Profile cover photo
Profile photo
Said Mchangama
941 followers
941 followers
About
Said's posts

Post has attachment

Post has attachment
Après la présentation de la Banque Centrale des Comores sur les transferts de la diaspora, voici un inventaire par la Banque Mondiale, des études analytiques su le même sujet. 

Sa lecture sera très utile à tous ceux qui s'intéressent à la contribution financière  de la diaspora  : décideurs étatiques, banquiers, responsables associatifs, chercheurs, journalistes, entrepreneurs et élus locaux français d'origine comorienne. 
Il complète bien la présentation de la BCC de par les comparaisons avec d'autres diasporas, en relevant les points saillants, en identifiant les messages communs et les gaps et dans sa volonté d'ouvrir des pistes de réflexions pour le futur et pointer des priorités. 

Post has attachment
Irasi, prête pour notre compagne d 'adhésion des Comores à la Fédération Non Internationale des chiens gentils outil de développement et de dialogue sur les réseaux mondiaux .
Photo

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has shared content
Well 😦 damn...😟
Photo

Post has attachment
Menstruation hygien at an affordable cost for low income women, specifically school girls. 

Post has attachment
Ladha ya mahaba tsi mahio - Ma grande tante et le Dr Ruth sur l oralité pendant le sexe.

Bo Abououou, Aboudou, Aboudeee, rema bayinu kutsuhiba. Mi de mdrumsha haho.
MASHABLE, un influent magazine américain sur les TIC, sait parler de sujets austères avec un brin d'esprit. Il publie une interview du Dr Ruth, une de ses dames qui à partir de leur expérience dans le planning familial ont contribué à ce qu on appelle avec complaisance "la révolution sexuelle". A 86 ans elle garde la tête froide. Et le corps assez chaud me semble-t-il.
L interview porte sur la difficile situation dans la quelle bon nombre d entre nous se trouvent quand pendant les vacances de fin d année , nous nous rendons pour quelques jours chez des parents ou chez des amis, que l envie nous prend, mais que la mince paroi qui nous sépare de l autre chambre reste désespérément indifférente aux grincements du vieux lit et surtout aux soupirs, cris et discours fusionnels. Et laisse tout passer.
Les garnements de ma génération ont grandi en bonne intelligence avec ces couples aux pratiques de muezzin. Intelligence au sens de Central Intelligence Agency.
95% des habitations étaient en feuille de cocotier. Les aînés nous entraînaient dès l'âge de 7 ans coller l oreille aux parois. On ne comprenait pas très bien le sens de ce qui venait de l autre côté mais on voyait bien aux traits tirés et au corps frissonnant des plus âgés qu'on nous faisait la faveur de vivre des moments dont nous devrions garder le secret. Wallah bi lah.
Entendu et retenu : "hamba we hangu" - "wahaho wawece. Ka' shiba unirunge bo Aliii. Iyeeee marahaba bo Mngu."
"Ngamdjohutsindza ni djiuwe we renga mdrwadji." (Le taux officiel de meurtres et suicides aux Comores est resté insignifiant).
"Subuti ba mi tside mwanamshwa haho. Hunika mahari bo Amedi"
Lisez Dr Ruth (ne pas prononcer Rut à la française, son nom n'est pas si prédestiné; on dit routh) et inventoriez vos points d'accord.
Je ne voudrais pas que vous croyiez que dans les chambres à coucher 'il n y avait que des membres de la confrérie des extravertis perroquets en ces temps là. Nous avons été aussi en compagnie de gens décents, sages qui nous enseignaient que les moments intimes entre époux (vous n imaginez pas qu' en cette période où vous allez fêter l anniversaire de Mtrume Issa avec les enfants, j'oserais parler de forniqueurs) devraient être dignes et discrets. Un jour à 13 ans, en compagnie d'une grande tante de Galawani, fumeuse de cigarettes anglaises et connue pour son franc parler, on entendit les troublants cris. J' étais ado, certains mystères se produisaient déjà dans mon petit corps. Elle s arrêta, me regarda dans les yeux et me dit : bo Mhama, ladha ya mahaba tsi mahio. Oui koko. Mngu nahurehemu.
A vous tous, chahuteurs et silencieux, bonnes fêtes de fin d'année et bon anniversaire à Jésus.

Post has attachment
Certains l’aiment chaud, Some like it hot !

Dzahani la Tsidje, Tsidje pour les intimes, est le village le plus peuplé de l’Itsandra. Ce nom de «Ne-viens-pas » ne refuse personne. C' est un NON opposé aux éruptions du Karthala. 
Tsidje est l’une des localités les plus accueillantes de Ngazidja si ce n’est des Comores. Même quand Tsidje se laisse aller à une grande colère à propos des différents fonciers avec sa voisine Moroni, plus bas à l’ouest, cela n’a jamais conduit aux affrontements physiques récurrents entre les villes sœurs de Moroni et Ikoni. 
Cet avertissement de quartier chaud sur le mur de cette paisible maison pourrait être un doigt pointé sournoisement vers les voisins en-dessous, à cause d’une querelle dont notre écrivain est le seul à s’en souvenir. Ou, est-ce l’expression d’un rêve inavoué de devenir caïd à Felix Pyat à Marseille, ou dans les cités chodes de la région parisienne ? On peut y voir l’influence croissante des séries policières. J’ai un petit-neveu de 14 ans qui n’appelle ses copines que par des noms de personnages de séries télévisées. 
Que vous soyez tenté ou non par les fantasmes cho de ce jeune Ne-viens-pasien, je vous recommande, pour fêter la fin du ramadan et évacuer le stress de la préparation de l’Aid, de (re)regarder une comédie du très grand Billy Wilder, un classique du cinéma américain avec Marylin Monroe, Tony Curtis et Jack Lemond : « Certains l’aiment chaud » (titre original : Some like it hot).
- Heu : j’ai griffonné cette note en août 2013 en revenant du grand mariage de mon très cher ami Cheikh Ali. Avant-hier, l’avant-veille de l’Aid, presqu’un an après, des joues ont été mordues, des épaules griffées, des postérieurs bottés ; 2 ou 3 yeux ont changé de couleurs. Des jeunes de Magudju et des jeunes commerçants de Tsidje, propriétaires de boutique dans le quartier ont fiévreusement dialogué. Les Tsidjéens ont refusé de contribuer à la collecte d’argent organisée chaque année avant l’Aid pour le nettoiement de la rue commerçante, arguant que c’est le rôle de la commune. Ce fut Cho
Photo
Wait while more posts are being loaded