Facebook, Twitter et Instagram ont permis à la police américaine d'espionner des activistes
Shared publiclyView activity