Profile cover photo
Profile photo
Diététicien Nutritionniste Santé
102 followers -
La diététique est un atout majeur pour sa santé. En tant qu'expert en alimentation et en nutrition, je suis là pour vous faire découvrir l'équilibre alimentaire en fonction de votre âge (nourrissons, enfants, adultes, personnes âgées), de votre sexe, de votre état (femmes enceintes, allaitement, sportifs, ménopause,...) mais aussi de vos activitées et ainsi permettre un bon fonctionnement de l'organisme.
La diététique est un atout majeur pour sa santé. En tant qu'expert en alimentation et en nutrition, je suis là pour vous faire découvrir l'équilibre alimentaire en fonction de votre âge (nourrissons, enfants, adultes, personnes âgées), de votre sexe, de votre état (femmes enceintes, allaitement, sportifs, ménopause,...) mais aussi de vos activitées et ainsi permettre un bon fonctionnement de l'organisme.

102 followers
About
Communities and Collections
View all
Posts

Post has attachment
Régime alimentaire et hyperuricémie

Cet article a exploré les liens entre l’alimentation et l’hyperuricémie au travers de deux larges études transversales menées en Norvège et en Australie.

Les investigateurs avaient pour objectif d’étudier l’association entre apports alimentaires (micronutriments, macronutriments) et uricémie au travers de deux études transversales menées sur des populations issues de pays aux traditions culinaires différentes : l’Australie et la Norvège. La première étude était l’AusDab (Australian Diabetes, Obesity and Lifestyle Study 1999/00, n=9734, avec un âge compris entre 25 et 91 ans) et la seconde était la Tromsø Study 4 1994/95 (n = 3031, âge compris entre 25 et 69 ans).

Les apports nutritionnels étaient estimés à l’aide d’auto-questionnaires. Certaines analyses ont intégré le niveau d’obésité abdominale et le genre, en partant de l’hypothèse que l’obésité et le sexe masculin pouvaient être plus souvent associés à une hyperuricémie.

Dans les deux cohortes, des niveaux plus faibles d’uricémie ont été retrouvés chez les participants qui consommaient le plus de glucides, de calcium et de vitamine B2.

Dans les deux pays étudiés, les quartiles où la consommation de glucides était la plus élevée étaient associés à une réduction de l’uricémie qui pouvait atteindre 35 μmol/l en comparaison des quartiles où la consommation de glucides était la moins élevée. Pour le calcium, la dose minimale où apparaissaient une réduction significative de l’uricémie était de 1 000 mg de calcium par jour pour les hommes et de 650 mg pour les femmes. Pour la vitamine B2, la réduction moyenne de l’uricémie était significative lorsque les apports étaient supérieurs à 2 mg par jour. A l’inverse, les apports lipidiques les plus élevés étaient associés à des uricémies élevées. Ces analyses ont été faites après ajustement (âge, IMC, taux estimé de filtration glomérulaire, niveau d’activité physique, apport énergétique total, utilisation de diurétiques, HTA, diabète, goutte).

Au niveau des aliments consommés, les produits laitiers, le pain complet, les céréales et les fruits étaient, en général, associés à une uricémie faible. Les investigateurs ont trouvé une relation forte entre la consommation d’aliments riches en fibres et l’uricémie (réduction de 15 à 27 μmol/l dans le quartile des plus grands consommateurs de fibres versus le quartile des plus faibles consommateurs). La consommation de viande, d’œufs, de bière et de spiritueux (en dehors du vin) était au contraire associée à une hyperuricémie.

En Norvège comme en Australie, l’impact de l’alimentation sur l’uricémie dans cette étude ne semble pas être modifiée par le sexe ou la présence d’une obésité.

Ce qu’il faut retenir :

Pour prévenir l’hyperuricémie, cet article suggère d’adopter une alimentation riche en glucides, fibres, produits laitiers, micronutriments (calcium, vitamine B2) et pauvre en lipides, bière et spiritueux.

Zykova SN et al. Cross-sectional analysis of nutrition and serum uric acid in two Caucasian cohorts: the AusDiab Study and the Tromsø study. Nutr J. 2015 ; 14 : 49.

#régime #diet #hyperuricémie #hyperuriciemia #gout #purine
Photo

Post has shared content

Post has shared content
Plus d’activité physique et moins de sédentarité pour une meilleure santé

L’ANSES a travaillé à l’élaboration de repères nutritionnels du Programme national nutrition santé (PNNS), qui permettent aux décideurs de formuler des recommandations nutritionnelles et de soutenir et d’évaluer des stratégies de promotion de l’activité physique et de réduction des comportements sédentaires.

#nutrition #sommeil #activitéphysique

https://www.anses.fr/fr/content/plus-d%E2%80%99activit%C3%A9-physique-et-moins-de-s%C3%A9dentarit%C3%A9-pour-une-meilleure-sant%C3%A9-0
Photo

Post has shared content
Bio : une nouvelle réglementation européenne d’ici 2021

Trois ans après le lancement des consultations, les pays membres de l’Union européenne sont enfin parvenus à un accord sur le cahier des charges du bio applicable à l’ensemble des États membres, mais aussi à tout pays qui souhaite importer du bio sur le marché européen.

Le document fixe avant tout le principe d’un cahier des charges du bio commun à l’ensemble de l’Union européenne, contrairement au principe actuellement en vigueur, selon lequel chaque pays membre établit son propre cahier des charges.
Pour une agriculture bio plus « bio » et plus accessible

Les nouvelles règles stipulent que l’alimentation des plants doit se faire via le sol et que l’usage de serres est par conséquent proscrit. Les pays où l’usage des serres a déjà été autorisé, pourront continuer à les utiliser pendant un maximum de dix ans.

Afin d’éviter la contamination des terrains réservés à l’agriculture bio par des pesticides, des mesures de précaution doivent désormais être prises si ces terrains se situent à proximité immédiate de champs où l’agriculture conventionnelle est pratiquée. Les modalités exactes de protection sont cependant laissées à l’appréciation de chaque pays membre.

Les petits producteurs pourront désormais recourir à une certification de groupe, une mesure censée réduire les coûts de la démarche de certification et ainsi rendre la pratique de l’agriculture bio plus accessible.

Le nouveau règlement abolit les accords d’équivalence avec des pays tiers. Pour rappel, bon nombre de pays situés à l’extérieur de l’Union européenne possèdent actuellement des accords en vertu desquels leurs certifications bio nationales sont considérées équivalentes à celles en vigueur dans l’Union européenne. Cette situation crée actuellement des inégalités majeures entre producteurs, les cahiers des charges applicables dans des pays tiers étant rarement aussi exigeants que ceux en vigueur dans l’Union européenne. Certains pesticides peuvent par exemple être utilisés en Tunisie sur des oranges bio, ces oranges arrivant ensuite sur le territoire européen et portant toujours un label bio.

Dans un communiqué, la Commission européenne explique que le marché du bio, un secteur de niche il y a encore 20 ans, a depuis gagné des parts de marché considérables, au point de devenir l’une des filières les plus dynamiques de l’agriculture européenne. Or, les règles qui régissent la filière ont été édictés il y a deux décennies et ne correspondent plus aux réalités d’aujourd’hui. Le nouveau règlement bio constitue donc une réponse législative aux évolutions qui se sont opérées depuis.

#alimentation #agriculture #bio
Photo

Post has shared content
Maintenir notre santé neuronale à l'aide de l'activité physique

L’exercice physique en aérobie peut aussi améliorer la fonction de la mémoire et maintenir la santé du cerveau à mesure que nous vieillissons C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée le 4 novembre 2017 dans la revue scientifique Neurolmage.

http://sports-dietetique.com/dossiers-actus/sports-nutrition.php?id=14-exercice-physique-cerveau-hippocampe

#activitéphysique, #santé #mémoire #cerveau

Post has attachment
Alimentation plus saine et durable sans trop dépenser

Pour le même prix, manger mieux tout en réduisant notre impact sur la planète, c'est possible ! Sans dépenser plus pour nos courses, il est possible de manger des produits plus sains et de meilleure qualité, issus notamment de l’agriculture biologique, tout en limitant notre impact sur la planète. Voici ce que révèle une étude co-réalisée par le WWF France et ECO2 Initiative dans le cadre des Etats Généraux de l’alimentation (EGA) qui se tiennent à Paris durant tout l’automne 2017.

2 brochures intéressantes pour mettre en pratique ces actions :

http://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/BRO_Grignoter_fr

https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2017-11/171110_Rapport_Assiette_%20Vers_une_alimentation_bas_carbone_saine_et_abordable.pdf
Photo

Post has attachment

Le microbiote intestinal peut affecter l’efficacité de l’immunothérapie contre le cancer

Le microbiote intestinal influence fortement la réponse des cancers à l’immunothérapie par anti-PD1, selon deux études parues dans « Science ». L’équipe du Pr Laurence Zitvogel, de Institut Gustave Roussy (IGR) à Villejuif, dévoile notamment l’effet négatif des antibiotiques, deux mois avant et jusqu’à un mois après le début du traitement, sur la survie sans progression et la survie globale des patients dans les trois types de cancer : poumon, rein ou mélanome.

#cancer, #alimentation, #microbioteintestinal, #immunothérapie

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/11/03/le-microbiote-intestinal-peut-affecter-lefficacite-de-limmunotherapie-contre-le-cancer_851985?utm_source=facebook_qdm&utm_medium=social&utm_campaign=fb_qdm_20171105_2

Post has attachment

Post has attachment

Post has shared content
Wait while more posts are being loaded