Profile

Scrapbook photo 1
Scrapbook photo 2
Scrapbook photo 3
Scrapbook photo 4
Scrapbook photo 5
Said Mchangama
Worked at CONENSOL sarl [ com , Public Relations, évènementiel ]
Lived in Copenhagen
802 followers|188,206 views
AboutPostsPhotosYouTube

Stream

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
With some help from Google, a group of women are changing history by spotlighting herstory. The SPARK Movement has partnered with Google to create a smartphone app called "Women On The Map" that alerts users when they're near places wher...
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
1
Add a comment...
 
How Apples iPhone and Googles Android are going to spark the  next economic revolution
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Called Baseline Study, Google's project will gather anonymous genetic and molecular information to create a full picture of what a healthy human is.
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
24 heures pour Moroni-Windhoek

A Windhoek en Namibie.

24h de la maison à Vwadjuu à l'hôtel en passant par Nairobi. Alors qu 'on a pu faire le même trajet Moroni-Johannesburg-Windhoek de la maison à l'hôtel dans les années 90, en moins de 9h.
Notre intégration à notre région naturelle, l'Afrique australe et orientale, doit être la priorité des priorités, au point de vue économique et culturel. L'appartenance à la COI ne sera qu'un gentil divertissement, et un marécage politique, sans l'arrimage au continent mère, comme l'ont fait Maurice, les Seychelles et Madagascar, membres du SADEC. Sans cette intégration, tout développement économique est illusoire. Nous resterons un terrain de gains faciles pour "experts internationaux" et cabinets-conseils, dans un assistanat qui coûte très peu à ceux que nos discours remercient invariablement pour des petits financements de projets sans lendemain.
 ·  Translate
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Un visiteur  du  soir, déchiré

Il  est passé  2 fois sans  que je ne fasse  attention.  Le "Oh il est beau" de  Tami m'a fait lever la tête. Il s'est posé en haut d'une arcade. Immobile. Il est plus qu'épuisé. A force d'acrobaties  sur des chaises et des fauteuils je réussis à m'approcher, l'objectif réglé sur macro. Pauvre belle bête. L'aile droite est déchirée. Un papillon de nuit  atu  une vie éphémère. Si c'est une consolation.
 ·  Translate
4
Add a comment...
Have him in circles
802 people
Mukesh Kumar's profile photo
Daimm Abdou's profile photo
Djamal Said's profile photo
lucien mlanao's profile photo
Moussa Abderemane's profile photo
Mohamed Ibrahim's profile photo
Soulaimana ALI's profile photo
grekonzi prince elie Bruno's profile photo
Soule Abderemane's profile photo

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Award ends the wait since 2011 when no deserving recipient had been identified.
1
Add a comment...
 
Menstruation hygien at an affordable cost for low income women, specifically school girls. 
In Kenya, the average cost of a package of sanitary pads is 75KSH -- approximately $1 CAD. While this may seem like a minimal amount of money, the average daily income for unskilled labourers is around $1.50 CAD. Providing access to healthy and susta...
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Ladha ya mahaba tsi mahio - Ma grande tante et le Dr Ruth sur l oralité pendant le sexe.

Bo Abououou, Aboudou, Aboudeee, rema bayinu kutsuhiba. Mi de mdrumsha haho.
MASHABLE, un influent magazine américain sur les TIC, sait parler de sujets austères avec un brin d'esprit. Il publie une interview du Dr Ruth, une de ses dames qui à partir de leur expérience dans le planning familial ont contribué à ce qu on appelle avec complaisance "la révolution sexuelle". A 86 ans elle garde la tête froide. Et le corps assez chaud me semble-t-il.
L interview porte sur la difficile situation dans la quelle bon nombre d entre nous se trouvent quand pendant les vacances de fin d année , nous nous rendons pour quelques jours chez des parents ou chez des amis, que l envie nous prend, mais que la mince paroi qui nous sépare de l autre chambre reste désespérément indifférente aux grincements du vieux lit et surtout aux soupirs, cris et discours fusionnels. Et laisse tout passer.
Les garnements de ma génération ont grandi en bonne intelligence avec ces couples aux pratiques de muezzin. Intelligence au sens de Central Intelligence Agency.
95% des habitations étaient en feuille de cocotier. Les aînés nous entraînaient dès l'âge de 7 ans coller l oreille aux parois. On ne comprenait pas très bien le sens de ce qui venait de l autre côté mais on voyait bien aux traits tirés et au corps frissonnant des plus âgés qu'on nous faisait la faveur de vivre des moments dont nous devrions garder le secret. Wallah bi lah.
Entendu et retenu : "hamba we hangu" - "wahaho wawece. Ka' shiba unirunge bo Aliii. Iyeeee marahaba bo Mngu."
"Ngamdjohutsindza ni djiuwe we renga mdrwadji." (Le taux officiel de meurtres et suicides aux Comores est resté insignifiant).
"Subuti ba mi tside mwanamshwa haho. Hunika mahari bo Amedi"
Lisez Dr Ruth (ne pas prononcer Rut à la française, son nom n'est pas si prédestiné; on dit routh) et inventoriez vos points d'accord.
Je ne voudrais pas que vous croyiez que dans les chambres à coucher 'il n y avait que des membres de la confrérie des extravertis perroquets en ces temps là. Nous avons été aussi en compagnie de gens décents, sages qui nous enseignaient que les moments intimes entre époux (vous n imaginez pas qu' en cette période où vous allez fêter l anniversaire de Mtrume Issa avec les enfants, j'oserais parler de forniqueurs) devraient être dignes et discrets. Un jour à 13 ans, en compagnie d'une grande tante de Galawani, fumeuse de cigarettes anglaises et connue pour son franc parler, on entendit les troublants cris. J' étais ado, certains mystères se produisaient déjà dans mon petit corps. Elle s arrêta, me regarda dans les yeux et me dit : bo Mhama, ladha ya mahaba tsi mahio. Oui koko. Mngu nahurehemu.
A vous tous, chahuteurs et silencieux, bonnes fêtes de fin d'année et bon anniversaire à Jésus.
 ·  Translate
Ruth Westheimer, best known as Dr. Ruth, offers her sex tips for the holiday season.
1
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Certains l’aiment chaud, Some like it hot !

