Profile cover photo
Profile photo
boni yayi
75 followers -
Je suis le Président de la République du Bénin; un pays d'Afrique qui est voisin du Nigéria. Je suis au pouvoir depuis 2006 et j'exerce mon deuxième et dernier mandat.
Je suis le Président de la République du Bénin; un pays d'Afrique qui est voisin du Nigéria. Je suis au pouvoir depuis 2006 et j'exerce mon deuxième et dernier mandat.

75 followers
About
boni's posts

Un salon international sur l’électricité à Cotonou
 
Le Bénin accueillera en mai prochain le premier salon international de l’électricité, des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et de l’eau. Initié par l’Association des fournisseurs et installateurs des matériels électriques et eau du Bénin (AFIMEEB), ledit salon est placé sous le parrainage du Chef de l’Etat. Selon les responsables  de l’AFIMEEB, ce salon offrira l’occasion  de réfléchir sur les défis énergétiques, de partager les expériences et surtout de mobiliser des partenaires pour améliorer les services d’accès à l’électricité et à l’eau au Bénin ». Dénommé « Elec Afric Bénin 2013 », ce salon mobilisera plusieurs partenaires africains et européens de l’électricité autour des expositions et ateliers d’échanges.

Post has attachment
Palais de La Marina : La Sécurité maritime au cœur d’une série d’audience
 
Le Président de la Commission de la CEDEAO en séjour au Bénin dans le cadre de la conférence ministérielle sur l’insécurité maritime a été reçu ce mardi 19 mars 2013  par le Chef de l’Etat. Kadré Désiré OUEDRAOGO et Boni YAYI ont évoqué principalement la question de la sécurité maritime. Dans une déclaration à sa sortie d’audience, M. Désiré OUEDRAOGO a indiqué que  le chef de l’Etat a été un pionner dans la lutte que plusieurs pays africains ont engagée contre  la piraterie maritime. Selon lui, la réunion de Cotonou  vise à échanger les points de vue sur les la meilleure stratégie pour sécuriser nos côtes et mettre les pirates hors d’état de nuire.
Le Président de la commission de la CEDEAO a également informé le Chef de l’Etat des préparatifs de la conférence des chefs d’Etat qui va se tenir à Yaoundé. 
 
La sécurité maritime, il en a été également question au cours  de l’audience que le Chef de l’Etat a accordé à Mme Olusola Agbedja Obada, ministre d’Etat chargée de la Défense du Nigeria. En effet, l’opération « prospérité », conjointement menée par   le Bénin et le Nigeria  a permis de repousser les pirates qui au début de l’année 2012 avaient perpétrés plusieurs actes de brigandage en mer. « Cette opération qui réunit les forces navales de deux pays a permis de réduire les risques de piraterie qui commençait à avoir des effets néfastes sur nos économies respectives », a rappelé la ministre nigériane. Elle a émis le vœu de voir cette expérience s’élargir à d’autres pays. Le but est d’arriver à une initiative sécuritaire qui ceinture entièrement le Golfe de Guinée. Les organisations régionales et internationales comme la CEDEAO, la CEMAC et les Nations Unies auront un rôle prépondérant à jouer dans l’aboutissement d’une initiative de ce genre.
Parmi les personnalités reçues par le Chef de l’Etat ce matin, figure Jean Paul MONCHAU, l’Ambassadeur de la République Française près le Bénin. Pendant près d’une heure, l’Ambassadeur de la République Française près le Bénin et le Chef de l’Etat ont fait le tour d’horizon de la coopération entre nos deux pays, Jean Paul MONCHAU a évoqué avec le Président Boni YAYI la conférence ministériel qui se tient actuellement sur la sécurité maritime et bien évidement, la situation au Mali.
 
Photo

Post has attachment
PhotoPhotoPhotoPhotoPhoto
Visite officielle de Boni Yayi en Turquie
8 Photos - View album

Visite officielle du Chef de l’Etat en Turquie : Le Financement des projets de développement  occupe l’agenda de Boni YAYI 
A l’invitation du Président de la République de Turquie, le Dr BONI YAYI effectue depuis ce mercredi 13 mars 2013 une visite officielle à Ankara. C’est la troisième fois que le Président  du Bénin  visite la Turquie. Une visite officielle qui aux dires du Chef de l’Etat, vise à resserrer les liens de coopération entre les deux pays et surtout à poursuivre les partenariats amorcés lors de son dernier passage en juillet 2012 à Ankara.
Avant de rencontrer et d’échanger avec le 1er Ministre et le Président  de la Turquie ce jeudi 14 mars 2013, le Président Boni YAYI a reçu en audience ce  mercredi matin à Ankara le ministre Turque de l’Economie. Avec lui, il a été question des relations entre la Turquie et l’Afrique. Concernant  le Bénin,  ils ont passé en revue les perspectives de la coopération entre nos deux pays et ont jeté de nouvelles pistes.  « Nous sommes des partenaires de longues dates et nous voudrions que nos relations se traduisent par des réalisations concrètes », a insisté le président de la République au cours  d’un déjeuner de travail avec Zafer Çaglayan, ministre turc de l’Economie. Le Président Boni YAYI a également  invité les autorités turques à accompagner son souhait  de renforcer  la coopération au plan politique. Celle-ci qui a si bien commencé se renforcera d’ici peu  avec  le vœu du Bénin de voir la Turquie ouvrir une représentation diplomatique  ainsi qu’une Agence de coopération internationale à Cotonou. Mais en attendant de poser ses jalons de la coopération politique, le Président Boni YAYI compte attirer vers le Bénin les hommes d’affaires Turques. Le Chef de l’Etat rassure que  les détails de la coopération au plan économique seront débattus à l’occasion des Journées économiques turques qui auront lieu cette année à Cotonou.  Au cours d’une séance de travail ponctuée d’un déjeuner avec le président de l’Assemblée nationale, Cemil Çiçek  et le Vice-Premier ministre, Bülent Arinç, Boni YAYI a plaidé afin que la Turquie participe à hauteur de 300 millions de dollars  au projet de construction d’un barrage hydroélectrique de 140 Mégawatt au Bénin. Le Président Boni YAYI à expliquer à ses hôtes les difficultés énergétiques que connait notre pays en ce moment et la nécessité pour le Bénin d’assurer son autonomie énergétique.
Les hommes d’affaires Turques
En début de soirée de ce mercredi, le  Président Boni YAYI a visité la zone franche industrielle d’Ankara où il  a  tenu une séance de travail avec l’équipe dirigeante de ladite zone.  Etendue sur  plus de 1500 hectares, cette zone franche industrielle d’Ankara compte 360 sociétés avec 75.000 employés. Après une  brève présentation de la structure, convaincu que le Bénin tirera les enseignements nécessaires de l’expérience Turque, le  Président de la République a  invité à Cotonou le  Président de la Zone Franche Industrielle Turque et les sociétés qui y sont installées à venir explorer et s’installer au Bénin dans un partenariat gagnant-gagnant. Boni Yayi  a rappelé les efforts consentis par le gouvernement pour améliorer l’environnement des affaires au Bénin. Il a  par ailleurs invité le secteur privé turc ainsi que l’Agence turque de coopération internationale (TIKA) et Exim Bank Turquie à prendre part activement à la Table ronde sur le financement du développement du Bénin, prévue pour fin mai 2013 à Paris. Les responsables  de la zone franche industrielle d’Ankara ont visité avec le Chef de l’Etat, trois usines de fabrication de machines agricoles  avant son départ des  lieux.
E.ABALLO/ Cell-Com PR
 

Post has attachment
Sur invitation de l’Empereur du Japon, Boni Yayi a effectué du 27 février au 3 mars 2013 une visite officielle au Japon.
PhotoPhotoPhotoPhotoPhoto
Boni Yayi en visite au Japon
11 Photos - View album

