Surveillance électronique.

Certes la Suisse n'a, elle, probablement pas les moyens d'aller jusqu'au bout de l'exploitation des informations que ses services secrets sont en mesure de collecter! Mais il est intéressant de voir concrètement ce que les adversaires de la loi sur le renseignement - approuvée par près des deux tiers des votants - auraient pu empêcher sous prétexte de protection de leur petite vie privée (comme si l'on y était intéressé).

Hat tip: @Bernard_Rappaz
Shared publicly