Profile cover photo
Profile photo
Olivier Herlent
89 followers -
Dirigeant et fondateur de MeilleurArtisan.com
Dirigeant et fondateur de MeilleurArtisan.com

89 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

Post has attachment

Post has shared content
Open Internet Project : ce qui est reproché à Google
Voici un résumé intéressant d'un membre du forum :

Les principaux griefs à l'égard de Google :

1. Sur les requêtes concurrentielles, Google n'est plus un moteur de recherche, mais une compilation de publicités adwords. Les résultats naturels de l'algorithme sont en effet relégués bien loin en dehors de la zone utile et ne servent plus à grand chose. La visibilité sur le net devient une visibilité qu'il faut payer (un impôt, dit Zeb).

2. Sur les requêtes ultra-concurrentielles (shopping, voyages, ...), la situation précitée est aggravée par la présence et la position privilégiée des propres services de Google dans ces secteurs. C'est un des points qui font l'objet de la plainte pour abus de position dominante auprès de la Commission européenne. Mais la solution envisagée n'est pas bonne (elle renforce la présence des résultats commerciaux et relègue encore plus loin les résultats naturels). 

3. Depuis environ deux ans, Google pratique une politique de semer la terreur ou FUD (Fear, uncertainty and doubt) dans ses communications et ses messages aux sites pénalisés. On est loin d'une information correcte et sans arrière pensée. Mon sentiment est que cet état de choses joue beaucoup dans les ressentiments (autres ceux basés sur des analyses ponctuelles) vus dans cette discussion.

4. Hormis les points purement techniques, les "directives" et recommandations soi-disant visant à produire des sites de qualité fournies dans Google webmaster sont bien souvent étrangères à la qualité réelle d'un site dans la mesure où elles visent plus à garantir le bon fonctionnement de l'algorithme de Google plutôt que la qualité intrinsèque du contenu des sites.
En d'autres termes, c'est pas parce que un site se référence de telle façon plus que d'une autre que la qualité de son contenu change.

5. D'une façon générale, les résultats du moteur ne s'améliorent pas significativement. Significatif de cet état de chose est la demande faite par Matt Cutts de lui signaler de petits sites de qualité qui mériteraient d'être mieux mis en exergue par l'algorithme. On peut avoir l'impression que l'algorithme de Google est devenu tellement complexe qu'il est probablement de + en + difficile de le maîtriser (cfr les tâtonnements de Panda en anglais qui ont duré quasi un an avec des va-et-vients répétés avant de se stabiliser et d'être étendu aux autres langues). Probablement aussi, le poids donné à des gros sites à fort trust rank (une bonne chose en soi) est excessif (pensez d'ailleurs aux listes blanches avouées par Matt Cutts).

6. La protection des données personnelles, le grand mal de Google et d'autres. Sans parler des Google glasses!

7. Les droits d'auteur bafoués. Depuis deux ans, Google a une politique de fournir lui-même les informations en réponse aux requêtes des internautes. OK, mais pas avec des contenus qui ne lui appartiennent pas. En matière d'images, Google.com (pas encore Google.fr) a franchi le pas et ne respecte plus les droits d'auteur. Sur Google.com, l'internaute peut naviguer dans les images affichées par le moteur, les voir en format original et les copier entièrement sans jamais visiter le site source, ni même le connaître.

Les éditeurs craignent sans doute subir le même sort. En particulier, les éditeurs allemands ont été obligés d'accepter en juillet dernier un système d'opt in sous peine d'être désindexés par Google du jour au lendemain. Fatalement, y ayant été contraints, ils reviennent à charge. Leur démarche aurait peut-être plus de poids s'ils n'avaient une arrière-pensée pécuniaire.
Add a comment...

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded