Shared publicly  - 
 
"Si la plupart de ses proches étaient démunis face à sa détresse, d’autres en profitaient. Qu’en est-il de ces pourritures qui sont allées jusqu’à la photographier dans le sac qui a été celui de son dernier voyage ? De ces déchets dénués de bienséance, de compassion, d’humanité, qui allaient jusqu’à l’harceler au point de l’aider à creuser la tombe dans laquelle elle commençait déjà à s’enfoncer. Qu’en est-il de ces monstres qui sous le prétexte de la cupidité, se multipliaient bien plus vite que la plus mauvaises des herbes ? Des nuisibles, des indésirables qui me font bouillir de l’intérieur, au point de susciter en moi l’envie de régurgiter tout ce que contient mon estomac. Sur leurs chaussures, dans le lit dans lequel ils vont se coucher, façonnant à leur tour leur pensées pour se convaincre que tirer profit de la souffrance d’autrui est un acte pardonnable. Pire, un crime légal pour lequel rien ne sera retourné contre eux. Pas même les photographies qu’ils auront vendues à ces quelques industries du divertissement, dont les créateurs avides d’argent se complaisent dans une forme de barbarisme moderne et toléré. Le fondement légal des choses en France, dans le monde, me laisse parfois si perplexe…"
Translate
Mon avis sur le film Amy sur Amy Whinehouse, critique du film sorti en 2015. Belle réalisation, une Amy sans fard, en toute intimité.
1