Profile cover photo
Profile photo
Ecole Multiethnique de Langues et de Cultures du Québec
11 followers -
L'École multiethnique de langues et de cultures du Québec (EMULCQ) est un organisme sans but lucratif, situé au cœur du quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal
L'École multiethnique de langues et de cultures du Québec (EMULCQ) est un organisme sans but lucratif, situé au cœur du quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal

11 followers
About
Posts

Post has attachment
Les nouveaux étudiants doivent obligatoirement faire l’évaluation de leur niveau de français pour être inscrits aux cours de français gratuits du Ministère de l'Immigration et des Communautés Culturelles.

La prochaine session des cours à temps partiel a l'École Multiethnique débutera le lundi 7 avril 2014 (fin le 21 juin).
Add a comment...

Post has attachment
http://www.rofq.com/

Mission du Regroupement des Organismes en Francisation du Québec : soutenir, promouvoir et défendre les intérêts des organismes membres œuvrant dans le domaine de l’intégration sociolinguistique des personnes immigrantes dans la province de Québec.

Mission: help, promote and defend the interests of the members organizations working in the sociolinguistical integration of the migrants in Quebec province.
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment
French is so difficult to learn? I recommend you this website as a useful tool, it will help you with the verbs, the synonyms and the translations in French.

Apprendre le français est difficile? Je vous recommande ce site, un outil très utile pour vous aider avec les verbes, les synonymes et les traductions en français.

http://la-conjugaison.nouvelobs.com/
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment

Classes d'accueil: apprendre le français pour s'intégrer
Source: La presse Publié le 05 janvier 2014

Chaque année, des centaines d'enfants et d'adolescents nouvellement arrivés entrent en classe d'accueil afin de relever un immense défi: apprendre le français tout en apprivoisant un nouveau pays. Rencontre avec un professeur qui enseigne depuis plus de 20 ans dans les classes d'accueil de l'école primaire Bedford, dans Côte-des-Neiges.
C'est dans une classe bien vivante, aux murs décorés de chiffres, de lettres et de syllabes en couleur, que Daniel Gosselin reçoit ses 17 élèves âgés de 6 à 8 ans. Ils viennent de partout: Philippines, Guinée, Chine, Maroc, Égypte, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Tunisie, Iran...
L'enseignant est le premier interlocuteur francophone de ces enfants et leur premier contact avec la culture québécoise. C'est grâce à lui si, après trois mois en classe d'accueil, ils peuvent déjà lire et écrire quelques phrases, formuler des questions.
«Plus ils sont jeunes, plus leur intégration se fera facilement, même si certains peuvent tarder à parler, note M. Gosselin. Le plus important pour moi, c'est de leur donner envie d'aller à l'école.»

Cela explique notamment pourquoi, dans cette classe, tout paraît si stimulant: les manuels beaucoup plus imagés que ceux des classes ordinaires, les pupitres disposés en forme de «U» pour permettre à l'enseignant d'établir un contact individuel avec chaque élève, les tableaux qui illustrent les petites tâches de la vie quotidienne. En classe d'accueil au primaire, tout est soigneusement pensé pour faciliter l'apprentissage et la découverte de la culture locale.
«On travaille toujours par thème pour apprendre de nouveaux mots», explique Daniel Gosselin. Le moindre changement de saison est prétexte à une nouvelle leçon: le temps des pommes, la chute des feuilles, la première neige, toujours fascinante puisque la quasi-majorité des élèves n'a jamais connu d'hiver nordique.
Au-delà de la langue, il y a l'apprentissage de la vie québécoise. «Sans la langue, l'immigrant ne peut s'intégrer d'aucune façon», souligne Roksana Nazneen, professeure de sociologie au Collège John Abbott.

Mais il est aussi important, à son avis, que les enseignants des classes d'accueil apprennent aux enfants à vivre dans une société multiculturelle, puisque la plupart d'entre eux viennent de pays où il n'y a pas de diversité ethnique.
Daniel Gosselin a pour sa part pris l'habitude de montrer à ses élèves une série vidéo sur les aliments du monde entier - à leur grand plaisir, puisque leur regard s'illumine lorsqu'ils reconnaissent des mets de leur pays.
Les parents sont eux aussi poussés à s'impliquer. Daniel Gosselin les invite aux sorties de groupe organisées par l'école durant l'année et les encourage à parler français à la maison, lorsque leur connaissance de la langue le permet. Nombre d'entre eux étudient au centre de francisation voisin et rendent visite aux petits de l'école Bedford dans le cadre d'un projet baptisé «Les élèves conteurs». Ces étudiants adultes choisissent pour l'occasion des contes à lire aux enfants - au risque de se faire corriger par ces derniers qui n'hésitent pas à les reprendre sur leur prononciation.
Bâtir une identité
Devant toute cette diversité, l'enfant éprouvera-t-il de la difficulté à construire son identité personnelle? Même s'il est exposé à une multitude de cultures, précise Roksana Nazneen, l'enfant conservera le bagage ethnique et culturel de ses parents toute sa vie, tout en l'adaptant à sa réalité. La deuxième génération d'immigrants, c'est-à-dire les enfants arrivés avant l'âge de 10 ans, parlera couramment trois langues, mais ne lira peut-être pas sa langue maternelle.
«Avec chaque génération, l'attachement à l'ethnie diminue. La deuxième génération a tendance à s'éloigner du ghetto ethnique dont ses parents ont eu besoin pour s'intégrer, trouver du travail, se socialiser. Les enfants d'immigrants deviennent trop différents de leur communauté d'origine pour pouvoir y rester. Ils se créent une identité à part, parlant la langue d'origine différemment, pratiquant même leur religion autrement dans certains cas.»
La langue maternelle conserve néanmoins une place importante dans la vie de ces enfants d'immigrants, au même titre que le français. Pour Takwa Souissi, qui a fait sa première année en classe d'accueil il y a 20 ans à l'école Bedford, trois langues font partie de son identité: le français, l'anglais et l'arabe. «Je devais me forcer à parler arabe avec mes parents quand j'étais enfant, et je parlais français avec mon petit frère.»
Diplômée en droit et en journalisme, la Tunisienne d'origine insiste sur le fait qu'elle ne pourrait vivre sans l'anglais et l'arabe, même si elle se sent pleinement québécoise et francophone, et qu'elle a étudié en français. L'essentiel pour réussir l'intégration des enfants qui viennent d'ailleurs, résume Roksana Nazneen, c'est d'accorder autant de place aux traditions d'origine qu'à celles de la société d'accueil dans leur éducation. «Pour y parvenir, les enseignants doivent en connaître beaucoup sur les autres cultures.»

3258 Nombre d'enfants en classe d'accueil au primaire à Montréal. le nombre total d'élèves au primaire à Montréal (réseaux d'enseignement public et privé) était de 108 059 en 2011-2012.
46% proportion des immigrants résidant à Montréal qui habitent dans les arrondissements de Côtes-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Ahuntsic-Cartierville et Saint-Laurent.
61,6% pourcentage d'immigrants admis au Québec en 2012 qui connaissaient le français.
20% proportion des immigrants admis au Québec de 2007 à 2011 et résidant à Montréal qui avaient moins de 14 ans. 
Add a comment...

Post has attachment
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded