Si je vous dis «  Cissy Strut », peut-être que ce titre vous évoquera le milieu des années 1960, interprété par le célèbre groupe de funk américain The Meters, originaire de La Nouvelle-Orléans.Mais alors, à quelques voyelles près, qu'entendez-vous par « Cissy Street » ?

Eh bien, quittons la Louisiane afin de rejoindre notre hexagone, plus précisément le quintet lyonnais qui a confectionné Cissy Street, album sorti en juin 2017.
C'est par un récent week-end pluvieux, au volant de ma voiture sur l'autoroute A6, que j'ai eu l'heur de découvrir leur CD. Or (était-ce le hasard ?), la première plage s'intitule A3!Ecoutez-la donc, effet roboratif assuré dès les premières notes électriques du leader guitariste et compositeur Francis Larue, sitôt rejoint par les cuivres percutants, groovement en place (Vincent Périer au saxophone ; Yacha Berda à la trompette). Attention toutefois, aux excès de vitesse ! Fort heureusement, le châssis est solide, citons Etienne Kermarc à la basse, ainsi que Hubert Crost aux baguettes bien réglées au compteur.
Ainsi, drivé par le leader globe-trotter (qui a entre autres arpenté la Chine et le Mali), le quintet nous conduit à travers diverses tonalités musicales.En effet, les couleurs et influences sont multiples . Une chaleur café-caraibéenne, dans un dédale de modernisme urbain funk, tendance curaçao (« Blind Blue »).Ajoutons une touche de rouge vif (« Sang Neuf »), servie on the rock, tant qu'à faire !
D'ailleurs, il suffit de contempler la pochette du disque qui nous offre une chaleureuse perspective à la fois renversante et bigarrée, pour avoir envie  d'écouter ce premier album . En bref,Cissy Street apporte une bonne dose vitaminée non négligeable en ces temps hivernaux!


Véronique Pinon


Line-up : Francis Larue : guitares, compositions, arrangements.
Vincent Périer : saxophones
Yacha Berdah : trompette
Etienne Kermarc : basse
Hugo Crost : batterie

Photo
Shared publiclyView activity