Richard Ferrand a bon dos.

Le Monde et les belles âmes ont donc trouvé le moyen d'écarter le reproche de Macromania qui nuirait à leur marketing et à leur narcissisme. Ca peut marcher bien sûr, car il faut lire de manière critique pour ne pas se joindre à la meute et se rendre compte que les accusations portées à l'égard de Richard Ferrand ne sont guère convaincantes.

Pour l'article du Canard enchaîné de mercredi passé, il faut lire goo.gl/xY1Hk3. Le Monde, lui, s'horrifie que les successeurs de Ferrand aient passé deux commandes à la femme dont Ferrand était divorcé depuis plusieurs années... "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose."

Complément du 01.06.2017 à 17h30: Sur Authueil, lire l'analyse de Samuel goo.gl/UpVaRQ
Shared publiclyView activity