Profile

Cover photo
Unfamous Resistenza
317 followers|480,441 views
AboutPostsPhotosVideos

Stream

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
Heyo!
Dans deux week-end, une délégation Unfamous se rend aux environs de Bordeaux, sur scène et dans la fosse du Garage Lezarts!
 ·  Translate
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
Pixar offre sa suite «RenderMan» gratuitement pour tout usage non-commercial !
«Conçu par Pixar dans les années 80, RenderMan est un moteur de rendu 3D qui est massivement utilisé par Hollywood dans les films incluant des effets visuels. En fait, cet ensemble d'outils de production, qui a reçu plusieurs distinctions pour sa grande qualité, est quasiment employé dans tous les blockbusters.
C'est bien la version complète du logiciel qui est proposée, avec l'ensemble de ses fonctionnalités. L'utilisation ne comprend ni limite de temps, ni tatouage numérique se superposant sur le projet, ni aucune autre restriction particulière.
En outre, Pixar a même mis en place un forum communautaire pour que les usagers partagent leurs expériences et leurs travaux avec RenderMan (il y a aussi des guides d'utilisation, des ressources et des expositions de créations réalisées avec RenderMan).»

http://renderman.pixar.com/view/non-commercial-renderman

http://renderman.pixar.com/view/non-commercial-renderman
 ·  Translate
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 ·  Translate
Ou comment nous avons fait d'un iPad un projecteur à hologrammes à l'aide d'une simple feuille de plastique.
2
jef biot's profile photo
 
super !
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
Cliquez vite ! Vous verrez ce que fait l'auteur à la fin, c'est vraiment trop énorme, alors cliquez vite vite vite !!

http://blog.unfamousresistenza.fr/lire/billets-humeur/nique-la-kro-n13-des-1140-mots-a-lire-absolument/
 ·  Translate
Cliquez vite ! vous verrez ce que fait l'auteur à la fin, c'est vraiment trop énorme !
3
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
NOW

Dimanche 29 mars, deux émissions sur Radiostenza :

20h / the Funky Soul story (avec Angie stone, The O'Jays, Gang Starr, the Manhattans, Barbara Mason, Funkadelic, MFSB...)
21h / The Black Sunday Live avec Sam Cooke (Live at the Harlem Square Club, 1963)
et un bon anniv a illia selecta ce jour notre animateur de UNFAMOUS RASTA / ZIKIPEDIA

http://radio.unfamousresistenza.fr/
 ·  Translate
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
THIS EVENING 8 PM

 Dimanche 29 mars, deux émissions sur Radiostenza :

* 20h / the Funky Soul story (avec Angie stone, The O'Jays, Gang Starr, the Manhattans, Barbara Mason, Funkadelic, MFSB...)

* 21h / The Black Sunday Live avec Sam Cooke (Live at the Harlem Square Club, 1963) 

et un bon anniv a illia selecta ce jour notre animateur de UNFAMOUS RASTA / ZIKIPEDIA 

http://radio.unfamousresistenza.fr/
 ·  Translate
1
Add a comment...
Have them in circles
317 people
Dezordr Records's profile photo
CASAPHONKTV's profile photo
Alain Bellino's profile photo
Cheloo Mercury's profile photo
Vince Supra's profile photo
PHIL FORBAN (Cuba462)'s profile photo
David Unstatic's profile photo
Marc Saint-Ange's profile photo
andrew loveland's profile photo

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
Ce week-end c'est la « fête de la Récup’» à Paris !!

«De toute la région, les Ressourceries et Recycleries se réunissent à Paris avec leurs copains pour organiser La Fête de la Récup’ aux Blancs Manteaux.
Récupérateurs, réparateurs, artistes, artisans, cuisiniers, hackers, bidouilleurs et conférenciers se retrouvent pour construire une grande Recyclerie éphémère.
L’occasion de faire la fête et de questionner nos modes de consommation.»

Site web :

http://www.nepasjetersurlavoiepublique.org/
 ·  Translate
4 - 5 avril 2015 - Les recycleries de la région se retrouvent avec leurs copains pour organiser la Fête de la Récup' à l'Espace des Blancs Manteaux !
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
• Julia Reda, une « pirate » à Bruxelles •

« Je m’appelle Julia, je suis la pirate du Parlement européen. Je me bats pour créer un droit d’auteur unique, progressiste et compatible avec le futur en Europe. Vous m’aidez ? »
La jeune Allemande de vingt-huit ans, seule élue du Parti pirate au Parlement européen, est chargée d’un rapport d’évaluation sur le droit d’auteur en Europe. Réformateur, son texte a mis vent debout le milieu culturel parisien, qui s’active en coulisses pour faire valoir ses vues.

C’est un peu décevant, mais « Julia » ne présente pas l’allure d’une grande corsaire, ni même d’une petite flibustière. Celle qui a mis vent debout les ayants droit de France et de Navarre revêt un air sage et bien élevé, porte des lunettes rectangulaires au-dessus du nez et un casque blond sur le front. A Bruxelles, Julia Reda arbore même un costume étonnant pour une « pirate » – tailleur sombre et chemisier propret. « Avec mon tee-shirt, je ressemble à une stagiaire », sourit l’Allemande de vingt-huit ans. Concrètement, le seul signe d’un quelconque lien avec Barbe-Rouge s’avère être un drapeau « tête de mort » épinglé au mur de son bureau… à côté d’un poster de Conchita Wurst paré de petits cœurs – ce qui coupe aussitôt l’effet.

Tir de barrage en provenance de Paris

« Bonjour ! », lance-t-elle à ses visiteurs français. Par la force des choses, la jeune femme a appris trois mots de notre langue. Il lui faudra au moins ça lors de sa venue dans l’Hexagone, le 2 avril, pour une audition au Sénat. Ici, le petit milieu culturel, qui adopte un air consterné – ou rageur, c’est selon – à l’évocation de son nom, l’attend de pied ferme : la seule élue du Parti pirate sur les 751 députés du Parlement européen est chargée depuis septembre d’un rapport sur la mise en œuvre de la directive de 2001 – celle qui fixe le cadre communautaire en vigueur sur le droit d’auteur. L’un des joyaux de la Couronne de l’exception culturelle à la française. Un tabou, ou presque.
Depuis sa nomination, la députée allemande essuie un véritable tir de barrage en provenance de Paris, où l’on s’agace de la volonté bruxelloise de réforme. Ayants droit, parlementaires, financeurs, diffuseurs… Tout le monde y est allé de son boulet. Jusqu’à Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, qui se demandait, dès novembre, si c’était là « le meilleur moyen de favoriser une réflexion sereine ». A dire vrai, le feu tricolore s’est fait plus nourri depuis la publication du texte, le 15 janvier. «C’est comme si on demandait au renard de faire le règlement intérieur du poulailler», s’insurge ainsi le PDG d’Hachette, Arnaud Nourry, mi-mars.
Ce rapport ? « C’est du vol », c’est « immonde », s’emporte toujours Sophie Deschamps, la présidente de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques. « L’objectif, c’est la destruction de la propriété intellectuelle ! », éructe Pascal Rogard, son directeur général. « En deux mois, elle a réussi à connaître toutes les législations d’Europe ! Moralité : elle n’a pas du tout bossé ! »
Choc de générations
Derrière son bureau bruxellois, campée dans son fauteuil, Julia Reda encaisse silencieusement. Déglutit. Et fait fuser la réplique : « Je travaille sur le sujet depuis des années, je suis venue ici pour ça, je ne fais que ça. J’ai un staff, des experts. Un député français a dit que j’étais trop jeune. C’est facile. C’est plus délicat de justifier le statu quo. » La carapace n’est pas une affaire d’âge. C’est une question d’expérience : «Julia s’est déjà imposée chez les Pirates allemands. Ce n’est pas rien pour une jeune femme. Elle a l’habitude des attaques personnelles», précise Anne-Catherine Lorrain, sa conseillère.
Si les deux camps se parlent (un peu), ils ne se comprennent pas (toujours). Les logiciels sont trop distincts. Elle veut moderniser, ils souhaitent conserver. Elle pense simplicité, eux mettent en avant la complexité. Ils parlent filière, elle parle consommateur. Elle évoque l’Europe, eux s’abritent derrière des frontières. Quand elle met sur son blog un texte à tweeter ( «Le droit d’auteur n’a jamais été un combat entre les pirates et les artistes»), ils arpentent les lambris ministériels. De l’extérieur, c’est un peu le choc des générations, voire des civilisations. En réalité, c’est plus complexe – comme le sujet.
Fascinée par Internet – «surtout Wikipedia» – dès douze ans, Julia Reda se lance en politique à seize. Après une enfance partagée entre Bonn et Berlin, auprès de parents traducteurs, l’adolescente rejoint le SPD, le parti de centre gauche allemand. «J’aimais l’idée d’aider les moins favorisés et d’encadrer le capitalisme.» En 2009, c’est le divorce. Elle quitte le parti, écœurée par une loi sur la surveillance du Net. «En Allemagne, les politiques ne comprennent pas le numérique. Ils pensent que ce n’est qu’un prolongement de la révolution industrielle. En fait, c’est une nouvelle révolution industrielle».
Julia Reda atterrit alors chez les Pirates allemands, un attelage de geeks citoyens. Y prend vite du galon, devient présidente des Jeunes Pirates d’Allemagne, puis d’Europe. « On veut adapter la société au nouveau monde en préservant les valeurs », résume-t-elle. Viennent les élections européennes de 2014. A peine diplômée d’un master en science politique et en journalisme à l’université… Gutenberg de Mayence, elle sillonne les routes, dort sur des dizaines de canapés différents. La campagne du Parti pirate s’achève en mai, avec 1,5 % des voix. Tête de liste, Julia Reda est l’unique élue de son parti.

Un droit d’auteur unique en Europe

Elle débarque à Bruxelles le lendemain de l’élection, « pour trouver un groupe d’affiliation ». Ce sera les Verts, avec qui elle négocie la vice-présidence du groupe. Plus une place à la commission des Affaires juridiques, «où il y a eu ce rapport à faire. J’ai postulé». Les « combinazione » entre partis font le reste, et voilà notre pirate chargée d’une étude du droit d’auteur en Europe, son rêve. Pour elle, rien ne va plus. «On ne sait pas ce qu’on peut faire en ligne. Les règles ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre. Avec le numérique, le droit d’auteur devient un sujet grand public. Il faut le mettre à jour : aujourd’hui, ni artistes ni les consommateurs ne s’y retrouvent», argue celle qui compare Internet à «une photocopieuse géante».
Dans son texte, plusieurs propositions phares. Un droit d’auteur unique en Europe. La reconnaissance de la liberté des auteurs à renoncer à leurs droits. L’harmonisation des exceptions, et du barème de la copie privée. L’alignement de la durée des droits sur la convention de Berne, soit cinquante ans, pas plus. La protection de la réutilisation des œuvres tombées dans le domaine public, la lutte contre les systèmes de blocage géographiques (geo-blocking) ou techniques (DRM).
Des idées structurantes mais légèrement nébuleuses pour le profane, auxquelles s’ajoute une poignée d’articles plus grand public : le droit de faire des photos dans un espace public sans réfléchir, d’utiliser librement des vidéos ou des sons pour des parodies ou des caricatures, la possibilité pour les bibliothèques de prêter des livres numériques. Ou encore la création d’un droit de « courte citation » audiovisuel, l’élargissement de l’exception de droit d’auteur pour la recherche ou l’enseignement. «Ce que je veux, c’est qu’on puisse faire une parodie du clip de “Happy” sans risque, ou regarder une série grâce à son abonnement dans n’importe quel pays d’Europe, synthétise Julia Reda. En interne, certains pirates me reprochent de ne pas être assez radicale. Mais, à Bruxelles, on fait des petits pas.»
Reste que les petits pas des uns sont parfois les grandes foulées des autres. A la lecture du rapport, les ayants droit français partent à l’abordage. «Mon problème, c’est le parti pris de dire que le marché numérique unique n’existe pas à cause du droit d’auteur», s’indigne Hervé Rony, le directeur général de la Société civile des auteurs multimédias. A l’Adami (gestion des droits des auteurs-interprètes), Bruno Boutleux, le directeur général, reconnaît que le numérique a assez de «conséquences sur la création pour rénover la directive». Mais il pointe la méthode : «Le rapport ne correspond pas au cahier des charges. Ce sont des propositions, pas une évaluation !» Pas question non plus de toucher à la copie privée ou aux barrières nationales. «La France dispose de l’un des droits les plus protecteurs. Il y a un risque d’affaiblissement du secteur en cas de réforme», avertit Bruno Boutleux.

« Franchement, elle est rafraîchissante »

Certains Français viennent bien au secours de Julia Reda, mais ils sont rares. «Ce rapport, c’est courageux de sa part, surtout la partie “geo-blocking” et copie privée», note Loïc Rivière, de l’Association française des éditeurs de logiciels. «Son texte est très modéré, contrairement à ce que disent certains. Nous, on serait allés bien plus loin», estime Adrienne Charmet, de la Quadrature du Net. La concernée elle-même s’amuserait presque de la vigueur de la riposte du milieu culturel. «C’est marrant. Ceux qui se battaient contre moi veulent aujourd’hui absolument me voir. J’ai diffusé toutes leurs demandes de rendez-vous sur mon blog.» Ses détracteurs ont également déposé des amendements à son texte : plus de 550, eux aussi décortiqués sur le site de la députée.
De fait, c’est le branle-bas de combat à Paris. Le gouvernement suit de près le dossier – une note fouillée a été envoyée en janvier aux parlementaires français à Bruxelles. Là où Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, a érigé la construction d’un marché unique du numérique en priorité. Ce qui fait rire un représentant d’ayants droit : « Demandez aux Européens, dans la rue, si le droit d’auteur est un sujet de préoccupation.» Jean-Marie Cavada, lui, s’en inquiète : «Juncker veut faire un grand marché numérique, explique le député français à Bruxelles le plus actif sur le sujet. Soit. Mais on ne peut le laisser s’attaquer à la culture et aux contenus, c’est la seule chose qui nous reste en Europe !», dénonce celui qui s’est fait «asperger» par des milliers d’e-mails envoyés par les Pirates.
Une réponse à la masse d’amendements déposés ? Peut-être… Ce qui est certain, c’est que «ça va remuer sur le sujet dans les prochains mois», prévient l’élu. Le vote sur le rapport devrait avoir lieu en juin, au moment où la Commission commencera à se pencher vraiment sur le droit d’auteur. L’issue de la bataille est incertaine. Seule contre beaucoup, Julia Reda n’en dispose pas moins de munitions politiques bien calibrées. «Son site Web est vraiment bien fait, admire un lobbyiste bruxellois. Franchement, elle est rafraîchissante.» Un autre renchérit : «Elle essaie de bloquer dans un coin les Français, ses opposants les plus hostiles. C’est malin, il ne faut pas la sous-estimer.»
La semaine dernière, elle s’est même permis de «troller» Fleur Pellerin sur Twitter, à propos d’un cliché d’un Bonnard publié sans précaution. «Je ne comprends pas pourquoi elle, qui était pour une Europe du numérique à son précédent poste, n’est pas pour une Europe des droits d’auteur. L’un va avec l’autre.» Julia Reda compte consacrer sa prochaine décennie au droit d’auteur et se délecte d’avance du combat qui aura forcément lieu avec l’avènement des imprimantes 3D. Elle aura encore moins le temps de jouer à la guitare, sa détente, ou de passer voir ses amis du «Hacker Space» de Bruxelles, où elle fabrique des objets. Ce n’est pas encore l’île de la Tortue, le légendaire repaire des pirates des Caraïbes, mais c’est déjà un peu plus effrayant.

____
Julien Dupont-Calbo (lesechos.fr)
 ·  Translate
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
Evan Grant : rendre le son visible avec la cymatique.
«Une démonstration de la science et de l'art de la cymatique, un procédé qui rend les ondes sonores visibles. Utile pour l'analyse de sons complexes (comme les chants des dauphins), elle génère également des images belles et complexes.»
 ·  Translate
Evan Grant fait une démonstration de la science et de l'art de la cymatique, un procédé qui rend les ondes sonores visibles. Utile pour l'analyse de sons complexes (comme les chants des dauphins), elle génère également des images belles et complexes.
1
Add a comment...
 
« La recherche de rente pousse les capitalistes à présenter leurs produits comme uniques. La production exige de plus que les travailleurs soient conçus comme des individus libres, débarrassés des identités collectives qui peuvent faire obstacle à la concurrence et aux contrats. On crée ainsi les conditions pour une aspiration à une personnalisation des produits.
Dans le même temps, le processus de marchandisation et la production industrielle détruisent la spécificité de la production, laissant place à la standardisation. La concurrence entre capitalistes pousse également à une certaine homogénéisation par la diffusion des innovations et l'imitation. Bref, le capitalisme est terriblement contradictoire sur ces points, et il faut bien qu'il trouve des solutions. Parmi l'éventail existant, il y a celle-ci : »
 ·  Translate
Un spectre hante l'économie : le spectre du LOL. Le capitalisme, on le sait depuis Marx, est travaillé par ses contradictions. Ce sont elles qui lui donnent sa dynamique, permettent de comprendre ses évolutions et ses crises. Pour que le système économique se maintiennent, ces contradictions ont ...
1
Add a comment...

Unfamous Resistenza

Shared publicly  - 
 
THIS EVENING 8 PM

Dimanche 29 mars, deux émissions sur Radiostenza :

20h / the Funky Soul story (avec Angie stone, The O'Jays, Gang Starr, the Manhattans, Barbara Mason, Funkadelic, MFSB...)
21h / The Black Sunday Live avec Sam Cooke (Live at the Harlem Square Club, 1963)
et un bon anniv a illia selecta ce jour notre animateur de UNFAMOUS RASTA / ZIKIPEDIA

http://radio.unfamousresistenza.fr/
 ·  Translate
1
Add a comment...
People
Have them in circles
317 people
Dezordr Records's profile photo
CASAPHONKTV's profile photo
Alain Bellino's profile photo
Cheloo Mercury's profile photo
Vince Supra's profile photo
PHIL FORBAN (Cuba462)'s profile photo
David Unstatic's profile photo
Marc Saint-Ange's profile photo
andrew loveland's profile photo
Contact Information
Contact info
Email
Story
Tagline
UNFAMOUS RESISTENZA
Introduction
UNFAMOUS RESISTENZA

Voici les premières lignes d'un appel a l' Unification des Forces Alternatives de la Culture en France. 
Un appel au réveil des énergies vives qui sont en chacun de nous, mais souvent éteintes par une société ou le divertissement domine et où la culture de masse conduit bien souvent peu a peu vers l'abrutissement ou du moins la docilité et la résignation. 

UR sera un organe d'activisme culturel, un genre de « label » artistique certifiant que toute oeuvre diffusé par un de ses membres ( album de musique, livre, peintures ou peu importe ) a été concue avec éthique et conscience, cet organe sera donc drastique dans sa sélection de membres, ce que nous cherchons ici sont des activistes culturels, des personnes qui ne se retrouvent pas dans la Mass Culture Contemporaine.

Nous avons aussi bien besoin d'artistes ( toutes disciplines confondues) que de labels indépendants, d'electrons libres, de techniciens sons, réalisateurs, organisateurs de soirées, patron de clubs, animateurs radio, rédacteur en chef, journalistes, tourneurs où même tout simplement des personnes ayant envie de diffuser, pas besoin d'avoir un quelconque talent, des organisations telles que Sea Sheperd ne fonctionne pas uniquement grace a ceux qui bougent dans les opérations en mer.

Toutes personnes travaillant ou se sentant proche du domaine de la culture, de l'audiovisuel, du net, et ayant l'envie de s'investir un minimum, toutes personnes ayant une sensibilité artistique développée, ne pouvant envisager la vie sans musique, cinéma, culture de qualité.

Du moment que pour vous Culture doit rimer avec Subversion et Enrichissement Humain, vous êtes bienvenue, quand bien même vous n'avez aucune aptitude artistique, si vous avez la foi et un ras le bol de la mascarade orchestrée par les cartels de lobbys, vous êtes bienvenue.

Le but ici est de développer un réseau où chacun apporte de l'eau au moulin de l'autre.
Ceci n'est que l'ébauche du projet, mais dans l'absolu, il faudrait le moins possibles de questions d'argent au sein de U.R . 
Même s'il ne faut pas se leurrer, dans la mesure du possible et tant qu' U.R n'aura pas de fonds propres due a des dons ou subventions, il s'agirait de revenir a un troc, mais un troc culturel.

Exemple : Un graphiste pond une logo pour un vidéaste, ce dernier lui crée un teaser vidéo en retour. 
Le retour peut aussi s'effectuer en apportant du travail ; tout le monde connait toujours quelqu'un qui connait quelqu'un qui pourrait faire bosser un tel.....

Ainsi la démarche ici ne doit pas être individualiste, il faut avoir une vue d'ensemble, être optimiste et avoir la foi, le but étant de peu a peu d'égaler la Visibilité des grosses sociétés du milieu du livre, du disque, du textile, d'où l'importance des membres relais. 

Court circuiter la grosse machine est la mission, rendre le contrôle de sa culture ( et donc de son cerveau ), au petit peuple, celui qui fait tourner le monde. Il est donc nécessaire pour un artiste tel qu'il soit désirant rejoindre l'U.R d'avoir un message a diffuser, un sens, du fond. 
Nous n'accepterons pas de chanteur de Rnb chantant constamment les louanges de l'amour, les peintres en nature morte ne nous serons d'aucun intérêt, nous voulons des activistes, des passionnés, des enragés, des engagés !

Tout les supports sont valables, du disque cd au pochoir, en passant par le teeshirt, mes concerts, les conférences.....
Si tout ceux qui ont la mm vision de la Culture commence a s'unir, il y aura peut être moyen de changer son visage, l'union fait la force, a plein de niveaux.... a commencer par celui de la diffusion dans notre ère de réseaux sociaux où chaque citoyen devient un journaliste potentiel, un média en puissance. 
La mission d'U.R est de faire en sorte que l'alternatif devienne la tendance, d'inverser la vapeur, de repartager le gateau de la culture en france.
Comment cela se fait t'il que de vrais artistes pouvant apporter au rayonnement culturel soit obligé de ranger leur talent au placard pour se tuer dans des jobs de trimard tandis que des porteurs de cafés chez endemol ont le statut d'intermittent du spectacle ?
Comment se fait t'il que le publi-redactionnel soit légion, et que chaque année les festivaliers soient victimes de l'uniformisation des programmations ?
Pourquoi certains programmateurs gérent leur salle comme ils remplissent leur ipod, ne faisant jouer que ce qu'ils aiment écouter où ce qu'ils savent être en mesure de remplir la jauge, favorisant le copinage et le piston, pourquoi le défrichage et la découverte de talents ne sont plus des priorités ?
Tout simplement car les réseaux de la culture sont tenus par des règles économiques, des impératifs de rentabilité. Mais toute règle est faite pour être changé, pourquoi ne pas crée le premier festival itinérant où le public fais lui mm sa programmation ?

--------------------------------------------------------------

Au sein de UR, outre une partie regroupant des acteurs et public du monde de la culture, j'envisage également une section qu'on pourrait qualifier de « Terreur Culturel »...
Pour cette cellule nous aurons aussi besoin de hackers, de têtes brulées, de caméléons, d'agiles slalomeurs, d'agents dormants dans les régies télés des grandes chaines nationales, dans celle des radios ,dans des sociétés de gardiennage... 
Cette partie des activités de l'U.R sera bien plus clandestine et devra être bien dissocié de la partie artistique sous peine de mettre fin aux deux parties....
Les actions entreprises seront radicales, sans violence physique, mais le but étant de faire évoluer les esprits, il faudra par contre brusquer ces derniers.
Piratages d'antennes, diffusion de messages subversifs, projections de boules puantes ou autres puanteurs dans les concerts et soirée machines a fric sans éthique, empoisonnement ludique( ou moins ) des catherings des émissions de Télé-réalité, entartrage, sabotage de prime time, murage d'accés a la veille d'évènements, stickage et poichoirisation des villes..... 

________________________________________________________________________

OBJECTIFS :

1 ) Chute des Barrières et étiquettes conduisant a une segmentation culturelle :

Le leitmotiv de U.R et de mettre a genoux cette vision de la culture où chacun est dans son bac en fnac, dans sa petite case, et où du coup des gens qui ont les mêmes idées et façon de voir les choses n'ont que très peu de chances de faire des choses ensembles. 
Beaucoup de clichés et de jugement inter-cultures résulte de cette segmentation ; bien souvent les gens du rap ne veulent pas se mélanger a ceux de la musique électronique qui a leurs yeux se résument bien souvent a un poum-poum répétitif qu'il classe sous le nom de Techno. 
Beaucoup semble oublier que le rap aussi dans la plupart des cas est une musique électronique,
les fameux samples étant pris avec des machines, rentré dans des ordinateurs, traité avec des logiciels et des plugin', tout ceci reste de la mao (musique assisté par ordinateur) , ou autrement dis de la Musique Electronique ; le rap faisant partie de la multitude de facettes qui compose ce diamant numérique. 
Drum and Bass, Idm, Dubstep, House, Down-tempo, Trance, Electronica, Idm, MombaCore, Fidget,Break, Glitch … Facile de se perdre au milieu de toutes ces dénominations qui qualifient tant de sonorités et d'expressions musicales au son radicalement différents.
Ce que je fais dans ma musique depuis quelques années est de fusionner ces tendances, de démontrer que toute ces barrières d'étiquettes peuvent aisément être ignorés et que si le mélange est bien fait, l'hybridation ne peut être qu'intéressante.
U.R doit fonctionner dans cette logique, être un Supra-Collectif ouvert a toutes mouvances, tant que le contenu et l'âme de l'art n'ont pas été bradés. 
Nous avons tous nos gôuts musicaux, nos sonorités de prédilection et des styles qui nous hérissent le poil, personne ne vous demande d'écouter ce que vous n'aimez pas et de renier vos racines culturelles, moi même je n'écoute jamais de Métal car ce son m'agresse l'oreille, mais je sais néanmoins reconnaître la valeur d'un bon groupe de musicien et d'une bonne plume de chanteur, je sais qu'il y a du bon et du mauvais partout, et que si les bons décidaient de se réunir ne serait ce que sur des actes ponctuels, de mettre leurs réseaux en commun, cela pourraient du mal au Mainstream et a la pensée unique....

Fédération des énergies et des compétences :

De l'Artiste autiste désireux de ne rencontrer personne jusqu'au collectif, tout l'monde est bienvenue ! Du groupe de métal au groupe de rap ou punk en passant par l'écrivain indépendant, l'artiste peintre, le sculpteur et j'en passe, la seule condition est de ne pas avoir vendu l'âme de son art a l'Entertainment et la grande machine consumériste, d'avoir une éthique et un message palpable.
Le but est de fédérer, de réunir les énergies et compétences de la culture alternative en France. Dans chaque ville existe un réseau associatif qui tente de produire sur scène autre chose que de la soupe fm, des cinémas d'auteurs qui essaient de jouer autre chose que du blockbuster, des ondes radios qui continuent tant bien que mal a programmer de la musique alternative et conscientes, des labels indépendants désireux de faire perdurer une vision éthique de la musique ; mais souvent ces entités se tirent la bourre et se contentent d'être concurrents... 
Souvent nous autre Indés n'avons pas la force de frappe, le réseau, alors que si nous nous unissions , mettions en commun nos contacts, nos mailing lists, nos diverses possibilités et capacités, les choses pourraient peut être changer.




________________________________________________________________________

BESOINS:

Pour pouvoir trouver et rassembler les artistes alternatifs et conscient, nous allons avoir besoin de genre de Directeur Artistique Alternatif pour chaque mouvance, chacun pouvant soumettre projets, groupes, œuvre isolée …. 


Différents pôles doivent être crée :

.ARTISTIQUE : 
Ouvert a tout créateur partageant les valeurs d'U.R
Aucune barrière, style ou discipline de prédilection

.LOGISTIQUE ET TECHNIQUE : toutes personnes pouvant aider dans la création de matériel subversif ( autocollants , Tee Shirt, disque, livre ), webdesigner, hackers...

.COMMUNICATION : 
Toute personnes dans les médias ou juste désireuse de nous aider a propager, plus sa force de diff et son réseau est étendu, mieux c'est bien entendu !

.GRAPHIQUE : Tout graphiste, infographiste

.VIDEO : comme son nom l'indique

.FURIOUS TEAM: 

Ce serait si vous me passez l'expression, "le bras armé" de l'U.R , des équipes qui feraient des actions ponctuelles ....

Ceux qui sont réellement intéressé par le projet U.R pourront trés bientot dire dans quels pôles ils se sentent le plus efficaces...
________________________________________________________________________


VALEURS COMMUNES :

Respect de l'Humain dans toute sa diversité
Respect du Règne animal, notre prédescesseur
Respect de la Planête, car comment se respecter soi même si l'on a aucune estime pour son propre socle.
Avoir une conception de la culture qui ne soit pas que mercantile, où le fond s'allie avec la forme sans que l'un prenne le pas sur l'autre.
Etre contre cette vision de culture statique qu'on tente de nous imposé, une musique segmentée où la fusion se fait trop rare, accepter le fait qu'un contenu intéressant puisse se trouver dans n'importe quelle tendance....
Ne pas être dérangé par l'hybridation artistique, l'apprécier même !

Au fur et a mesure, les choses vont s'étoffer, dans l'absolu j'aimerais assez rapidement mettre en place un site internet, ce mouvement doit etre participatif ainsi une idea box devrait être mise en place ou chacun pourra apporter ses idées, remarques et réflexions, déposer des essais, des pamphlets...

You Are U.R !!



________________________________________________________________________

PREMIERS PROJETS EN COURS DE REFLEXION :


Lorsque nous aurons acquis un réseau assez conséquent, nous mettrons sans tarder en place deux premiers projets culturels qui témoigneront d'une volonté d'éclectisme engagée.

1 ) Organisation d'une soirée que nous aimerions voir méler Musique, Exposition, Visuel et Performances. S'y produiront les artistes adhérents qui le désirent ainsi que nous l'espérons quelques « têtes d'affiches » qui se retrouvent dans notre initiative.

2)Parution d'une compilation musicale dont le leitmotiv sera là encore de regrouper des musiciens a de tous horizons. L'oeuvre sera accessible en téléchargement gratuit ainsi que sur donation.

Même si nous avons d'ores et déjà quelques idées quant aux participants, nous tenons a vous rappeler que votre avis et vos découvertes comptent énormément, proposez nous des artistes dont vous estimez que le travail s'inscrit dans notre éthique de diffusion ( a linker ), incitez les a rejoindre l'association, vous êtes les yeux et les oreilles de l'Unfamous Resistenza !

A bientôt

--------------------------------------------------------------
LA TEAM UNF.REZ:
L’Equipe Unfamous Resistenza

LE BUREAU :

.Gabriel Saule ( Membre Fondateur Multi Casquettes)
.Géraldine Achour ( Administration et Gestion Artistique sur le blog)

LE GRAPHISTE: 
Joffrey Gottieb

LE WEB MASTER: 
M’siou Camille Rigolitch (également gestionnaire de la web radio et apporteur de contenu et d’informations)

LES RESEAUX SOCIAUX:

Seb  Doppler aka « El Joker »   : Responsable Google + et Diaspora 
Anthony Hart : Responsable Réseau TheChangeBook

LE NOYAU DUR: 
Phillipe Vieilleden ( rédaction, apporteur de contenu) 
Fabien Buring (Membre Relais/ Contribution Visuelle)
Hélène Iaa ( Traductrice)
Sorcier Apokalyps ( Animateur Web Radio)
Mr Ponx ( Animateur Web Radio)
Illia Selecta ( Animateur Web Radio)
Mikmak du Studio Synapse (Son)
Clément Yzerman ( Vidéo) 
Vandal Spy (Contribution Visuelle / Membre Relais)
Morgan Roggy (Tete Chercheuse)
Carole Loillier ( Tete Chercheuse)
Gyban (Logistique/Membre relais/support artistique)
Vinsz ( contribution graphique)
Collectif Prend ta Baf ( logistique)
Kazzik ( Logistique, Son)
Equity (Membre Relais)
Quart de Tour (Membre Relais/ Partenaire)
Caillette Prod (Partenaire)
Pochette Surprise (Support Artistique/Membre relais)
Café Bertrand (Support Artistique/Membre Relais)
Dams Damien (Membre Relais)
Loseou ( Contribution Graphique)
Tekologik (Membre Relais/Support Artistique)
Sone Oner (Membre Relais)
Rotator ( Support Artistique /Membre Relais)
David Gros (Force Bénévole)
Fred Faval (Membre Relais / Logistique)





Tous les membres de ce noyau peuvent interchanger leurs fonctions, rien n’est fixe, tout se discute, et surtout nous espérons bien voir cette équipe grandir, n’hésitez pas à vous manifester…. Et a ceux que j’ai pu oublier, désolé, cerveau troué ☺