Profile cover photo
Profile photo
Limeyrat, Village en Poésie
15 followers -
Cette page relaiera les activités locales en lien avec le label "Village en Poésie" en complément du blog, http://0z.fr/4dwQy Elle pourra aussi se faire l'écho d'initiatives autour de la poésie menées ailleurs qu'à Limeyrat.
Cette page relaiera les activités locales en lien avec le label "Village en Poésie" en complément du blog, http://0z.fr/4dwQy Elle pourra aussi se faire l'écho d'initiatives autour de la poésie menées ailleurs qu'à Limeyrat.

15 followers
About
Limeyrat, Village en Poésie's posts

Post has attachment
Le poème du mois de juin 2017 à #Limeyrat #VillageEnPoésie :Paul ÉLUARD, La nuit n'est jamais complète
La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
Puisque je l'affirme,
Au bout du chagrin,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un cœur généreux,
une main tendue,
une main ouverte,
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.

Paul Éluard.

Photo

Post has attachment
Appelle-Moi Poésie est un programme de poésie vivante, sélection de textes percutants mis en voix par les meilleurs poètes-performeurs actuels. Là, Michel Gendarme... Il était le poète en résidence d'écriture pour le Printemps des poètes 2016 à #Limeyrat , #VillageEnPoésie

Post has attachment
Le poème du mois de mai 2017 à #Limeyrat #VillageEnPoésie : pour clore le thème "Afrique(s)", un extrait de "Ma peau est fenêtre d'avenir" de Tanella Boni...
La biographie de lapoétesse sur le site du Printemps des poètes : http://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poetheque/poetes_fiche.php&cle=397
Et un autre extrait :
[...]
je sais que tu ignores mon existence
feu follet qui hante le lien nécessaire
à la survie de tes projets

et j'existe et je suis là

à tes yeux rien pas même une ombre
je ne suis pour toi

dans ta mémoire j'obéis à l'ordre du monde
si mal fait à tes yeux

et pourtant
cet ordre ne dérange guère
ta petite vie bien confortable
ta vie de toute liberté
dans un pays de toutes les libertés
[...]

Extrait de Ma peau est fenêtre d'avenir, Rumeur des anges - Larochellivre, 2004
Photo

Post has attachment

Post has attachment
Il y a quarante ans, le 11 avril 1977, disparaissait Jacques Prévert. Une grande perte pour la poésie et tout le reste.
Pour les mois de mai et juin, la bibliothèque municipale Andrée Chedid de #Limeyrat #VillageEnPoésie prépare une exposition en hommage au grand poète et homme de cinéma...
En attendant, ces quelques vers :
« Est-ce que c’est une vie
De vivre comme on vit
Pourquoi faire
Cette vie d’enfer
Pourquoi se laisser faire
Non ce n’est pas une vie
De vivre comme nous vivons
Et cette vie, cette vie d’enfer,
C’est nous qui la changerons. »
Photo

Post has attachment
Deux revues papier, "Ouste" n°25 et "verso" n° 168 où découvrir "cadeau, une histoire d'amour", le texte que le poète Michel Gendarme a écrit lors de sa résidence d'écriture à Limeyrat, Village en poésie, à l'occasion du Printemps des poètes 2016 et dont nous avions fait lecture de quelques extraits à plusieurs voix, dont principalement celle de l'auteur, pour la sortie de résidence le 20 mai 2016...
Les liens pour ces revues :
http://ferocemarquise.org/ouste-n25-conspiration-2017/
http://revueverso.blogspot.fr/
On peut aussi lire des extraits du texte sur les revues en ligne, "Terre à ciel" et "Recours au poème". Les liens :
http://ferocemarquise.org/ouste-n25-conspiration-2017/
http://revueverso.blogspot.fr/

Et puisqu'on parle de cadeau, voilà le 1 :

Cadeau (1)

-- Lorsqu’on prend la route qui monte à St Jean, on se démet
d’une habitude, me dit-elle.
Moi j’y marche seul vers midi au plus chaud de la transpiration
des fougères et des bois noirs qui la bordent. Plus personne ne
la suit à cette heure. Après l’abreuvoir, deux à trois lacets me
préviennent, par leurs fossés miroitants de mica et de schiste,
que le trésor est proche.
La ligne, je la repère par la minuscule source qui suinte dessus
le talus. L’eau nettoie le gravier et la met à nue. Simplement,
cachée par les fougères on ne la voit pas. Il faut connaître, c’est
tout.
Surtout ne pas plier ni froisser non plus les ombellifères, et là
elle se découvre. Une veine d’améthyste affleure à l’endroit, très
fin vaisseau bleuté émergeant des entrailles de la terre pour
prendre l’air. Puis replonger de suite vers l’infini secret des
profondeurs.
Avec mon petit marteau à pic je détache un éclat d’à peine deux
centimètres. Puis me retire, recouvrant prudemment des
fougères la cicatrice ancestrale, avec au creux d’une main la
précieuse flamme violette.
Au retour, je la dépose au fond de sa boîte à bijoux, sous les
colliers, les bagues et les bracelets. Sans qu’elle le sache. Je ne
lui en parle pas. Elle ne m’en parle pas.
Photo

Post has attachment
Le poème du mois d'avril 2017 à #Limeyrat, #VillageenPoésie : de la poétesse camerounaise Ngo Bôt...
La mère du temps, Femme, Noire.
Je suis Lucy, la grand-mère de tous
Je suis la mère putative de toute l’humanité
Je suis ta black Athéna, je suis ta Tsipora, je
suis ta reine de Saba
Mon teint mystérieux, mon regard lumineux, mon
sourire radieux
Me viennent de Tiyi, et son amant le dieu Amon.
Je suis la soeur d’Akhénaton
Je suis Hapshepsout Néfertiti Néfertari
Cléopatre
Je suis la reine Pokou, la reine Zingha, la
princesse Yennenga
Je suis Sogolon Konte, la femme-buffle mère de
Soundiata Keita
Je suis Nandi, mère de Chaka Zulu
Je suis Nanga, l’amazone du Bénin
Je suis la mère de l’enfant soldat
Je suis la Soninké portant ton bébé
Je suis la Malinké promenant ta grand-mère dans
le parc
Je suis la sueur de ton front
Je suis la mère du temps
Femme
Noire
C’est ma triple victoire.
Ngo Bôt
Photo

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded