Profile cover photo
Profile photo
Slave Selection
189 followers
189 followers
About
Posts

Post has attachment
Rituel lors du retour de mon épouse !
Je vais vous raconter le retour à la maison de mon épouse, ma Reine dominatrice, pour mon anniversaire.
Nous avions confié les enfants, Madame était allée faire du shopping et moi, je rangeais, nettoyais la maison et préparais le repas pour ce soir.
Quand nous sommes seuls, j’aime préparer le retour de mon épouse, ma Reine dominatrice, comme il se doit.
Lorsque j’entends sa voiture, j’abandonne tout pour descendre l’attendre dans l’entrée, nu. Nous avons mis en place certains petits rituels. Lorsqu’elle entre, après que je lui ai ouvert la porte en entendant ses pas, je récupère, immédiatement, tout ce qui l’encombre. Ensuite, après avoir posé le tout, à genou, je la prends dans mes bras pour l’embrasser. J’aime l’embrasser dans cette position.
Elle s‘assoit et après lui avoir tendrement baisé les pieds, je la déchausse et lui mets ses tongs ou mules d’intérieur. Puis, après lui avoir servi un rafraichissement, et qu’elle soit bien installée, je commence par un massage de ses pieds et de ses jambes. Ce massage est complété par de nombreux baisers qu’elle aime me laisser lui faire. Une fois détendue, je range ses affaires et finis de préparer le repas pour la servir comme il se doit.
Voilà, un des petits rituels que nous avons.
Soirée spéciale pour mon anniversaire !
Pour mon anniversaire, ma femme m’a fait un magnifique cadeau. Elle sait combien j’aime....
Lire la suite sur dominamag.com
Add a comment...

Post has attachment
Maitresse Isabelle a décidé qu’aujourd’hui son petit étudiant soumis, Warrita se consacrerait au ménage. Comme tous les matins, Warrita habillée de sa petite nuisette rentre à 8h précise, sans faire de bruit, dans la chambre de sa Maitresse et se met à genoux au pied du lit.

Délicatement, elle défait les draps et commence à masser et sucer les pieds de sa divine Maitresse. Un doux ronronnement de plaisir lui fit comprendre que son action menée avec tact et dextérité réveille sa Maitresse en douceur.

Elle lèche encore avec plus d’application les pieds, n’hésitant pas à les enfourner complétement dans sa bouche pour mieux les aspirer et les malaxer.
Add a comment...

Post has attachment
Une jeune dominatrice d’élite !
Pendant qu’Ethan était parti chercher ce que je lui avais demandé, j’en ai profité pour taper sur ordinateur le contrat d’appartenance. Vu sa longueur, je pourrais le soumettre uniquement à ceux qui désirent le lire par un lien en commentaire. Une fois prêt et imprimé, je me suis changée pour ressembler à une vraie jeune dominatrice d’élite. Mes cheveux longs étaient détachés et mon visage légèrement maquillé pour donner un air mystérieux, cruel, et froid. Je portais un pantalon en cuir véritable moulant, des bottines en vinyle avec 15 centimètres de talon, des longues mitaines en résille, et un corset avec soutif en cuir. L’ensemble me plaisait bien, et je savais que j’allais lui faire de l’effet, c’était obligé. Pour jouer la surprise, j’ai mis ma robe de chambre afin qu’il ne sache pas ce que j’avais en dessous en rentrant. C’est un coup classique mais indémodable.

Avant le retour d’Ethan, je lui ai envoyé un sms avec les instructions à respecter à partir du moment où il franchit la porte.

« Quand tu franchis ce palier, tu deviens ma propriété. Vouvoiement obligatoire, et tu n’as pas le droit de m’appeler par mon prénom seul. Uniquement Kagura-Sama ».

En effet, dans mon pays natal, pour montrer son respect envers une personne, on ajoute « Sama ». C’est un signe de très haute supériorité.

L’objectif de cet après midi était de l’initier à devenir un « painslut », c’est à dire un esclave conçu et entraîné pour endurer les pires souffrances. Mon esprit cruel s’emballait rien que d’y penser. J’avais un grand nombre d’idées en tête. Je n’allais pas élaborer un scénario ou trouver une raison pour le faire souffrir. Cela allait juste être brut, pour mon plus grand plaisir sadique. Et après tout, il devait me prouver sa fidélité....

Lire la suite sur le magazine des Dominatrices :

http://dominamag.com/temoignage-dune-jeune-dominatrice-4-sadisme-pur-et-esprit-cruel/
Add a comment...

Post has attachment
Bonjour à vous tous, vous pouvez m’appeler Kagura. Je suis une Dominatrice depuis quatre ans avec pour unique esclave mon fiancé. J’aimerais, au travers de mes différents articles, vous faire partager MA vision de la domination et tout ce qui va autour. Ce sont MES conseils et MON avis. J’insiste bien sur le pronom personnel, car chacune des femmes dominas ont leurs pensées et leurs méthodes. Je ne me contente que de vous parler de ce que JE pense, donc évitez d’imaginer que je veux imposer mes idées. Vous pourrez également, grâce à mes récits basés sur mes actes réels, vous donner un avis sur mon style.

Quelles sont les bases ?
Après avoir découvert par vous même (ou pas) ce monde merveilleux du femdom, vous vous êtes sûrement déjà demandées, soit en lisant des articles ou en regardant peut être des vidéos, comment faire pour réussir à faire dériver votre homme dans le plaisir de la soumission.

En réalité, ce n’est pas forcément très évident de réussir à faire en sorte que votre époux adhère totalement à ce mode de vie. Il y a plusieurs types de domination à mes yeux : le fantasme provisoire de la femme puissante à qui on obéit, et une domination en temps réel, où le mari ne vit que pour sa dame (je détaillerai ces dires dans un prochain article).

Certains hommes peuvent fantasmer rapidement mais ne seront absolument pas prêts à être entièrement à votre service. Nous connaissons toutes des amies (ou vous-même) avec un compagnon râleur, qui regarde son match sur le canapé et demande qu’on lui apporte sa bière, et ne participant jamais aux tâches quotidiennes dans la maison. Dites vous déjà qu’un homme de ce genre a très peu de chances ne serait-ce que d’avoir des fantasmes de soumission. Si il lui arrive d’avoir une petite envie d’un soir, très souvent après la séance il va s’endormir après avoir joui. Vous pourrez donc profiter de temps en temps de ce petit plaisir, mais ça restera nettement moins fort et excitant qu’un véritable contrôle de son âme.

Car un soumis vit pour VOUS, son avis ne compte plus, ou du moins nettement moins. Pendant un simple acte fantasmatique, il sera excité par un contexte de domination, mais ne sera pas pour autant vraiment soumis à vous. Je peux vous garantir que le plaisir mental n’est pas le même, et c’est ça le coeur d’une vraie dominatrice : la satisfaction cérébrale, menant à une excitation sexuelle.

lire la suite sur dominamag.com :
http://dominamag.com/votre-cheri-est-til-fait-pour-etre-sous-votre-domination/#comment-25005
Add a comment...

Post has attachment
Ces premières heures de vacances sont très agréables. Je profite, comme prévu, du calme, de la piscine, de ma famille et de mes amis. S’ajoute, aussi, pour moi un petit coté voyeur et ma rencontre avec une femme domina et son soumis.
La résidence est relativement grande mais tout le monde passe au même endroit. Il y a cinq ascenseurs qui desservent ce grand bâtiment. On découvre vite les habitués et on repère, facilement, les personnes qui sont ensembles même si elles sont dans différents étages de la résidence.
Je dois avouer que la situation m’intrigue et m’excite. Pour la première foi de ma vie, je me retrouve dans la peau d’un voyeur. Ainsi, lors de la sieste de mes enfants, je me retrouve à mater l’appartement voisin. Je ressens un sentiment de honte mais c’est plus fort que moi. Rapidement, la GoPro me permet de voir sans me contorsionner et cela est plus discret. De nos jours, grâce aux nouvelles technologies, il est très facile d’observer les personnes.
Add a comment...

Post has attachment
Le jeune homme soumis et sa copine
Plusieurs jours après la soirée, je retrouvais ma copine chez moi pour une soirée en tête à tête. Etais-je encore rongé par la jalousie? Je ne sais pas. Il n’empêche que j’avais l’impression d’entendre encore et encore sortir de ses délicieuses lèvres le nom de Yann dans chacune de nos conversations. Un écart se fit à un moment donné pour évoquer Marie, « terriblement seule » depuis qu’elle avait quitté l’abominable (surtout minable) garçon qui lui tenait la jambe depuis des mois. Il s’avéra par ailleurs, d’après ma compagne, que son amie Marie lui avait récemment parlé de moi, et pas en bien.

– Tu vois, Valentin, Marie pense que je devrais faire comme elle et te larguer. Qu’en penses-tu ?

Je rougis soudainement, non pas de honte mais bien d’émotion.

– De… quoi ?

– Et bien de sa manière de penser, me répondit l’ingénue calmement.

– Je ne sais pas… Je ne veux pas te perdre.

Elle éclata alors de rire, levant la tête en arrière. Les soubresauts de gaieté continuèrent une bonne dizaine de secondes durant lesquelles je faisais pâle figure. Quand elle se fut calmée, elle me dit :

– Mais non, pas cela gros nigaud ! Je parle de son moral en ce moment. Marie m’inquiète un peu depuis qu’elle est seule. Elle a beau être débrouillarde, elle parle de choses bien sombres en ce moment.

Demande d’aide pour Marie
Je relâchai un long soupir de soulagement. Jamais, je n’avais eu aussi peur de ma vie en compagnie de cette fille que j’idolâtrais. Elle remarqua cependant ma gêne et s’en amusa :

– Pourquoi voudrais-je donc me séparer de toi ?

Tentant de reprendre mes armes, je répondis par une petite pique ironique :

– Je ne sais pas, pour Yann par exemple.

– Yann ? Mmh… il n’est pas très beau, mais il a beaucoup de charisme. Oui pourquoi pas après tout…

– Quoi ?

– Mais je plaisante, me sourit-elle avec un regard rassurant. Pour en revenir à Marie, je devais l’aider à emménager dans son nouvel appartement ce week-end, mais je dois absolument travailler à la bibliothèque, dossier universitaire oblige.

– La pauvre, répondis-je. Tu lui fais un sacré faux bond. Tu n’as aucun moyen de te libérer ?

– Hélas non, mais tu ne veux pas y aller à ma place ? Je me sentirais moins coupable et vous serez, toi et tes bras, sûrement plus utile que moi là-bas.

– Tu me laisserais seul avec une jeune femme célibataire toute une journée ? Ironisais-je à mon tour.

– Crois-moi, le seul contact féminin que tu risques d’avoir en sa présence en ce moment, c’est un coup de pied.

– Tu ne crois pas si bien dire…

– Elle n’est franchement pas d’humeur à courir les hommes en ce moment, encore moins celui de sa meilleure amie. Allez, rends-moi ce service s’il-te-plait.

– Très bien, j’irai l’aider.
http://dominamag.com/histoire-dun-homme-soumis-marie-a-prix-2/
Add a comment...

Post has attachment
Elle termina le laçage très serré de mon corset. J’avais du mal à respirer. Puis elle fixa des bas en nylon à mes jarretelles. Après, elle m’attacha rapidement les bras ensemble, derrière le dos. Elle me fixa des chaînes aux chevilles de manière à ce que je ne puisse presque pas bouger.
-Johana, ma chère, j’ai une grosse surprise pour toi et c’est pour cela que je t’ai immobilisée ainsi.
Elle se tourna vers sa valise et sortit quelque chose que je ne pus voir. Seulement, au dernier moment, elle se tourna et se mit à genoux devant moi. Je la sentis tirer sur mon sexe et sur mes testicules. Elle tira mon sexe au travers de quelque chose. Mes testicules étaient sévèrement confinées et j’entendis un inquiétant « clic. »
-Voilà ! : dit-elle. Maintenant tout est à l’abri en sécurité. En tant que fille, tu n’as plus besoin de tes coucougnettes. Valérie décidera si tu pourras t’en servir à nouveau, et en plus ça a l’avantage de te forcer à t’assoir quand tu fais pipi. Bienvenue au Club Johana. Je t’ai mise une CB3000 et j’adore ça !

http://dominamag.com/belle-mere-dominatrice-helena/
Add a comment...

Post has attachment
Plusieurs mois pour ne pas dire plus, que je suis inscrit sur slave-selection et fervent lecteur de Dominamag… je couche sur le papier électronique parfois un fantasme ou une aventure qui je l’espère animent de temps à autre votre esprit.
Aujourd’hui, à l’aube d’un changement, je voulais oser vous dévoiler ce fantasme que nous avons certainement un peu tous en entrant nos identifiants lorsque l’on vient sur ce site…. cette Madame Caroline, certainement Maîtresse de slave Henry, heureux veinard et serviteur de cette belle dame.
Vous regardez cette page d’accueil, doux mélange entre photo et image d’une bouche parfaite vous enjoignant d’un simple doigt au silence… silence non pas pour vous taire, mais tout simplement pour la confidence qui va vous être faite sur votre intimité, si vous pénétrez sur ce site… le fantasme commence déjà là !
Au delà, des profils qui s’annoncent de ces dominas, parfois pollués par les détracteurs du site qui aimeraient bien lui faire ombrage sans y parvenir, c’est l’image sur le côté qui fait vibrer votre esprit… une femme, plutôt jeune, au milieu de 4 mâles à quatre pattes, à ses pieds. J’imagine fort bien Madame Caroline disposant d’un homme attitré, ce slave Henry, garant de la gestion de ce site, toujours à l’écoute de nos questions et formulant les réponses pour nous aider à évoluer ici. Elle aurait pour piquer un peu la jalousie de ce veinard, quelques soumis qui pourraient passer la servir ou éventuellement lui donner quelques plaisirs tout en en étant privé de leur côté....

http://dominamag.com/fantasme-madame-maitresse-caroline/
Add a comment...

Post has attachment
Add a comment...

Post has attachment
Lope soumise à disposition
Cela fait maintenant une semaine que j’ai élu domicile dans le petit appartement mansardé que ma Maîtresse m’a aménagé au dernier étage de son immeuble bourgeois. La journée, je pars pour mon travail où je fais illusion. En effet, je passe mes journées à penser à mon retour dans cette nouvelle bâtisse où j’ai abdiqué toute volonté d’être un mâle. J’ai accepté de me soumettre à ma Maîtresse mais aussi aux habitants de cet immeuble. Ainsi, ils savent tous que je suis une lope soumise à leur disposition, dans ma petite chambre sous les toits.
Ma Maîtresse n’est pas toujours là et je dois suivre une routine maintenant bien établie, qu’elle vienne me voir ou non. Le soir, lorsque je rentre, si jamais je croise dans l’escalier un autre résident, je dois baisser les yeux et ne rien dire. Si ce dernier ne souhaite pas me parler ou me voir, je suis un fantôme. Mais bien souvent j’ai droit à un petit commentaire ou une petite claque sur les fesses. Enfin, c’est quand même assez rare et le plus souvent, je ne croise personne.
Une fois arrivé sur le palier de mon appartement, je dois me dévêtir devant la porte. C’est entièrement nu que je suis ensuite autorisé à pousser la porte de « chez moi » dont je n’ai pas les clés et qui est, de toute manière, toujours ouvert. En effet, je suis la petite pute de l’immeuble et les autres résidents ont tout loisir de pénétrer chez moi à leur guise.

http://dominamag.com/limmeuble-vie-quotidienne-de-lope-soumise/
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded