Profile cover photo
Profile photo
Didier Schürch
24,578 followers -
Passionné de géographie, des sciences de la terre, de la faune, de la flore de la culture et de l’architecture médiévale, que j’aime partager avec vous sur Google plus, par le bief de mes propres images, en les illustrant de mes textes, tel est ma devise !
Passionné de géographie, des sciences de la terre, de la faune, de la flore de la culture et de l’architecture médiévale, que j’aime partager avec vous sur Google plus, par le bief de mes propres images, en les illustrant de mes textes, tel est ma devise !

24,578 followers
About
Didier's posts

Post has attachment
Bonsoir :-)))
Une toute petite et mignonne mésange à longue queue (Aegithalos caudatus).
La Mésange à longue queue ne fait pas partie de la même famille que les autres Mésanges, elle appartient à la famille des Aegithalidés alors que les autres Mésanges (Mésange bleue, Mésange charbonnière, Mésange huppée, Mésange boréale, Mésange nonnette et Mésange noire) sont de la famille des Paridés. Le nom de Mésange attribué à la Mésange à longue queue est purement vernaculaire et non scientifique.

Photo

Post has attachment
Bonjour :-)))
Une mignonne et sympathique Sittelle torchepot (Sitta europaea).
La Sittelle torchepot est toujours belle avec son long trait oculaire noir, et ses couleurs orangés pour le dessous et gris bleu pour le dessus. La Sittelle torchepot passe l'hiver dans nos régions et fréquente aussi les mangeoires des jardins urbains. 
Photo

Post has attachment
Bonjour et excellent dimanche :-)))
Un magnifique et fier Merle noir (Turdus merula) à la recherche de sa nourriture au sol. 
Photo

Post has attachment
Bonsoir :-)))
Toute mignonne cette petite mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), une vraie boule de plume.
La Mésange à longue queue vit en bandes familiales ou petits groupes d'une dizaine à une trentaine d'oiseaux, volant d'un arbre à l'autre à la quête de leur nourriture. Elles gazouillent pratiquement tout le temps pour garder le contact entre elles. Elles sont conditionnées à appartenir à un groupe surtout lors des longues nuits hivernales, elles s’alignent sur une branche et dorment serrées les unes contre les autres pour limiter la déperdition de chaleur, celles situées au centre de la brochette étant les moins exposées. Cette méthode est si efficace que l'espèce est parvenue à coloniser la Scandinavie jusque dans son extrême nord.
Photo

Post has attachment
Bonjour :-)))
Un remarquable et adroit chamois (Rupicapra rupicapra), toujours à l’aise dans les rochers et coins escarpés, ses domaines de prédilections.
En effet les sabots du chamois sont adaptés pour la vie en terrain difficile. Il se déplace sur deux phalanges insérées dans des ongles cornés. Ces sabots, en forme de pinces et antidérapants, sont mobiles et parfaitement adaptés au rocher. Une cloison interdigitale lui permet de moins s’enfoncer dans la neige, comme s’il était équipé de raquettes.
Photo

Post has attachment
Bonjour :-)))
Un merveilleux et habile chamois (Rupicapra rupicapra) entrain de brouter le maigre herbage dans une zone rocheuse.
Les chamois en hivers vont beaucoup dans les rochers, ou il est possible de manger la maigre végétation qui pousse sur les ressauts, étant donné qu’il y a nettement moins de neige que dans les champs. Il est aussi plus aisé pour eux de gratter la neige dans les endroits inclinés pour dégager l'herbage.
Photo

Post has attachment
Bonjour :-)))
Un superbe Verdier d'Europe mâle (Chloris chloris), qui défend son territoire contre un intrus.
Partiellement sédentaire en Europe le Verdier d'Europe Reçoit la visite hivernale des populations de l'extrême Nord-est. Une partie des oiseaux d'Europe de l'Ouest descend vers le sud et atteint l'ensemble du Maghreb. Départs en septembre-novembre, retours en mars-mai. Sa répartition globale va de l'Afrique du Nord au Sud jusqu'au centre de la Scandinavie au Nord, à l'Est sur toute l'Eurasie. Son chant est très complet, Il peut être très mélodieux et rappeler celui du Canari.
Chant du Verdier d’Europe: http://www.web-ornitho.com/chants/Verdier.mp3
Photo

Post has attachment
Bonjour
Une merveilleuse et timorée Mésange huppée (Lophophanes cristatus), qui tient fièrement ses graines dans son bec.
La Mésange huppée, grâce à sa huppe, ne peut être confondue avec aucune autre Mésange ni aucun autre passereau, elle est unique dans son genre. Ce petit oiseau pesant une dizaine de grammes est toujours très vif et bouge tout le temps, donc très difficile a photographier. Il ma fallut beaucoup de patience pour obtenir de bonnes prises d'elle.
Photo

Post has attachment
Bonsoir :-)))
Un mignon Grimpereau des bois (Certhia familiaris).
Le Grimpereau des bois a le dessus brun strié de fines touches de blanc et de jaune, de roux et de sépia, dessinant un superbe motif dans le plumage. Il a le dessous blanchâtre, le croupion brun-roux et la queue un peu roussâtre. Il porte un large sourcil. Il est doté d’un long et fin bec arqué, ainsi que d'une longue queue rigide sur laquelle il peut s’appuyer comme le pic épeiche. Ce petit oiseau ausculte les troncs à la recherche d’insectes et d’araignées dans les fissures de l’écorce. Arrivé au sommet d’un arbre, il plonge au pied de l'arbre suivant pour recommencer son exploration toujours à la quête de sa nourriture. Il se rencontre dans les bois et forêts de feuillus, de conifères ou mixte Il est présent plus rarement dans les parcs et les jardins peuplés plutôt par son cousin, le Grimpereau des jardins. Le Grimpereau des bois a une prédilection pour les forêts de conifères situées en montagne. Il Niche en Eurasie, de l'Irlande au Japon, toutefois il est absent d’une grande partie de la péninsule Ibérique, d'une bonne partie de la France, du Benelux et de l'Italie. En Europe il habite principalement dans les Ardennes en Belgique, dans le Jura et les Alpes en Suisse, en Corse, en Normandie et quelques autres endroits dispersées en France.
Photo

Post has attachment
Bonjour :-)))
Un majestueux chamois (Rupicapra rupicapra).
Les chamois sont absolument adaptés à la vie en montagne. Ils préfèrent les zones situées en lisière de forêt ou en pleine foret comme sur la photo.Grâce à leur faculté d’adaptation, ils sont capables de survivre au climat inhospitalier de l’hiver. Les versants raides orientés sud sont des secteurs d’hiver particulièrement appréciés par ces ongulés. Ces pentes sont en effet recouvertes de peu de neige, grâce aux arbres mais aussi parce que la masse de neige glisse ou fond avec la chaleur du soleil ou est soufflée par le vent. C’est là que les chamois trouvent leur maigre nourriture. Lorsque le manteau neigeux est plus mince, les chamois peuvent dégager le chemin avec leurs pattes antérieures et ainsi parvenir à trouver de quoi se nourrir. La proximité de parties rocheuses très escarpées où ils peuvent se reposer en toute sécurité est également importante. En hiver, la nourriture est plus rare et difficile d’accès.qu'en été. Les chamois sont donc actifs toute la journée afin de trouver suffisamment de nourriture. Pendant la saison froide, les chamois réduisent considérablement le volume de leur panse. Afin de maintenir la rumination, il est indispensable d’en assurer un remplissage minimal. De plus petite taille, l’estomac a aussi besoin d’une quantité de nourriture moins importante. Une absorption de nourriture régulière est par contre nécessaire, ce qui rend les chamois d’autant plus sensibles aux dérangements.
Photo
Wait while more posts are being loaded