Profile cover photo
Profile photo
Pierre Cendrin
3 followers
3 followers
About
Pierre's posts

Post has attachment

Post has attachment
Boussole
Boussole Je te vois, tu as la face dans l'écran Tu marches lentement Déjà débris anguleux Os de seiche commune Aspirant tous les courants Toutes les succursales Clochers Mouvements et obédients Les vices sédimentaires L’inintelligence et le conservatisme Le...

Post has attachment
Je suis de ce flux
L'aube mouillée
frigorifie les corps Lumière lavasse qui
vrille tout autour Par grappes entières
nous atterrissons là Permanences de
médecine d'urgence Beaucoup de bleus au
kilomètre Presque ce bleu des
nuits traversées dans la terreur avalée Qui vrille tou...

Post has attachment

Post has attachment
Sous ta paupière pâle
Sous ta
paupière pâle Dans la lumière diffuse
et bleutée du monde qui va s'éveillant - Que geais, mésanges
vertes, noires et quelques merles célèbrent en d'infinis palabres - Tu es là sous le lin
blanc étendue qui te fait presque statue - Courbes qui monten...

Post has attachment
Marcel Aymé en coopérative
Marcel
Aymé, Le confort intellectuel , 1949 « J'aime le confort, dit-il
d'un ton pénétré. Le confort matériel et le confort intellectuel. – Ce que j'aperçois de votre
façon de vivre me permet de comprendre ce que vous entendez par
confort matériel. Mais j'a...

Post has attachment
**
La magnifique proposition de Carol Shapiro sur le
thème de la frontière est pour nous l'occasion de rendre hommage à
Richard Hoggart, disparu le 10 avril dernier. Ce professeur de littérature anglaise est l'auteur
de La culture du pauvre , publiée en 1957 e...

Post has attachment
Vers le vol des geais à regret
Le jour, face à la poussée du noir, se réduit à d'irréguliers chuchotements entre
nous, quand la bouche s'ouvre, que la langue s'échappe de la butée première des
dents et que, rouges comme l’œil mouillé, les syllabes rapides, expédiées par la colère grondan...

Post has attachment
Duras, une voix qui porte


Post has attachment
Vigies aux yeux de bois
L'ailleurs par là est possible Soleil déclinant sur nos fronts marins Et qui nous met l'est en ouest Doigts salés sourcils battants Claquements de voiles là-bas Le concentrique des Sabines Se refrène s'amenuise et fuse encore Jusqu'au point de mire du bras ...
Wait while more posts are being loaded