Profile cover photo
Profile photo
Christine Saint-Geours
153 followers -
Je me suis faite belle dans mes habits usés, Comme un jardin fleuri dans un village en ruine. (Le suicide et le chant Sayd B. Majrouh )
Je me suis faite belle dans mes habits usés, Comme un jardin fleuri dans un village en ruine. (Le suicide et le chant Sayd B. Majrouh )

153 followers
About
Christine's posts

Post has attachment
tourne la tête
la promesse s'envole
plus vite que l'oiseau

écarte les mains
la trace disparaît
fin trait de plume

du temps sauvage
je ne veux apprivoiser
que la liberté

Post has attachment
Devant les dos bien alignés dans la bibliothèque la main hésite...tire, prend, repose. Un petit bégaiement de courte durée, les doigts connaissent le terrain, le savent fertile. Gailly, ses nouvelles encore !
Réparer une roue. Penser à un cadeau d'anniversaire. Confectionner un gâteau, etc. Bref, toujours aimer une femme. Ne pas rompre immédiatement. Tenter de la retrouver avant qu'il ne soit trop tard.

"Il faisait très chaud, 35 degrés sous abri. Je n'ai pas dit à l'ombre, j'ai dit sous abri. Je m'en doutais un peu, remarque, ça ne m'a pas surpris. À force de vivre, n'est-ce pas, on a l'habitude, on évalue la température de l'air. À un ou deux degrés près, on le sait, on est capable de dire combien il fait. Moi je pensais qu'il faisait 32 ou 33, jusqu'à ce que j'aille voir.
Je n'y suis pas allé exprès. Je me moquais bien de savoir exactement combien il faisait. J'ai lu 35 degrés sur le vieux thermomètre accroché dans la remise quand je suis allé chercher le marteau. La caisse à outils était sur l'établi, sous le thermomètre, alors j'ai regardé. Pour autant je n'ai pas eu plus chaud. Un gros marteau dont je ne me sers jamais.
Je n'ai d'ailleurs pas eu à m'en servir, ma seule force a suffi. Je dis ma seule force, je parle de ma force comme si, j'ai l'air de dire que, mais non. Plutôt modeste pour un homme de ma taille, ma force, néanmoins supérieure à celle de cette femme. En tout cas suffisante, car même supérieure elle aurait pu ne pas suffire. Elle a suffi. Mais je ne pouvais pas le savoir. Je suis donc allé chercher le marteau que la femme me demandait. Elle a sonné chez moi pour me demander ça.
Vous n'auriez pas un marteau ? me dit-elle. Elle avait chaud, les cheveux dans les yeux. Ses beaux gants blancs étaient pleins de cambouis, ça lui donnait un air courageux, j'ai pensé ça, je ne sais pas pourquoi. Elle n'avait pas hésité à les salir. C'est courageux. Et puis le fait d'en porter par cette chaleur, ce souci d'élégance vieux style, je dis souci, je devrais dire désir, ça m'a plu."
Christian Gailly
La roue : et autres nouvelles aux éd de Minuit
Photo

Post has attachment
“NIWA” : LE JARDIN
(pour faire venir le printemps et l'oiseau sur la branche...) 
Photo

Post has attachment
Il pleut sur l'océan
l'eau couchée sur le sable
une paresse

[Il pleut ce soir encore mais la pluie me semble ancienne et je m'en souviens d'après son bruit...]

Elle exagère
limpide l'air en frissonne
douce caresse

[peut-être aussi d'après son goût...]

Étreinte humide
impossible de la fuir
il la trouve belle

[Je me souviens de la pluie mais ses gouttes aussi se souviennent de moi...]

Commémoration, dans La Tristesse des autres
Kostas G. Papayeoryion
in Ce que signifient les Ithaques 20 poètes grecs contemporains

Photo

Ce matin
juste au bord du jour
était-ce un signe ?

couverte de brume
donnée par un ange
une plume à mes pieds

Post has attachment
Skyline de Franco Fontana fut un véritable électrochoc dans le monde de la photographie, « en nous montrant le paysage comme nous ne l’avions jamais vu auparavant, à la fois abstrait et concret, un ensemble parfait de lignes horizontales flambantes de couleurs sensuelles. »
http://www.espritsnomades.com/artsplastiques/Fontana/fontana.html

Post has attachment

Post has attachment
ayant soupesé
le poids de ton absence
l'ombre peine à être
...
là - sans rien dire -
les yeux ouvrent les ombres
chacune existe

[Je lis : "...le temps avance avec la mer. ,
Namaste Christian Sutra]

seulement ton cri
l'ombre y puise sa beauté
un fort goût de sel

[Je lis :...On quittera toujours la mer à reculons...
La mer à boire Ludovic Janvier]
Photo

Post has attachment
Nisi Dominus aedificaverit domum,
dans vanum laboraverunt Qui aedificant eam.
Nisi Dominus custodierit civitatem,
frustra vigilat Qui custodit eam.
Si le Seigneur ne bâtit une maison,
en vain que ceux qui travaillent le construire.
Si le Seigneur ne garde une ville,
ne futilement celui qui veille la garde.
....
http://saturdaychorale.com/2014/01/23/antonio-vivaldi-1678-1741-nisi-dominus-rv608/

Post has attachment
à Isa
Aujourd'hui je voyage
pour toi par procuration
Toi là -bas foulant
le sol odorant et affolant
Moi ici face à l'océan
imaginant odeurs et couleurs
dans le fraîcheur iodée
Les mots s'accompagnent
du roulement incessant
ce soir de sa bouche
sortira le goût exotique
de ton périple indien

15/2/17 librairie Olympique Bordeaux
Christian Sutra NAMASTE
Rencontre avec l'Inde du Sud
Photo
Wait while more posts are being loaded