Profile cover photo
Profile photo
Sud-Solidaires Matmut
Sud Solidaires Groupe Matmut
Sud Solidaires Groupe Matmut
About
Posts

Post has attachment
Photo
Photo
02/11/2017
2 Photos - View album

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
16 novembre : journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations
Communiqué CGT - FO - Solidaires - UNEF - UNL - FIDL : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/intersyndicale_24_octobre_2017.pdf?11686/25cd61762c252c60b79d124b162783f415fe9672

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Un appel de syndicats, associations, partis

Solidaires a lancé un appel à toutes les organisations du mouvement social et aux partis à se réunir pour travailler ensemble à agir pour développer la mobilisation. Voici l’appel issu de cette réunion avec les premières signatures.

Post has attachment
ALERTE TMS
Les TMS : Troubles Musculo Squelettiques sont des symptômes douloureux des membres du corps et du dos dûent à des gestes répétitifs ou des positions statiques au travail.
L’ensemble des salariés est concerné.
Alors que le patronat oblige la médecine du travail à minimiser ces maladies, l’Union Syndicale Solidaires lance une campagne pour alerter les travailleurs.

S’informer, faire reconnaître, dénoncer et agir pour des meilleures conditions de travail !

Vidéo réalisée dans le cadre des émissions "Expression directe" diffusées sur les chaînes du service public : diffusion sur France 3 le 1er octobre 2017 vers 11h30.

Série Expression Directe 2017 n°4
Réalisation : Canal Marches / Union syndicale Solidaires
Images additionnelles : Jean-Marc Cazenave / Fred Hilgemann Films

Ordonnances Macron : en quoi les salariés de l'assurance sont-ils concernés par l'inversion de la hiérarchie des normes ?

LES PRIMES PEUVENT BAISSER
La prime d'ancienneté, le 13e mois ou encore la prime d’expérience sont prévues par la convention collective. Jusqu'à présent, une entreprise pouvait être mieux-disante, mais elle ne pouvait pas faire moins. Désormais, ces questions peuvent faire l'objet d'un accord négocié au niveau de l'entreprise et l'employeur peut réduire ou supprimer certaines primes.

LA DURÉE ET L'INDEMNISATION DES CONGÉS MATERNITÉ PEUVENT BAISSER :
Le code du travail donne droit à seize semaines de congé de maternité. Pendant cette période, l’employée est indemnisée par la Sécurité sociale mais pas à 100 % de son salaire net. Son indemnité journalière est calculée sur ses trois derniers mois de salaire brut avant son congé. On divise cette somme de trois salaires par 91,25, à laquelle on retire un taux forfaitaire de 21 %. La salariée peut ainsi toucher au moins 9,29 euros par jour et au maximum 84,90 euros par jour.
L’article 86 de la convention collective nationale (CCN) des assurances est plus favorable que la loi et prévoit 20 semaines de congés pendant lesquelles l’employeur verse une allocation destinée à compléter jusqu'à concurrence du salaire net mensuel les indemnités journalières versées par la sécurité sociale.
Avec les ordonnances Macron lorsque la CCN prévoit une durée plus importante du congé de maternité et/ou une indemnisation prise en charge par l’employeur (sans faire appel à un organisme de prévoyance), le congé n’est plus préservé par la CCN : un accord d’entreprise (tant qu’il est au moins équivalent à ce que prévoit la loi) pourra désormais primer sur la branche. Un accord d’entreprise pourrait donc revenir dessus et n’accorder un congé que de 16 ou 17 semaines et/ou ne plus payer l’allocation complémentaire aux indemnités journalières. Bref, le congé de maternité pourrait être régi par un accord d’entreprise et se soustraire à la CCN des assurances plus avantageuses pour les salariées.
Wait while more posts are being loaded