Audience  au Plais de la Marina : La situation énergétique du Pays et la gestion de la SBEE au cœur des échanges
La question de l’énergie électrique préoccupe le Chef de l’Etat. Ce lundi, il l’a évoqué avec le Ministre de l’énergie au cours d’une audience au cours de laquelle la crise énergétique que traverse la sous région Ouest Africaine a été longuement débattue. Le Bénin analyse l’enjeu de sa participation  à la sécurisation de la fourniture de l’énergie électrique dans la sous région. Le ministre Barthélémy KASSA faisant le point de l’audience  a  indiqué que le Bénin produit en ce moment seulement 11% de sa consommation en électricité. Du coup, le pays dépend à 89% de l’extérieur. C’est pour cette raison que le Chef de l’Etat a  décidé que le Bénin fasse un effort de mobilisation interne à travers la mobilisation d’un certain nombre de ressource hydroélectrique pour contribuer aussi à l’ensemble du potentiel énergétique de la sous région. A cet effet une mission a été dépêchée en Ethiopie pour voir l’initiative éthiopienne en la matière  de financement de construction de barrages électrique à partir de l’actionnariat populaire. Le Ministre a été instruit pour qu’un mécanisme similaire à celui des Ethiopiens soit mis en œuvre  pour la réalisation d’un barrage de 130megawatts sur le fleuve Ouémé. Les études de faisabilité d’un tel projet sont achevées et il ne reste que l’évaluation du coût réel du projet avant de passer à la phase de sensibilisation des béninois de l’intérieur et ceux de la diaspora.
 
                        La situation de la SBEE
De l’énergie, il y en a été question au cours d’une autre audience toujours avec Barthélémy KASSA et Servais ADJOVI, directeur de cabinet du ministre de l’économie et des finances. Le Chef de l’Etat avait donné des instructions au Ministre de l’économie et des finances et celui en charge de l’énergie  afin de mettre sur pied un comité chargé de se  pencher sur la situation financière de la SBEE. Ce comité est allé rendre compte de ses travaux au Chef de l’Etat   comment la SBEE rentrera t-elle dans ses fonds ? Comment payera t- elle ses dettes ? Toutes ces questions ont été débattues au cours de la l’audience. Selon Servais ADJOVI, au titre des dettes et créances de la SBEE, nous pouvons noter que  vis-à-vis de l’administration il se dégage  un solde en faveur de l’Etat pour un montant de 65milliards. En effet, la SBEE doit à l’Etat 115 milliards  et l’Etat doit à la SBEE 50milliards. La situation de la SBEE vis-à-vis des sociétés et offices d’Etat  présente des créances pour un montant de 12,3milliards et il a été recouvré  depuis les instructions du Président de la République la somme  2, 3milliards. A ce jour la SBEE a encore sur les offices et société d’Etat une créance de 10milliards. Pour recouvrir assez rapidement ce montant, le Président de la Républiques a instruits les responsables concernés pour que le mécanisme de titrisation soit mise en place. Le but de cette opération est de permettre à la SBEE d’avoir dans ses caisses des ressources pour honorer ses engagements. La SBEE a aussi des créances sur les collectivités locales. Cette question a été   également abordée au cours de  l’audience. Estimé à plus de 4milliards, le comité poursuit la réflexion pour que ce montant entre  dans les caisses de la SBEE.
Au-delà des actions engagées pour le recouvrement des créances de la SBEE, il est question d’engager un audit organisationnel, institutionnel, financier et comptable de façon à avoir une meilleure connaissance de cette entreprise. Cette mesure s’étend à plusieurs sociétés et offices d’Etat  dont le Port Autonome de Cotonou, la Sobemap, Bénin Télécoms Sa.
E. ABALLO/Cell-Com
 

Visite du chef de l’Etat au Japon : Le Japon rend hommage au leadership du Président Boni YAYI
 
A l’invitation du Premier ministre nouvellement élu du Japon, Monsieur Shinzo ABE, le Président Boni YAYI, accompagné de la première dame Madame Chantale YAYI, s’est rendu en visite officielle dans l’Empire du soleil levant du 27 au 2 mars 2013.
 
Le contexte de cette visite, attendu depuis décembre 2012 par la partie japonaise, est révélateur du prestige dont jouit aujourd’hui le Benin dans l’arène internationale grâce au leadership exceptionnel exercé par son Président le Docteur Boni YAYI, à la tête de l’Union africaine. Le Dr Boni Yayi est donc le premier Chef d’Etat africain reçu à la fois par le premier ministre Shinzo ABE et sa Majesté  AKIHITO, empereur du japon.
Ce contexte est aussi celui de la volonté proclamée de la nouvelle équipe politique d’œuvrer au respect du drapeau japonais, à la renaissance  économique du japon qu’elle veut hisser au premier rang de l’économie mondiale.
C’est cette équipe qui a décidé d’inviter le président de la république à tokyo pour deux raisons essentielles.
-         Rendre solennellement hommage au leadership exercé à la tête de l’Union africaine par le  Président Boni YAYI.
-         Solliciter l’appui du Benin à l’organisation de la TICAD au mois de juin prochain, afin que cette 5eme édition plus que toutes les autres soit un franc succès.
Cette cinquième édition marque en effet le 20eme anniversaire de la création de ce mécanisme de coopération initié par le japon en 1993 pour marquer sa solidarité avec l’Afrique dont la plupart des pays sont sortis laminés des chocs pétroliers successifs de 73 et 74. La flambée des prix du pétrole à l’époque avait aussi provoqué l’effondrement  de la gouvernance économique des pays les plus riches qui de fait se sont recroquevillés sur eux mêmes laissant l’Afrique à son sort. D’autres évènements de portée mondiale  interviendront quelques années plus tard pour éloigner un peu plus le regard des donateurs de la cause et des intérêts de l’Afrique.
C’est à cette époque que le japon rendit public une analyse de la situation internationale et affirmait qu’il était erroné de penser que le monde pouvait atteindre la stabilité, la paix et la sécurité en ignorant l’Afrique et les intérêts de l’Afrique. En somme un monde viable ne peut se construire sans l’Afrique. Le japon venait de relancer le débat sur l’aide à l’Afrique et prit l’initiative de sa première manifestation concrète en organisant la première édition de la TICAD pour aider à nouveau au financement des économies africaines.
Le Benin dans cet élan a bénéficié d’un appui de 130 milliards de francs CFA. Plusieurs  instruments sont utilisés pour gérer cette aide. Il s’agit notamment :
Du programme des dons généraux  pour la réalisation de plusieurs projets ;
Du programme des dons hors projets pour le renforcement des capacités des PME ; et au titre de la sécurité alimentaire le d Kr1 pour le riz  et le Kr2 pour les intrants.
Ces dons jusqu’ici ont profité à des secteurs comme celui de l’eau (construction des ouvrages d’adduction d’eau dans l’Atacora) à l’éducation (construction de l’ENI de Djougou) à la santé pour diverses interventions à l’homel. Ils ont permis également d’assurer le renforcement des capacités du centre de déminage de Ouidah.
Pour cette visite tant attendue du chef de l’Etat au japon, elle s’est soldée par des appuis très significatifs pour le développement du Bénin.
 
 Ainsi on retiendra que :
 
01 milliard de yen sera consacré au programme des dons hors projet ;
 
1,6 milliards de yen pour le programme de sécurité alimentaire,  et il convient d’ajouter à ceci 1 milliard de yen déjà logé dans un compte à Cotonou.
Au total, se sont 3,6 milliards de yens, soit 21 milliards de francs cfa qui sont mobilisés pour l’appui au développement du Bénin.
Sur ce montant total 4 milliards de francs Cfa environ seront consacrés aux charges de gestion et sur les 18 milliards restant le Japon demande que  08 milliards soient affectés à la construction des écoles. Le gouvernement du Bénin indiquera ses priorités pour la gestion des 10 milliards restant.
Avant son départ de Tokyo le Président Boni YAYI a fait une requête  à l’endroit des  autorités nippones pour la construction d’une usine de montage de machines agricoles de technologie japonaise à Banikoara.
Ainsi, après Ouidah qui abritera la première usine de montage de matériels agricoles de technologie indienne dans un mois, ce sera le tour de Banikoara de recevoir la 2 eme usine de montage de machines agricoles. La 3eme usine  de technologie allemande sera probablement affectée au Couffo.
Au titre des temps forts de cette visite officielle on notera avec grand intérêt que :
 la partie japonaise a salué les performances accomplies à la tete de l’UA par le président Boni YAYI, performances qui ont impacté positivement les efforts de paix et de sécurité en Afrique et dans le monde ;
Les rencontres empreintes d’une  grande chaleur avec l’Empereur et Premier ministre SHINZO ABE ;
La mémorable ovation réservée par les 480 députés du parlement japonais au Président Boni YAYI pour son remarquable leadership et sa lutte pour l’instauration de la paix et de sécurité dans le monde. Il convient de souligner que cette invitation au parlement nippon constitue une première pour un chef d’Etat africain ;
Les rencontres avec les différents partis politiques du japon ont été également des moments de riches échanges qui ont permis à la délégation du Président de la République de mesurer le sérieux et la profondeur du suivi que les japonais ont des réalités politique et économique du Bénin.
Le Japon en ce qui concerne la TICAD avait besoin d’avoir l’analyse du Benin sur le contexte de la prochaine TICAD et d’exprimer à l’occasion son souhait de voir une participation importante de l’Afrique à cette 5eme édition.
A ce sujet, le message délivré par le président BONI YAYI comme invité de la célebre émission du samedi soir, Newscaster, (10 millions de téléspectateurs) de la chaine TBS a clairement indiqué les pistes qui permettront au couple Japon Afrique d’inverser les tendances négatives qui perturbent actuellement la gouvernance mondiale.
Les mutations qui ont affecté le monde doivent amener le couple Japon Afrique à mutualiser leurs richesses pour asseoir une nouvelle dynamique dans la gestion des affaires du monde et le développement de l’Afrique sans laquelle très peu de choses seront réalisables. A ce titre les priorités de politique et d’actions suivantes sont aujourd’hui incontournables : Paix et sécurité.
La ticad doit créer en son sein un instrument qui finance l’action pour la paix et la sécurité pour la stabilité dans le monde ;
- Assurer la sécurité alimentaire et le développement de l’agriculture ;
- Accorder une importance particulière à l’emploi des jeunes ;
- Veiller à la gouvernance environnementale et aider l’Afrique à la maitrise des questions relatives aux changements climatiques.
-La réalisation sur le continent africain infrastructures intégratrices (transport route etc.)
- L’éradication des pandémies (Sida, paludisme, Tuberculose, etc)
Le couple japon Afrique doit aussi mutualiser sa vision politique pour imposer  dans le monde une gestion concertée des affaires de la gouvernance mondiale aux fins de mettre  un terme aux inégalités. Vision concertée sur les réformes en cours dans le système des nations unies notamment le conseil de sécurité et la redistribution des pouvoirs au sein du FMI et de la Banque Mondiale. Et  pour que tout ceci soit possible c’est un vibrant appel que lancera le chef de l’Etat à l’ensemble de la classe politique, économique et sociale du japon pour qu’elle soutienne et défende activement l’esprit de la ticad aux cotés de la nouvelle Afrique qui est entrain de naitre porteuse d’idéal de  paix et de progrès.
C’est fort de cela qu’à l’université de Sophia de Tokyo celui qui est considéré aujourd’hui comme l’un des symboles de cette nouvelle Afrique a été  fait grand croix de cette prestigieuse  université et a été ainsi honoré de la plus haute distinction de cette université, sur insistance personnelle de l’Empereur pour service rendu à la cause de la paix, de l’humanisme et de la sécurité dans le monde à la tête de l’union africaine.
 
 
Cell-Com PR
 
 

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Cérémonie de port de Galons au Palais de la Marina : quatre nouveaux inspecteurs généraux installés dans leurs fonctions
Les quatre nouveaux généraux de la police  nommés en conseil des ministres ce dimanche 24 Février 2013, ont reçus ce lundi les attributs de leur promotion. C’est le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées qui a présidé la cérémonie qui a regroupé le haut commandement militaire,  les membres du Gouvernement et ceux du cabinet du Chef de l’Etat.
Francis Awagbè Béhanzin, Osseni Maïga Anki Dosso, directeur général de la police nationale, Célestin A. Guidimey, directeur général adjoint de la Police nationale et Emmanuel Agani, en charge de l’immigration sont les nouveaux Généraux de la Police béninoise nommés par le Chef de l’Etat. Désormais ils passent du grade de contrôleurs généraux de police à inspecteurs généraux de police.
En application au décret ce pris en conseil des ministres  ce dimanche 24 Février 2013, le Président Boni YAYI a procédé au port des galons aux  quatre nouveaux généraux. Il les a ensuite félicités pour avoir mérité la confiance de la République. Avant de renvoyer les nouveaux généraux à leurs fonctions et missions républicaines, le Chef de l’Etat a profité de l’occasion pour féliciter les forces de défense et de sécurité du pays à travers les officiers supérieurs promus à la police. Il a invité le haut commandement militaire à travailler sans cesse pour relever le défi sécuritaire et dans l’intérêt supérieur de la nation.
E.ABALLO/ Cell-Com PR
 
Wait while more posts are being loaded