Profile cover photo
Profile photo
KERA Courtage I Crédit Immobilier Quimperlé- 29300
43 followers
43 followers
About
Posts

Post has attachment
Comment le RAC Soutient la Production de Crédits ?

Le rachat de crédit immobilier a le vent en poupe. Même si les conditions de crédit n'ont jamais été aussi avantageuses pour les nouveaux emprunteurs, elles ne n'ont pas pour effet de dynamiser le marché immobilier, totalement anémique depuis le début de l'année. Pour les professionnels du secteur, seuls les rachats de crédit immobilier génèrent un réel flux d'affaires.

Taux de crédit immobilier au plus bas

La phrase tient désormais lieu de rengaine : les taux des crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas depuis 70 ans. Selon les derniers chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le taux moyen enregistré en août s'établissait à 2,68% toutes durées confondues (hors assurances). Plus évocateur, 97% des prêts immobiliers contractés en août ont obtenu un taux inférieur à 3,5% sur les durées comprises entre 20 et 25 ans. Le loyer de l'agent n'a jamais été aussi bon marché, jamais les conditions pour financer un achat immobilier n'ont été aussi attractives.

La demande de crédits se contracte

Pourtant la demande ne suit pas. En rythme annuel, la production de crédits immobiliers a reculé de 5,6% (-3,7% pour le montant global). Les professionnels constatent la désertion des primo-accédants du marché. En dépit de taux exceptionnellement bas, les primo-accédants, généralement des jeunes actifs et les ménages modestes, ne peuvent plus envisager de financer un projet immobilier en raison des critères de plus en plus tendus pour accéder au crédit (CDI et apport personnel indispensables). Il y a 5 ans les moins de 35 ans représentaient près de 53% des accédants, aujourd'hui ils sont moins de 45%.

Le rachat de crédit immobilier soutient le secteur

Un primo-accédant est évincé de l'accès au crédit malgré des taux ultra performants, le marché vivote néanmoins grâce aux renégociations de crédit immobilier. Pour certains courtiers, le rachat de crédit est devenue la bouée de sauvetage, avec plus d'un tiers de leur production réalisée grâce à cette opération financière. Déjà en 2013, la renégociation de crédits immobiliers avait soutenu le marché du crédit (25% du volume des crédits). Ceux qui n'avaient pas profité des taux bas l'an passé le font désormais : les détenteurs d'un crédit immobilier signé entre 2007 et 2012 (excepté 2010) saisissent l'opportunité d'obtenir des conditions de crédit plus avantageuses.
Add a comment...

Post has attachment
Pour soutenir l'offre et la demande de logements, le gouvernement a annoncé une nouvelle série de mesures. PTZ élargi, Duflot plus attractif : découvrez ce qui pourrait changer pour vous, que vous soyez investisseur ou acheteur de votre résidence principale pour la première fois.

Un prêt à taux zéro (PTZ) élargi

A partir d'octobre 2014, les conditions d'accès au PTZ seront assouplies, afin de faciliter l'accès à la propriété d'un plus grand nombre de ménages.
Les montants accordés et les plafonds de ressources vont être revus à la hausse, notamment dans les zones "détendues", où la demande de logements reste faible. Les conditions de remboursement seront également modifiées, pour permettre de retarder la date de paiement des premières mensualités.
Objectif : attribuer plus de 70 000 PTZ+ en 1 an, contre 44 000 par an actuellement.

Le dispositif Duflot plus attractif

Une nouvelle mesure prévoit de rendre le dispositif Duflot encore plus attractif, en proposant une réduction d'impôts de 21 % (au lieu de 18 %) pour un engagement de location de 12 ans (au lieu de 9).
Par ailleurs, pour dynamiser l'investissement locatif, les plafonds de loyers et de ressources seront revus à la hausse dans certaines grandes villes comme Lyon, Marseille ou Lille. Des mesures qui devraient permettre de relancer l'offre locative.

Enfin pour assouplir le marché de la location, la Garantie Universelle des Loyers (ou GUL) ne devrait plus concerner que les jeunes locataires, et l'encadrement des loyers se limiter à la région parisienne.
Add a comment...

Post has attachment
La BCE baisse son principal taux directeur à 0.05 %

04/09/2014

La BCE a baissé son taux directeur de 0.15 % à 0.05 %. Le taux de dépôt est, lui, passé de - 0.10 % à - 0.20 % : les banques devront payer un peu plus cher pour laisser de l'argent à court terme dans les coffres de la BCE. Ce qui devrait les inciter à prêter plutôt à l'économie. Surtout : l'institution va lancer, en octobre, un programme d'achat d'ABS (asset-backed securities), ces titres adossés à des créances notamment de PME, ainsi que d'obligations sécurisées d'institutions financières de la zone euro. Dans les deux cas, l'objectif est de relancer le crédit aux PME.
Add a comment...