Dzahani la Tsidje, Tsidje pour les intimes, est le village le plus peuplé de l’Itsandra. Ce nom de «Ne-viens-pas » ne refuse personne. C' est un NON opposé aux éruptions du Karthala. 
Tsidje est l’une des localités les plus accueillantes de Ngazidja si ce n’est des Comores. Même quand Tsidje se laisse aller à une grande colère à propos des différents fonciers avec sa voisine Moroni, plus bas à l’ouest, cela n’a jamais conduit aux affrontements physiques récurrents entre les villes sœurs de Moroni et Ikoni. 
Cet avertissement de quartier chaud sur le mur de cette paisible maison pourrait être un doigt pointé sournoisement vers les voisins en-dessous, à cause d’une querelle dont notre écrivain est le seul à s’en souvenir. Ou, est-ce l’expression d’un rêve inavoué de devenir caïd à Felix Pyat à Marseille, ou dans les cités chodes de la région parisienne ? On peut y voir l’influence croissante des séries policières. J’ai un petit-neveu de 14 ans qui n’appelle ses copines que par des noms de personnages de séries télévisées. 
Que vous soyez tenté ou non par les fantasmes cho de ce jeune Ne-viens-pasien, je vous recommande, pour fêter la fin du ramadan et évacuer le stress de la préparation de l’Aid, de (re)regarder une comédie du très grand Billy Wilder, un classique du cinéma américain avec Marylin Monroe, Tony Curtis et Jack Lemond : « Certains l’aiment chaud » (titre original : Some like it hot).
- Heu : j’ai griffonné cette note en août 2013 en revenant du grand mariage de mon très cher ami Cheikh Ali. Avant-hier, l’avant-veille de l’Aid, presqu’un an après, des joues ont été mordues, des épaules griffées, des postérieurs bottés ; 2 ou 3 yeux ont changé de couleurs. Des jeunes de Magudju et des jeunes commerçants de Tsidje, propriétaires de boutique dans le quartier ont fiévreusement dialogué. Les Tsidjéens ont refusé de contribuer à la collecte d’argent organisée chaque année avant l’Aid pour le nettoiement de la rue commerçante, arguant que c’est le rôle de la commune. Ce fut Cho
 ·  Translate
3
Djohar Med's profile photo
 
Tsidje alors je ne viens plus
 ·  Translate
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 

SHIWARA

J'ai toujours été fasciné par le langage corporel du shiwara (conciliabule). Les mimiques, les torses et têtes penchés, les mains, qui parfois semblent raconter une autre histoire que celle qui sort des lèvres. Le Shiwara est une pratique d'adultes, d'hommes mûrs, conscients de leur importance coutumière ou circonstancielle. Le Shiwara sépare, distingue avant de concilier ou pousser à la crise qui doit aboutir aux retrouvailles. 

Mais qui peut dire l'âge où les préadolescents commencent à se prendre par la main, à se faire un clin d’œil pour s'inviter à un chuchotement unongona parce que le plus âgé ou le plus fort du groupe commence à se la jouer un peu trop, ou le groupe du quartier concurrent s'attarde sur l'aire commune de jeu ? Ils reproduisent en plus fluides les gestes des adultes.

Il y a des saisons de shiwara : celle des mariages et les périodes électorales. Ce sont alors les messieurs des ministères, de l'université, des établissements d'enseignements du secondaire, des sociétés d'état et les figures de proue des partis qui shiwarent à tout va. Ici le but du shiwara n'est pas d'unir la communauté du moment mais des parties d'un parti ou des parties de partis si ce n'est de factions. 

Il ne faut pas croire que le shiwara est étranger au genre. Approchez d'une maison nuptiale, suivez les préparatifs d'un ukumbi ou les préparations d'un grand repas coutumier et vous verrez les apartés de ces dames. 

Pour l'observateur amateur que je suis, la gestuelle du shiwara, à l'exemple du sahare et subaiya, aujourd'hui omniprésents dans tout ce qui ce veut comorien, s'est imposée à toutes les couches et les classes d'âge. Entre compères qui partagent une bouteille de gros rouge sous un badamier, entre "hommes complets" sur un banc de mosquée donnant sur la place publique, entre masterdeureurs et docteurs dans une salle de conférence, au sein d'un madjlis, le langage du shiwara est en pleine expansion. Il peut être sans contenu et s'afficher en l'absence de conflit d'intérêts. Est-ce notre aspiration à nous faire remarquer, à nous singulariser- au moins en doublé ?
 ·  Translate
1
OT STAR MARQUE's profile photo
 
CHIWARA WAHILI   OU WARARU
 ·  Translate
Add a comment...

Said Mchangama

Shared publicly  - 
 
Jeudi 13 mars. 8:30 au bureau. les lampes-témoins des prises restent sans vie.

À 10h la ma-mwe me promet du courant : oui, oui la SCH livrera du gas-oil , peut être que vers 13h vous aurez l'électricté . Le pouls des batteries du portable et du téléphone que faute d'ADSL j'utilise comme modem envoient des sos. 

J'eus soudain envie de la Médina, des senteurs du Kalawe, de me confronter à mon abdication de fait face à la mort du Palais Dhwahira - combien de fois me suis je dit que le moment était venu de mobiliser les bonnes volontés pour essayer de redonner vie à l'unique volonté architecturale palatiale de Moroni ?
Je suis parti sans but précis, peut-être guidé par les souvenir des bruits des pas de Mohamed Soidik, d'Abou Saïd Salim, d'Oubeidillah et d'autres, courant ou en file indienne, par les images des corps courbés revenant de la mosquée qui demandaient des nouvelles d'un de nos pères qui était absent à la prière ou dont la boutique était fermée.

Zanzibar et d'autres villes de notre fratrie swahili ont réussi à arrêter le dépérissement des médina et en faire des coeurs culturels et économiques. À quand une mobilisation pour un plan de rénovation de la Médina ? L'Association des femmes de Moroni et les associations de quartiers ne pourraient elles pas initier la prise de conscience en faisant appel à un groupe de personnes ressources qui publierait une première réflexion sur les pistes à suivre ?
 ·  Translate
4
Gérald PATOUMA's profile photo
 
A vous de jouer ! L'éveil des consciences ne peut se faire sans une initiative de la part de ceux qui maîtrisent l'histoire et comment la faire passer.........Bonne journée !
 ·  Translate
Add a comment...
People
Have him in circles
802 people
Mukesh Kumar's profile photo
Daimm Abdou's profile photo
Djamal Said's profile photo
lucien mlanao's profile photo
Moussa Abderemane's profile photo
Mohamed Ibrahim's profile photo
Soulaimana ALI's profile photo
grekonzi prince elie Bruno's profile photo
Soule Abderemane's profile photo
Work
Occupation
Directeur de CONENSOL sarl; Président de la Fédération Comorienne des Consommateurs FCC; Président de l'Union Comorienne contre le cancer
Employment
  • CONENSOL sarl [ com , Public Relations, évènementiel ]
    CEO
Basic Information
Gender
Male
Story
Introduction
World citizen. Feel home in Moroni, Copenhagen, Zanzibar, Paris, New York, Johannesburg, Marseille, Houston, Bali and so many places où les humains inventent le  quotidien et l'avenir

Believer in so much, impossible d'être fanatique  en quoi que ce soit. Have LEARNED to love so much. 

very much home in this world from my tiny islands of Comoros after decades of running from continent to another.

Marvel at what Google+ (and hangouts) offer to me and to whoever feel tempted to get close to me. 

In G+, I'm learning everyday, i have my photo-art days, my tech days,my  wisdom days, my laugh days, my music days, my discovery days, my mixed salad days...


 Founder and President of the Comorian cancer society (Union Comorienne contre le Cancer)
President of the Comorian Consumers Union (Fédération Comorienne des Consommateurs). 

Directeur de Conensol, cabinet de conseil en communication, relations publiques et évènementiel. 
Places
Map of the places this user has livedMap of the places this user has livedMap of the places this user has lived
Previously
Copenhagen - Paris - Marseilles - Dunkerque - Stockhom - Amsterdam - Dar Es Salaam - Johannesburg - Dubai