the U.S. government and our foreign counterparts to disrupt and dismantle transnational narco-trafficking and money laundering organizations,” said Acting U.S. Attorney Greenberg. “Philippe cast aside his duty to protect and serve the people of Haiti. Instead, he abused his position of authority as a high-ranking Haitian National Police Officer to safeguard drug shipments and launder illicit trafficking proceeds. The prosecution of those who abuse the public’s trust to facilitate criminal conduct remains a top priority for the U.S. and our Haitian law enforcement allies.”

“It is important that Philippe accepted responsibility for his criminal offenses against the United States and the people of Haiti for his involvement in criminal activities associated with drug trafficking,” said Special Agent in Charge Wright. “With the increased strength of our law enforcement partners, both in the United States and abroad. DEA will never abandon nor ever give up on seeking and bringing to justice those responsible for drug trafficking and the laundering of drug money, no matter how many years they attempt to evade capture.”

“This international investigation demonstrates the possibilities of success in identifying and producing significant prosecutorial evidence against members of drug trafficking organizations, money laundering organizations and corrupt public figures,” said Special Agent in Charge Donahue. “Guy Philippe violated public trust and the confidence of the Haitian people and others throughout the Caribbean Region and the United States, by supporting and benefiting from drug trafficking organizations. The arrest of Guy Philippe is a testament to the collective mission of our federal agencies and exceptional Foreign Police Units. The Haitian Police, La Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), is commended for their continued hard work, dedication and assistance provided to the international law enforcement community. This investigation sends a strong message to criminal organizations globally, that the law enforcement partners throughout the Eastern Caribbean Region will not rest until these violators are brought to justice.”

“Today Mr. Philippe admitted to accepting bribes while employed as a high-ranking Haitian National Police Officer and to assisting a drug operation that brought cocaine into Miami,” said Special Agent in Charge Jackson. “IRS-CI is pleased this longtime fugitive has admitted his role in the money laundering conspiracy and will now face the consequences of his actions. IRS-CI will continue to work alongside our global law enforcement partners and provide our financial investigative expertise to dismantle these international drug and money laundering organizations.”

According to admissions made in connection with the plea, beginning in the late 1990s, Philippe knowingly using his position as a high-ranking Haitian National Police Officer to provide protection for the shipments of drugs and drug proceeds arriving into Haiti in exchange for cash payments. Philippe admitted that from approximately June 1999 to April 2003, he received between $1.5 and $3.5 million in bribes from drug traffickers, knowing that the payments he received constituted proceeds of cocaine sales that occurred in Miami, Florida, and elsewhere in the United States. Philippe also admitted that he shared a portion of these payments with Haitian National Police officials and other security personnel to ensure their continued support for future drug shipments arriving into Haiti. Philippe used these payments to purchase a residence in Broward County, Florida; and to support himself and to support his family in the United States.

In addition, Philippe wired proceeds derived from the sale of cocaine, in the amount of $376,000, from banks in Haiti and Ecuador to a joint bank account in Miami. To avoid detection, Philippe used the names of others to wire the funds to his account. Philippe further admitted that he arranged for over $70,000 in drug proceeds to be deposited into his account that were conducted in a series of deposits each less than $10,000 to avoid the U.S. federal reporting requirements.

The DEA and IRS-CI investigated the case. The Criminal Division’s Office of International Affairs, Bureau of Diplomatic Security, DEA Port-au-Prince Country Office, Caribbean Field Division, U.S. Marshals Service Fugitive Task Force, Federal Bureau of Investigation, Immigration and Customs Enforcement Homeland Security Investigations and Enforcement and Removal Operations, and the U.S. Customs and Border Protection’s Miami Office of Field Operations provided assistance in this matter. Assistant U.S. Attorneys Lynn M. Kirkpatrick and Andy R. Camacho of the Southern District of Florida and Senior Trial Counsel Mark A. Irish of the Criminal Division’s Money Laundering and Asset Recovery Section are prosecuting the case.

The U.S. Attorney’s Office and our federal partners commend the Government of Haiti, including the Ministry of Justice, Haitian National Police, and La Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS) for upholding the rule of law and assisting U.S. counterparts.

This case is the result of the ongoing efforts by the Organized Crime Drug Enforcement Task Force (OCDETF) a partnership that brings together the combined expertise and unique abilities of federal, state and local law enforcement agencies. The principal mission of the OCDETF program is to identify, disrupt, dismantle and prosecute high-level members of drug trafficking, weapons trafficking and money laundering organizations and enterprises.

https://www.justice.gov/opa/pr/haitian-national-pleads-guilty-conspiring-launder-money-derived-drug-trafficking

Post has attachment
Haitian National (Guy Phillippe) Pleads Guilty to Conspiring to Launder Money Derived from Drug Trafficking.-
Department of Justice.-
Office of Public Affairs
FOR IMMEDIATE RELEASE
Monday, April 24, 2017

A former high-ranking Haitian National Police officer pleaded guilty today in the United States to a money laundering charge in connection with an international ...

