Profile

Cover photo
1 follower|2,326 views
AboutPostsPhotosVideos

Stream

Agent Orange

Shared publicly  - 
 
Dossier agent orange

Agent orange, arme chimique de destruction massive

Alors que les journaux parlaient d'armes de destruction massive en 2002 concernant l'Irak nul part dans les médias fut rappelé l'utilisation par les États-Unis d'armes de destruction massive de nature chimique durant la guerre du Vietnam. D'ailleurs à ce jour peu de médias ont fait écho de l'usage massif de défoliant durant cette guerre alors que bientôt 40 ans après la fin de leurs utilisations, les conséquences dramatiques de ces armes chimiques sont toujours d'actualités. La flore vietnamienne meurtrie et défigurée dû à l'utilisation de l'agent orange qui en a fait des territoires contaminés par la présence de dioxine, voit naître chaque jour sur sa terre des enfants lourdement handicapés. La contamination par l'agent orange provoque de graves malformations du fait de son pouvoir tératogène. Outre les nombreuses générations d'enfants qui naissent avec de sévères troubles moteurs et mentaux, il s'avère que le contact de cette dioxine développe des cancers de différentes natures. Pourtant cette guerre qui a suscité nombre de manifestations à travers le monde et qui fit suite à la guerre d'Indochine amorcée par la France qui souhaitait retrouver les colonies perdues suite à la seconde guerre mondiale face à un Vietnam qui rêvait enfin d'indépendance, est une guerre très peu connue comme étant la première guerre chimique de l'histoire. Pourtant, celle-ci fut d'une ampleur actuellement sans précédent. Les films hollywoodiens bien que certains dénonçant l'enlisement du soldat américain dans la bataille, n'ont pas permis de faire bénéficier au public d'une connaissance plus approfondie sur cette guerre sur un plan historique tout comme sur les conséquences des armes chimiques pendant les années qui ont suivi leurs emplois et suivent encore. Et le drame que continue de vivre les vietnamiens mais aussi certains soldats américains et leurs descendances est longtemps resté non pas dans un silence total, mais cantonné à un faible chuchotement qui aujourd'hui commence enfin à se faire entendre à travers les voix de scientifiques, de victimes - aussi bien vietnamiennes qu'américaines - coréennes, australiennes et des nombreuses associations qui s'en font les échos.
L'agent orange est donc une arme chimique utilisée par l'armée américaine durant la guerre du Vietnam qui 40 ans après l'arrêt de son utilisation continue de faire des victimes. Cette arme est un herbicide très toxique contenant de la dioxine qui fut répandue sur le sol vietnamien majoritairement par voie aérienne de 1962 à 1971 sous le nom d'opération militaire ranch hand (ouvrier agricole). Le but de cette opération était de détruire la forêt et la jungle vietnamienne afin de débusquer les forces viet- cong appelées aussi FNL (Front national de Libération), de mettre à découvert les pistes et cachettes ennemies mais aussi de détruire les cultures nourricières car malgré la puissance militaire étatsunienne déployée, celle-ci essuie de lourdes pertes dues à un manque total d'adaptation et de connaissance du terrain. L'agent orange ne fut pas le seul produit chimique utilisé. Selon les travaux de J-M Stellmann (1), plus de 77 millions de litres de produit chimique furent épandus sur le sol vietnamien qui se sont ajoutés à un très fort tonnage de bombes larguées pour ainsi dire supérieure à celui que l'Europe a connu durant la seconde guerre mondiale et ce sur un territoire d'une superficie qui représente les 2/3 de la France. Ces herbicides furent essentiellement épandus dans le Sud Vietnam et le plus connu car le plus usité est l'agent orange. Outre l'agent orange, il fut utilisé, l'agent violet, l'agent blanc, l'agent bleu, l'agent pink ainsi que des bombes à phosphore et du napalm (environ 100 000 tonnes). La volonté d'employer des produits chimiques en tant qu'arme de guerre ne date pas de la guerre du Vietnam. L’emploi de produits chimiques en tant qu’arme de combat a véritablement débuté durant la première guerre mondiale le 22 avril 1915 à Ypres en Belgique avec la première attaque à grande échelle au chlore gazeux (2). Au total, cette arme chimique a entraîné la mort de 90 000 personnes. Un peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis d'Amérique avaient sélectionné environ 7000 produits chimiques pouvant être utilisés comme arme. Leur première utilisation en masse avait été prévue d'être effectuée au Japon afin de détruire les rizières mais cette opération militaire ne vit pas le jour du fait de la capitulation du Japon qui survint suite à l'utilisation de l'arme nucléaire.

(1) Stellmann, J-M. The Extend and Pattern of Usage of Agent Orange and Other Herbicides in Vietnam, Nature, London, Vol 422, pages 681-687.
(2) Vivenel, P. et P. MARTIN. La Guerre des gaz 1915-1918, Bernard Giovanangeli Editeur, 2004, 999 pages.

C'est sous la présidence de John F. Kennedy en 1962 que l'opération d'épandage de défoliant fut commencée, continua sous la présidence de Johnson et se termina milieu des années 70 pendant le mandat de Nixon. La défoliation dans un premier temps fut appelée opération trail dust (traînée de poussière) puis opération Hades et enfin opération ranch hand (ouvrier agricole). L'agent orange et l'agent blanc sont des produits chimiques mimant les hormones végétales qui tuent en interférant avec le métabolisme. Ces deux produits sont particulièrement efficaces sur les plantes dicotylédones et furent principalement utilisés pour détruire les forêts. Quant à l'agent bleu plus efficace sur les plantes monocotylédone, détruit par dessiccation et fut quant à lui plus souvent utilisé pour la destruction des rizières et autres cultures bien que l'agent orange fut aussi utilisé dans ce but à hauteur de 67%. L'épandage d'herbicide se fit principalement (95%) par le biais d'avions de transport de type C-123 (UC-123) équipés pour répandre un peu plus de 3000 litres sur 130 ha. Les autres moyens furent par hélicoptère, par voie fluviale et terrestre à l'aide de réservoir et de lance ce qui exposa très fortement au contact de cette dioxine les soldats du contingent américain.

Le nom de agent orange provient d'une marque de couleur orange sur les fûts qui contenaient ce produit. La grande recette pour la fabrication de cette herbicide est la combinaison en des quantités égales d'acide 2,4-dichlorophénoxyacétique (2,4-D) et l'acide 2,4,5-(2,4,5-T) qui contenait des traces de 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine (TCDD) à hauteur de 3 et 4 mg/litre parfois plus en cas de fabrication accélérée. La dioxine TCDD est un sous-produit résultant de la production d'herbicides, ce qu'on appel un agent polluant dans le process de fabrication. Le TCDD est la plus toxique des dioxines et celle-ci est classée comme cancérogène pour l'homme par l'Environmental Protection Agency (EPA). Cette dioxine est un produit particulièrement stable, peu soluble dans l'eau mais liposoluble c'est à dire soluble dans les graisses et qui résiste à une température de 1000°C voire plus. Le fait que cette dioxine soit soluble dans les graisses, permet une accumulation dans divers tissus ou liquides d'organismes vivants, humains ou animaux (transmissions au fœtus) mais aussi en particulier dans le lait maternelle d'où le risque de transmission aux nourrissons.
La nocivité de la dioxine pour les êtres vivants animaux et humains s'exprime en quantité infinitésimale. En laboratoire il a été observé que la dose mortelle pour les rongeurs et les poissons se mesure en microgramme, c'est à dire qu'il suffit d'une dose de 10-6 gramme par kilogramme de masse corporel. Des doses de l'ordre du nanogramme c'est à dire de 10-9 gramme peuvent quant à elles provoquer des fausses couches, des naissances prématurées et des « monstruosités ». La dose létale pour l'homme serait de 1 mg/Kg en cas d'intoxication massive comme ce fut le cas lors de l'incident de Seveso en Italie ou lors d'épandage comme au Vietnam. Une exposition directe, accidentelle ou provoquée entraîne des effets selon la quantité et la durée d'exposition. Les effets les plus visibles sont des lésions cutanées comme la chloracné et l'apparition de taches sombres et diffuses. Plus tardivement survient une altération du système hépatique et du système immunitaire, divers cancers et dysfonctionnement des glandes endocrines et de la fonction de reproduction chez l'homme et la femme.

Voies de contamination (3) :
Voie aérienne en cas de vaporisation direct massive ou de séjours prolongés dans une zone polluée de façon chronique,
Voie transcutanée mais il faut des contacts répétés,
Voie digestive par la contamination de la chaîne alimentaire : lait maternel, lait de vache, consommation de viandes ou poissons contaminés, qui concentrent la dioxine dans leurs diverses réserves lipidiques ou tissus graisseux.

(3) Capdeville, Y., F. Gendreau et J. Meynard (sous la direction de). L'agent orange au Viêt-Nam. Crime d'hier, tragédie d'aujourd'hui, Éditions Tirésias, Paris, 2005, 162 pages

Stellmann (4) estime à 386 Kg la masse de dioxine qui était contenue dans les 77 millions de litres de produits chimiques qui furent épandus au Vietnam. Selon l'Institut d'Inventaire et de Planning forestier (FIPI), la surface vaporisée une ou plusieurs fois par les herbicides s'étend à plus de 2 millions d'hectares soit un peu plus que la superficie de la Picardie et dont une partie reste toujours impropre à la culture et à l'élevage 50 ans après le drame. Pour répondre au besoin de l'armée des Etats-Unis, une cinquantaine de société de fabrication de produits chimiques furent sollicitées dont Monsanto et Dow Chemical principalement mais aussi Thompson Chemical, Diamond Alkali, Hercules etc. L'utilisation de ce type de produit chimique comme arme de guerre fut à ce jour rarement réitérée (5). Mais selon Bouguerra (6), l'agent orange dans le civile a plusieurs fois été utilisé notamment au Brésil dans les années 80 dans le cadre d'opération de déforestation de la forêt amazonienne pour la construction de barrage ou pour préserver téléphériques et lignes de communication de la végétation. Et bien sur les normes de fabrication et de stockage dans les pays en voie de développement étant « plus souples » voire inexistantes pour l'usage de certains produits, cela permis de continuer la fabrication et l'utilisation de ceux-ci ainsi que d'autre produits chimiques qui sont eux interdits sur le sol américain et européen.

(4) Stellmann, J-M. The Extend and Pattern of Usage of Agent Orange and Other Herbicides in Vietnam, Nature, London, Vol 422, pages 681-687.
(5) L'armée Israelienne utilisa une fois du 2,4 D pour détruire des cultures dans le sud de la Jordanie à Aqaba en 1972
(6) BOUGUERRA, Mohamed LARBI. Les poisons du tiers monde, Editions la découverte, 1985, 265 pages.

Auteur de l'article : Marc-Antoine Betra
1
Add a comment...
Have them in circles
1 person
People
Have them in circles
1 person
Story
Tagline
Page d'informations sur l'agent orange