Profile cover photo
Profile photo
Laurent Capin
1,863 followers -
Head in the cloud, feet on azure
Head in the cloud, feet on azure

1,863 followers
About
Laurent's interests
View all
Laurent's posts

Post has shared content
[Qui est cet auteur ?] Alors, à votre avis, qui a écrit ça ? Citez des amis qui pourraient connaitre la réponse... ;)
Photo

Post has shared content

Post has shared content

Post has shared content

Post has attachment
Regardez cette vidéo sur YouTube :

Post has shared content
I'm sure here are some fans of old school Opeth. Am I right?
OPETH
Face Of Melinda
Album: Still Life
Label: Peaceville
Released: 1999
Country: Sweden
Genre: Progressive Death Metal
(hw)
#Opeth

Post has shared content
Do you think about the end?
In Flames - The End
(hw)
#InFlames

Post has shared content
Tournant le dos à ce punk vénère qui les fit sortir de la fac en 2005 plus vite qu'une licence en droit, les cinq chevelus de Deaf Havana poursuivent leur chemin vers un rock mélodique résolument orienté grand public, nouveau single (Sing, 15/08), issu d'un quatrième opus à venir, à l'appui ; où le quintet de Kings Lynn, pas devenu pour des prunes représentant émérite du rock alternatif britannique, montre qu'il n'a rien perdu de sa capacité à mélanger dextérité, hargne et douceur (le 28/08 à Reading).

Post has shared content
De la fougue, des riffs bien épais et de jolies petites gueules : qui pourrait deviner que, derrière Bleeker, next idol band de la presse ado, se cachent trois gamins de Toronto fans des Black Keys et de rock psyché, qui n'avaient pas 12 ans, en 2003, quand ils ont empoigné le manche de leurs guitares pour, de reprises d'Hendrix à leurs premières compos, entamer le chemin qui les conduit aujourd'hui, tout juste adultes, à un premier EP (Bleeker, 25/03) pas seulement destiné aux midinettes ?

Post has shared content
Faisant miroiter les reflets d'une Amérique éternelle sur d'enivrantes mélodies folk, aux harmonies soignées et à l'instrumentation riche, The Head And The Heart font danser les foules depuis 2009 à Seattle, par des refrains où le plaisir de taper dans ses mains n'exclut pas la mélancolie, pas plus que la présence d'une épaule chérie n'épargne le souvenir des amours enfuies – à retrouver ô joie sur le troisième opus (Signs Of Light, 09/09) du sextet, aussi utile qu'un brumisateur pendant la canicule.
Wait while more posts are being loaded