Profile cover photo
Profile photo
Voce et Organo
4 followers -
Promouvoir la musique européenne des XVIème et XVIIème siècles, porter la musique là où les orgues sont absents, mettre en valeur le patrimoine musical belge et européen et soutenir la création contemporaine. C'est la volonté de Voce et Organo. Et chaque année, à la fin du mois d’août, en l’église Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles, laissez-vous surprendre ! Poussez la porte de cette église séculaire du vieux Bruxelles pour nous rejoindre au coeur de la musique ancienne.
Promouvoir la musique européenne des XVIème et XVIIème siècles, porter la musique là où les orgues sont absents, mettre en valeur le patrimoine musical belge et européen et soutenir la création contemporaine. C'est la volonté de Voce et Organo. Et chaque année, à la fin du mois d’août, en l’église Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles, laissez-vous surprendre ! Poussez la porte de cette église séculaire du vieux Bruxelles pour nous rejoindre au coeur de la musique ancienne.

4 followers
About
Posts

Post has attachment
"Ses mains étaient comme des racines…"
Des mains d’artiste? Généralement, on les imagine longues, fines, soignées… Michel CHAPUIS n’était pas de ces mains-là… Les siennes étaient robustes, noueuses, tannées. Des mains d’artisan qu’il frottait volontiers l’une contre l’autre après avoir joué, réjoui par le bel ouvrage accompli.
Mais quand ces mains se posaient sur le clavier, leur douceur, la précision de leur toucher, la délicatesse de la pulpe des doigts étaient d’autant plus stupéfiantes. Et ces mains bougeaient le moins possible : Michel Chapuis appliquait au jeu de l’orgue l’économie de gestes qu’acquiert l’artisan au fil d’une longue pratique.
Ces mains, c’étaient des racines.
Des racines qui puisaient leur sève au bois de l’orgue. Lorsqu’il jouait, Michel Chapuis transmettait d’abord son respect aux instruments qu’il appréciait, tant pour la qualité de leur facture que – souvent – pour leur grand âge...
Ce respect se manifestait ensuite dans ses choix d’interprète. À l’inverse de tant de musiciens qui cherchent comment imprégner de leur personnalité la musique qu’ils jouent, Michel Chapuis accordait la priorité à la pensée du compositeur et à la lecture correcte des partitions anciennes. Ensuite venaient la quête d’un jeu expressif et… l’aversion pour les ornements inadéquats ou superflus.
Ce mélange de sobriété respectueuse et de compréhension intime lui permettait d’accéder à des interprétations saisissantes de vie et de naturel.
Dans l’Europe musicale des années 1960, aux côtés notamment de Nikolaus Harnoncourt ou de Gustav Leonhardt, Michel Chapuis était de la génération des pionniers de la redécouverte de la musique baroque. En témoigne son impressionnante discographie. À un moment de son histoire où l’orgue était généralement considéré comme monolithique, quelque peu impressionnant, voire austère, il le métamorphosait en un instrument qui transporte, qui emballe, qui déménage ! La façon dont il menait le tempo avec ce zeste « d’avance à l’allumage » qui n’appartenait qu’à lui faisait irrésistiblement danser la musique…
L’orgue se faisait léger, coloré. Il souriait.
Ceux qui l’ont écouté en concert savent à quel point son jeu était prenant, velouté, séduisant, véritablement « dans le moment présent ». Mais de l’avis de beaucoup, c’est lors d’un office liturgique que toutes les facettes de l’art de Michel Chapuis se trouvaient réunies. Une fonction qu’il a toute sa vie endossée avec un grand respect de la tradition, conscient des trésors qui l’avaient précédé, mais pas conservateur pour autant, comme en témoigne son attachement à Saint-Séverin…
Durant ces offices, il interprétait d’abord le répertoire adéquat, et de quelle façon !
Il y accompagnait aussi soliste et assemblée. La faculté d’adapter instantanément son jeu à toutes les situations était prodigieuse. L’instinct acquis par l’expérience, son intuition de la registration, mais aussi son habileté à « fournir » l’harmonie en juste proportion, lui permettaient d’aboutir – c’est la signature des plus grands – à sa façon inimitable de faire chanter les voix intérieures de la polyphonie.
Enfin, au cours des offices, comme du reste à l’issue de ses concerts et à chaque fois qu’il faisait connaissance avec un nouvel instrument, Michel Chapuis improvisait. Et les mains-racines allaient immanquablement se nourrir des régions où chaque registre sonnait le mieux. L’orgue s’auréolait alors du meilleur de sa poésie.
L’homme était d’un naturel doux. Sa voix était mesurée, son verbe élégant. Derrière les lunettes parfois rafistolées à l’adhésif, le regard était plein de malice, volontiers facétieux. Le trait d’humour n’était jamais loin. Lorsqu’il entrait dans la salle de cours, il apportait avec lui l’odeur d’un bon feu de bois.
Ses mains rendaient volontiers service : à l’étudiant qui venait de louer une chambre vide à Besançon, il renseignait la salle des ventes où faire de bonnes affaires. Ensuite, il l’aidait pour y transporter table et lit – un quatrième étage sans ascenseur ! – au moyen de son légendaire TUB Citroën. Puis, dans cette camionnette qu’il avait aménagée avec de « vrais » meubles, il invitait à prendre le thé. Tout cela quelques heures avant de donner un récital…
Alors, lorsque de telles mains retournent à la terre, on sait qu’on a aussi perdu un tout grand ami.
Roland Servais
Michel Chapuis n'est plus. Il est décédé ce dimanche 12 novembre 2017. Ses obsèques auront lieu ce jeudi 16 novembre à 14h30 en la collégiale de Dole, dans le Jura.
https://www.youtube.com/watch?v=Jw5_dRVXRVw

Post has attachment
17 | 11 | 2017 | 17:30 | Missa Tornacum | Messe des notaires |
Chapelle Saint-Roch en Volière | Liège
Conservée dans les archives de la Cathédrale de Tournai, cette messe dédiée à Marie date de 1349 et est la plus ancienne messe polyphonique complète qui nous soit parvenue.
Avec l’ensemble vocal « Trio Arum Triphyllum », à 18h00.
A 17h30, en préambule, Marc Steffens, du Conservatoire royal de Liège, fera résonner l'orgue Robustelly. Classé au patrimoine exceptionnel de Wallonie et construit en 1769, il a été magnifiquement restauré par la manufacture d'orgues Thomas en 2011. Au programme : musiques baroques françaises, liégeoises et espagnoles.
PAF : libre
organisation : Dynamique Quartier Pierreuse
Photo
Photo
08/11/2017
2 Photos - View album

Post has attachment
19 | 11 | 2017 | 15:00 | « Mass for peace »
Eglise Saint-Martin d’Ambresin (Wasseige)
Entre effroi et émerveillement, du plus sombre au plus scintillant, l’orgue Bevington d’Ambresin relève le défi de se substituer à un orchestre symphonique, pour exprimer une large palette de sentiments.
Composée en 1999 par Karl Jenkins, “The armed Man, a mass for peace” (L’homme armé, une messe pour la paix), était initialement dédiée aux victimes du conflit du Kosovo. Cette œuvre très spéciale multiplie les références musicales (plain-chant grégorien, polyphonie de la Renaissance, choral protestant, composition contemporaine,…) pour exprimer la montée de la peur, l’évolution d’un conflit et l’avènement d’espoir pour l’avenir. C’est une ode à la paix.
Elle sera interprétée par les chorales Allegria d’Eghezée et Les Ménetriers de Hannut, sous la direction de Benoît Gilot, dans une version pour orgue enrichie de couleurs instrumentales solistes (percussions, trompettes, piccolo, violon, violoncelle) créée tout spécialement pour l’occasion. Un concert inédit à ne pas manquer !
La place étant comptée dans cette petite église, n’hésitez pas à réserver très rapidement !
Infos et réservations: 0499/ 63 14 54
Photo

Post has attachment
Samedi 14 octobre à 11h00 : CONCERT APERITIF par les étudiants de la Classe d'Orgue de Liège à l'église Notre-Dame du Mont Carmel de Visé
Professeur : Arnaud Van de Cauter
Avec Olivia Afendulis, Pascale Dossogne et Marc Steffens et les élèves de l’Académie de Musique de Visé, classe de Geneviève Chapelier.
A l’occasion du 25ème anniversaire de la construction de l’orgue Westenfelder de Visé.
Participation aux frais : 5,00 €

Le tout, dans le cadre d’un week-end festif avec bien d’autres activités à ne pas manquer :
> Vendredi 13 - 19h30 : Concert de Cindy Castillo
> Samedi 14 - 11h00 : Concert-apéritif par les Etudiants du Conservatoire de Liège (dir. Arnaud van de Cauter)
> Samedi 14 - 19h30 concert par Maria Vekilova & le Collegium Musicum du Conservatoire de Bruxelles - Bernard Wolteche, direction & Jacques Neefs, récitant
> Samedi 15 - 11h00 concert-apéritif des élèves de l'Académie Royale César Franck
> Samedi 15 - 15h00 Tribune libre

https://orguedevise.jimdo.com/

Post has attachment
Un nouveau rendez-vous musical à ne pas manquer : vendredi 15/09 - 20h15 - église Saint Lambert à Bel (Geel), Psallentes et Arnaud Van de Cauter à l’orgue.
Les caractéristiques au niveau du buffet et de la tuyauterie historique de l’orgue ont permis de l’attribuer au facteur d’orgue malinois Blasius Bremser (1646 - 1679). L’instrument n'était initialement pas installé à Bel. C'est le curé de la paroisse, l’abbé Sterckx, qui en fit l’acquisition pour sa paroisse, en 1787. La restauration/reconstruction a été réalisée de 2009 à 2013 par la Manufacture d’Orgues Thomas de Ster-Francorchamps (B) en collaboration avec l’expert Jef Braekmans et sous la surveillance de Michel Lemmens, technicien-conseil. Cet instrument historique d’une qualité exceptionnelle est constitué de deux claviers avec octave courte, au tempérament mésotonique. Sa composition et sa sonorité correspondent parfaitement aux oeuvres de Peter Cornet et Jehan Titelouze qui seront interprétée par Arnaud Van de Cauter le vendredi 15 septembre à 20h15. Il jouera en compagnie de l’ensemble « Psallentes », voix de femmes, sous la direction d’Hendrik Vanden Abeele.
Psallentes chantera des extraits d’un office grégorien dédié à Sainte Walburge.
Fille d’un roi d’Angleterre du VIIIème siècle (c710-c779), Walburge entra très jeune (10 ou 11 ans) au couvent de Wimborne, Dorset. La mère prieure l’envoya comme missionnaire sur le continent. Durant la traversée vers Anvers, Walburge, à genoux sur le pont, apaisa une tempête par la force de sa prière et évita le naufrage. En compagnie de son oncle Bonifatius et de ses frères Willibald et Winebald, elle évangélisa une grande partie de l’Allemagne. De l’ordre des Bénédictines, elle fut mère abbesse à Heidenheim et fut canonisée peu de temps après sa mort. Eichstätt, où se trouve la châsse de Ste Walburge, devint lieu de pèlerinage. Depuis l’année 1042, entre le 12 octobre et le 25 février, un liquide translucide goutte du tombeau : la Walburgisöl. Elle est la patronne des marins.
http://www.dewerft.be/kalender/kalenderitem_fiche.asp?voorstelling=3433

Post has attachment
Ce mardi 12/09 à 20h00, sur Musiq'3 - RTBF, (ré)écoutez le concert "Triduum polonais" donné par graindelavoix et Léon Berben à l'orgue, le 30 aoput dernier en l'église ND de la Chapelle dans le cadre du Festival Voce et Organo 2017. Belle soirée musicale à tous!
https://www.rtbf.be/musiq3/emissions/detail_concert?programId=2011

Post has attachment
Dans son programme de demain soir, Utopia a choisi quelques perles présentées sous forme de diptyque. Tout d’abord l’expression de la tristesse, avec quelques-unes des plus belles lamentations composées aux XVIe et XVIIe siècles en Europe du Sud, parallèlement avec des œuvres intimistes plus anciennes signées Josquin et Sweelinck. Ensuite, l’espoir et la confiance sur lesquelles, après une longue période d’obscurité, la résurrection jette une nouvelle lumière, comme nous le dit le Victimae Pascali Laudes : Mors et vita duello conflixere mirando / « La mort et la vie se sont affrontées en un duel admirable »
Ce samedi 02/09 à 20h00 – église ND de la Chapelle 1000 Bruxelles
avec Griet DE GEYTER
Bart UVIN
Adriaan DE KOSTER
Lieven TERMONT
Bart VANDEWEGE
& Wouter DEKONINCK
Réservations ici: https://shop.agenda.brussels/fr/expand/init/1779
https://www.youtube.com/watch?v=EHZ9eBr0fHk

Post has attachment
Trois concerts de musique Renaissance. Trois visions de cette musique séculaire pour le Festival Voce et Organo 2017.
Samedi dernier, 26/08, nous étions au sommet du raffinement et de la résonance intérieure qui élève les âmes, avec le Chœur de chambre de Namur et l'Ensemble Clematis, sous la direction de Leonardo García Alarcón
Hier soir, 30/08, nous étions au coeur d’un Moyen-âge et d’une Renaissance aux résonances brutes et singulières, avec graindelavoix et Leon Berben.
Là se trouve la richesse de la musique et de l'art : dans la diversité de la lecture de ceux qui l’interprètent.
A présent, nous vous invitons chaleureusement à notre troisième soirée de concert, le samedi 2 septembre à 20h00, en l'église ND de la Chapelle. Cette soirée complète les deux précédentes et s’annonce ouverte vers la lumière et l’utopie dont nous avons tant besoin. Une façon de refermer le cycle sur la beauté et le raffinement. Avec Utopia et l’organiste Wouter Dekoninck dans un programme d’oeuvres de la Renaissance signées Morales, Massaino, Desprez, Sweelinck, Gabrieli et Von Bingen.
Réservations ici: https://shop.agenda.brussels/fr/expand/init/1779
Photo
Photo
31/08/2017
2 Photos - View album

Post has attachment
Prochain rendez-vous du Festival Voce et Organo: graindelavoix et Leon Berben à l'orgue, ce mercredi 30/08/2017, à l'église ND de la Chapelle à Bruxelles.
Ce surprenant ensemble anversois spécialisé dans la musique ancienne, considéré comme l'un des plus originaux et des plus pertinents en termes de démarche artistique et vocale, s’est fait connaître en abordant les anciens répertoires sous une perspective entièrement nouvelle. Fondé en 1999 par Björn Schmelzer, anthropologue et ethnomusicologue, graindelavoix développe une sorte de musicologie affective dans l'action.
Ce mercredi 30/08, Graindelavoix présentera pour la première fois en Belgique des œuvres polonaises du XVIe siècle, en écho avec celles des maîtres franco-flamands Josquin Desprez et Heinrich Isaac. Avec Leon Berben à l’orgue.
Réservations ici : https://shop.agenda.brussels/fr/expand/init/1778
PhotoPhotoPhotoPhoto
28/08/2017
4 Photos - View album

Post has attachment
Les 20 bougies de l’orgue Renaissance de l'église ND de la Chapelle ont été soufflées avec puissance ce samedi 26/08 avec le Chœur de chambre de Namur, l'Ensemble Clematis, sour la direction de Leonardo García Alarcón, et Arnaud Van de Cauter à l'orgue solo.
PhotoPhotoPhotoPhoto
27/08/2017
4 Photos - View album
Wait while more posts are being loaded