Profile cover photo
Profile photo
Medina Solidarité
Nos interventions répondent aux demandes des populations victimes de conflits ou d'actes de violences du fait d'un régime politique ou de factions armées. Nos projets sont définis au cours de missions concertées avec les intéressés, afin de répondre aux besoins les plus variés (accès aux soins, soutien psychologique, accès à l'eau ...) Les populations sont soutenues sans aucune distinction relative à leur origine géographique ou à leur orientation religieuse, politique ou philosophique.
Nos interventions répondent aux demandes des populations victimes de conflits ou d'actes de violences du fait d'un régime politique ou de factions armées. Nos projets sont définis au cours de missions concertées avec les intéressés, afin de répondre aux besoins les plus variés (accès aux soins, soutien psychologique, accès à l'eau ...) Les populations sont soutenues sans aucune distinction relative à leur origine géographique ou à leur orientation religieuse, politique ou philosophique.
About
Posts

Post has attachment
L'Association Medina sera présente à la Fête des Association de Bourges le Dimanche 11 septembre de 10h à 18h, au Quai d'Auron à Bourges.

Nous vous attendons nombreux !
Photo

Communiqué de presse de Medina – 14 août 2016 suite au bombardement de la maternité de Kafr Hamra (banlieue ouest d’Alep, Syrie)

Dans la nuit du 11 au 12 août 2016, un avion, vraisemblablement russe, a procédé à un bombardement ciblé sur la maternité de Kafr Hamra, à l’ouest d’Alep, développée et gérée par l’association française Medina.

Outre la destruction du bâtiment et de la majeure partie de ses équipements, ce bombardement a entrainé la mort de deux membres de l’équipe médicale de Medina et d’une patiente. Une douzaine de personnes dont 5 nouveau-nés ont été grièvement blessées dans l’attaque.
Medina condamne avec la plus grande fermeté cette attaque sauvage contre un établissement médical consacré à la délivrance de soins aux femmes et nouveau-nés syriens. Ce bombardement qui a spécifiquement visé la maternité de Kafr Hamra est donc une infraction caractérisée aux Conventions de Genève (dont la Russie et la Syrie sont pourtant signataires) et est donc constitutif d’un crime de guerre.
Depuis janvier 2015, l’association Medina avait développé une maternité à Kafr Hamra dans la banlieue ouest d’Alep. Réunissant une équipe médicale d’une dizaine de personnes, cette maternité avait permis la naissance d’environ 1.200 enfants et la délivrance de près de 40.000 consultations gynécologiques, pédiatriques et psychologiques. Equipée de couveuses et d’un bloc chirurgical permettant la réalisation d’accouchements par césarienne, cette maternité avait adapté son offre de soins à des grossesses de plus en plus difficiles et sujettes à complications médicales en raison de l’intensité des combats.
La maternité de Kafr Hamra avait également le triste privilège d’être le dernier établissement gynécologique dans le grand ouest d’Alep. En effet, suite à l’offensive du régime d’Assad et de son allié russe sur Alep commencée à l’automne 2015, les établissements de santé ont été visés, les uns après les autres, par des bombardements ciblés dans une démarche méthodiquement conçue pour empêcher la délivrance de soins aux populations civiles. Depuis le 12 août dernier, cet ultime établissement n’est plus.
Medina tient à saluer le formidable travail réalisé au péril de leur vie par l’équipe médicale de Kafr Hamra mais aussi la détermination inouïe dont ils font preuve depuis ce drame pour tenter de récupérer sous les décombres tous les équipements partiellement endommagés et mettre sur pied un établissement de substitution opérationnel d’ici quelques semaines. Leur courage, leur dévouement et leur résilience sont une source de respect et d’inspiration pour l’ensemble des bénévoles et des donateurs de Medina. Qu’ils sachent que, demain comme hier, Medina et ses partenaires seront à leurs cotés pour les aider à affronter ce terrible drame et cette ineffable barbarie.

Contact : Franck Carrey, Président-fondateur de Medina
franck.carrey@solidarite-medina.org

Agir contre le siège d'Alep

Il y a quelques semaines, la communauté internationale s’est émue de la situation des habitants des villes et villages syriens assiégés. A la suite des pressions qui ont alors été exercées sur Damas, des convois humanitaires ont pu, non sans difficulté, accéder à certaines zones. Il s’agissait des premiers depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.

Ces efforts semblent désormais vains alors que, depuis deux semaines, le régime syrien, appuyé par Moscou, assiège Alep Est dans le silence le plus complet.

Ce sont aujourd’hui trois cent mille personnes qui sont enfermées dans les ruines de cette grande ville, privées de vivres, d’eau potable, de médicaments, soumises à une terreur quotidienne, survivant dans des conditions terribles ou mourant de faim et de leurs blessures.

Les promesses faites par la Russie d’ouverture de couloirs ne sont pas une avancée mais un piège, car ce sont les forces russes elles-mêmes qui ont permis le bouclage d’Alep Est. La Russie s’apprête à traiter les survivants d’Alep aujourd’hui comme elle a traité ceux de Grozny il y a quinze ans.

Les Etats occidentaux, l’Europe, les Etats-Unis, qui ne peuvent ignorer cette situation, doivent s’imposer face à Damas et Moscou et agir de toute urgence pour obtenir la levée immédiate et sans conditions du siège d’Alep Est, afin d’éviter la survenue d’une catastrophe humanitaire d’une ampleur sans précédent.

Un contrôle rigoureux des avancées obtenues doit être exercé ; des observateurs indépendants doivent être dépêchés sur le terrain pour constater la réalité des faits ; les voies d’accès doivent être sécurisées afin que les ONG puissent venir en aide sans délai aux civils menacés, et que ceux-ci puissent enfin circuler librement.

D’une façon générale, nous alertons sur le risque de survenue imminente d’autres catastrophes humanitaires en Syrie, par exemple dans la région d’Idlib, au cas où les acteurs occidentaux ne sauraient prendre fermement position et obtenir l’application du Droit humanitaire ainsi que des résolutions émises en décembre 2015 par le Conseil de sécurité de l’ONU au sujet de la protection des civils syriens.

La Coalition doit quant à elle s’attacher en premier lieu à ce que les bombardements menés contre les positions de l’état islamique ne mettent pas en danger la vie des civils des zones visées ; et à ce que des dispositifs soient prévus pour permettre la prise en charge des déplacés internes engendrés par ces bombardements.

Post has attachment

Post has attachment
Retrouvez l'Association Medina en première page du Berry Républicain et des articles sur l'ensemble de nos actions.
Nous remercions la journaliste Clotilde DUMAY !
Photo
Photo
2016-07-25
2 Photos - View album

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Wait while more posts are being loaded