Profile cover photo
Profile photo
ONG CIVILISATION 2.0
465 followers -
Civilisation 2.0 : Une approche positive de l'actualité scientifique
Civilisation 2.0 : Une approche positive de l'actualité scientifique

465 followers
About
Posts

Post has attachment
« Cet ouvrage regorge donc d’informations pertinentes et constructives concernant l’analyse que l’on peut faire, en l’état, de nos sociétés. Richard G. Wilkinson et Kate Pickett nous mettent ainsi face à un constat criant, tout en nous donnant des outils afin d’y répondre. Car critiquer un état de fait est une chose, être en mesure de proposer une ou des alternatives en est une autre. Forger une force de proposition cohérente, pertinente et réaliste, ne se fait pas en un jour. C’est là une observation qui nous permet d’éviter les simplifications abusives et les solutions simplistes impliquant peu d’investissement de la part de ceux qui en prennent connaissance. Tout projet de grande ampleur implique un investissement de même nature. C’est là le défi que les auteurs nous invitent à relever, d’une manière ou d’une autre. » - extrait de l'article de l'ONG Civilisation 2.0 - - https://booksc20.wordpress.com/2016/03/08/pourquoi-legalite-est-meilleure-pour-tous-de-richard-wilkinson-et-kate-pickett/

Qu'en est-il aujourd'hui de nos systèmes de redistribution des richesses, sont-ils réellement pertinent au regard de nos capacités de production actuelles ? Les auteurs apportent ici un regard critique sur le modèle de compétitivité généralement encensé par bon nombre de nos experts contemporains. Ils recensent ainsi bon nombre d'externalités négatives résultant de ce type de fonctionnement, des externalités pesant sur bon nombre de maux socioéconomiques qui jalonnent l'actualité et le quotidien des différents pays analysés. L'ouvrage « Pourquoi l'égalité est meilleure pour tous ? », de Richard Wilkinson et Kate Pickett, démontre l'inanité de toutes formes de systèmes inégalitaires, comparé aux bienfaits d'une meilleure répartition des richesses au sein des populations. Un ouvrage que nous recommandons fortement à tout un chacun !
Add a comment...

Post has attachment
« Les analyses de Bain montrent que l’automatisation pourrait pousser le potentiel de production bien au-delà du potentiel de demande. Dans le scénario de base, une propagation rapide de l’automatisation pourrait éliminer 20 à 25 pourcent des emplois actuels –ce qui représente 40 millions de travailleurs à recaser– et réduire l’augmentation des salaires pour beaucoup d’autres.
Les bénéfices de l’automatisation n’atteindraient que 20 pourcent des travailleurs –surtout ceux aux salaires et compétences les plus élevées– ainsi que les détenteurs de capital. La rareté de travailleurs hautement qualifiés pourrait pousser leurs revenus encore plus haut relativement à ceux des travailleurs moins qualifiés. L’automatisation a donc le potentiel d’accroître significativement l’écart de revenus et par ricochet, l’écart de richesse. » - extrait de l'article de Bain & Company -
https://www.bain.com/fr/a-propos-de-bain/media-center/communiques-de-presse/france/2018/le-rapport-sur-les-perspectives-economiques-du-marche-du-travail-en-2030/

Plutôt que d'envisager, comme le fait l'article, une énième remise de ce déséquilibre dit « temporaire » de l'économie mondiale, ne pourrions nous pas enclencher une réflexion de fond sur les rouages de nos modèles socioéconomiques existants ? N'est-il pas temps d'envisager une mutation profonde et globale de notre façon de vivre en société, afin que tous ensemble nous puissions profiter des bienfaits de cette hausse de notre potentiel de production du fait de l'automatisation ? Au fond, n'avons-nous pas là tous les éléments pour réfléchir ensemble à une société mondiale fondée sur la soutenabilité et l'accès universel ?

Plus d'informations sur :
- www.thevenusproject.com
- www.civilisation2.com
- www.resourcebasedeconomy.org
Add a comment...

Post has attachment
Une interview de 1959, du mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique, Bertrand Russell. Un témoignage des plus inspirant et dont le propos porte d'autant plus aujourd'hui qu'hier...

Via Hygiène Mentale
Add a comment...

Post has attachment
« Mais en France, on a plus que chez les Anglo-Saxons un penchant pour les idées abstraites. C'est peut-être lié à notre tradition philosophique, et à nos intellectuels qui sont essentiellement de formation littéraire et s'intéressent peu aux données factuelles, ce qui ne les empêche pas de donner leur avis sur tous les sujets. Or, la plupart des grandes questions ont une composante scientifique. Soit nous possédons déjà des données qui permettent d'y répondre, soit nous pouvons suivre la démarche scientifique pour obtenir de telles données. Ce réflexe est très peu présent en France, dans les milieux intellectuels comme dans les médias. Voyez avec la pratique du fact-checking que vous n'avez importée que récemment des pays anglo-saxons. Je défends une approche des problèmes du monde fondée sur des données factuelles. Et Pinker est en cela notre meilleur messager. C'est un scientifique très important dans son domaine – les sciences cognitives –, mais qui ne fait pas que de la recherche dans son laboratoire. Il fait un effort de synthèse extraordinaire de différents champs de recherches comme l'histoire ou l'économie, et arrive à communiquer dans un langage accessible l'idée que la condition humaine a progressé dans son ensemble par rapport aux époques passées, et que nos meilleurs outils pour la faire progresser encore sont la raison, la science et l'humanisme. » - extrait de l'article du magazine Le Point -

Une interview du psycholinguiste français Franck Ramus, qui met en lumière le décalage qui existe entre la vision militante et scientifique des faits. Un décalage qui démontre à quel point toute forme d'idéologie est nuisible à une bonne lecture du réel. Bien que chacun puisse défendre un projet de société qui lui est propre, les moyens pour y parvenir ne doivent pour autant pas se faire au détriment de la raison. En ce sens, une approche basée sur les preuves est bien plus efficace qu'une vision militante.
Add a comment...

Post has attachment
Le célèbre youtubeur Anthony Magnabosco prête ici sa voix pour narrer une vidéo de l'auteure à succès Rebecca Fox, qui est connue pour ses comics sur la philosophie et le scepticisme.

Une vision imagée de notre rapport à la connaissance et à la croyance, que ce soit vis à vis de celles que nous avons adopté, constituant ainsi un bagage cognitif qui nous est propre, ou vis à vis de celles d'autrui, qui des fois mettent à mal nos convictions et valeurs. Au fond, sommes nous conscients des tours qui trônent en nous ? Si oui, quels sont nos rapports vis à vis de ces derniers ? Ce travail permet de nous fournir quelques pistes de réflexion non négligeables sur le sujet, un travail salvateur pour toute personne désireuse de comprendre plus en avant ce thème si vaste qu'est la « communication ».
Add a comment...

Post has attachment
Voici la version française de « How to change minds », narrée par Samuel Buisseret. Une bande dessinée de 10 pages réalisée par Rebecca Fox et animée par Anthony Magnabosco, qui explique comment nous essayons et échouons à changer les croyances des gens, et qui suggère une approche centrée sur le pourquoi et le comment les gens croient plutôt que ce en quoi ils croient.

Ce travail est une magnifique contribution à la popularisation de l’épistémologie de rue, un mouvement et une approche au potentiel énorme pour changer les vies individuelles et la société dans son ensemble.

Comme le dit Rebecca Fox, les mouvements ont besoin de métaphores, les mouvement ont besoin d’art. D’autant plus pour les mouvements se fondant sur des concepts abstraits qui exigent de faire de la métacognition (avoir une activité mentale sur ses propres processus mentaux, c'est-à-dire « penser sur ses propres pensées ») et qui dépendent d’une terminologie philosophique complexe. L’art rend des idées complexes mieux compréhensibles…

#HowToChangeMinds #StreetEpistemology #Skepticism #CriticalThinking #RebeccaOnPaper #AnthonyMagnabosco #RebeccaFox #SaintPistemologyPrésentation #Skeptic #Skepticism #SkepticComic #Magnabosco
#commentFaireEvoluerLesEsprits #espritCritique #scepticisme #penséeCritique #sceptique

https://youtu.be/7jh3KI5JrVA
Add a comment...

Post has attachment
« Nous faisons face, après avoir pris connaissance des travaux de l’auteur et de ses sources, à une remise en question profonde de notre manière d’appréhender notre vision des faits. Cette réflexion a été faites en 1921, et bien qu’elle ait été appliquée (et enrichie) dans bon nombre de domaines, elle reste méconnue sur le plan général et sur la portée de son application. Cet ouvrage pourrait donc intéresser quiconque désire se pencher sur la communication et la démarche scientifique en général. » - extrait de l'article de l'ONG Civilisation 2.0 - - https://booksc20.wordpress.com/2016/02/15/une-carte-nest-pas-le-territoire-dalfred-korzybski/

Des travaux d'un scientifique et philosophe américano-polonais, Alfred Korzybski, qui ont marqué leur temps et bon nombre de scientifiques et de penseurs contemporains. Des travaux qui ont également marqué le développement de l'épistomologie et de la sémiologie moderne. Une réflexion et un héritage riche qui peuvent enrichir les bases de toute personne désireuse de développer une pensée réellement proactive !
Add a comment...

Post has attachment
Les Sceptiques du Québec ont récemment clôturé la traduction du Skeptic's Dictionary de Robert T. Carroll. Une ressource inestimable en termes d'outils pour l'esprit critique. De nombreux internautes et bénévoles ont oeuvré pas moins de dix ans sur ce projet et nous le délivre aujourd'hui gracieusement, afin de mettre à disposition de tout un chacun cet « Index du Dictionnaire Sceptique ».
- https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/?fbclid=IwAR0Oef1f1oiQIbOA2LH6G5rMh6X3lk_Rbea0gQueNS6dViOjQB8m-_RTBDw

Une initiative que Civilisation 2.0 ne peut que saluer !

Via la page Désinformation = manipulation : ne soyons pas complices
Add a comment...

Post has attachment
« Perturbateurs endocriniens, OGM, tests animaux, vaccins, médicaments... nombreux sont les sujets d'actualité qui réclament aux responsables politiques d'éclairer leurs décisions par la science. Pourtant, cette dernière est de plus en plus contestée, signe d'un refus de la complexité grandissant dans nos sociétés, propice à l'émergence d'une nouvelle forme d'obscurantisme.

...

Face à ce nouvel obscurantisme, les politiques, qui surveillent les moindres soubresauts de l'opinion comme le lait sur le feu, sont largement démunis, sauf à avoir le courage de tenir un langage de vérité. Mais il revient aussi aux scientifiques, aux experts, aux techniciens, qui sont avant tout des citoyens, d'aller déranger ce confortable entre-soi dans lequel se déroule souvent la contestation de la science. Sur internet, dans nos cercles personnels, professionnels, opposons la raison à l'émotion, ne laissons pas le monopole de l'indignation à ceux qui prétendent savoir sans rien connaître. » - extrait de l'article de La Tribune -

Un appel fort pour sensibiliser l'opinion publique, les scientifiques et les politiques, à cette nécessité croissante de remettre la science au coeur du débat, afin permettre à celle-ci de nous aider à trancher de la façon la plus pertinente possible sur les questions d'ordre sanitaire. Le tout afin « d'arriver » raisonnablement à des décisions plutôt que de les « prendre » sous la contrainte d'un populisme obscurantiste grandissant...
Add a comment...

Post has attachment
« Fin 2011, deux Australiens, John Cook, chargé de communication au Global Change Institute de l’Université du Queensland 1, et Stephan Lewandowsky, professeur de sciences cognitives à l’Université Australie-Occidentale 2 ont publié gratuitement The Debunking Handbook (“Précis de réfutation”), un livret de huit pages qui vise à faire comprendre aux scientifiques et aux enseignants critiques que l’important n’est pas tant de s’attaquer aux fausses croyances et à leurs démythifications (debunking) que d’y mettre… une certaine forme. Les apports de la psychologie scientifique nous confirme en effet que ce n’est pas ce que savent ou pensent les gens qui prime, mais “comment” et avec quelle intensité ils le pensent. Car aussi étrange que cela puisse paraître, démythifier peut parfois renforcer le mythe. » - extrait de l'article du Cortecs -

https://cortecs.org/materiel/precis-de-refutation-the-debunking-handbook/

La communication, une science à part entière qui gagnerait à être plébiscitée et encouragée par le plus grand nombre, afin d'assainir les échanges présents et à venir sur les questions qui impliquent la responsabilité de tous.
Add a comment...
Wait while more posts are being loaded