Profile cover photo
Profile photo
Le chasseur abstrait
9 followers
9 followers
About
Le chasseur abstrait's posts

Post has attachment

Post has attachment
--- RAL,M --- -- Carnets tropicaux, François Olègue -- - Savez-vous, docteur, ce que c’est que d’être ivre de joie ?
Savez-vous, docteur, ce que c’est que d’être ivre de joie ?
C’est le soleil qui se roule dans le creux de vos mains,
c’est la musique bariolée des sphères que vous buvez à grands traits,
c’est l’orgueil du Fénix qui secoue, rajeuni, les cendres de son bûcher.
Ce fut une seule fois dans ma vie que la joie m’enivra.
Ce fut lorsque j’allais fêter mes huit ans...
ce fut quand ma mère acheta
une vingtaine de soldats de plomb à la foire
et m’en fit cadeau.
Je jouerais avec eux pendant deux ou trois ans de suite ;
je serais, en même temps, Jules César, Gengis Khan et Napoléon ;
luttant contre nombre de malfaiteurs,
mon armée n’essuierait nulle défaite.
Toute une vie se passa sans être aperçue.
Je les conservai, empilés dans leur boîte de carton,
jusqu’au jour où l’idée me vint de les repasser
à mon petit neveu Daniel
qui allait bientôt célébrer ses huit ans.
« Peut-être va-t-il se griser de joie, lui aussi »
– pensai-je naïvement. –
« La perspective d’être Jules César, Gengis Khan et Napoléon à la fois
lui plaira à coup sûr ! »
Mon neveu s’en montra fort déçu.
« La guerre est terrible, tonton » – me dit-il, l’air adulte. –
« Combien de gens est-ce qu’ils ont tués, tes soldats ? »
Je ne pris même pas la peine d’objecter
que les jeux virtuels dont il abusait
n’étaient pas moins violents que mes humbles troupes
et gâteraient à la longue sa vue :
dans un monde où l’insaisissable remplace
ce qu’on peut toucher, manier, casser, réparer,
mes propos n’eussent été que des homélies d’un vieux con.
De ce fait, mes soldats retournèrent dans leur boîte de carton,
mon neveu Daniel fut voué à ne jamais boire à sa soif,
et le sang impalpable,
versé de l’autre côté de l’écran,
se changea en jus de raisin.


-- http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?rubrique1345

Post has attachment
--- Semaine de la RAL,M --- -- Gilbert Bourson, poète, narrateur -- -- Décidément les portes hantent le clavier --

La porte ça se pousse ou se tire. Est action. S’entrebâille pour y entrevoir un quelconque Pérou. Est forêt dans un lac hagard comme un poignet. Un bloc mulâtre bis. Une enclave dans l’aube avoinée de l’usure. Une borne-ruade et son mors qui écume la curiosité. Les plus justes sont celles des hôtels qu’on dits borgnes. Derrière on couche avec des portes qui halètent comme un nœud de bois sec et numéroté. Le tableau est un tabernacle obscène et fantastique qui confère aux portes closes des hôtels bien famés ou mal famés un plus faramineux potentiel d’aventures. Le mot ‘closes’ les rend plus belles et troublantes que le mot ‘fermées’. Les portes sont cambrées de fausses confidences qui sont les plus vraies comme l’odeur des villes dont les portes sont cerfs-volants ou genoux ourlés de caniveaux.

"Tu meurs d’un lit blanc et d’une grande porte suante et haletante." L’auteur


-- "Portraits et propos à vue de perdrix": http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?rubrique1116

Post has attachment
--- Semaine du Chasseur abstrait --- -- "L'Automne voyageur" de Francis Zuccari --- roman

Le premier chapitre complet, "Ouverture (lento assai)", là:
https://www.facebook.com/LAutomne-voyageur-200714580268767/

Post has attachment
--- RAL,M --- -- "Saisons" de Romain Gambois -- - Liberté enfin libre -

On sort plus libre
par la fenêtre
que par la porte

Une de mes amies
s’est défenestrée
Il faut bien se faire
quelque chose de mal
quand on n’a
plus rien à faire

Je me ferais bien
autre chose de bien
avec la même fenêtre
si je l’avais encore
à portée de voix

Mais je prends la porte
tous les jours la porte
sans me faire mal
ni me faire bien

Il faudra qu’un jour
je me donne les moyens
de penser vraiment
à la liberté

-- http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?rubrique1235

Post has attachment
--- Semaine de la RAL,M --- -- Gilbert Bourson, poète, narrateur -- - Phases -
"et la posture se rompt" - D.A.F De Sade

…fascicule des doigts sur plaie amoureuse et la ligne de fuite et les etcetera qu’ils sont l’un pour l’autre nervures célestes qu’ils sont l’un pour l’autre à fond dans la blessure profonde à fond sortis de la tente des draps prendre part au combat lance à fond dans la chair sa colère divine de plaie l’arc tendu javelot acéré de la langue pénétrée à fond et perce la paroi intime de l’autre entrée des morts minuscules la vie dispersée sur le chanfrein des mots qui saignent rouges sens dispersé l’ouvert de la plaie la bouche ouverte et de part en part le cri l’injure amoureuse et l’acier amoureux de l’injure le trait fulgurant de l’image sarclant le sol sanglant de la chair amoureuse muqueuses de nuit sortant du bas du corps avec le cri et prend divin son pied au talon son propre bouclier transpercé transperçant à vue à voix criée avec la cuisse ouverte à l’autre cuisse ardente et souffle à ces naseaux qui ont des larmes chaudes folios de leurs doigts dans le presse-papier des cuisses aux cuissardes et l’œil dans le cheval de sueur sur le drap qui gicle sur la paume de vue les mailles de la vue clapotant du discours charnel son geignard bouclier insulté son Iliade rentrée son bouclier bouclant aux endroits protégés bouche embouchant la plaie plus amoureuse encore de dire prends ça et venge du fer et du sang son envie la lance lustrée sous l’égide d’une envie et l’éclat de sa hache assurant le discours à son gentil tranchant pieux réceptacle des mots ravalés prend le nain de la bouche le je ce géant des combats amoureux et tranche en elle en lui et mouille son Scamandre mouille le drap du sol où corps prend corps dans celui et dans celle et s’avouent ennemis jusque dans le gosier qui est couleur de rose celle de la déesse qui est la jouissance de se protéger de l’aigu bouclier du fer millimétré à la divine ardeur au mot à mot des sueurs des salives des pisses mêlées à des crinières noblement mouillées par les assauts salins et les fronts alcalins d’y être entrecuissées selon les combattants en odeur de combat de fond en comble bus et reniflés aux chairs du combat corps à corps nus de nus comme morve chues de plaies entrecuissés selon les figures décrites par les combattants ne décrivant qu’un vide énorme où s’engouffrer de lance épieu où hache au gai tranchant des plaies pliées sur ses genoux n’est que genoux à terre amoureuses des draps qui boivent mille fois la mort sous le genou meurtrier du désir de genoux que lui inflige un ennemi ardent à la massue désir de venger son désir de désir et tombe sous les coups répétés redondant donc amoureux au sol des draps profonds et déjà Olympiens où soufflent les déesses masturbant leurs dieux dont sont faits les plafonds des demeures humaines la lance retombée le fer change de main et bouclier cloués à des biceps nouveaux selon cri délicieux […]

- Le texte complet: http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?article11237

Post has attachment
--- Semaine de la RAL,M --- -- Gilbert Bourson, poète, narrateur -- - J’attends le miracle

Je le chasse comme on pourrait dire je le traque afin de le chasser d’ici de l’expulser. Quand je le chasse il se chasse lui-même ou plutôt se déguise en gibier invisible. Et pourtant son odeur est comme un petit trou dans un ticket de train. Un ticket validé. Il joue à cache-cache à tampon mal encré. Se fait passer pour une porte ou sa serrure. Parfois c’est un chasseur en proie à quelque chose qui le fait droper comme on fuit sa vitesse ou sa condensation. Le ravin d’où il sourd est la fente et l’affût où je reste posté. Levant et baissant les coudes genoux repliés il rôde sur la table et fait le safari.

"J’aime chasser assis sur mon derrière. sans suer. Sans rien faire." - Ernest Hemingway


-- Tous les "Portraits et propos à vue de perdrix", là:
http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?rubrique1116

Post has attachment
--- Semaine du Chasseur abstrait --- -- "L'Automne voyageur" de Francis Zuccari --- roman


Rémy, retraité et divorcé, mène une vie paisible entre ses livres, sa bicyclette et ses copains. Chaque samedi, son fils unique, Victor, vient déjeuner chez lui, accompagné de son épouse et de leurs trois enfants. Puis, un jour, la vie réglée de Rémy bascule. Un samedi, tant attendu comme chaque fois, Victor ne vient pas… Il n’a pas prévenu Rémy. Il est injoignable. Que se passe-t-il ? Rémy part alors à la recherche de son fils pour tenter de trouver la réponse…
Avec « L’Automne voyageur », Francis Zuccari vous invite à suivre son héros dans son voyage à travers la mélancolie et la nostalgie, l’espoir et l’amour paternel.

http://lechasseurabstrait.com/chasseur/spip.php?page=semaines

Post has attachment
--- Semaine du Chasseur abstrait --- -- Vingt et un jours à Dakar de Mohamed Ibrahima Diop --- roman

Mody est sénégalais, de Dakar. Il a un travail, il vit avec sa famille, tout va bien pour lui. Mais Mody veut plus, il veut « réussir ». Il prend alors la décision de partir pour l’Europe. Son oncle l’accueille et l’aide à s’installer dans ce pays où il vit depuis longtemps. Tout se passe bien pour Mody, entre sa nouvelle vie et ses vacances au Sénégal. Mais, un jour, Mody est arrêté avec de faux papiers et est expulsé immédiatement.

« Vingt et un jours à Dakar » est le récit de ces vingt et un jours qui vont transformer Mody. « Vingt et un jours, car ceux qui ont un travail stable ne peuvent se permettre de rester plus longtemps », a-t-il dit. C’est le temps qu’il a pour trouver la solution qui lui permettra de retourner en Europe. Car il a dit à tous qu’il était en vacances…

Avec ce premier roman, Mohamed Ibrahima Diop plonge le lecteur au cœur de la vie sénégalaise, en montre les contradictions et dénonce la pression que la société exerce sur les individus.

Et Mody trouvera sa voie.

http://lechasseurabstrait.com/chasseur/spip.php?page=semaines

Post has attachment
--- Semaine de la RAL,M --- Rolando Revagliatti

- Entrevistas con Susana Romano Sued, Carlos Barbarito,  Graciela Maturo, Claudio Simiz, Alicia Grinbank, Gabriel Impaglione, Silvia Guiard,

- aquí : http://lechasseurabstrait.com/revue/spip.php?rubrique1337
Wait while more posts are being loaded