Profile cover photo
Profile photo
DEVIS RAPIDE FRANCE
22 followers -
Devis rapide et gratuit : devis travaux maison, renovation, construction, credit, assurances, services. Nous vous mettons en relation directe avec notre réseau d'artisans et professionnels selectionnés pour leur sérieux et leurs tarifs.
Devis rapide et gratuit : devis travaux maison, renovation, construction, credit, assurances, services. Nous vous mettons en relation directe avec notre réseau d'artisans et professionnels selectionnés pour leur sérieux et leurs tarifs.

22 followers
About
DEVIS RAPIDE FRANCE's posts

Post has attachment
VIVEZ DANS UNE MAISON SAINE !
Que ce soit en appartement ou dans une maison, rénover ou construire demande de respecter des normes de plus en plus strictes. Leur but : assurer un intérieur sain et protéger l’environnement, en abaissant au passage la facture énergétique.
Le confort dans la confiance.
Les réglementations thermiques successives ont fortement contribué à améliorer les procédés d’isolation et de chauffage. Tant sur le plan des performances que sanitaire.
L’isolation
Aujourd’hui, les matériaux d’isolation minéraux affichent de meilleures performances sanitaires que par le passé. Les isolants d’origine végétale cumulent performances énergétiques et respect de l’environnement. Quant aux isolants synthétiques, certes moins écologiques, ils n’émettent quasiment aucune particule dans l’air. Revue de détails et explications.
Les isolants minéraux sont principalement la laine de verre et la laine de roche, ainsi que la vermiculite (plutôt réservée aux planchers et aux chapes).
Les isolants végétaux rencontrent un succès toujours grandissant, car réunissant tous les avantages. Qu’ils soient en laine de chanvre ou de lin, en fibre de bois, en ouate de cellulose…ils sont tous issus de ressources naturelles renouvelables ou du recyclage. Un bon point, encore renforcé par le fait que de plus en plus sont aussi fabriqués dans le souci de limiter  le bilan carbone : de leur élaboration à leur transport, en les produisant à coté des lieux de récolte ou d’abattage, notamment.
Certains de ces isolants minéraux et végétaux bénéficient de traitements qui les rendent moins irritants et poussiéreux, ou encore sont débarrassés de substances nocives, comme le formaldéhyde et divers COV. Des produits bien plus sains au moment de la pose, mais aussi à l’usage, au fil des années.
Les isolants synthétiques, dérivés du pétrole, tels que le polystyrène, présentent un impact environnemental plus marqué (notamment en raison de leurs procédés de fabrication et de leur biodégradabilité lente). Les produits de dernière génération n’en demeure par moins parfaits dans la maison, puisque n’émettant quasiment pas de particules. Vous pouvez dormir tranquille !
Tous ces isolants répondent aux mêmes nécessités de pose. Ainsi, quelle que soit la nature de celui que vous avez choisi, commencez par la toiture. Elle est en effet généralement responsable des plus grosses pertes de chaleur (de 25 à 30 %). Dans les combles perdus, c’est le plancher que vous devez isoler. Il faut, par exemple, un isolant de 18 à 20 cm d’épaisseur pour répondre aux exigences de la RT par élément actuellement en vigueur en rénovation ; et d’une épaisseur de 6 à 10 cm de plus pour prétendre au crédit d’impôt. Dans les combles aménageables, la solution la plus courante consiste à isoler les rampants de l’intérieur : épaisseurs requises, de 16 à 30 cm. Les murs, quand à eux, laissent fuir de 20 à 25% des calories.
Vous pouvez choisir de recourir à l’isolation thermique par l’intérieur  ( ITI), qui peut s’effectuer pièce par pièce. L’isolation par l’extérieur offre l’avantage de supprimer les ponts thermiques  par où s’échappent  de 5 à 10% de la chaleur du logement. C’est presque autant que les planchers ( de 7 à 10 %), mais moins que les surfaces vitrées ( de 10 à 15 %)
Le chauffage
Les procédés actuels ne présentent aucun problème pour l’air de la maison, tant sur le plan de leur conception  que sur celui de leur installation. En revanche, leur impact sur l’environnement diffère.
Le chauffage central  assuré par les systèmes les plus récents apporte une chaleur douce partout dans la maison. Bien régulé, il assure le confort dans un air sain et non desséché.
Remplacer votre vieille chaudière à gaz ou au fioul par un modèle à haut rendement vous assure une substantielle  baisse de la consommation de matière combustible : jusqu’à 35 % si le nouvel appareil fonctionne à basse température ; 40% s’il est à condensation. Et qui dit moins de combustible dit aussi moins de rejet…
Avec une chaudière à bois automatique, à pellets (granulés) ou plaquettes forestières (bois déchiqueté), vous utilisez le plus souvent du bois géré écologiquement. Et si le producteur est proche de chez vous, c’est moins de transport, donc encore ça de gagné  en matière de bilan carbone. Les modèles à pellets disposent même d’un système consumant l’essentiel des gaz imbrulés, limitant  au minimum les rejets dans l’atmosphère.
Le chauffage au bois individuel répond au même souci de gestion saine d’un matériau naturel renouvelable.
Le chauffage électrique, rentable si votre maison est très bien isolée, ne rejette rien. Ni chez vous, ni au dehors. Il reste que, en France, il fonctionne essentiellement grâce au nucléaire. Systèmes à privilégier : le plancher rayonnant électrique et les radiateurs nouvelle génération à inertie ou à chaleur douce intégrale qui, comme le chauffage central, ne dessèchent pas l’air intérieur.
Les énergies renouvelables, outre le bois convenablement géré, présentent l’avantage d’être des sources inépuisables et très peu polluantes à l’usage. Comme le soleil, aujourd’hui facile à exploiter en maison individuelle, ou la récupération des calories présentes à l’état naturel dans l’air ou le sol. Toutes peuvent d’ailleurs se combiner, entre elles ou avec un procédé classique.
La qualité de l’air
Attention au confinement dans une maison très bien isolée ! Il est nécessaire d’assurer une ventilation suffisante pour garantir la bonne qualité de l’air intérieur, en évacuant les polluants et l’humidité
La ventilation, une priorité
Une bonne isolation s’accompagne d’une ventilation efficace. La ventilation mécanique contrôlée ( VMC) est préconisée pour une maison très bien isolée.
La VMC double flux extrait l’air vicié des pièces humides et insuffle de l’air neuf, réchauffé en hiver, dans les pièces de vie. Ce qui réduit les besoins de chauffage. L’installation est complexe et plutôt onéreuse. Pour être rentable, elle nécessite une parfaite étanchéité à l’air du logement. Pour repère : le niveau d’isolation de la maison passive se traduit par des pertes de chaleur négligeables  de 3 à 4%. Dans une maison BBC-rénovation, les fuites peuvent atteindre 15%, soit la moyenne des économies réalisées sur le chauffage.
La VMC simple flux, moins chère à installer et à l’usage, convient aux constructions HPE ou BBC ; Préférez une version hygroréglable, qui régule le débit d’air en fonction de l’occupation du logis et de l’humidité ambiante. Jusqu’à 12% d’économies sur le chauffage, tout en continuant à ouvrir les fenêtres.
La ventilation mécanique répartie (VMR)  est une alternative à la VMC, lorsque celle-ci s’avère trop complexe à mettre en œuvre en rénovation. Ni gaines, ni groupe de ventilation à installer. L’air neuf entre par des bouches posées en façade des pièces de vie et l’air vicié est évacué par des extracteurs électriques individuels posés dans les pièces humides. Le bénéfice est double : un renouvellement régulier et l’absence de problèmes dus à l’humidité.
La ventilation naturelle suffit dans une maison ancienne : on isole simplement les combles et on remplace les fenêtres. Pour éviter les pertes de chaleur en hiver, créez dans les pièces de vie des entrées d’air autorégulées, qui fonctionnent indépendamment de la pression du vent. Dans les pièces humides, prévoyez des bouches d’extraction hygroréglables, qui gèrent le débit en fonction de l’humidité ambiante.
Les produits « propres »
Les composés organiques volatils (COV) ont un impact sur la santé et l’environnement. Parmi les centaines de polluants chimiques recensés dans les maisons, ce sont les plus présents. On les trouve dans de nombreux produits et matériaux courants : colles, détergents, panneaux  dérivés du bois, insecticides ménagers, isolants, peinture et vernis, revêtement de mur et de sol, tissus d’ameublement, etc.
Au moment d’acheter, lisez attentivement les étiquettes et les modes d’emploi. Les produits  « propres » sont identifiés par différents labels officiels NF environnement, Ecolabel européen, CTBP+ ( pour les traitements du bois ).etc. Par ailleurs, depuis janvier 2012, les produits de construction et de décoration sont tenus de comporter une étiquette indiquant  les émissions de COV dans l’air intérieur. Le principe est le même que pour l’électroménager ou les véhicules. Les fiches de déclaration environnementales et sanitaires  (FDES) constituent également de bons indicateurs.
LES FINANCEMENTS
Une maison plus aine et moins énergivore, ça a un coût.
C’est pourquoi il existe une palette de dispositions fiscales, de prêts préférentiels et de subventions pour vous aider à financer vos travaux.
Les aides institutionnelles
Le crédit d’impôt développement durable est octroyé sur dossier, factures de pros à l’appui. Valide jusqu’à la fin de 2015, ses modalités n’ont cessé de se complexifier. Leurs détails sont consultables sur Ademe ;fr, espace « Eco-citoyens ».
Une aide spécifique destinée aux ménages vient d’être créée pour le financement de travaux  de rénovation énergétique. Elle se compose d’une subvention de 1350 € par opération, attribuée sous condition de ressources, mais avec un plafond relativement élevé : par exemple, 35000 € de revenu annuel pour un couple sans enfant. Cette aide peut compléter l’éco-prêt à taux zéro ( PTZ) qui, lui, est accordé sans plafonnement de ressources. Elle s’inscrit dans un nouveau plan d’efficacité énergétique, qui présente l’intérêt de désigner l’Ademe  comme guichet unique dans toutes vos démarches.
Les collectivités territoriales
(Municipalités, conseils départementaux ou régionaux) proposent différentes aides liées au lieu de résidence, tels des prêts bonifiés ou l’exonération temporaire de la taxe foncière. Pour en connaître la liste et les conditions d’attribution, contactez les agences départementales d’information sur le logement ( Adil)ou le centre Info Energie le plus proche de chez vous .Retraité ? Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite. Vous pouvez avoir droit à des aides pour travaux, que vous soyez locataire ou propriétaire.
Propriétaire occupant et désireux de réaliser vous-même vos travaux, l’Agence nationale de l’habitat ( Anah) peut vous aider. Conditions incontournables vous faire assister par des personnes en voie de réinsertion sociale, posséder les compétences techniques et l’aptitude à encadrer des non- professionnels.
Des financements conventionnels, pour des travaux réalisés par des pros, sont alloués par l’Anah au titre de l’amélioration de l’habitat ancien. Ils sont cumulables avec le crédit d’impôt développement durable  et l’éco-PTZ. Renseignements détaillés sur Anah.fr.

 

Post has attachment
Pour vos projets de construction, renovation, extension maison ossature bois, maison basse energie, economie d' energies ou toute demande relative à la maison en bois, maison eco ou maison basse energie HQE  contactez notre partenaire : http://www.devis-construction-maisonbois.com/ 
Wait while more posts are being loaded