Profile cover photo
Profile photo
Christian MONGINOT
Né à Béziers, 1947, famille paternelle champenoise, famille maternelle italienne venue de Pula, en Croatie. Enfance à Rabat, Maroc. Psychologue clinicien en Aquitaine jusqu’à ces dernières années. Dernières publications, aux éditions de l’herbe qui tremble : Le miroir des solitudes et Le dit de l’horizon (poésie), en préparation une trilogie poétique en écho à l’œuvre d’Homère, intitulée Le radeau d’Ulysse. Autres publications, aux Éditions de l’Atlantique : Ce que l’on ne peut dire, Voix inverse, Le syndrome d’Orphée, Sous la dictée de l’eau, Le livre de l’onde et du rocher (poésie) ; Le livre de la stupeur et du vertige (aphorismes) ; L’idiot et son tourment (contes). Articles, poèmes, aphorismes publiés dans les revues Saraswati, Arpa, Nu(e), Poésie/première, Thauma, Rivaginaire, Glyphes, Lieux d’Être, Le Journal des Poètes, Encres Vives, Mange Monde. Ses publications dans la revue
Né à Béziers, 1947, famille paternelle champenoise, famille maternelle italienne venue de Pula, en Croatie. Enfance à Rabat, Maroc. Psychologue clinicien en Aquitaine jusqu’à ces dernières années. Dernières publications, aux éditions de l’herbe qui tremble : Le miroir des solitudes et Le dit de l’horizon (poésie), en préparation une trilogie poétique en écho à l’œuvre d’Homère, intitulée Le radeau d’Ulysse. Autres publications, aux Éditions de l’Atlantique : Ce que l’on ne peut dire, Voix inverse, Le syndrome d’Orphée, Sous la dictée de l’eau, Le livre de l’onde et du rocher (poésie) ; Le livre de la stupeur et du vertige (aphorismes) ; L’idiot et son tourment (contes). Articles, poèmes, aphorismes publiés dans les revues Saraswati, Arpa, Nu(e), Poésie/première, Thauma, Rivaginaire, Glyphes, Lieux d’Être, Le Journal des Poètes, Encres Vives, Mange Monde. Ses publications dans la revue
About
Posts

Post has attachment
**
Sous d’immenses verrières dédiées Aux extases lumineuses De l’achat et de la vente, Les galeries se déploient, se croisent,
s’enchevêtrent, Epinglant chaque regard à son objet, Chaque envie à son bûcher, et le monde Aux promesses multicolores de son
apocaly...
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment
Tu écoutes le bruit, la vibration, la confusion
Tu écoutes le bruit,
la vibration, la confusion De ces désirs qui se
mélangent et s’ignorent ; Des corps
innombrables se figent tour à tour Pour isoler,
retenir, photographier La chute d’une
goutte d’eau parmi Les flèches de verre
et d’acier plantées Dans l...
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Le corps joue, l'esprit ruse, les yeux veillent
Le corps
joue, l’esprit ruse, les yeux veillent, Le monde triche
hardiment sous les reflets de l’innocence ; Il y a toutefois
en chacun une pièce vide, Un lieu où
s’interrompt la partie, Un lieu où
il n’est pas, Où la
signification et les règles du jeu se d...
Add a comment...

Post has attachment
**
            Parfois.
Simplement cette envie. Cette démangeaison. Passer la ligne. La ligne
invisible. Faire ce pas. Basculer de l’autre côté du silence. Me fondre dans ce
mode d’être. Cette obsession si peu, si mal, si approximativement conditionnée.
Écrire...
Add a comment...

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Les pas se perdent dans la forêt
Les pas se perdent dans la forêt, aussi les
mots, les vies, Ce qui commence, ce qui finit se confondent, Ce que tu voulais dire S’évapore en même temps que les phrases te viennent, Tu voudrais pouvoir retenir, fixer, au moins Une ombre, un rien, une buée, m...
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded