Shared publicly  - 
 
Ceci est pour prouver que personne n'utilise Google Plus... ;-)
Translate
21
1
Dominique Huet's profile photoAnna Filina's profile photoEvan Prodromou's profile photoGuillaume Déziel's profile photo
55 comments
Translate
 
L'Absence de preuve n’est pas preuve d’absence. Mais Je dirais que la tranquillité de G+ est assez profitable :)
Translate
 
Mon stream ici est plus intéressant et plus actif que mon stream Facebook. Je ne lis plus Twitter, je n'arrive pas à y avoir des conversations intéressantes.
Translate
 
Au contraire, les conversations professionnelles avec des intervenants y sont plus riches et plus ciblées.
Translate
 
Commentaire en référence à rien du tout, plutôt comme un test d'écho, pour voir si ça réponds. Pas déçu du résultat...
Translate
Translate
 
J’écoute mais je l'aurais pas su si tu avais pas poster le msg sur twitter :)
Translate
 
Ça dépend de qui tu as dans tes cercles et puis les interactions ne sont pas les mêmes que sur d'autres services (parfois plus en détail et/ou avec d'autres personnes)
Translate
Translate
 
Perso, je n'ai pas de compte Facebook, mais pour ce qui est de twitter, j'y tiens rarement des "conversations"

Twitter, je l'utilise pour savoir ce qui se passe en ce moment, exmaple pour savoir les résultats/fait saillants d'un match de sports.

Alors que j'utilise Google+ pour apprendre, soit apprendre a connaitre du monde, ou en apprendre sur des sujets..

Pour moi, on ne peut comparaitre Twitter et Google+, tout comme on peut pas comaraitre le téléphone avec un fax
Translate
 
Il est intéressant de constater que le même commentaire revient sur chaque réseau, si c'était pas ici je l'aurais manqué...
Translate
 
Le sgens ont peur de manquer quoi? Le dernier LOL cat? Le pet de Carle? La vaginite de l'autre? On manque de tout. Mais c bizarre, cette peur. ON a tout manqué. Proportionnellement, il y a temos de hoses qui se passent - deal with it.
Translate
 
Lunid 6 févirer, 23:11 : « No results found for "Ceci est pour prouver que personne n'utilise Google Plus...". » On va voir qi le ramassera en premier...
Translate
 
Aussi: ne pas tenter une telle expérience sans être prêt à intervenir dans chacun de ces réseaux...
Translate
 
+Martin Ouellette Effectivement, on manque plein de choses, même des lettres dans ces mots ;)

Sans farce je suis d'accord avec toi, et certaines personnes a force de vouloir rien manqué (ici, sur twitter, sur fb, etc), ils oublient de vivre.
Translate
Translate
 
J'ai l'impression Sylvain que la conversation sur le sujet est plus vivante ici que sur Twitter ;-))
Translate
Translate
 
Si le sujet est bon, il a de bonne chance de trouver "son public" ;-)
Translate
 
Plus vivante ou plus facile, je pense que Google+ et Facebook bénéficient du syndrome de la notification, alors que Twitter est un flux, une rivère d'eau vive. Pas la même expérience, sauf quand on s'abonne à des flux twitters via RSS. Une opportunité d'amélioration certaine pour Twitter.
Translate
 
Google+ est conversation pour sûr +Martin Ouellette , tu as raison de dire que Twitter (dans sa forme actuelle) est broadcast. Qui se souvient de l'époque ou Facebook n'était pas à propos des "status updates"? Ça ne fait pas si longtemps...
Translate
 
Je ne répondrais pas à ce genre de « provocation » sur Facebook (d'ailleurs on n'est pas mis sur FB), mais G+ et twitter me semblent plus appropriés pour « troller » ce genre d'expériences...
Translate
 
N'empêhce, qu'ici, ce soir, pour la premièr efois j'ai l'impression d'êtr een conversation avec +Bruno Guglielminetti ce que je n'ai pas vécu ailleurs. Une impression de fausse (?) proximité de G+ est due à la « culture » du cercle. Je ne sais pas trop. Mais à terme, le réseau dépassera L'URL. Le Web ausis. J'ai hâte. Le futur m'excite.
Translate
 
Pout Twitter cela dépend comment on s'en sert. On peut construire des barrages virtuels pour contenir l'eau vive et la consommer après la crue: Les listes thématiques, des clients (seesmic, Hootsuite, etc.) ça aident beaucoup à boire une eau limpide et riche en éléments essentiels
Translate
 
J'ai aussi hâte à plus de réseau, mais pas à moins d'URL (c'est la seule manière de "leaker" cette conversation spécifique à d'autres réseaux, comme FB et TWT, j'aime ça.
Translate
 
+Michaël Buffet on est pas ami sur FB, mais j'ai quand même mis mon statut public. Sur Twitter et G+ aussi. Pour être plus publique que ça, j'aurais dû publier sur mon blogue à http://afroginthevalley.com mais je n'aurais jamais eu autant de commentaires sans faire de notifications sur ces 3 réseaux.
Translate
Translate
Translate
 
Il y a beaucoup plus d'information dans l'inconscient collectif, et dans l'essence de la vie que sur n'importe quel réseau social; et cette information est plus pertinente et personne n'a le besoin de la gérer. Malheureusement pas grand monde qui sait comment s'y connecter! Peut-être un jour quand l'insécurité qui est si facilement remplie par les smartphones et les flux d'informations électroniques, et les sites de dating en-ligne et les emails aura fini par pourrir assez de vie les gens se tenteront sur autres choses... Vous pouvez juste dire que je suis illuminé; ça sera plus simple en? ;)
Translate
 
J'avais raison sur le fait que de provoquer une certaine appartenance à un réseau était la meilleure manière de réveiller ce réseau. Je sais, ce n'est pas complètement "kosher" comme méthode, mais ça semble fonctionner.
Translate
 
Vu sur FB... me donne le goût d'investir davantage sur G+... Merci!
Translate
 
Théorie: Sur les réseaux sociaux, il y a d'un côté les commentateurs et de l'autre les voyeurs — ceux qui suivent l'activité sans commenter. Par rapport à Facebook, je pense que sur Google+ il y a moins de personnes qui restent pour simplement regarder l'activité de ses contacts. Il me semble que le profil est plus celui de personnes promptes à partager des informations et à être publiques — dans l'objectif d'être mieux référencé par Google?.
Translate
 
Réseau d'amis FB, réseau d'intérêts communs : ce n'est pas tout à fait pareil. Sur G+, j'ai beaucoup plus de contenu qui m'intéresse (moins de "bruit") même si je ne converse pas souvent.
Translate
 
RE: Ceci est pour prouver que personne n'utilise Google Plus... ;-)
Faux... 100 milions, selon les derniers chiffes?
Pour moi les contenus y sont beaucoup plus interessants que sur n'importe quel autre media dit social. J'aimerais une utilisation de + en + importantes en entreprise, par ex en créant des cercles autour d'un projet, qui réuniront une équipe de projet interne, des fournisseurs externes, des consultants, etc.
Translate
Translate
 
Facebook = vomi de vie personnelle, photos de son bébé ou de son chien
Twitter = on essaie d'avoir l'air intello, on compare le nombre de followers comme on compare les b*tes
Google+ = on partage des affaires qu'on a trouvé sur le web, on lance des discussions
Translate
 
Faudrait déconnecter le réseau de l'outil qu'on utilise pour y accéder. Pensez au courriel: on s'en fiche si notre interlocuteur prérère Gmail ou Hotmail ou Outlook... Les réseaux sociaux ne seront "grands" que le jour où ils seront rendus là...
Translate
 
Philippe, la journée ou on aura un API commun pour les réseaux sociaux, l'équivalent de SMTP+IMAP cette comparaison sera possible, d'ici là, j'attends le RFC avec impatience...
Translate
 
Sylvain, t'as pas besoin de réveiller G+, mon flux est vivant. La plupart des gens actifs sont Européens cependant; au contraire de Facebook.
Translate
Translate
Translate
 
J'utilise Google Plus pour partager avec des gens qui ne sont pas sur Facebook ou Google+, en utilisant la notification par courriel. Et ça remplace aussi en partie mon blogue, quand je veux parler publiquement. Généralement, je limite à quelques cercles ce que j'ai à partager.
Translate
Add a comment...