Profile cover photo
Profile photo
Rejine Halimi
89 followers -
artiste peintre française , je vis et travaille à Paris . Je vous invite à venir découvrir mes mots-couleurs-émotions à l'atelier
artiste peintre française , je vis et travaille à Paris . Je vous invite à venir découvrir mes mots-couleurs-émotions à l'atelier

89 followers
About
Rejine's posts

Post has attachment

Post has shared content
Osenat s'achève en.laissant la place à d'autres cheminements.
Je serai heureuse de partager de nouvelles aventures magiques étoilées d'émotions avec vous, encore et encore.
Je suis et reste à l'écoute pour d'autres propositions, d'autres expositions, ici ou ailleurs.
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment
Photo

Post has attachment

Post has shared content
Not to mention poetry when the frog is encased in asphalt! )
Photo

Post has shared content
Il dessinait partout des fenêtres.
Sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l'air et jusque sur les plafonds.
Il dessinait des fenêtres comme s'il dessinait des oiseaux.
Sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.

Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.
Il voulait seulement voir : voir.
Il dessinait des fenêtres.

Partout.

Roberto Juarroz
(Douzième poésie verticale, traduction de Fernand Verhesen)

Post has attachment
Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
Avec soleil et pluie comme simples bagages
Ils ont fait la saison des amitiés sincères
La plus belle saison des quatre de la terre

Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
Et la fidélité des oiseaux de passage
Dans leurs cœurs est gravée une infinie tendresse
Mais parfois dans leurs yeux se glisse la tristesse

Alors, ils viennent se chauffer chez moi
Et toi aussi tu viendras

Tu pourras repartir au fin fond des nuages
Et de nouveau sourire à bien d'autres visages
Donner autour de toi un peu de ta tendresse
Lorsqu'un autre voudra te cacher sa tristesse

Comme l'on ne sait pas ce que la vie nous donne
Il se peut qu'à mon tour je ne sois plus personne
S'il me reste un ami qui vraiment me comprenne
J'oublierai à la fois mes larmes et mes peines

Alors, peut-être je viendrai chez toi
Chauffer mon coeur à ton bois.


Post has shared content
Il dessinait partout des fenêtres.
Sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l'air et jusque sur les plafonds.
Il dessinait des fenêtres comme s'il dessinait des oiseaux.
Sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.

Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.
Il voulait seulement voir : voir.
Il dessinait des fenêtres.

Partout.

Roberto Juarroz
(Douzième poésie verticale, traduction de Fernand Verhesen)

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded