Profile cover photo
Profile photo
Phil informatique à domicile
8 followers
8 followers
About
Posts

Post has attachment
Le 5 avril, n'oubliez pas de faire une recherche des chaînes pour retrouver l’ensemble de vos programmes !
Animated Photo

Post has attachment
Pourquoi Microsoft abandonne Windows XP ?

MICROSOFT – C'est aujourd'hui le 8 avril que parait le dernier correctif de sécurité de Windows XP. Dorénavant, Microsoft ne s'occupera plus de son système, principalement parce qu'il n'est plus adapté à l'environnement technologique actuel.

Lancé il y a 12 ans, Windows "experience" restera certainement la plus grande réussite de Bill Gates.

Voilà, c'est fini. Après plus de 12 ans de bons et loyaux services, Windows XP arrête aujourd'hui sa carrière commerciale. Microsoft livre en effet ce 8 avril la dernière mise à jour concernant cette version, et cesse désormais tout support. Pourtant, même si 4 générations lui ont déjà succédé (Windows Vista, puis 7, puis 8, et actuellement 8.1), près de 30 % des PC dans le monde fonctionnent encore sous Windows XP.

Alors pourquoi Microsoft met fin au système le plus populaire de son histoire ? Si la sortie commerciale de Windows XP remonte à la fin 2001, sa conception est bien plus ancienne, et débute dans les bureaux de Microsoft en 1997. A cette époque, l'environnement technologique est radicalement différent de celui d'aujourd'hui. Le marché du mobile débute, avec des terminaux qui ne servent qu'à téléphoner, et Internet n'intéresse encore qu'un petit groupe de geeks.

Un monde qui change

Et c'est bien le problème. Il y a 2,4 milliards d'internautes en 2013, et la plupart des PC sont reliés à Internet (et aux dangers liés au Web) : Windows XP n'a pas été conçu pour ça. Bernard Ourghanlian, le Directeur Technique et Sécurité de Microsoft, a confié à Metronews les raisons de cet arrêt, lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée à Paris le 7 avril.

"Plus un logiciel est ancien, plus il est facile à pénétrer". Les années passent, et les attaques informatiques se multiplient. Microsoft renforce au fur et à mesure son système, à coup de mises à jour et de correctifs. Différents systèmes de sécurité sont installés, comme le DEP (Data Execution Prevention), pour bloquer les programmes malveillants.

Des attaques qui se multiplient

Mais si en 2006, pour 14 attaques, 1 seule réussie à passer le DEP, en 2011, la moitié des attaques visant XP ne sont plus repoussées, et en 2012, la tendance s'inverse même. Et ce n'est pas parce que Windows XP vieilli que le nombre d'attaque diminue, au contraire. Aujourd'hui, quand une attaque est détectée pour Windows 8, il faut en compter 5 pour Windows 7, et 9 pour Windows XP.

"Mais on ne peut pas modifier un système indéfiniment. Au bout d'un moment, cela implique trop de casse" explique Bernard Ourghanlian. Technologiquement parlant, Windows XP n'est plus adapté à notre époque, et plutôt qu'exercer un "acharnement thérapeutique", Microsoft a décidé de laisser son système partir à la retraite. Alors remercions "XP" pour cette belle "expérience", car c'est la signification de son nom.
Photo

Post has attachment
Microsoft annonce son dernier Patch Tuesday pour Windows XP
Le groupe va déployer sa traditionnelle mise à jour de sécurité dédiée à ses services. Ce Patch Tuesday sera le dernier prenant en charge le système d'exploitation de Microsoft, Windows XP.
Microsoft va publier 4 mises à jour de sécurité dans le cadre de son prochain Patch Tuesday. Windows XP et Office en version 2003 reçoivent des correctifs pour la dernière fois. Ils ne seront en effet très prochainement plus supportés par le groupe américain, les utilisateurs devant migrer vers d'autres outils.
 L'un des correctifs concerne toutes les versions de Windows (y compris Windows XP donc) jusqu'à Windows 8.1 ainsi que l'ensemble des moutures du navigateur de Microsoft, Internet Explorer (depuis la version 6 sauf IE10). Ce Patch Tuesday corrige aussi la vulnérabilité concernant les formats .rtf rencontrée au sein des versions de Word (2003, 2007, 2013, Word 2013 RT et Word 2011 sur OS X).
 Deux mises à jour sont considérées comme étant de nature critique, les deux autres entrent dans la catégorie « importante ». Elles doivent donc être installées par les utilisateurs lorsque celles-ci seront déployées en direction du public.
Photo

Post has attachment
Après toutes les blagues dont nous a gratifiés Internet aujourd'hui, il est temps de se replonger vers la date catastrophique qu'est le 8 Avril. Quoi, vous ne savez pas encore ce qui se passe le 8 Avril ? Microsoft met (enfin) un terme au support de Windows XP. Vous avez encore un PC sous XP ? Voilà ce que vous risquez.
On ne reparlera pas de la situation plutôt difficile dans laquelle se trouvent les distributeurs automatiques de billets. Pour vous, particulier, qui avez enc...ore un ordinateur sous XP (espérons que ce ne soit qu’au bureau), préparez-vous à affronter un fléau d’attaques diverses et variées. Nos confrères de Tom’s Guide ont interrogé plusieurs experts en sécurité.
« Chaque faille de sécurité sur un ordinateur standard sera amplifiée parce que Microsoft ne proposera aucun correctif. […] Ceci est valable pour toute forme de malware. C’est comme si quelqu’un était derrière vous lorsque vous travaillez. Chaque mot de passe, chaque secret, chaque information personnelle, tout sera exposé. » – Scott Kinka, PDG de Evolve IP.
« Pas besoin d’abandonner ou de remplacer les applications que vous utilisiez sous Windows XP […] Il est possible d’isoler ces applications et de les lancer en Mode Windows XP dans Windows 7 [éditions Professional, Enterprise et Ultimate] « - Wolfgang Kandek, PDG de Qualys.
Tout n’est pourtant pas noir puisque Microsoft avait décidé de prolonger le support de Windows XP jusqu’à la mi-2015 – en continuant de publier des mises à jour antimalware -. Cela ne suffira clairement pas mais c’est mieux que rien. Espérons que cette fois, tout sera bel et bien terminé et que les derniers « réfractaires à la modernité » se mettent enfin à la page.
Photo

Post has attachment
Il faut dire qu’au bout de 13 ans de bons et loyaux services, il est effectivement temps de passer à autre chose. C’est aussi une opportunité pour Microsoft de pousser à l’adoption de Windows 8. Aux États-Unis, l’éditeur offre ainsi 100$ de réduction sur une sélection d’ordinateurs – hélas, il s’agit de machines à partir de 599$. Il n’y a pas non plus de Surface 2 dans le lot, ce qui aurait constitué une bonne affaire.

En revanche, on y trouvera le ThinkPad S1 Yoga et un Envy TouchSmart de HP. L’offre, valable jusqu’au 15 juin de cette année, accompagne une initiative menée tambour battant par un Microsoft qui ne sait plus comment obliger les utilisateurs de Windows XP à lâcher leur OS. L’éditeur a même mis en place un site web spécial afin de savoir si son PC roule sous XP… Rappelons que le système d’exploitation ne sera plus supporté à partir du 8 avril.
Animated Photo

Post has attachment
Windows XP six fois plus attaqué que Windows 7

Les alertes se multiplient à l'approche de la date de la fin du support de Windows XP. Les analystes et éditeurs craignent une recrudescence des cyberattaques visant l'OS de Microsoft après l'extinction du support.
Les mises en garde qui ont précédé la fin imminente du support pour Windows XP ne sont pas à prendre à la légère. Le 8 avril, Microsoft cessera de fournir des correctifs de sécurité pour XP, bouclant ainsi 13 années de loyaux services. Récemment, Avast, bien connu pour sa solution antivirus gratuite, a détaillé sur son blog les risques auxquels s'exposaient ceux qui continueraient à utiliser Windows XP au-delà de cette date.
« Le système d'exploitation sera une cible facile pour les pirates. Il va servir de porte d'entrée pour infecter d'autres systèmes d'exploitation non XP », a ainsi écrit Ondrej Vlcek, le COO de Avast. « Selon nos estimations, aujourd'hui, les utilisateurs de Windows XP ont six fois plus de chance d'être attaqués que ceux de Windows 7. Et quand Microsoft arrêtera de fournir des correctifs pour XP, cela risque d'être encore  pire ». Avast n'est guère optimiste : l'éditeur a calculé que près d'un quart des 211 millions d'utilisateurs utilisant sa solution travaillaient toujours sous Windows XP. Et selon diverses estimations, un cinquième à un tiers de tous les ordinateurs connectés à Internet fait encore tourner l'ancien système d'exploitation.
Les cybercriminels en embuscade
Certes, Avast a tout intérêt à inciter les gens à utiliser son logiciel. Mais les avertissements d'Ondrej Vlcek font écho à ceux proférés au moins d'août dernier par Tim Rains, directeur de Trustworthy Computing chez Microsoft. « En général, pendant le mois qui suit la livraison de correctifs de sécurité pour Windows, les pirates décortiquent ces mises à jour pour trouver d'autres vulnérabilités. Ensuite, ils testent leurs attaques sur Windows XP », avait-il déclaré alors.
« Si XP s'avère vulnérable, les pirates développeront un code qui exploitera ces failles sur Windows XP. Et, à partir du moment où XP ne sera plus mis à jour, le système sera perpétuellement exposé à des attaques zero day ». D'autres experts ont prévenu à plusieurs reprises qu'à partir 8 avril, XP pourrait être la cible d'attaques frénétiques.
Comportements exemplaires ou bascule dans le monde Linux
Alors, que conseiller à un utilisateur de Windows XP avant qu'il ne soit livré à lui-même ? Évidemment, Microsoft veut pousser tous les utilisateurs à basculer sous Windows 7 ou Windows 8. Et Avast met en avant les mérites de sa solution antivirus, qui continuera à prendre en charge Windows XP après le 8 avril. Mais ce ne sont pas les seules options.
Par exemple, chaque utilisateur peut adopter de meilleures pratiques de sécurité quand il est connecté à Internet. Certes, un antivirus s'impose, mais il y a beaucoup d'autres solutions. Et ceux pour qui l'ordinateur ne sert qu'à des tâches de base et qui ne sont pas attachés à leurs applications Windows, nos confrères de PCWorld leur proposent d'aller voir du côté des systèmes d'exploitation Open Source basés sur Linux, avec lesquels ils auront moins de soucis de sécurité.
Photo

Post has attachment
Les derniers chiffres de Net Application concernant l'utilisation des différentes versions de Windows mettent en avant une progression faible, mais constante, de l'adoption de Windows 7 au détriment de Windows 8. Windows XP, de son côté, reste toujours populaire, au grand dam de Microsoft.

L'arrivée de Windows 8.1 n'aura pas changé grand-chose pour Windows 8 : Net Application met en avant que les parts de marché du dernier OS en date de Microsoft n'ont augmenté que de 0,05% en novembre. A côté de cette très faible progression, Windows 7 affiche quant à lui une croissance de 0,22%.

Les parts de Windows 8 représentent 6,66%, contre 7,53% en octobre, mais cette baisse s'explique par l'adoption de Windows 8.1 par une partie des utilisateurs : la mise à jour passe ainsi de 1,72% à 2,64% de part de marché. Mais si on additionne le tout, on passe de 9,25% en octobre à 9,3% en novembre, une croissance qui est donc très faible. De son côté, Windows 7 est passé de 46,42% de parts de marché en octobre à 46,64% en novembre, démontrant ainsi que les utilisateurs s'orientent toujours vers ce système d'exploitation s'ils en ont la possibilité.

Windows XP fait toujours de la résistance
De son côté, Windows XP tient bon : l'OS, qui ne bénéficiera plus du support de Microsoft à partir d'avril 2014, ne perd que 0,02% de parts de marché entre octobre et novembre, et est toujours installé sur 31,22% des postes. Les mises en garde de Microsoft concernant les risques liés à l'âge et aux failles du système, qui ne sera bientôt plus mis à jour, ne semblent donc pas porter leurs fruits.

A ce stade, il semble impossible que Microsoft parvienne à améliorer cette tendance qui perdure depuis des années en seulement 5 mois, et il y a fort à parier que la recrudescence de failles exploitées sous XP va exploser en 2014.
Net Application se base sur les données récoltées auprès de 160 millions de visiteurs uniques sur 40 millions de sites gérés pour ses clients dans l'optique de dresser l'état des lieux de l'utilisation des différents OS à travers le monde.
Photo

Post has attachment
A l'approche de son prochain Patch Tuesday, Microsoft lance un avertissement concernant la sécurité de plusieurs de ses produits. La firme indique ainsi avoir reçu des informations selon lesquelles des attaques ont tenté d'utiliser des vulnérabilités notamment dans les produits de la gamme Office.


Microsoft publie un bulletin relatif à la sécurité de ses produits. La firme précise qu'elle mène actuellement plusieurs investigations concernant des rapports faisant état d'attaques contre certains de ses produits. Sont concernés certaines versions de Windows comme Vista SP2 (également en x64) mais également les suites Office 2003, 2007 et 2010 ou encore l'outil de communication Lync.

Les services précités sont touchés par une vulnérabilité contenue dans leurs codes graphiques, en particulier dans la gestion des images TIFF. Microsoft confirme ainsi avoir reçu des rapports faisant état d'attaques par le biais de cette faille sans toutefois préciser l'étendue exacte de ces offensives. Toujours est-il que la vulnérabilité peut être exploitée via un simple e-mail voire un site Web vérolé permettant d'exécuter un code à distance.

Une mise à jour de sécurité devrait être déployée dans les prochains jours. Celle-ci pourrait intervenir à l'occasion de la publication du Patch Tuesday. Mais Microsoft précise également que la mise en ligne de cette rustine de sécurité pourrait intervenir hors de ce cycle traditionnel.
Photo

Post has attachment
Alors que le support de Windows XP par Microsoft s'arrêtera en avril 2014, la firme de Redmond pointe du doigt les risques que représente l'OS en matière de malwares, et encourage ses utilisateurs à utiliser une version plus récente du système.

Si Windows XP est toujours mis à jour par Microsoft qui arrêtera les frais le 8 avril 2014  il n'en est pas moins nettement plus vulnérable qu'une version plus récente du système d'exploitation. Un rapport de Microsoft intelligence publié en fin de semaine dernière met en avant que plus Windows XP vieillit, plus il devient la cible de malwares : « Au cours du premier semestre de 2013, les versions de Windows prises en charge actuellement (Windows XP, Windows Vista, Windows 7 et Windows 8) ont été confrontées à des taux à peu près semblables de logiciels malveillants, entre 12 et 20%. Mais Windows XP affiche un taux d'infection six fois plus élevé que Windows 8 » souligne le rapport.

Microsoft ne tourne pas autour du pot, et met en avant les « innovations en matière de sécurité et les technologies proposées dans les nouveaux systèmes d'exploitation » : Windows XP est tout simplement présenté comme à la traîne face aux cyber-menaces actuelles. « Il y a inévitablement un point de basculement où le logiciel et le matériel daté ne peut plus se défendre contre les menaces modernes et les cybercriminels aux techniques de plus en plus sophistiquées » explique Tim Rains, le directeur de Trustworthy Computing, qui a piloté l'étude.

« Windows XP est sorti il y a 12 ans, ce qui représente une éternité en termes de technologie » admet Microsoft, qui souligne que la population mondiale utilisant Internet est passée de 360 millions à plus de 2,4 milliards de personnes depuis la sortie de l'OS, encourageant tristement le développement de la cybercriminalité. Et la situation ne risque pas de s'arranger pour l'OS, dont des failles existantes mais non déclarées pourront être vendues à des prix par les pirates après le 8 avril 2014  , car ces derniers auront l'assurance que Microsoft ne colmatera plus les brèches.


Avec cette enquête et ces déclarations, Microsoft cherche à convaincre les utilisateurs de Windows XP de mettre leur machine à jour. Une première, selon Michael Cherry, analyste chez Directions on Microsoft. « C'est la première fois que Microsoft doit mettre les pieds dans le plat » explique-t-il à PC WORLD. « Avant Windows XP, il y avait toujours suffisamment de changements dans le système d'exploitation et le matériel associé pour inciter les gens à passer à un PC plus récent et à un nouveau Windows. Avec XP, ça n'a pas eu lieu. C'est la première fois qu'un changement de matériel n'était pas nécessaire. XP a été l'un des premiers Windows « suffisant » pour les utilisateurs. Donc ça ne s'est pas déroulé comme avant. »


Il faut également admettre que passer de Windows XP à Windows 8 a de quoi dérouter n'importe quel utilisateur de l'OS âgé de 12 ans. Reste à savoir si la crainte de voir son ordinateur surinfecté de malwares sera plus forte que celle de devoir tout réapprendre sur un nouveau système d'exploitation. NetMarketShare souligne qu'en octobre 2013, 31,4 %des  machines à travers le monde étaient encore dotées de Windows XP.
Photo

Le saviez-vous, Android enregistre votre mot de passe wifi quand vous vous connectez à un réseau. Cette nouvelle va écorner l’idée de liberté que l’on peut avoir du web. Cela fait mal quelque part de savoir que les mots de passe sont stockés sur un fichier à Mountain view.  Il serait temps de remettre en cause le fameux « Don’t be evil » rabâché par les fondateurs de Google.
Wait while more posts are being loaded