Post has attachment
Preuve que l’Etat d’#Haiti protège les accusés de prédation sexuelle sur mineurs?

#Haiti, La République anti-Esclavagiste de Dessalines, est-elle devenue protectrice des pédophiles, des trafiquants de personnes et d’enfants?

[ 1995 : Des dirigeants Haitiens ont demandé à une juge américaine d’abandonner une enquête judiciaire contre un américain accusé de pédophilie par des enfants Haitiens. ]

En effet, lors d’un voyage aux Etats-Unis, des jeunes et des enfants de l’orphelinat Saint-Joseph de Delmas 91 avaient porté plainte contre M. Michael Geilenfeld dénonçant ce qu’ils qualifiaient d’exploitation et d’abus sexuels sur des enfants démunis d’Haiti.

Alors que la Juge Américaine Me Lorraine H. Weber adoptait toutes les dispositions établies pour instruire l’affaire, tout en plaçant les jeunes plaignants dans une maison d’accueil de Detroit (Michigan) pour les suites légales, le gouvernement haïtien d’alors est intervenu par son représentant, le Consul M. Clausel Rosembert pour réclamer que les présumées victimes soient remises à leur présumé bourreau M. Michael Geilenfeld : “ There is an orphanage run by the government, but it is over populated. If these children cannot go back to St. Joseph’s Home, we have some concerns for their well-being” peut-on lire dans la lettre de l’avocat de la République d’Haïti à Washington signée par Justin C. Ravitz.

Une manœuvre qui a démontré que le directeur de l’orphelinat Saint-Joseph était tellement puissant en Haïti, il a pu pousser le gouvernement haïtien à interrompre une procédure judiciaire qui pourrait faire jaillir la lumière sur les faits de viols, d’abus et d’exploitations sexuels qui lui étaient reprochés.

Suite à ce dossier de 1995, d’autres jeunes ont continué, désespérément, à dénoncer en 2004, 2006 et en 2007, ce qu’ils qualifient de pratiques d’abus qui régnaient à l’intérieur de l’orphelinat Saint-Joseph. En février 2014, une plainte a été formellement déposée au Tribunal Civil de Port-au-Prince; en 2015, 7 nouvelles présumées victimes ont porté une nouvelle plainte contre M. Michael Geilenfeld pour abus sexuels. Plusieurs de ces jeunes plaignants ont affirmé avoir rapporté les faits à une inspectrice de l’IBESR connue sous le nom de madame Déjean qui était chargée de superviser l’orphelinat de Monsieur Geilenfeld. Mais, il parait que l’inspectrice était plus intéressée par ses relations privilégiées avec les responsables de la maison d’accueil que le vécu des orphelins.

Comme disait le Dr Martin Luther King Jr : “L’arc moral de l’histoire est long, mais il tend vers la justice”.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle
WhatsApp: 509-3686-9669

Lettre de responsables haïtiens : https://www.slideshare.net/reseaucitadelle/1995-des-dirigeants-corrompus-dhaiti-demandent-une-juge-amricaine-dabandonner-une-procdure-judiciaire-contre-geilenfeld

Lisez aussi : Rappel sur le Dossier Michael Geilenfeld, accusé pédophile.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2016/01/pour-liberer-me-fritzo-canton-des.html

Post has attachment
Preuve que l’Etat d’#Haiti protège les prédateurs sexuels?
#Haiti, La République anti-Esclavagiste de Dessalines, est-elle devenue protectrice des pédophiles, des trafiquants de personnes et d’enfants?  [ 1995 : Des dirigeants Haitiens ont demandé à une juge américaine d’abandonner une enquête judiciaire contre un ...

Post has attachment
Nous vous invitons à suivre l’intervention du célèbre avocat américain Mitchell Garabedian, à l’Americain Museum of Tort Law.— Monsieur Garabedian représente actuellement environ 140 jeunes victimes haïtiens. Rien n’empêche à un avocat de défendre les plus démunis, de couvrir des frais de procédure dans des affaires dont l’issue dépend de la décision d’un juge ou d’un jury. Les pauvres ont aussi besoin d’avocat. Mitchell Garabedian aka Mitch représente des victimes de plus de 14 pays.
——————
Guest speaker Attorney Mitchell Garabedian at the American Museum of Tort Law’s Grand Spring Reawakening, April 2, 2016.

https://m.youtube.com/watch?t=10s&v=rC7cMLWOwIM

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded