Profile cover photo
Profile photo
Axel Lenarduzzi
122 followers -
Axel Lenarduzzi entretient avec le piano une relation profonde dont la première apothéose est l’aboutissement de ses études dans la ville mythique de Rome, couronnée par le « Diplôme supérieur de perfectionnement à l’unanimité » de la prestigieuse «Académie nationale supérieure "Santa Cecilia » , diplôme obtenu dans la classe de Sergio Perticaroli. La rencontre avec le maestro a lieu lors du festival de Salzburg : elle achève son apprentissage de l’instrument, ouvre sa vision artistique du piano et de la vie de concertiste. De fait, Axel Lenarduzzi conçoit la pratique du piano, la vie de musicien et le statut d’interprète, comme une ouverture spirituelle, une découverte de soi-même, et de l’humain en général. Parce que jouer pour un public, implique une dimension humaniste, parce qu’interpréter, chercher la vérité, et l’écho d’une œuvre en soi, sont aussi une découverte et un travail sur sa propre personnalité. Ainsi, à côté de son parcours pianistique, Axel Learduzzi nourrit des affections littéraires et philosophiques, qui au gré du temps et des exemples, se nomment, Nikos Kazantzakis, Herman Hesse, Fédor Dostoïevski, un penseur comme Jean-Yves Le loup, et bien d’autres… Son apprentissage musical commence au conservatoire d’Asnières sous la direction de Christian Manen, où il finit tous les cycles d’études brillamment. Axel Lenarduzzi intègre successivement le Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt avec Geneviève Ibanez., les Conservatoires Nationaux de Région de Montpellier, avec Patrick Zygmanovski, et de Paris avec Jean-Marie Cottet. Durant cette période, il a aussi l’occasion de participer des masters class avec Pascal Devoyon et de travailler avec le pianiste Géry Moutier à l’Académie Internationale du Moulin d’Andé. C’est alors qu’il est présenté à Bruno Rigutto, auprès de qui il se perfectionne intensivement pendant plusieurs années. Enfin il fait une rencontre capitale, celle de Jean-Claude Vanden Eynden au Festival de Novarra dont il intègre rapidement la classe au « Conservatoire Royal de Bruxelles ». Il y obtient le premier prix de piano ainsi que les premiers prix d’histoire de la musique, harmonie, musique de chambre et analyse. Dans le même temps il commence à suivre l’enseignement de Sergio Perticaroli à la Schola Cantorum de Paris, puis décide de partir pour Rome et l’Italie, l’occasion pour lui de renouer avec ses origines. Pendant sa période Italienne, il a l’occasion de jouer et travailler dans les masters-class « Rodi Garganico », de séjourner à la Villa Medici Giulini et fait la connaissance du compositeur Davide Liani. Son désir d’échanges, de confronter différentes conceptions de l’interprétation, le poussent à se perfectionner auprès des pianistes Jean Marc Luisada, Elena Rozanova et de jouer avec le violoniste Svetlin Roussev. Il aura aussi l'occasion de collaborer avec l'Atelier Lyrique de Normandie dirigé par Philippe Hui, ainsi qu’avec des chanteuses lyriques dans les répertoires de mélodies françaises et allemandes. A cette période il bénéficie des conseils de Noël Lee. Sa curiosité et son étude du geste musical et corporel, l’ont amené à une pratique poussée du Tai-chi et du sport. Lauréat des concours internationaux en Italie, France, Vignola Classica, Liszt, Naoumoff, Lyon's Club, il commence alors à se produire régulièrement, Festival Tempietto di Roma, Festival Notte Classice,… En 2006, il est invité aux Etats-Unis et effectue une triomphale série de concerts, en Alabama, en Floride, en récital et duo avec le pianiste Robert Holm. A cette occasion il enregistre les disques « In concert » et « Famous piano Duo ». De retour en France, il est invité dans plusieurs festivals : « Coream » avec Svetlin Roussev, « Gorges du Tarn », « Les Week-end du Piano » à Maisons-Laffitte, », « Parc de Bel Ebat » à Avon, « Musique en Fête » d’Alsace où il recrée sur scène la grande sonate de Marie Jaëll, « Classique et Jazz »à Val-Thorens, le Festival du Château de Martigny. En 2008, réinvitation aux Etats Unis, suite au succès de la première, une nouvelle tournée qui le mène en Louisiane, dans le Mississipi, et autres états du Sud. Il joue notamment à la Nouvelle-Orléans, pour les Trinity Concert series. Il se produit en récital, et duo avec Robert Holm, collabore aussi avec plusieurs universités américaines, « South Alabama University » et « Birmingham University » et donne un concert radiophonique en direct. Les invitations dans les Festivals se poursuivent : « Château de Nailly », « Festival de l’abbaye de Vauluisant », Festival de Calvi, « Hulencourt Art Project », « Festival de Lagord », « Le piano dans tous ses éclats », « les musicales de l’Arbousière », « Classique et Jazz » à Val-Thorens, « Festival de l’abbaye de Talloires », « Paris Deco-off » pour la présentation du piano « haute couture ». Festival « Les Musicales d’Epernay », « PagArt Festival » dirigé par Lovro Pogorelich. En 2011 il enregistre l’album « Liszt Invocation », en l’honneur de ce compositeur qui le fascine depuis ses débuts, il y effectue un voyage dans les différents styles de compositions de Liszt et ses transcriptions. En 2012, nouvelle invitation aux USA, pour des concerts, master-class, et en tant que conférencier sur la technique pianistique dans la musique Française à l’Université d’Alabama. En 2013, l’album « Alpha et Omega », se propose comme une synthèse des œuvres de jeunesse et des derniers opus de Brahms. Parmi ses projets figurent, entre autres concerts et invitations, la préparation d’un nouvel Album des œuvres de Leticia Cuen, jeune compositrice contemporaine
Axel Lenarduzzi entretient avec le piano une relation profonde dont la première apothéose est l’aboutissement de ses études dans la ville mythique de Rome, couronnée par le « Diplôme supérieur de perfectionnement à l’unanimité » de la prestigieuse «Académie nationale supérieure "Santa Cecilia » , diplôme obtenu dans la classe de Sergio Perticaroli. La rencontre avec le maestro a lieu lors du festival de Salzburg : elle achève son apprentissage de l’instrument, ouvre sa vision artistique du piano et de la vie de concertiste. De fait, Axel Lenarduzzi conçoit la pratique du piano, la vie de musicien et le statut d’interprète, comme une ouverture spirituelle, une découverte de soi-même, et de l’humain en général. Parce que jouer pour un public, implique une dimension humaniste, parce qu’interpréter, chercher la vérité, et l’écho d’une œuvre en soi, sont aussi une découverte et un travail sur sa propre personnalité. Ainsi, à côté de son parcours pianistique, Axel Learduzzi nourrit des affections littéraires et philosophiques, qui au gré du temps et des exemples, se nomment, Nikos Kazantzakis, Herman Hesse, Fédor Dostoïevski, un penseur comme Jean-Yves Le loup, et bien d’autres… Son apprentissage musical commence au conservatoire d’Asnières sous la direction de Christian Manen, où il finit tous les cycles d’études brillamment. Axel Lenarduzzi intègre successivement le Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt avec Geneviève Ibanez., les Conservatoires Nationaux de Région de Montpellier, avec Patrick Zygmanovski, et de Paris avec Jean-Marie Cottet. Durant cette période, il a aussi l’occasion de participer des masters class avec Pascal Devoyon et de travailler avec le pianiste Géry Moutier à l’Académie Internationale du Moulin d’Andé. C’est alors qu’il est présenté à Bruno Rigutto, auprès de qui il se perfectionne intensivement pendant plusieurs années. Enfin il fait une rencontre capitale, celle de Jean-Claude Vanden Eynden au Festival de Novarra dont il intègre rapidement la classe au « Conservatoire Royal de Bruxelles ». Il y obtient le premier prix de piano ainsi que les premiers prix d’histoire de la musique, harmonie, musique de chambre et analyse. Dans le même temps il commence à suivre l’enseignement de Sergio Perticaroli à la Schola Cantorum de Paris, puis décide de partir pour Rome et l’Italie, l’occasion pour lui de renouer avec ses origines. Pendant sa période Italienne, il a l’occasion de jouer et travailler dans les masters-class « Rodi Garganico », de séjourner à la Villa Medici Giulini et fait la connaissance du compositeur Davide Liani. Son désir d’échanges, de confronter différentes conceptions de l’interprétation, le poussent à se perfectionner auprès des pianistes Jean Marc Luisada, Elena Rozanova et de jouer avec le violoniste Svetlin Roussev. Il aura aussi l'occasion de collaborer avec l'Atelier Lyrique de Normandie dirigé par Philippe Hui, ainsi qu’avec des chanteuses lyriques dans les répertoires de mélodies françaises et allemandes. A cette période il bénéficie des conseils de Noël Lee. Sa curiosité et son étude du geste musical et corporel, l’ont amené à une pratique poussée du Tai-chi et du sport. Lauréat des concours internationaux en Italie, France, Vignola Classica, Liszt, Naoumoff, Lyon's Club, il commence alors à se produire régulièrement, Festival Tempietto di Roma, Festival Notte Classice,… En 2006, il est invité aux Etats-Unis et effectue une triomphale série de concerts, en Alabama, en Floride, en récital et duo avec le pianiste Robert Holm. A cette occasion il enregistre les disques « In concert » et « Famous piano Duo ». De retour en France, il est invité dans plusieurs festivals : « Coream » avec Svetlin Roussev, « Gorges du Tarn », « Les Week-end du Piano » à Maisons-Laffitte, », « Parc de Bel Ebat » à Avon, « Musique en Fête » d’Alsace où il recrée sur scène la grande sonate de Marie Jaëll, « Classique et Jazz »à Val-Thorens, le Festival du Château de Martigny. En 2008, réinvitation aux Etats Unis, suite au succès de la première, une nouvelle tournée qui le mène en Louisiane, dans le Mississipi, et autres états du Sud. Il joue notamment à la Nouvelle-Orléans, pour les Trinity Concert series. Il se produit en récital, et duo avec Robert Holm, collabore aussi avec plusieurs universités américaines, « South Alabama University » et « Birmingham University » et donne un concert radiophonique en direct. Les invitations dans les Festivals se poursuivent : « Château de Nailly », « Festival de l’abbaye de Vauluisant », Festival de Calvi, « Hulencourt Art Project », « Festival de Lagord », « Le piano dans tous ses éclats », « les musicales de l’Arbousière », « Classique et Jazz » à Val-Thorens, « Festival de l’abbaye de Talloires », « Paris Deco-off » pour la présentation du piano « haute couture ». Festival « Les Musicales d’Epernay », « PagArt Festival » dirigé par Lovro Pogorelich. En 2011 il enregistre l’album « Liszt Invocation », en l’honneur de ce compositeur qui le fascine depuis ses débuts, il y effectue un voyage dans les différents styles de compositions de Liszt et ses transcriptions. En 2012, nouvelle invitation aux USA, pour des concerts, master-class, et en tant que conférencier sur la technique pianistique dans la musique Française à l’Université d’Alabama. En 2013, l’album « Alpha et Omega », se propose comme une synthèse des œuvres de jeunesse et des derniers opus de Brahms. Parmi ses projets figurent, entre autres concerts et invitations, la préparation d’un nouvel Album des œuvres de Leticia Cuen, jeune compositrice contemporaine

122 followers
About
Axel's posts

Post has attachment
Un Bösendorfer imperial pour jouer ce soir... magique.
#concert #bosendorfer #piano #magique #heureux #happy
Photo

Post has attachment
Joyeuse Pentecôte !

La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle,
car nous ne penserons jamais tous de la même façon;
nous ne verrons qu’une partie de la vérité
et sous des angles différents. (Gandhi)
Photo

Post has attachment
Bon premier mai à toutes et tous !
Avec le grand Victor Hugo
Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d’autres choses ;
Premier mai ! l’amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L’arbre où j’ai, l’autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu’il l’improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en cœur ;
L’atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu’au Printemps fait la plaine,
Et que l’herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
À chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants.
Tous ces bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l’haleine s’envole en murmurant : Je t’aime !
Sur le ravin, l’étang, le pré, le sillon même,
font des taches partout de toutes les couleurs ;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard!
Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées;
Tout semble confier à l’ombre un doux secret;
Tout aime, et tout l’avoue à voix basse; on dirait
Qu’au nord, au sud brûlant, au couchant, à l’aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.
Saint-Germain, 1er mai 18…
Photo

Post has attachment
Joyeuses Pâques à toutes et tous , Happy Easter to all !
Puisse l'amour, le remerciement de la vie, la lumière de l'espérance remplir vos cœurs et vos esprits, pour les protéger de toute intrusion ténébreuse. Cultivons nos champs et jardins secrets avec les plus belles fleurs.
Photo

Post has attachment
A live recording from a concert in the Val-Thorens Festival 2017
somewhere in the french mountain
www.axel-lenarduzzi.com

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded