Profile cover photo
Profile photo
Sandra Dulier Auteur
Dans la poussière des mots naissent les rêves. Auteur et poète. Livre Paris 2017.
Dans la poussière des mots naissent les rêves. Auteur et poète. Livre Paris 2017.
About
Posts

Post is pinned.Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment
J'ai le bonheur d'être finaliste !!!! Je vous invite donc à (re)voter en cliquant le lien. Merci pour votre soutien.
Add a comment...

Post has attachment
35e / 452 poèmes... Encore une dizaine de places et je peux me qualifier pour la finale. N'hésitez pas à voter sur le site. Merci. #poésie #concours #shortedition
Add a comment...

Dans les bras du ciel
j'observe la lune

elle me parle
d'une échappée
de brume

foulard de nuit
contour de cil

ta joue repose
et je m'incline

à mon tour
le sommeil
me happe

et je laisse
l'or de notre amour
nous bercer

dans les draps froissés
nos lendemains
promesses

attendront un peu
notre éveil.

P.S. Soutenez ma plume sur http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/boreale


Add a comment...

Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment
En compétition pour le Grand Prix Hiver 2018. Votez et partagez. Merci. 😊
Add a comment...

Post has attachment
Novembre
Au soleil de novembre feu des arbres dorés et transparence des ramures se lient au ciel quand une feuille chute silence de la terre. © Sandra Dulier - Retrouvez l’auteur sur son site  www.sandradulier.com   et ses livres Carnets poétiques (2016), Fleurs d'é...
Add a comment...

Post has attachment
Add a comment...

ANONYMES HOMONYMES

Vois-tu, ma douce,
tu as tant de force
sous tes airs fragiles,
tant de lumière dans le regard
que j’en perds la voix.

Crois-moi, ma douce,
si j’osais franchir
les secrets de mon cœur,
je laisserais au sol
le poids d’une croix.

Vers toi, ma douce,
j’aimerais marcher
comme un premier né,
et t’offrir dans l’ombre
le murmure de quelques vers.

Ancre, ma douce,
mes silences
comme autant de piliers
aux sommeils sans nuit
d’une lune encre.

Signe, ma douce,
pour moi, s’il te plaît,
tous les poèmes
que je n’ose déposer
sous ta plume cygne.

Lire, ma douce,
tes mots quotidiens
est-ce qui tient
l’espérance,
chemin et lyre.

Sois, ma douce,
bien plus qu’une muse,
l’écho des indicibles
et intemporels
chuchotements de soie.

Crée, ma douce,
un dessin au fusain
de l’amour-joie,
si joli sourire
en ligne de craie.
Wait while more posts are being loaded