Post has attachment
ASSURANCE EMPRUNTEUR

On peut désormais en changer facilement

La réforme de l'assurance emprunteur, qui permet au contractant de changer d'assureur jusqu'à un an après la signature d'un prêt et de résilier plus facilement ses contrats d'assurance, est entrée en vigueur hier. Elle permet plus de choix aux consommateurs, en faisant jouer la concurrence entre les différentes offres d'assurance. L'assurance emprunteur, non obligatoire légalement mais requise par les banques et qui peut représenter jusqu'à un tiers du coût du crédit, est contractée en même temps que la souscription d'un prêt immobilier ou d'un crédit à la consommation. Elle couvre le non-remboursement du prêt en cas de décès, d'invalidité ou d'incapacité. Auparavant, l'emprunteur pouvait seulement substituer son assurance avant la signature de l'offre de prêt, ce qui limitait considérablement la possibilité de substitution. « L'économie que pourront réaliser les emprunteurs grâce à cette mesure pourra atteindre jusqu'à 9.000 euros pour un prêt de 300.000 euros sur 20 ans », a illustré la secrétaire d'État chargée de la Consommation, Carole Delga, assurant qu'elle serait « vigilante » quant au respect de ces dispositions par les établissements de crédit. Le Télégramme 27Juillet 2014.
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment
Richard DAVY vous accueille à l'agence de Quimper.
Bureau de Quimper
2, bis rue Haute
29000 - QUIMPER
Mobile : 02 98 59 53 56 - 06 66 34 99 46
Add a comment...

Post has attachment
Postulez chez KERA Courtage et participez au développement d'un réseau de Courtiers en prêts indépendants sur la Bretagne...
Add a comment...

Post has attachment
Venez découvrir notre nouvelle enseigne.

Nous sommes un réseau de Courtiers Indépendants sur la Bretagne : la force d'un réseau, la proximité et le professionnalisme à votre service.
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment
Agent immobilier: la crise et le net métamorphosent la profession
Le marché tendu et la révolution internet imposent aux agents immobiliers de repenser leur modes de commercialisation. A la fin, c’est la loi du plus fort qui primera.
La crise actuelle qui affecte les agents immobiliers est-elle un simple contrecoup ou bien une tendance structurelle ? La question mérite d'être posée. Oubliées les années 2010 et 2011 euphoriques où les transactions dans l'ancien se sont envolées jusqu'à plus de 830.000 unités sur douze mois glissants, les agents immobiliers font aujourd'hui grise mine. Le marché de l'ancien a en effet perdu plus de 150.000 transactions annuelles en 2 ans. Cette baisse de l'activité a entraîné la fermeture de 3.000 agences en 2012, ainsi qu'en 2013, selon la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). Concrètement, la profession perdrait 10% de ses agences chaque année.
Pas de place pour l'attentisme
La faute à une conjoncture économique morose, qui alimente les incertitudes et ne donne pas de perspective aux ménages qui souhaiteraient se lancer dans de nouveaux projets. Dans ce contexte, il n'y a pas de place pour l'attentisme chez les agents immobiliers. Les agences qui se sont trop reposées sur leurs lauriers lors de la récente période faste sont désormais en grande difficulté. "Sur un marché euphorique, certains profils d'agents moins réactifs pouvaient subsister, mais sur un marché plus tendu comme aujourd'hui, ce n'est plus le cas", constate Olivier Alonso président du réseau d'agence Solvimmo.
Désormais, c'est la loi du plus fort qui prime. "Nous allons vers une épuration du métier d'agent immobilier. Le marché est en pleine mutation", remarque Mickaël Fridman président d'Immoinverse, une plateforme qui met en relation les personnes à la recherche d'un logement avec les professionnels de l'immobilier et les particuliers cherchant à vendre ou à louer leurs biens.
A terme, il ne restera que deux types d'agents immobiliers
"A terme, il ne va rester que deux types d'agences : celles qui ont un portefeuille de gestion (administrateurs de biens) ou de syndics qui leur permettent d'avoir des bas de laine récurrents et de ne pas trop subir la pression des transactions ; Et celles qui ont pignon sur rue à un emplacement idéal", juge pour sa part Christophe Celdran, le PDG de Maxihome, un groupe de 250 agents mandataires indépendants.
Vient s'ajouter à cela le développement du numérique qui a complètement révolutionné les comportements de consommation. "Le particulier passe désormais dans 90% des cas par une prise de contact sur internet. Alors que c'était l'inverse il y a 10 ans", observe Olivier Alonso. Les agents immobiliers doivent donc se mettre à niveau sur l'outil internet pour ne pas paraître obsolète.
Être le plus réactif possible sur internet
Malheureusement pour eux, "il y a des agents immobiliers qui se limitent à poster des annonces sur seloger.com pour trouver des clients. Or, il faut désormais avoir une démarche proactive et replacer l'acquéreur au centre du système", assure Mickaël Fridman. Ce sont ces agences immobilières "qui se sont préparées aux changements fondamentaux des comportements de consommation" qui s'en sortiront ajoute Olivier Alonso.
Les professionnels se doivent désormais d'être ultra réactif, tout en assurant "un suivi régulier des clients, notamment par mail. Il faut également être très présent sur les réseaux sociaux", conseille Christophe Celdran.
Mais le plus important reste la visibilité. Et pour ce faire "être bien positionné sur Google est hyper primordial pour les agents immobiliers", juge pour sa part Olivier Alonso.
 
Ce n'est que par ces biais que le rôle d'intermédiaire d'agent immobilier, qui permet de fluidifier le marché des transactions, pourra subsister.

LA TRIBUNE
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded