Profile cover photo
Profile photo
Jacques Escot
118 followers -
Fort d'une expérience de plus de 20 ans en entreprise, je suis actuellement consultant formateur auprès de PME de la région toulousaine. Mes missions consistent à recruter des commerciaux et des managers.
Fort d'une expérience de plus de 20 ans en entreprise, je suis actuellement consultant formateur auprès de PME de la région toulousaine. Mes missions consistent à recruter des commerciaux et des managers.

118 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment

Post has attachment
Sachant que les emails classiques ont de moins en moins de porté...

Prendre la parole en public 
Vous tremblez à l'idée de prendre la parole en public ? 
C'est bien connu, « On peut être très à l'aise en expression orale et se retrouver démuni devant un public », Cela s'apprend.
Préparer son discours ?
La règle d'or. Bien préparer son discours » Certains préconisent d'écrire leur intervention. C'est le cas d'Éric Mergy : « Je rédige une partie de ce que je vais dire. D'une part, cela me rassure et, d'autre part, les premières minutes de la prise de parole sont essentielles : si vous êtes mal à l'aise, vous êtes médiocre tout au long de la conférence. Alors qu'avec mon système, au bout de quelques minutes, vous lâchez votre texte et vous improvisez. »
L’autre solution consiste à élaborer un plan. On peut, par exemple, y faire figurer des titres, des idées, pour appuyer son discours, mais sans rien détailler à l'écrit : « Les grandes idées seront développées oralement, en improvisant. Trop écrire, pousse à lire son texte mot à mot. Or, l'expression écrite ne répond pas aux mêmes principes que l'oral : on ne parle pas comme on écrit. Et si tel est le cas, le discours n'est pas vivant. »

La respiration et les silences
Il faut apprendre à “poser sa voix” : parler un peu plus fort que d'habitude et, surtout, plus lentement. » Nous sommes pressés d'en finir, avec un débit élevé qui empêche les auditeurs de suivre notre raisonnement ! 
Le rythme doit être tonique et, pour cela, il faut créer des ruptures dans le discours et relancer l'attention. Penser à poser des questions afin de s'assurer que tout le monde comprend, et utiliser l'humour. Faire rire est le meilleur moyen de fixer l’attention. 
Pour finir jouer avec le silence. C'est le plus ardu, car nous avons par définition tendance à combler les blancs. Or, un silence de quelques secondes marque une rupture après une idée importante. Le silence est la ponctuation d'un discours.

Le regard 
Le regard est également important. Il est essentiel de regarder son public, à la fois pour souligner que l'on est dans une démarche d'échange, mais aussi pour mesurer ses réactions. Tout comme le silence, le regard est difficile à maîtriser, qui se réfugie souvent derrière ses notes. La prise de parole réussie réside dans le rapport visuel que l'on établit avec le public. 
Cinq règles d'or
1/ Préparer soigneusement son intervention. Jeter quelques grandes idées, à partir desquelles on improvise ensuite.
2/ Poser sa voix : parler plus lentement et plus fort que d'habitude pour retenir l'attention du public.
3/ Créer des poses dans le discours : le silence permet de marquer les idées importantes. 
4/ Regarder l'auditoire pour bien marquer sa présence 
« Mais rien ne remplace l’expérience »
Wait while more posts are being loaded