#musique #rock #nineties

Les Nada Surf ont vingt ans de carrière, et pratiquement autant de scène.
Ce groupe francophone et francophile né aux États-unis dans les années 90 est particulièrement aimé des trentenaires français, et réussit à chaque album la prouesse de réinventer leur régularité musicale tout en proposant des shows live d'une qualité irréprochable.

Cela fait la 4e fois maintenant que je les vois en concert. Trois fois de suite, j'ai eu la chance de les applaudir au Transbordeur de #Lyon (entre nous, une excellente salle par sa dimension et son organisation parfaites). Et à chaque fois, c'est un moment de bonheur inégalé.

Bonheur de me revoir à 16 ans, apprenant par coeur les paroles de "The Proximity Effect", bonheur de découvrir "Let Go", à mes yeux leur album le plus personnel et réussi, bonheur de rire à leurs blagues en français dans le texte entre deux chansons, bonheur de pouvoir serrer la main des membres de ce groupe abordable et humain.

Le concert d'hier soir n'a pas dérogé à la règle : la playlist, centrée sur le nouvel album, comprenait suffisamment de vieilleries jouissives pour me combler (Hi-speed soul, The way you wear your head, Happy Kid, Concrete Bed et même Popular), le tout emballé dans un professionnalisme musical vraiment agréable. "Oh fuck it, I'm gonna have a party."

Le bonheur ultime ? Prendre une bière et écouter Ira dire que les séances photos le rendent mal à l'aise, voir Daniel se faire prendre en photo avec un petit garçon d'une dizaine d'années, se faire reconnaître par Matthew et discuter avec lui de Twitter en ayant pris soin de le remercier comme il se doit de faire son métier aussi bien. Pas moins.

Nada Surf est un groupe chanceux : un public fidèle, une notoriété dimensionnée qui les empêche de subir une Halle Tony Garnier sans pour autant les cantonner aux bars concert, et surtout une proximité hors du commun qui les rend tellement adorables.

Hier soir, j'avais 16 ans. J'en ai encore à peu près 16 ce matin, quand mes oreilles engourdies me chantonnent encore les chansons qui bercent ma vie depuis 15 ans déjà. C'est pas rien, ça, de voir la moitié de son existence rythmée par les chansons d'un même artiste.

Enjoy the silence, ou alors enjoy un petit morceau de Nada Surf, surtout celui-ci qui fait partie de l'interminable liste de mes "chansons préférées" (si on me faisait un jour subir la torture de n'en sélectionner que quelques unes) : nada surf - no quick fix
Nada Surf - Enjoy The Silence (Depeche Mode Cover)

Leur dernier album, "The stars are indifferent to astronomy" est disponible partout ! Un petit aperçu ici :
Nada Surf - When I Was Young [NEW 2011]
Shared publiclyView activity